Sois belle et tais-toi

L’ouvrage de Mona Chollet, Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine, représente ici le départ de nombreux questionnement. La « mythologie de la femme parfaite » est une notion fortement imprégnée dans notre société actuelle. Mais comment en sommes-nous arrivés au point de ne pas reconnaître les manipulations de la société masculinisée contre les femmes ? Cette question bien vaste est pourtant simple. Au sein de la société actuelle et plus particulièrement chez les jeunes femmes, le sexisme est toujours profondément ancré et se fait sentir dans le quotidien. Seulement, toutes les femmes, en particulier les jeunes, en ont-elles conscience ? Il semblerait que bien des femmes aient oublié de défendre leur condition et qu’inconsciemment les rouages d’un idéal à atteindre se soient insinués dans l’esprit de toutes.

Dans cette œuvre, l’auteur s’efforce d’aborder la notion de beauté telle qu’elle est perçue aujourd’hui, via différents aspects de notre quotidien et de notre culture. L’obsession de la minceur, souffrir pour être belle, la mode, autant de facettes de la société qui chaque jour nous pousse à nous conformer à un idéal promu par différentes sociétés industrielles. Ces idées sont omniprésentes et c’est à travers divers moyens de communication qu’elles se répandent, l’auteur nous cite plusieurs exemples ; film, série, publicité, défilés de mode, magazines… Le secteur économique de l’esthétique (dans tout ce que cela englobe) est ultra dynamique et se porte toujours aussi bien malgré plusieurs crises économiques. Il faut y voir la réussite des entreprises à renouveler continuellement l’idéal, enfermer la femme dans une logique de consommation, où elle n’est perçue qu’en tant que telle. Insidieusement, la femme n’existe qu’à travers ses achats frivoles. Le dernier « it-bag » doit nous apporter l’accessoire ultime à notre épanouissement, sans jamais arriver à une fin puisque chaque saison porte son lot de it-bag. Il s’agit là d’un simple exemple, pourtant révélateur du fonctionnement mercantile de notre société.

Cela commence dès le plus jeune âge, l’éducation donnée aux petites filles qui passe notamment par une sexualisation précoce est un indice de la diffusion sans résistance de ce modèle impérieux de recherche de la beauté séductrice. Enfant déjà, l’idée que le traitement esthétique de leur corps doit être un souci constant et un travail légitime, est implantée dans le rapport au corps féminin. On peut se révolter de ce constat mais peut-on totalement le réfuter ? Encore une fois, ceci est le fruit d’un mécanisme inconscient, découlant de facteurs extérieurs qui poussent la femme vers ce désir de plaire aux autres avant de se plaire à soi-même et qui se reflète dans les générations futures.

Audrey_Hepburn_screentest_in_Roman_Holiday_trailer_2
Audrey Hepburn (domaine public)

Toutefois, revendiquer le droit à l’autonomie morale, affective et sociale des femmes ne doit pas mettre un terme au droit de désirer. Il faut simplement l’aborder différemment. À travers cet ouvrage sont mis en évidence les mécanismes de la production de l’aliénation féminine au culte de la beauté et à l’obsession des apparences. Tout ce qui participe à « maintenir les femmes dans une position sociale et intellectuelle subalterne ». C’est ce qui nous empêche de créer de nouvelles relations avec nos semblables masculins, du moins des relations différentes. Car libérées de ces fardeaux, nos interactions tendraient à devenir plus productives, motivantes et innovantes. Par leur affirmation, les femmes pourront faire évoluer la société et la culture afin que le sexisme ne soit plus qu’un lointain souvenir. Leurs participations, au même rang que leurs homonymes masculins, pourraient offrir à la société un nouveau dynamisme, une stimulation. Ce ne pourrait-être qu’un apport bénéfique.

