Charlotte Heinzlef, Recettes de résilience urbaine

Les changements climatiques en cours engendrent des catastrophes de plus en plus fréquentes et violentes. Charlotte Heinzlef, jeune géographe, travaille à définir des outils d’aide à la décision pour la gestion des aires urbaines, principalement face aux risques d’inondations. Dans ce livre, qui fait suite à une conférence grand public donnée à l’université d’Avignon, l’auteure prend le temps d’expliquer simplement les notions à l’œuvre et les enjeux actuels. Du global au local, elle définit ce que recouvrent des termes comme gestion des risques ou résilience urbaine, pour ensuite centrer son propos sur les villes et finir en abordant directement Avignon. Les EUA proposent dans ce billet deux extraits et un texte inédit.

Extrait 1, introduction

(…) Malgré les signaux d’alarme, comme l’ouragan Katrina à La Nouvelle-Orléans (2005), les ouragans Harvey et Irma aux États-Unis (2017), les inondations à Paris (2016 et 2018) ou bien d’autres encore, les réponses apportées par les scientifiques et gestionnaires du territoire sont encore largement inadaptées et insuffisantes pour atténuer les impacts négatifs des catastrophes en milieu urbain. La gestion des risques était anciennement tournée autour de l’aléa (agir sur celui-ci, c’est-à-dire sur un phénomène naturel plus ou moins probable sur un espace donné, en associant les compétences techniques, notamment en construisant digues et barrages), puis autour de la vulnérabilité (étudier la propension d’une société ou d’un territoire à subir des dommages). Un changement s’est opéré dans les années 2000, avec l’intégration du concept de résilience dans les stratégies de gestion des risques. La résilience urbaine se définit comme la capacité d’un système, d’une communauté ou d’une société, exposés à des risques, à résister aux effets négatifs, à s’y adapter et à s’en remettre rapidement et efficacement. La résilience d’une collectivité face à des aléas potentiels est définie par les ressources dont elle dispose pour s’adapter et s’organiser avant, pendant et après les chocs. Ce concept est devenu un objectif phare de la communauté internationale via notamment le cadre d’action de Sendai (2015-2030) et l’Accord de Paris (décembre 2015), afin de prévoir, planifier et réduire l’impact des catastrophes pour mieux protéger les individus et les espaces urbains. Ce concept s’adapte parfaitement aux interactions socio-économiques et aux compromis, à la fois difficiles et nécessaires, entre développement économique, attractivité sociale et territoriale et gestion des risques. Cependant, bien qu’adéquate dans son approche des systèmes urbains, la résilience reste un concept encore très peu compréhensible pour les aménageurs urbains. Du fait de sa surutilisation, le concept a perdu de sa clarté et est donc très peu intégré dans les stratégies de gestion des risques.

La résilience : arc-en-ciel de sens © Charlotte Heinzlef

L’objectif de cet essai est de proposer une approche visant à répondre à ces limites d’utilisation et de compréhension. Si en Europe certaines recherches ont été réalisées pour clarifier le concept de vulnérabilité via des indicateurs, peu encore parlent de résilience. Lorsqu’elle est abordée, c’est essentiellement autour des questions des réseaux (électricité, eau potable, routes, voies ferrées, etc.) ou du bâti, mais sans prendre en considération la dimension sociale et donc systémique du territoire. Ce projet analyse le concept de résilience à l’échelle communale via la création d’un outil d’aide à la décision. L’originalité de la méthodologie se justifie par une approche collaborative, caractérisée par un partenariat socio- économique avec la Ville d’Avignon et ses services urbains. Associant les expériences des gestionnaires, des politiciens et des avancées scientifiques, la démarche tend à répondre aux enjeux et aux limites du concept de résilience urbaine face au risque inondation. Co-conçu, l’outil d’aide à la décision est testé sur le territoire avignonnais afin de répondre à l’augmentation croissante des risques urbains.

Extrait 2, Avignon

(…) En ce qui concerne les résultats, l’indicateur de résilience urbaine montre que le centre historique reste protégé et avantagé par les stratégies de gestion des inondations. Le centre d’Avignon concentre tous les efforts, les développements et le dynamisme, qu’il s’agisse de résilience sociale, technique ou urbaine. Des quartiers comme Courtine au sud-ouest et Barthelasse au nord sont négligés, peu peuplés et mal reliés à la dynamique urbaine de la ville. En situation de crise, ces quartiers sont plus vulnérables et de faible priorité. Ces cartes soulignent une réalité très concrète. En effet, l’île de la Barthelasse, la plus grande île fluviale d’Europe, est la zone d’Avignon la plus touchée par les inondations du Rhône. Rattachée à la l’administration d’Avignon en 1856, la Barthelasse reste un territoire marginal. L’intégration spatiale et sociale de l’île reste fragile, car elle sert de tampon entre la ville et le Rhône, en absorbant les crues. Les quelques digues existantes protègent l’île des basses crues, mais elle est encore inondable, comme en témoignent les crues de 2 mètres en 1993, 1994, 2002 et 2003. Cette option d’aménagement a été retenue en faveur d’Avignon, puisque l’inondation de la Barthelasse réduit la pression sur la rive d’Avignon et ses remparts. Le fait de mettre ces populations vulnérables en danger en raison d’un manque d’outils d’aide à la décision pour gérer les risques doit servir de signal d’alarme.

