Vers la mort des livres ?

Qu’est-ce qu’un livre ? Livre ; nom masculin, singulier. Selon le dictionnaire de l’Académie française, il s’agit d’un « assemblage de feuilles manuscrites ou imprimées destinées à être lues. »[1]

La première idée que nous avons d’un livre, c’est que c’est un objet. Donc un livre est tangible. La seconde idée qui découle de cette définition est la suivante : le livre est rédigé ; c’est-à-dire qu’il est constitué de mots, de phrases, qui soumettent une idée. Le troisième point logique serait que l’apprentissage de la langue écrite est indispensable à l’accès aux livres ; il est nécessaire que le lecteur sache lire pour comprendre un livre, et l’utiliser.

Cependant, le livre ne se limite pas à sa caractéristique d’objet. C’est un moyen pour l’homme de faire face à sa pensée. Il aurait pu se parler, face à un miroir me direz-vous. Mais où iraient ces mots ? Entendre et voir sont deux choses différentes ; l’invention du livre, de l’écriture permet à l’homme de se comprendre, de se souvenir, de communiquer. On peut considérer que la transmission orale est moins fiable que la transmission écrite : la mémoire humaine a ses limites. Écrire ses pensées, les coucher sur papier, c’est leur donner une certaine réalité perceptible grâce à nos sens, rendre matériel le plus abstrait de nos identités. Le livre permet également d’immortaliser les pensées et les idées de l’homme, afin que celles-ci survivent au corps, et restent immuables malgré le temps qui passe.

La nouvelle ère est régie par le progrès technologique. Ce progrès touche pratiquement tous les domaines : santé, culture, domestique, automobile… mais également littéraire ! La définition du livre vue précédemment perd alors toute signification.

Le livre online…

Le livre, comme les bibliothèques ont tendance à se dématérialiser. Le côté tangible évoqué au préalable est alors obsolète. Le premier texte informatisé date de 1971 ; il fait partie du projet Gutenberg lancé par Michael Hart. Le nom rend hommage au célèbre imprimeur allemand du 15Johannes Gutenberg (remarquons ici que la version électronique du livre est présentée par M. Hart comme une suite logique de la version papier).

« Brisons les barrières de l’ignorance et de l’illettrisme »

C’est le slogan de ce projet qui a pour but de permettre à tout le monde d’accéder à la littérature.

Feuilletons nos livres préférés sur le net ! Impossible, dîtes-vous ? Pourtant c’est bien ce que nous lisons sur certains sites : « feuilletez en ligne votre magazine… ». Mais il est vrai que l’expérience sensorielle perd un peu de sa valeur ; pour certains, il est clair que toucher le papier fait également partie de la lecture. Lire un livre c’est caresser les mots sur les pages, imaginer les scènes et les décors, rester en suspens à ce point qui ouvre une nouvelle phrase sur une nouvelle page… Lire un livre c’est le voir, le toucher, le sentir. Lire un livre, c’est tout simplement le vivre.

Démodé ? Plaît-il ? Faire un enchainement de trois verbes est à la portée de tous dîtes-vous ? Oui, je le concède : en ligne, n’importe qui peut publier ! Mais dans ce « n’importe qui », ne pourrions-nous pas trouver notre Molière des temps modernes ? Et puis, il faut avouer que la version dématérialisée d’un livre a des avantages.

M’entendez-vous ? Évidemment non, vous me lisez ! Figurez-vous que la version en ligne de certains livres propose une lecture de ceux-ci ! Oui ! Fascinant n’est-ce pas ? Écoutez quelqu’un vous lire un livre, comme le faisait la maîtresse pendant nos premières années d’école. Fermer les yeux et vous laisser emporter par l’engourdissante voix vous contant mille et une merveilles. Vous vous souvenez que l’on parlait de maîtrise de la langue écrite pour accéder à un livre… dorénavant, il est possible de passer outre cette contrainte ; seule une compréhension orale de la langue est nécessaire.

Bien sûr, si la voix ne vous plaît pas, vous pouvez utiliser celle de votre esprit. Parvenez-vous à déchiffrer ce que j’écris ? Quels yeux de lynx ! Saviez-vous que vous pouviez zoomer ? Oui, zoomer ! Agrandir l’écriture. C’est possible seulement sur les écrans. Il m’est déjà arrivé de vouloir zoomer sur une feuille pour agrandir l’écriture, tentative vaine, malheureusement. C’est pour vous dire la facilité qu’on a sur un écran d’adapter le texte à notre guise ; lecture en paysage, en portrait, en petite ou grande police, sur un téléphone portable, sur un ordinateur, sur une liseuse… pourquoi ne pas afficher le texte avec vidéo projecteur ?!

Entre nous, les livres c’est bien, mais où les stocker ? Les bibliothèques majestueuses sont très belles, mais encombrantes ! « Je suis étudiante, je vis dans le cœur de Paris, et j’adore lire ! J’ai une bibliothèque de deux mètres de haut trois de large, et un de profondeur… — Magnifique ! Et où dormez-vous ? ». Les livres nous bercent certes, mais il est très inconfortable de dormir sur une pile de livres, c’est l’expérience qui parle.

Et si on transposait toutes ces lettres, ces mots, ces phrases, ces paragraphes, ces pages ! … dans une simple clé ? Elle aura sûrement la place d’installer un lit pour dormir convenablement. Et même lire dans ce lit, à partir de cette fameuse clé…

Qu’est-ce qu’un livre, encore une fois ?

Un livre, c’était un « assemblage de feuilles manuscrites ou imprimées destinées à être lues. »

Alors plutôt que de parler de la mort des livres, évoquons plutôt leur renaissance.

Le livre vit, le livre grandit.

« La lumière est dans le livre, laissez-le rayonner. »

Victor Hugo

Alors, laissons-le rayonner de pixels !

Citer cet article : Fatiha Lagtab, "Vers la mort des livres ?," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 16 décembre 2019, https://eua.hypotheses.org/3211.

[1] Cf. https://www.dictionnaire-academie.fr/article/A9L1074


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.