Enfin, l’auteur prend en considération les nouveaux modèles de communications liés à Internet, où les femmes, loin de se libérer de tous complexes, s’enferment dans un rapport anxieux avec leur corps, résultat de frustrations, qui automatiquement implique une recherche constante de la beauté idéale. Internet n’est pas toujours le fabuleux outil de communication et d’ouverture sur le monde, il peut au contraire tout autant nous enfermer dans un schéma. Nous pouvons, soit découvrir d’autres modèles de pensées, soit nous réunir avec des personnes qui pensent et consomment comme nous. En effet, les ressemblances et habitudes communes sont les fondements de bien des communautés en ligne, cible parfaite des industriels car quoi de plus simple que de viser directement ce genre de groupe pour toucher le plus grand nombre de personnes en une seule campagne marketing. Le « diktat » de la beauté, tout aussi présent sur les réseaux sociaux que dans la réalité. L’obsession de la minceur, le recours à la chirurgie esthétique et autres techniques d’embellissement se mêlent dans cet objectif pourtant inatteignable. D’autant plus qu’à travers le monde, la femme française est synonyme de femme fatale (exemple : James Bond Girl), libre sous tout point de vue, totalement fantasmée dans certaine culture, une élégance à la française. Privilèges ? Plutôt fardeau dans la majorité des situations.

« Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. »

Mona Chollet

La lutte pour la réappropriation de notre corps, la perception que l’on a de celui-ci ainsi que notre façon de gérer le rapport qu’il entretient avec la gent masculine, est plus que primordiale.

Dans ce contexte, comment notre génération peut-elle lutter contre l’implantation toujours plus forte au sein de notre culture de ces notions dévalorisantes qui font de la femme un pion, une simple consommatrice, au risque de ne redevenir qu’une simple actrice en second plan de la société. Il nous faut réfléchir à laisser un héritage meilleur aux générations futures, continuer à leur ouvrir la voie vers un avenir au sein duquel toutes les femmes pourront être considérées au même titre que l’homme. Quitter la position et la vision de subalterne qui parfois semble pourtant la plus appropriée. L’éveil intellectuel concernant notre regard sur nous-mêmes doit être encouragé par toutes. Les plus jeunes doivent être averties et conscientes des facteurs extérieurs qui les poussent à rester dans la place qui leur a été impartialement choisie. La liberté dans notre rapport avec nos corps est un passage obligatoire pour nous permettre d’obtenir de réelles avancés des droits des femmes dans les autres sphères sociales. La lutte contre le schéma dressé par les grandes industries pour nous faire exister au travers d’une envie exacerbée de shopping et la nécessité d’obtenir des accessoires en permanence, doit passer par une prise de conscience.

Cet ouvrage nous pousse donc vers de nombreux questionnements à élucider. Réflexion sur notre propre vision de la société et de ces impératifs « cachés ». Plusieurs ouvrages sont cités en références, travaux sociologiques, anthropologiques et analyses de journalistes. Ils nous laissent matière à développer plus amplement notre pensée. À travers cet ouvrage, en particulier si ce n’est une première approche du sujet, bon nombre de lecteurs/lectrices découvriront certainement les rouages des mécanismes qui enferment la femme. Il n’est pas question de féminisme comme on l’entend aujourd’hui mais plus simplement d’une tentative d’analyse et de décorticage des dessous d’un grand héritage régie par le patriarcat. Aucune obligation d’entrée en accord avec le point de vue de l’auteur, on peut ne pas adhérer à la vision globale qui nous est dépeinte ici, le plus important reste de se questionner pour évoluer.

« Pour des femmes en jupes et des hommes qui en ont. »

Mona Chollet

Mona Chollet : éléments biographiques 

Mona Chollet est une journaliste et essayiste franco-suisse. Après une licence en lettres à Genève, elle a étudié le journalisme à École supérieure de journalisme de Lille. Elle vit aujourd’hui à Paris. Journaliste (Le Monde diplomatique), elle anime également les sites « La méridienne » et « Périphéries ». Auteur de plusieurs ouvrages, notamment Sorcières : la puissance invaincue des femmes, elle ne cesse d’aborder la place des femmes sous différents points de vue.

En savoir plus :

  • Auteur : Mona Chollet
  • Editeur : La Découverte
  • Collection : Poches essais
  • Pages : 296
  • Parution : 23 avril 2015
  • Prix : 10 €
  • ISBN : 978-2707-185815
Citer cet article : Gwladys Dawson, "Sois belle et tais-toi," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 7 novembre 2019, https://eua.hypotheses.org/2500.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.