Claude Régy, Le Théâtre sensation du monde

Au lendemain de la création de Rêve et folie, annoncé comme son ultime spectacle, les EUA proposent de reparcourir la riche carrière d’un des plus grands metteurs en scène contemporains : Claude Régy.

Il y a cinq ans, le Festival d’Avignon lui rendait hommage avec la projection de Brume de dieu, film d’Alexandre Barry d’après la mise en scène éponyme de Régy. En cette occasion, le 15 juillet 2013, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse lui dédiait une Leçon animée par Laure Adler. Cet entretien permet de connaître de plus près l’univers d’un artiste sensible et profondément humain.

Dense de signification, son théâtre ne laisse rien au hasard, tout élément devient porteur de sens. Mais, pour que cela soit possible, il faut tout d’abord dépouiller la scène, préparer le vide pour retrouver l’essence de la création artistique, sa nécessité ontologique, qui réside, pour Régy, dans le texte :

«J’ai quasiment supprimé la scène, transformé l’architecture théâtrale, rayé la notion de costumation, la notion de décoration et la notion de mise en scène elle-même. C’est donc un terme qui, dans mon cas aujourd’hui, n’a plus de sens. Ce que j’essaie de faire, c’est de considérer l’écriture comme l’élément dramatique le plus important de tous les éléments de la représentation, qui n’est pas non plus un terme très juste pour le genre de recherche que je fais. La représentation est imaginée par le spectateur.»

Sa longue fréquentation de l’écriture, notamment de l’écriture contemporaine, témoigne bien de cette nouvelle centralité accordée aux œuvres et à leurs auteurs, de Maeterlinck à Marguerite Duras, de Peter Handke à Nathalie Sarraute. Les mises en scènes de Régy ont aussi dévoilé les noms d’écrivains étrangers peu voire pas connus auprès du public français, comme, par exemple, le poète Portugais Fernando Pessoa ou les dramaturges Norvégiens Tarjei Vesaas et Jon Fosse.

Mais si le texte joue un rôle de protagoniste dans les mises en scène de Claude Régy c’est, paradoxalement, autant pour ce qu’il ne dit pas que pour ce qu’il affirme. Car, à bien y regarder, la bonne écriture, tout comme le vrai art, se projette toujours en avant, est à chaque fois capable d’aller au-delà de soi-même, de se dépasser.

Voici alors que le texte porté par la voix et le corps du comédien résonne librement au théâtre et déclenche des images mentales dans le public, acquiert soudainement des significations insoupçonnées, différentes pour chacun des spectateurs :

«  […] je ne fais pas vraiment des mises en scène, c’est à dire que j’essaie de faire que les acteurs apprennent à dire les textes de telle façon que des images soient créées. Des images mentales sont suggérées aux spectateurs. Le corps des acteurs devient essentiel : la voix est du corps. A partir de là, c’est le spectateur qui fait le spectacle visuel, ce spectacle visuel n’a lieu que dans sa tête. C’est pour cela qu’il n’y a plus de représentation, seulement celle que les mots peuvent déclencher dans l’imagination. »

Mais, afin que la magie théâtrale s’accomplisse et que les mots sortis des bouches des acteurs se transforment en images dans les têtes des spectateurs il faut un effort de leur part : il faut qu’ils donnent leur main au metteur en scène et acceptent de se laisser guider. La direction ? Un ailleurs loin de la société bruyante et chaotique dans laquelle nous vivons, un espace mental qui n’existe, une fois de plus, que dans notre imagination, un lieu où les vides deviennent denses et les silences éloquents. Et c’est justement ça la valeur des créations artistiques de Claude Régy : leur capacité de matérialiser ce qu’il y a de plus impalpable, d’atteindre l’inatteignable, d’exprimer l’inexprimable. Tout cela, à condition qu’on se détache de notre quotidien, qu’on rétablisse une connexion profonde avec nous-même et qu’on se dispose calmement à l’écoute :

« Je crois qu’il faut apprendre à développer l’écoute. L’essentiel du travail c’est d’apprendre à écouter. C’est d’un ordre passif. Il faut calmer la soi-disant activité de pensée. Cela ne peut se faire que par instinct, par intuition. »

Une intuition à suivre, sans doute, si nous voulons parvenir à cette spiritualité toute laïque qui émane des mises en scène de Claude Régy.

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Claude Régy :

Un article du Parisien
Une émission de France Culture

Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *