Les magasins de la bibliothèque universitaire (BU) d’Avignon

Les magasins de la bibliothèque universitaire (BU) d’Avignon sont peu connus du grand public. Espaces cachés, uniquement accessibles aux membres du personnel, les magasins véhiculent le même imaginaire que celui des réserves d’un musée : celui d’un univers secret où dormiraient des œuvres précieuses. Alors, mythe ou réalité ? C’est que nous allons vous dévoiler.

Tout d’abord, pourquoi avoir des magasins ? Les magasins permettent de libérer de l’espace dans les rayons en libre-accès de la bibliothèque. En effet, tous les livres ne peuvent pas être présentés au public. C’est le fameux problème du manque de place auquel toutes les bibliothèques sont confrontées du fait de l’accroissement de leurs collections. En effet, il faut bien proposer les dernières nouveautés aux usagers de la bibliothèque pour ne pas rester sur des collections anciennes, mais les étagères ne sont pas extensibles ! Néanmoins, faire de la place aux nouveaux ouvrages qui entrent à la BU, ne signifie pas que ceux qui étaient jusque-là proposés aux lecteurs deviennent soudainement obsolètes. Certains revêtent encore un intérêt universitaire et le simple fait de les déplacer en magasin permet de continuer à les proposer à ceux qui pourraient en avoir le besoin. Dans ce cas, on parle de désherbage, ou, pour continuer la métaphore, on « désherbe » (donc on enlève), les herbes (ici, les livres), afin de faire de la place dans les massifs (ici, les rayonnages de la bibliothèque). Les livres sont alors relocalisés dans le catalogue de la BU comme étant « en magasin ». Ils gardent leur côte DEWEY1 et une étiquette jaune signalant leur nouvelle localisation « en magasin » leur est accolée dans le coin supérieur gauche de la première de couverture. Dans d’autres cas en revanche, l’ouvrage n’a réellement plus d’intérêt universitaire, soit parce qu’il traite d’un sujet qui évolue rapidement (la géographie de la France par exemple. Un ouvrage édité dans les années 60 à ce sujet proposerait très certainement des informations erronées, il peut donc être désherbé), soit parce qu’il n’est pas suffisamment emprunté (auquel cas, ce sont les statistiques d’entrées et de sorties qui permettent de le définir). Dans ce cas, l’ouvrage quitte définitivement les collections de la BU. Il n’est plus ni en libre-accès, ni en magasin. Que deviennent-ils alors ? Plutôt que d’être tout bonnement jeté, une seconde vie leur est proposée. Ils sont donnés à des œuvres caritatives, à des associations (Emmaüs par exemple) ou bien revendus à très bas prix comme le fait la BU avec sa bibliovente. La 3e édition a d’ailleurs eu lieu cette année les 13 et 14 novembre dans le hall du bâtiment sud sur le site Hannah Arendt, mais aussi, pour la première fois cette année, à Agroparc. Dans ce troisième cas, l’accord du Conseil d’Administration est toutefois obligatoire, car il s’agit de revendre des ouvrages qui étaient jusque-là disponibles « gratuitement »2.

C’est le fameux problème du manque de place auquel toutes les bibliothèques sont confrontées du fait de l’accroissement de leurs collections.

Soit. Toujours est-il que nous ne savons toujours pas à quoi ressemblent ces magasins. Où se situent-ils ? Comment se présentent-ils ? Y trouve-t-on uniquement des livres (ou n’y aurait-il pas quelques objets précieux… ?). De manière très pragmatique, les magasins de la BU se situent tout simplement dans ses sous-sols. Cela permet d’avoir rapidement accès aux ouvrages qui y sont entreposés, mais aussi d’assurer de bonnes conditions de conservation puisque les ouvrages sont ainsi protégés de la lumière du soleil, qui est l’une des causes de leur vieillissement prématuré. Concernant leur organisation, les magasins utilisent des compactus qui permettent de gagner drastiquement de la place. Il s’agit d’un système de rayonnage mobile que l’on actionne au moyen d’une manivelle et qui permet ainsi de créer un passage entre les rayons uniquement lorsque cela est nécessaire (voir photo). Si on trouve bien des livres en magasin, on y trouve aussi les thèses et les périodiques au-delà de certaines années. Quant aux quelques objets qui s’y trouvent et qui ne sont pas des objets papier, on peut citer les anciens casiers à fiches Cardex, ancêtre des catalogues informatiques que nous utilisons désormais ; mais pas d’objets rares ou précieux malheureusement !

