Le Carnet de recherche, espace d’expérimentation partagée

Ce billet est rédigé suite à la journée d’étude proposée par le Centre Norbert Elias et la Fédération de recherche Agorantic “Le Carnet de recherche : métamorphoses numériques des objets culturels”, qui s’est déroulée le 22 novembre 2018 à Avignon Université. Il reprend une courte communication réalisée le matin, sensiblement enrichie par les autres interventions et les nombreux échanges de la journée.

Pourquoi avoir mis en place un carnet ?

Le carnet des Éditions Universitaires d’Avignon a été créé en décembre 2017, dans le cadre de la revitalisation de la maison d’édition. Les EUA ont dix ans et plus de soixante titres au catalogue : de nombreuses Leçons de metteurs en scène programmés au Festival d’Avignon, des travaux universitaires dont quelques actes de colloques ou encore des ouvrages de diffusion scientifique à destination d’un large public.

Le renouveau des EUA est marqué début 2017 par la nomination d’un nouveau directeur et d’un responsable éditorial. La venue d’une gestionnaire administrative, en novembre de la même année, renforce l’équipe.

Très rapidement il a paru nécessaire de mieux valoriser le catalogue, en empruntant différentes voies : quelques prospectus imprimés, installation des ouvrages dans le cadre prestigieux de la bibliothèque historique de l’ancien hôpital d’Avignon (dans lequel s’est implantée l’université depuis 1997), présence dans les principales libraires indépendantes de la ville… jusqu’à la boutique du Palais des papes.

Photographie d'une partie de l'ancienne bibliothèque de l'hôpital.
Cette ancienne partie des bâtiments est ouverte surtout lors des Journées du patrimoine (crédit photo : Avignon Université)

Les pages du site institutionnel ont été redimensionnées et structurées, mais il nous a semblé que ce n’était pas ce cadre qu’il fallait investir pour publier de grands développements rédactionnels. Les EUA y sont en effet intégrées dans la partie “bibliothèque” et nous avons préféré ouvrir un espace distinct, autonome et facilement identifiable. En parallèle, notamment lors des journées 2017 du réseau Médici, notre curiosité envers les carnets d’Hypothèses avait été attisée, grâce aux réalisations présentées lors d’ateliers.

D’autres raisons nous ont orientés vers ces carnets. Les liens entre le CLEO et Avignon Université sont anciens, l’équipe d’OpenEdition en charge des carnets travaille avec brio à leur visibilité et à leur exposition aux moteurs de recherche, la plateforme est hautement sécurisée, les formations sont gratuites, les carnetiers et carnetières constituent une large communauté, prête à expérimenter et à partager, la création d’un ISSN est à la charge d’OpenEdition, un large écosystème se construit autour des différentes plateformes du CLEO… Autant d’atouts qui nous ont convaincus, mais encore fallait-il définir les contours du Carnet et ses modalités d’animation.

“un large écosystème se construit autour des différentes plateformes du CLEO”

Il était évident que nous n’avions pas la disponibilité pour bâtir un visuel et une ergonomie des plus remarquables. C’est ainsi que l’essentiel des options a été choisi par défaut, en s’appuyant sur des réglages déjà réalisés par l’équipe d’hypotheses.org. Le rythme de parution suit la même logique, nous nous sommes engagés à un minimum d’un billet par mois, ce qui nous semblait la limite extrême pour donner un peu de vitalité et de crédibilité à cet outil. Enfin, son objet était défini assez strictement : servir à valoriser le fonds et annoncer les nouveautés.

Qu’écrivez-vous dessus ?

À l’origine nous pensions publier de courtes notes de présentation peu illustrées. Nous nous sommes rapidement rendus compte que cela était assez pauvre et, grâce à l’apport de nos stagiaires semestrielles, le carnet connait trois types d’évolutions :

De véritables compléments éditoriaux

Il n’y a aucun doute, c’est une évolution réussie. Pour Christèle Lagier et Paul Payan nous avons pu obtenir des entretiens exclusifs (merci à ces auteurs !). Pour la Compagnie Alexis Gruss et le trésor de l’université nous avons publié des photographies inédites (merci à ces photographes !). Nous systématisons l’ajout de plus-values spécifiques pour chaque nouvelle parution. Nous offrons aussi de plus en plus de larges extraits. Il nous faut à présent trouver d’autres types de compléments, la vidéo nous semblant aller de soi (les dessins aussi, mais c’est plus compliqué).

