Parcours de vie d’un noble avignonnais au XVIIe siècle

Délaissé au lendemain de la Première Guerre mondiale, le livre de raison est tombé progressivement dans l’oubli et reste encore aujourd’hui un genre méconnu du public. C’est pourtant une source considérable sur la vie quotidienne des Français sous l’Ancien Régime, qui peut servir un champ d’études vaste sur l’histoire de la famille, de la santé et du corps. Aujourd’hui, j’ai choisi de vous faire découvrir les livres de raison de Jean-François de Cambis, un aristocrate ayant vécu au XVIIe siècle à Avignon. Ses livres sont conservés parmi les archives de la famille Cambis à la Bibliothèque municipale Ceccano à Avignon et ont fait l’objet d’une numérisation. Mais avant de vous parler de ce personnage, une définition des livres de raison s’impose.

Livre de raison : « journal tenu par le chef de famille qui inscrivait, avec ses comptes, les événements tels que les naissances, mariages et ses propres réflexions ».

Joseph de Pesquidoux, Le livre de raison
Arbre généalogique de la branche des Cambis de Servières, avec Jean-François de Cambis et son fils Richard-Joseph. Image issue des archives du fonds Cambis-Vidaud, bibliothèque municipale d’Avignon (photographie : Lucie Brunet – cc by sa)

Le livre de raison tient son origine du terme latin liber rationum, ratio désignant le calcul. Son usage est attesté dès le Moyen Âge et servait à l’origine aux marchands qui souhaitaient tenir à jour leurs dépenses et leurs rentrées d’argent. Le livre de raison est donc conçu au départ comme un livre de comptes1. Une définition est formulée dans le Dictionnaire de Furetière en 1690 : « Livre de raison, est un livre dans lequel un bon mesnager, ou un Marchand escrit tout ce qu’il reçoit & despense, pour se rendre compte & raison à luy-même de toutes ses affaires »2. Furetière induit que le livre de raison n’est plus dédié seulement aux marchands, mais également à tout « bon mesnager » qui souhaite connaître l’état de ses dépenses. Cette définition fait écho aux évolutions des usages de l’écrit dès le XIIe siècle. Les progrès de l’alphabétisation entraînent une intensification de la production documentaire, tandis que la diffusion de la lecture silencieuse instaure un rapport nouveau avec l’écrit qui devient plus libre et intime3. L’usage du livre de raison évolue à travers les siècles pour se détourner de son usage professionnel et devenir un objet plus personnel. Sa fonction d’aide mémoire ne concerne plus seulement les comptes mais s’étend à tous les pans de la vie de son auteur, tout ce dont il veut se souvenir, comme son mariage, les naissances, et parfois même ses propres réflexions. Le livre de raison ne doit cependant pas être confondu avec un journal intime où l’auteur pourrait se réfugier, c’était avant tout un outil au service de la famille, qui taisait le plus souvent les échecs et les hontes afin de conserver l’honneur familial. Les livres de raison deviennent le support de la mémoire d’une famille et se transmettent de père en fils sur plusieurs générations.

« Les paroles sont femelles, les actions sont mâles »

Proverbe toscan

De ce processus d’écriture, beaucoup en était exclu. Jusqu’au XIXe siècle, une majeure partie de la population ne savait pas écrire et ne pouvait donc pas posséder de livre de raison. Ceux qui tiennent la plume sont ceux qui détiennent le pouvoir. Les professions les plus représentées parmi les auteurs sont donc les commerçants, les hommes de loi, les notaires, et plus généralement l’élite alphabétisée, qui de par son statut est souvent rompue à l’exercice de l’écrit4. Les femmes quant à elles prennent rarement la plume. Si elles sont également porteuses de la mémoire familiale qu’elles transmettent de vive voix, elles sont la plupart du temps exclues du processus d’écriture, réservé aux chefs de famille, et donc aux hommes. Les seuls cas où une femme pouvait tenir la plume étaient en cas d’absence temporaire de son mari, ou si ce dernier venait à mourir.

La disparition des livres de raison est liée avec l’explosion de la pratique de l’écriture à partir du XIXe siècle. Genre trop hybride, entre le livre de comptes et le mémoire, les livres de raison sont progressivement abandonnés au profit de supports plus intimes. En tant que source d’étude, ils ouvrent cependant une fenêtre sur la vie quotidienne de ceux qui les tiennent.

La famille des Cambi est originaire de Florence, où elle est connue pour ses origines mercantiles illustres et les charges politiques que ses membres occupaient5. Elle entretenait également des liens avec d’autres grandes familles comme les Médicis. En 1448, Luc Cambi est le premier à s’installer à Avignon. Lui et ses héritiers possèdent très vite des biens considérables qui leur permettent d’être au premier plan politique. Leur nom se francise, devenant ainsi les Cambis. Si plusieurs membres de la famille ont tenu des livres de raison au cours des siècles, j’ai choisi de vous faire découvrir ceux de Jean-François de Cambis, qui le suivent durant 62 ans, quelques années avant sa mort en 1688.

« J’ay donné à ma maistresse pour payer quelque argent qu’elle debvoit 4 livres »

Jean-François de Cambis, ms 3360.