Crédit photo : Creative commons by sa – Cyrielle Bichot-Paquien

[…] les magasins utilisent des compactus qui permettent de gagner drastiquement de la place.

Il faut également préciser que les magasins de la BU d’Avignon sont au nombre de deux. Le premier est celui que nous venons de décrire. Quant au second, il conserve des collections plus particulières puisqu’il s’agit d’ouvrages issus de dons et de legs. Parmi ces collections, on peut donc citer le don Démolin, le don du tribunal d’Avignon, le fonds américain et le fonds Pierre George. Il existe également d’autres fonds, localisés ailleurs dans la BU tels que le Centre de documentation européenne (CDE) consultable sur place au niveau 1, le fonds Maurice Agulhon, également disponible en libre-accès dans la salle des chercheurs du 3e étage ou bien encore le fonds de la SAES, la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur dont les ouvrages sont, là encore, en libre-accès3. Le fonds Maurice Agulhon est particulièrement connu par les étudiants et les chercheurs de l’Université d’Avignon, car c’est à lui que nous devons le nom de la BU du site Hannah Arendt. En revanche, les fonds Pierre George et Roger Brunet sont beaucoup moins bien connus par le public et il semblait opportun de profiter de ce billet pour vous les présenter un peu plus en détail… Le premier, Pierre George (1909-2006) était géographe et a fait don de sa bibliothèque personnelle à l’Université d’Avignon en 2001. Célèbre pour ses travaux de géographie humaine et économique dans la France des années 1940 aux années 1980, il est considéré comme l’héritier du célèbre géographe Vidal de la Blache (1845-1918) qui était parvenu à rendre la discipline géographique autonome de la discipline historique, et surtout, à la placer au rang des enseignements supérieurs. Le second, Roger Brunet est également géographe. Né en 1931 à Toulouse, il a travaillé en tant que professeur des universités et directeur de recherche émérite du CNRS. Il profite désormais de sa retraite tout en maintenant ses activités d’auteur et d’éditeur. Ayant légué une partie de sa bibliothèque à l’université d’Avignon en 2006, il se place ainsi dans la lignée de Pierre George, en tant que géographe d’abord, et ensuite parmi ces universitaires qui offrent une partie de leur patrimoine livresque à des institutions qui leur survivront…

[…] il conserve des collections plus particulières puisqu’il s’agit d’ouvrages issus de dons et de legs.

En conclusion donc, les magasins de la BU d’Avignon sont tout à la fois un lieu à part et totalement intégré à leur ensemble. À part, car il s’agit d’un espace privé, auquel seuls les agents de la BU ont accès, mais intégré à l’ensemble, car les objets que l’on peut y retrouver ne sont finalement que la continuité des collections déjà présentées en libre-accès. Leur gestion soulève les mêmes problématiques que des collections « classiques » (soucis de conservation dans des conditions optimales, possibilité d’emprunts ou de consultation sur place, gestion de l’espace disponible…) et leur existence ne relève pas du simple lieu de stockage (puisqu’il ne s’agit pas simplement d’y déposer les livres « en trop » — mais toujours utiles à la recherche — mais bien d’avoir une réflexion sur leur usage et leur pérennité au sein des collections universitaires d’Avignon).

1 Système de classification développé en 1878 par le bibliographe américain Melvil Dewey et aujourd’hui utilisé dans la majorité des bibliothèques publiques.

2 En réalité, il s’agit d’une gratuité relative, car les frais d’inscription à l’université incluent ce droit à l’emprunt.

3 Des informations détaillées pour chacun de ces fonds sont disponibles à l’adresse URL suivante : https://bu.univ-avignon.fr/informations-generales/fonds-specialises/

Citer cet article : Cyrielle Bichot-Paquien, "Les magasins de la bibliothèque universitaire (BU) d’Avignon," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 20 novembre 2019, https://eua.hypotheses.org/2792.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.