Dans notre dernier ouvrage, “Se Ducere” d’Alexis et Firmin Gruss : l’équilibre avant tout. (photo : © Eloise Vene)

Un magazine très visuel

Il est assez évident que de nos jours l’image occupe une place primordiale dans la communication. A contrario, encore aujourd’hui la page d’accueil du moteur de recherche le plus utilisé au monde reste très épurée. Par ailleurs, il est clair que ce n’est pas en accumulant des images qu’un site devient beau et facile d’usage. L’utilisation d’images doit donc être réfléchie et se déployer avec prudence.

Nous cherchons actuellement à aller plus loin dans l’enrichissement visuel du carnet, avec certainement la nécessité de construire une nouvelle version, en changeant de thème (un thème structure l’organisation visuelle et logique des carnets sous WordPress). Nous allons tester, parmi ceux sécurisés par l’équipe d’Hypothèses.org, Humean. L’apport de nos prochaines stagiaires semestrielles sera important pour définir cette nouvelle version, réaliser des choix esthétiques et garantir ce que nous pourrons construire dans la durée.

Un carnet de recherche

Peu à peu, apparaît également cette dimension. Alors que nous pensions surtout à une sorte de catalogue en ligne, le côté carnet de recherche apparaît peu à peu. Rétrospectivement, avoir donné la possibilité d’écrire à nos stagiaires de l’année universitaire passée, Mélina Benoit et Lavinia De Rosa, semble  nous rapprocher de ce qui peut être attendu d’un carnet de recherche en SHS : tenter une expression à la marge des canons académiques, montrer des cheminements et des tentatives, même maladroites.

Ce billet que vous lisez, et quelques autres, sont des tentatives tout aussi risquées d’expression et de partage. Nous explorons quelques pistes pour inviter des étudiants, comme des enseignants-chercheurs ou des collègues, à participer à cet espace.

Dans le même état d’esprit, et grâce aux tentatives déjà menées par d’autres carnetiers ou carnetières, nous envisageons de publier des textes d’intervenants extérieurs, avec lesquels nous entretenons plus ou moins directement des relations. Par exemple, quand l’association Handispensable envisage une table ronde autour du handicap, nous pourrions approfondir notre accompagnement en ouvrant le carnet aux participants sollicités. Deux modes peuvent être élaborés : soit en tant qu’invités, avec un billet ponctuel, soit en tant que résidents, pour une série de billets publiés sur plusieurs mois. Mais tout ceci demande à être mieux défini.

Les échanges de la journée

Il est impossible de rendre compte de la richesse des propos. On peut alors procéder par touches successives. “Accepter l’imperfection”, “on verra ce que ça donne”, sont des expressions qui illustrent le trouble à écrire dans ces carnets. Loin de constituer des écrits définitifs, ils se pensent surtout en termes de laboratoires, personnels ou collectifs.

“Auto-réalité”, “éditorialisation de soi”… Il y a bien sûr une mise en scène, une scénarisation des propos et des postures, avec tout le trouble d’une expression en devenir, qui se construit sans suite assurée. Mais globalement, cette identité numérique en cours de définition, c’est une réalité déjà vécue par les acteurs de la recherche universitaire : injonctions à créer son CV sur HAL, à se doter d’un identifiant Orcid, pages personnelles, comptes sur différentes plateformes… Il s’agit là toutefois d’une déclinaison plus sensible, dans laquelle la subjectivité peut poindre plus qu’à l’intérieur de cadres strictement académiques.

Lac de Vassivière
La cabane des EUA pourrait être située au Lac de Vassivière, mais il y fait froid trop souvent.
(crédit photo : Babsy [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], de Wikimedia Commons)

Surtout, tout au long de la journée, quelques images poétiques sont revenues avec régularité. Les carnets comme lieux de résidence, ou même comme cabane, lieux d’accueil et de séjour, de passage aussi et de partage. On trouve alors ici la grande spécificité des carnets, qui amplifie ce qui était déjà mentionné : l’expérimentation et la souplesse. Voici des espaces par lesquels il devient possible d’inviter à publier, de courts textes, des ébauches, des dessins… Nous l’avons déjà fait, très ponctuellement, grâce à la générosité de Tiago Rodrigues et il est plaisant d’envisager de banaliser cet usage du carnet.

Quelques bonnes adresses, d’abord avec les principaux carnets évoqués lors de la journée

Com’en Histoire
MediaNum
Entre le zist et le zest
Le Carnet de Techniques et culture
L’infusoir
Dérivations
Carnet de voyage – reportage

Le portail des Carnets présente la haute diversité des types de Carnets.

Deux sites :
le Centre Norbert Elias, UMR 8562.
la Fédération de recherche Agorantic.

Citer cet article : Yves Caron, "Le Carnet de recherche, espace d’expérimentation partagée," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 8 janvier 2019, https://eua.hypotheses.org/1236.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.