Jean-François de Cambis, né en 1599 à Avignon, commence son premier livre de raison à l’âge de 23 ans, à la suite de son mariage avec Isabeau de Rousset. Cet événement signe le début de son indépendance et de sa responsabilité de futur chef de famille : « Je fiancé et je fist la donation des corps avec madame Isabeau de Rousset, aagé de 12 ans et demy et de moy de 23 et demy »6. Cette première mention nous révèle l’importante différence d’âge entre les époux, une pratique courante parmi les familles de l’aristocratie. Lors du commencement de son livre de raison, Jean-François de Cambis utilise ce dernier avant tout comme un livre de comptes, afin de garder une trace de ses dépenses quotidiennes. L’écriture est brève et libérée, puisqu’il n’hésite pas à dévoiler l’existence d’une maîtresse à travers les cadeaux qu’il lui offre. Si la mention de cette maîtresse disparaît après quelques pages, les premières années de mariage de Jean-François de Cambis révèlent un mode de vie hédoniste, matérialisé par les dépenses fréquentes en banquet, vêtements d’apparat et un penchant pour les jeux d’argent – maillet, jeu de paume, brelan – dont notre auteur repart souvent perdant. Ces années d’insouciance se terminent avec l’arrivée d’un premier enfant, que Jean-François nomme après son père, Richard-Joseph. Cette naissance, qui intervient six ans après son mariage, est d’autant plus célébrée qu’il s’agit d’un héritier mâle, qui pourra ainsi perpétuer le nom et le blason de la famille.

Durant vingt ans, les livres de raison sont témoins de douze naissances. Le couple va cependant perdre quatre de ses enfants, une tragédie courante sous l’Ancien Régime. Au jeune marié indolent succède alors le père de famille soucieux, dont les livres de raison sont le support quotidien. Les dépenses sont désormais consacrées à l’habillement, l’éducation et la santé des enfants. De par son statut d’aîné, Richard-Joseph bénéficie d’une éducation complète – chasse, cours de danse et de musique – afin de pouvoir poursuivre la même carrière que son père. Jean-François de Cambis s’investit particulièrement dans les carrières politiques et religieuses de ses enfants, les aidant soit financièrement, soit en faisant jouer ses relations. Son livre de raison devient alors une véritable chronique familiale, marqué par les heureux événements (mariages et naissances) mais aussi par l’omniprésence de la mort. Cette dernière est particulièrement difficile lorsque Jean-François de Cambis perd son premier petit fils : « Une grande affliction pour nous est mort un enfant de mon fils Richard, nommé Alexandre Beneset de Cambis, aagé de cinq ans et deux mois ce 7me à 5 heures du matin. Dieu nous console »7. Pour la première fois, la douleur de l’auteur est exprimée, exacerbée sans doute par la peur de voir disparaître la lignée sans un héritier mâle.

« Mon cher enfant, je vous demande mon bon fils de réparer promptement mes fautes »

Jean-François de Cambis, ms 3362

Dans son troisième et dernier livre de raison, Jean-François de Cambis, alors âgé de 85 ans, est confronté à l’imminence de sa propre mort, et doit donc prendre ses dispositions afin d’assurer la transmission de son héritage. L’écriture se fait plus fébrile, pressée, notre auteur se hâte de noter toutes les informations qu’il n’a pas pu dire à ses enfants et qu’il leur faut connaître. C’est aussi l’occasion pour Jean-François de Cambis de coucher sur le papier ses sentiments, empreints du besoin de rédemption mais aussi d’amour, plus particulièrement pour son fils aîné, à qui il s’adresse directement à travers son livre : « Mon cher enfant, je vous demande mon bon fils de réparer promptement mes fautes »8. Ces notices, réservées à ses héritiers, sont les dernières de son livre de raison. La cause de la mort de Jean-François de Cambis nous est inconnue, et les archives ne font pas état de livre de raison tenu par un de ses enfants.

Les livres de raison nous dévoilent avant tout des morceaux bruts de vie. N’ayant pas pour vocation d’être dévoilés au public ou édités, la « sécheresse » et la « pauvreté » des livres de raison ont été souvent pointées du doigt9. Ils représentent un genre intermédiaire, dans une société où l’écrit émane encore majoritairement des institutions officielles. Lorsque le livre de raison s’écarte de sa nécessité première de livre de comptes pour devenir une chronique familiale, il devient une source indispensable pour mieux comprendre les mentalités et en particulier la relation avec l’autre durant l’époque moderne. Un dernier aspect que nous n’avons pas pu voir dans ce billet est lorsque le livre de raison contient le récit d’événements historiques dont l’auteur est contemporain. La chronique politique se mêle alors aux notices quotidiennes, le livre devenant un témoignage précieux.


1 S. Mouysset, Papiers de famille, Introduction à l’étude des livres de raison (France, Xve-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p.22.

2 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye, 1690.

3 M. Foisil, « L’écriture du for privé » in P. Ariès et G. Duby (dir), Histoire de la vie privée. Tome III. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Ed du Seuil, 1999.

4 S. Mouysset, Papiers de famille, op.cit. p.106.

5 J-A Pithon-curt, Histoire de la noblesse du Comté Venaissin, d’Avignon, et de la principauté d’Orange dressée sur les preuves. Dédiée au Roy, T.1, Marseille, Laffite, 1970, réimpr. de l’éd. de Paris, 1743-1750.

6 Bib. Mun. d’Avignon, ms 3360, fol 1 r°.

7 Bib. Mun. d’Avignon, ms 3362, fol.144 r°.

8 Bib. Mun. d’Avignon, ms 3362, fol 165 v°.

9 M. Foisil, « L’écriture du for privé » in P. Ariès et G. Duby (dir), Histoire de la vie privée, op.cit, pp.319-359.

Citer cet article : Lucie Brunet, "Parcours de vie d’un noble avignonnais au XVIIe siècle," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 26 novembre 2019, https://eua.hypotheses.org/3055.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.