Inédit : Acqua alta à Venise

Le XXe et le XXIe siècle voient les villes augmenter continuellement, s’installant de plus en plus près des côtes et des cours d’eau. Selon Bar Roeffen (de l’agence DeltaSync), « la moitié des villes de plus de 1 million d’habitants sont situées sur des deltas ou dans des estuaires ». Or, d’après le 4e rapport du GIEC, « le réchauffement du climat ne fait aucun doute et est désormais attesté par l’augmentation observée des températures moyennes de l’air et de l’océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace et l’augmentation du niveau moyen de la mer ». Quel avenir peut-on donc prévoir pour les villes côtières avec cette sur-urbanisation constante et cette montée des eaux croissante ?

Venise, ville lagunaire, fait face depuis toujours au problème de l’« acqua alta », hautes eaux qui inondent fréquemment la ville. Sur le plan urbanistique, patrimonial, économique et social, l’importance de ces évènements nuit au développement de la ville, à son présent et à son futur. Sur le plan patrimonial, les hautes eaux attaquent les vieilles pierres, mettant en péril les édifices construits il y a des siècles. Le tourisme est également touché, non seulement par la disparition progressive des bâtiments mais également par les inondations des endroits les plus visités de Venise comme la Place San Marco. Les visites sont plus compliquées, certains lieux sont désormais fermés pour raisons de sécurité, ce qui nuit au tourisme historique de la Sérénissime. L’économie est donc fortement touchée par l’acqua alta, que ce soit à cause du tourisme ou bien des magasins fermés du fait des hauteurs d’eau. L’eau abîme les stocks, limite la fréquentation des commerces et affaiblit l’économie de la ville. Outre cet impact économique évident, les hautes eaux ont un impact destructeur sur l’architecture et l’urbanisme de la ville. Les sols s’enfoncent progressivement et les rues détruites à certains endroits rendent la ville parfois impraticable. La ville devient instable, les coûts de reconstruction et de restauration ruinent la commune, faisant imaginer un futur incertain pour l’essor de ce trésor patrimonial et historique.

L’eau devient la nouvelle frontière de l’urbanisme permettant d’innover et de jouer sur les formes d’occupation de l’espace.

Pour faire face à ce problème constant et croissant, le Centro Previsioni e Segnalazioni Maree a été créé pour faire des prévisions sur ces hauteurs d’eau. Ces prévisions se font grâce à l’aide de la modélisation, « une version simplifiée de la réalité, construite de manière à démontrer certaines propriétés de cette même réalité » (Hagett, 1967).

Outre ce travail de modélisation, Venise et les autres villes côtières se penchent depuis un certain temps sur des projets urbanistiques qui pourraient, sinon stopper, du moins atténuer le changement climatique. De nombreuses agences d’urbanisme prennent aujourd’hui pour mot d’ordre « green is good, blue is better ». L’eau devient la nouvelle frontière de l’urbanisme permettant d’innover et de jouer sur les formes d’occupation de l’espace. Cette capacité à repenser la ville avec l’eau ouvre de nouvelles perspectives et peut rendre la ville d’aujourd’hui plus résiliente face aux changements climatiques présents et futurs. Mais serait-ce suffisant ?

Couverture du livre de Charlotte Heinzlef

Charlotte Heinzlef

Doctorante troisième année de thèse en géographie à l’université d’Avignon et en architecture à l’université de Mons, Charlotte Heinzlef est spécialiste sur la question du risque inondation et de la résilience. Jeune chercheuse, son actualité scientifique se partage entre des conférences internationales (SRA-E Conference 2018 27th Annual Conference of the Society for Risk Analysis Europe en Suède en Juin 2018,  European Geosciences Union 2019, Vienne (Autriche) en Avril 2019, Fifth World Congress on Risk – Society for Risk Analysis, Cape Town (Afrique du Sud) en Mai 2019), des articles scientifiques (Serre, Heinzlef (2018), Assessing and mapping urban resilience to floods with respects to cascading effects through critical infrastructure networks, International Journal of Disaster Risk Reduction), mais aussi des activités de vulgarisation (Un chercheur à ma table éditions 2017, 2018 ; Ma Thèse en 180 secondes, édition Belge 2018 ; Fête de la science 2018 ; Midisciences 2019, etc.). Finissant sa thèse, elle se destine à poursuivre ses travaux de recherche sur les îles du Pacifique et la Polynésie Française afin de développer des stratégies de résilience pour préparer ces territoires à l’augmentation des catastrophes.

Parution : 17 octobre 2019

  • 112 pages
  • Illustré
  • 7 €
  • ISBN : 978-2-35768-108-8
  • Collection MidiSciences
Citer cet article : Équipe des EUA, "Charlotte Heinzlef, Recettes de résilience urbaine," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 30 août 2019, https://eua.hypotheses.org/2366.

2 réflexions sur « Charlotte Heinzlef, Recettes de résilience urbaine »

  1. Bonjour,

    Nous souhaiterions acheter le livre “recettes de résilience urbaine, faire face aux inondations” à 7€.
    Comment fait-on? Peut on l’acheter via le site ?
    Merci pour votre aide,
    Cordialement

    1. Bonjour,
      merci pour l’intérêt porté à ce titre. Pas de vente sur notre site, par contre un système classique de vente en librairie ou en ligne sur les plateformes, comme pour n’importe quel livre. Nos livres sont distribués par FMSH-Diffusion. N’hésitez pas à nous joindre de nouveau si besoin.

Répondre à MME GRIFFON VALERIE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.