Du numérique dans l’édition, 2. Assises du livre numérique 2019

Dans ce billet, il ne s’agit pas d’un compte-rendu exhaustif ou impartial de ces assises. C’est au travers d’un engagement professionnel concerté (mise en ligne récente d’une première collection sur OpenEdition Books, Carnet de recherche depuis deux ans, adhésion au Syndicat national de l’édition…) que ces notes sont publiées. Elles s’inscrivent pleinement dans une dynamique de développement éditorial et commercial.

La journée a associé des considérations historiques, générales à l’édition, aux industries culturelles et des témoignages impliqués dans le développement de l’offre numérique. Il a par exemple été rappelé qu’il y a une décennie était annoncée une proche hégémonie du livre numérique, or non, il a juste « pris sa place » (Virginie Clayssen, présidente de la commission numérique du SNE). Olivier Donnat (sociologue au Département des études, de la prospective et des statistiques -DEPS- du ministère de la Culture et de la Communication) a rappelé que la situation actuelle a été préparée par l’avènement de la télécommande, du walkman et du magnétoscope, premiers outils de la personnalisation de l’usage des flux. Les éditeurs peuvent être vus comme « producteurs de contenus » (Pierre Dutilleul, directeur général du SNE), en précisant « de contenus éditorialisés », il s’agit bien d’une plus-value essentielle. L’e-pub, l’onix sont banalisés (Fanny Ruph, directrice E-commerce chez Interforum), même si tout acteur du livre numérique se doit encore d’exercer une veille technologique.

une économie de casino

Bruno Patino, Arte France

Il a été beaucoup question lors de cette journée de marketing, étant donné qu’il est peut-être relativement facile de produire, beaucoup moins de faire connaître et vendre. Ainsi, Bruno Patino (directeur éditorial d’Arte France) a pu rappeler des éléments d’analyse importants, tels que la concurrence réelle entre détenteurs de droits et détenteurs d’accès, l’individualisation du réseau par l’usage du smartphone (il s’agirait alors d’être intrusif), l’usage en quelque sorte compulsif des réseaux (ne pas se savoir rassasié), la barrière des dix secondes d’attention…

Colporteur de livres, image provenant d'un recueil anonyme de gravures  sur bois coloriées
Colporteur de livres, image provenant d’un recueil anonyme de gravures sur bois coloriées, «Anciens cris de Paris», répertoriant différents métiers ambulants et leurs cris, XVIe siècle. Ce vendeur ambulant crie : «beaulx abc» (abécédaires) et «belles heures» (livres de prières). Anomyne, Wikimedia Commons, domaine public

Les enjeux de diffusion et de distribution ont été présentés avec clarté lors de la table ronde réunissant Éric Marbeau, partenariats et diffusion numérique Groupe Madrigall, Émilie Mathieu, directrice générale chez e-Dantès, Fanny Ruph, directrice E-commerce chez Interforum, modérée par Matthieu Raynaud, responsable du commerce en ligne chez Actes Sud. Un des principaux défis consiste à bien intégrer les plateformes, savoir y être bien visible et savoir, pour ces plateformes, rendre des comptes. Le prix du livre est modulé, car il peut s’agir d’abonnements (l’illimité sera une prochaine étape), de bouquets, de temps de lecture… La qualité des métadonnées est essentielle, pour une bonne présentation des publications et leur référencement (le voyage des métadonnées de machines à machines). Le fonds peut être valorisé, revivre.

métier de plateforme

Pierre-Emmanuel Ferrand, Canal+

Ce basculement de l’édition appelle de nouvelles pratiques marketing : promotions lors d’événements, lancements en partenariat avec des médias, épreuves numériques mises à disposition des médiateurs (libraires, journalistes, bibliothécaires…). Il s’agit d’expérimenter, en contrôlant autant que possible ce qui se produit alors et en gardant à l’esprit deux particularités françaises : le public acheteur est principalement constitué par les « gros lecteurs » et il lit surtout par des liseuses. L’immersion dans l’« économie de l’attention » permettrait de faire connaître les produits, pour une consommation hors connexion.

Des informations ponctuelles ont parsemé la journée, Netflix permettant de regarder en accéléré ses films et séries afin de pouvoir faire plus consommer ; le SNE ayant contractualisé un partenariat pour contrôler les usages pirates des productions ; Interforum annonçant 45 000 références numériques ; une sorte de « bouche-à-oreille numérique » à cultiver ; la BD numérique au Japon représente 45 % du marché de la BD ; l’interview d’un auteur pour promouvoir son ouvrage ne fonctionne pas vraiment (par contre produire un contenu spécifique et différencié peut amener un nouveau public)… Il a été aussi largement question du livre audio et des podcasts, ces derniers pouvant d’ailleurs devenir des outils promotionnels pour les livres, numériques ou non. L’audio peut être un moyen de sortir de la vie sur écran, plusieurs acteurs de ce secteur émergeant ont aussi évoqué l’intimité du rapport à la voix.

"Homéliaire, XIIIe siècle. MS 20 P/R" by bibliothèque multimédia intercommunale Epinal
« Homéliaire, XIIIe siècle. MS 20 P/R » by bibliothèque multimédia intercommunale Epinal (CC BY-SA 2.0)

Pour les EUA, cette riche journée ouvre des perspectives concrètes et confirme des choix déjà à l’œuvre : enrichir l’offre de ce Carnet de recherche, garantir la qualité des métadonnées pour les deux supports (la collection Entre-Vues, étant sur OpenEdition, propose des e-pub), déployer une présence sur les réseaux sociaux, ou encore renforcer l’événementiel.

Citer cet article : Yves Caron, "Du numérique dans l’édition, 2. Assises du livre numérique 2019," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 6 novembre 2019, https://eua.hypotheses.org/2449.

Auteur : Yves Caron

Responsable éditorial des Éditions Universitaires d'Avignon depuis 2017. Ancien bibliothécaire ayant pratiqué la diversité des situations professionnelles, du bibliobus en Creuse à la responsabilité d'une médiathèque en Kanaky-Nouvelle Calédonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.