Les chants Hudhud, mémoire de la culture Ifugao à préserver

Pour la majorité des Occidentaux, l’écriture apparaît comme un vecteur dominant de diffusion de la culture à travers le temps et l’espace. Cependant, parmi les 7 097 langues connues parlées sur le globe1, beaucoup d’entre elles ne connaissent pas de système d’écriture. Dans ces sociétés, chaque transmission implique la participation active tant de l’ancienne génération que de la nouvelle. Par la parole, ainsi s’héritent, le plus fidèlement possible, informations et valeurs culturelles. Les mémoires humaines gardent les idées comme une bibliothèque. Il en existe un exemple au cœur des Philippines. Par le biais de ses récits oraux, les chants Hudhud, le peuple Ifugao affirme la vitalité de sa culture.

Le peuple philippin Ifugao

Le terme Ifugao englobe trois réalités : une province située au cœur des montagnes de la Cordillère centrale de l’île de Luçon, une langue et une communauté ethnique. Comprenant trois millions d’habitants, le peuple Ifugao forme la plus nombreuse des minorités nationales des Philippines. S’ils demeurent une société traditionnelle peu impactée par l’extérieur, les Ifugao sont connus sur le plan international par deux aspects qui dénotent de l’authenticité de leur identité culturelle. D’une part, leurs pratiques agricoles ingénieuses des rizières en terrasses, inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 19952. D’autre part, leur forte tradition littéraire orale parmi laquelle les épopées chantées du Hudhud. Car, s’ils usent de l’écrit, celui-ci est souvent inutile et s’emploie seulement dans des cercles spécifiques comme l’école ou l’église. Aussi, la communication orale occupe une place fondamentale dans la culture Ifugao.

Carte des Philippines montrant la localisation de la province Ifugao (Crédit photo : Wikicommons/CC BY-SA 4.0)
Rizières en terrasses à Batad, Ifugao (Crédit photo : Eric Montalban/Wikicommons/CC BY-SA-3.0)

La tradition des chants Hudhud

Datant au minimum du VIIème siècle, le Hudhud correspond à la plus ancienne et plus connue des traditions de chants narratifs de ce peuple philippin. En 2001, l’UNESCO le proclame appartenant aux chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Il n’en existe que peu de traces écrites, et sa traduction reste difficile.

« Le patrimoine oral et immatériel désigne l’ensemble des créations émanant d’une communauté culturelle fondées sur la tradition, exprimées par un groupe ou par des individus et reconnues comme répondant aux attentes de la communauté en tant qu’expression de l’identité culturelle et sociale de celle-ci, les normes et valeurs se transmettant oralement, par l’imitation ou par d’autres manières. Ses formes comprennent, entre autres, la langues, la littérature, la musique, la danse, les jeux, la mythologie, les rites, les coutumes, l’artisanat, l’architecture et d’autres arts. »

UNESCO, 1989

Par 200 histoires divisées en 40 épisodes, chacune développée dans une langue débordante de figures de style, ce récit raconte l’épopée de deux garçons : Aliguyon du village Hannanga, et Pumbakhayon, du village Daligdigan. Trois ans durant, ces fils de chefs rivaux se défient et luttent pour la domination. Jamais lassés, jamais défaits, ni l’un ni l’autre, ils finissent par s’admirer. Grâce à un double mariage, la paix s’installe alors entre les deux tribus prospères.

En invoquant les héros anciens, ces chants rendent hommage aux pratiques traditionnelles et aux lois coutumières. Le patriotisme, le respect des aînés, l’importance des femmes, la culture du riz, l’harmonie avec la nature sont autant de valeurs portées. Le Hudhud est un archivage de la culture unique et pluriséculaire du peuple Ifugao et s’hérite encore aujourd’hui. Il est d’ailleurs intéressant de constater que la trace des évolutions culturelles est inscrite au sein même des paroles énoncées. Au fur et à mesure du récit, de nouveaux éléments apparaissent, alors qu’il n’en avait pas été fait mention dans les histoires précédentes. Par exemple, il est soudainement question d’une arme à feu ayant provoqué l’incendie d’un village. Cela rend compte du surgissement d’une influence extérieure à une certaine époque. L’utilisation de cet instrument moderne était alors encore confuse. C’est la preuve d’un patrimoine vivant, en perpétuel construction.

La récitation complète de cette chanson, sur mélodie unique, peut durer plusieurs jours. Elle sert à la fois à maintenir les travailleurs en activité à l’unisson, à stimuler la croissance de la récolte, mais surtout à se souvenir de l’histoire ancienne pour solutionner des problèmes contemporains3.

Femmes Ifugao transplantant le riz du lit de semence au champ, Montagnes de la Cordillère, Benguet, Luçon, 1903. (Crédit photo : John Tewell, Flickr/CC BY-NC 2.0)

Un patrimoine oral en danger

En dépit de la valeur de ce patrimoine oral, celui-ci s’avère menacé sous bien des angles. D’abord, les évolutions naturelles et la forte sismicité potentielle bouleversent le trait si particulier de ce paysage en terrasses, alors que c’est au milieu de celui-ci que s’entretient la tradition. De plus, l’influence extérieure, certes limitée, n’est ni absente, ni sans conséquence. Aujourd’hui, la majorité de la population Ifugao est convertie au christianisme. Certains même n’osent plus évoquer leur ancien système de pensée. Ces apports ont donc affaibli les croyances traditionnelles. Ensuite, l’essor du tourisme pose problème. En 2015, on recense 69 000 touristes dans la province Ifugao, soit seulement 0,18 % de l’ensemble de ceux présents dans le pays4. Ce chiffre est expliqué par l’accès au site rendu difficile par la sinuosité des routes et le manque d’infrastructures de transports aériens. Cependant, s’il reste encore faible, le certain accroissement touristique interroge sur la future authenticité des sites. Enfin, le développement de machines agricoles modernes aboutit à une déconnexion générale avec les pratiques traditionnelles. Les nouvelles générations, jugeant ce travail laborieux et peu valorisant, abandonnent la culture de la terre. Voici autant de facteurs qui, de fait, freinent la prospérité dans le temps des chants Hudhud.

Des actions de préservation

Étant donné l’importance de ce patrimoine culturel immatériel, selon la définition qu’en donne l’UNESCO, des mesures concrètes de préservation ont été mises en place ces dernières années. Cela a été possible par l’association et la collaboration du gouvernement philippin, des agences culturelles internationales et également des communautés locales. La stratégie de sauvegarde de cette mémoire traditionnelle s’appuie sur l’identification et la reconnaissance de cet élément culturel ainsi que sur sa pratique et sa propagation. En conséquence, depuis 2003, un énorme chantier a abouti, entre autres, à5 :

  • La documentation et la transcription de 17 récits.
  • La publication de livres pour enfants distribués dans les bibliothèques des écoles publiques.
  • La formation au chant de plus de 1 000 enfants Ifugao et l’intégration de son apprentissage dans le cursus scolaire.
  • La création de compétitions tel que le Hudhud Perpetual Award, un prix annuel encourageant la communauté à chanter pendant les récoltes.
Groupe Ifugao chantant le Hudhud le 09 octobre 2015 à l’occasion de la Journée internationale pour la réduction des catastrophes (Crédit photo : Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR), Flickr/CC BY-NC-ND 2.0).

Ainsi, la survie de ce patrimoine oral en danger s’appuie sur une variété d’actions. Notons que la mobilisation d’acteurs extérieurs, souvent officiels, ne suffit pas. La détermination du peuple Ifugao lui-même s’avère essentielle pour préserver et diffuser sa propre culture.

Citer cet article : Nolwenn Boutier, "Les chants Hudhud, mémoire de la culture Ifugao à préserver," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 24 novembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4055.

 

  1. Ethnologue, 20ème édition, Summer Institute of Linguistics, Texas, 2016. []
  2. Pour plus de renseignements : https://whc.unesco.org/fr/list/722/ []
  3. PYER-PEREIRA Tiana, Telling Tales: Memory, Culture, and the Hudhud Chants, Swarthmore College, Department of Linguistics, 2007 [En ligne]. Consulté le 21 octobre 2020. URL : https://www.swarthmore.edu/sites/default/files/assets/documents/linguistics/2007_pyer-pereira_tiana.pdf []
  4. BOQUET Yves, « Muyong et subak. Production agricole, patrimoine culturel et enjeux environnementaux dans les rizières en terrasses de Bali (Indonésie) et du pays Ifugao de Luçon (Philippines) », Bulletin de l’Association de géographes français [En ligne], 94-2 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2018, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/bagf/1296 []
  5. C. TALAVERA Renee, The role of schools for living traditions (SL T) in safeguarding the intangible cultural heritage in the Philippines : the case of Hudhud chants of the Ifugao, IRCI (International Research Centre for Intangible Cultural Heritage) [En ligne]. Consulté le 21 octobre 2020. URL : https://www.irci.jp/assets/files/ParticipantsReports/Philippines_Report.PDF []

Auteur/autrice : Nolwenn Boutier

Étudiante en Master 2 Patrimoines et Cultures numériques à Avignon Université. Diplômée d'une licence Humanités, mention Culture classique et modernités européennes. Intéressée par la diversité des actions de médiation culturelle.