Le classement à l’UNESCO entre inégalités et tourisme de masse

Depuis la « Convention sur la protection du patrimoine culturel et naturel mondial » adoptée en 1972, l’UNESCO recense des sites ayant des spécificités particulières qui méritent une reconnaissance internationale. Ces sites sont alors classés. Ce classement est complété en 2003 par la liste du patrimoine immatériel dont le but est de donner une certaine visibilité aux traditions et aux savoir-faire.

Avant toute chose, il est nécessaire de donner une définition rapide de ce qu’est le classement. Pour figurer sur la liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection dont voici quelques exemples : chef-d’œuvre du génie créateur humain, témoignage d’un échange d’influences, témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation et critères immatériels… En octobre 2020 la liste comprenait plus de 1 120 entrées1.

Malgré une mise en place accrue de la protection de ces sites, certains aspects du classement font débat.

Des disparités dans le classement

Malgré des critères de classement assez larges, tous les territoires et pays ne sont pas également représentés. Par exemple, le continent africain n’abrite que 10 % du patrimoine classé2. Ces inégalités se ressentent aussi dans la nature des éléments classés puisque, dans ces 10 %, très peu de sites culturels sont intégrés. Ces sites classés, le bâti notamment, se trouvent la plupart du temps en Europe et dans les zones dites « développées ». A contrario les sites naturels, traditions, éléments immatériels sont sur-représentés dans les pays dits « sous-développés ». Les raisons à ces disparités sont multiples.

Concernant ce point nous pouvons retrouver une intervention d’une personne ayant travaillé au Centre du patrimoine mondial de 2001 à 2012.

« Le coût de la réalisation d’un dossier de candidature pour qu’un site soit classé sur la liste est très élevé, et il faut une expertise pour monter un dossier. Or les pays africains en manquent. De plus, un site classé doit être administré selon un plan de gestion et doit être préservé aux frais du gouvernement. Or beaucoup de pays pauvres n’ont ni l’expertise ni l’argent pour cela. »

Mme D
Les risques liés au classement

Des menaces pèsent sur les sites et éléments classés. L’UNESCO en est cependant consciente. C’est ainsi qu’elle met en garde les gestionnaires des sites classés contre les « activités intempestives ». Ces activités sont la perte de contexte des éléments classés au profit des visiteurs, le détournement du patrimoine « par des membres individuels de la communauté, par l’État, les tour-operators, les chercheurs ou autres personnes extérieures ». Ce second risque évoqué est sans doute celui qui est aujourd’hui le plus mis en avant, bien qu’il soit lié au premier cité. Ce détournement peut malheureusement conduire à ce qu’on appelle le tourisme de masse et aux effets que l’on connaît déjà : destruction des ressources, surexploitation des sites…

L’anthropologue David Berline, ayant étudié le cas de Luang Prabang au Laos (site classé au patrimoine mondial) a étudié ce phénomène qu’il appelle « unescoïsation  ». Pour lui le classement à l’UNESCO est équivalent à une « mise en tourisme du lieu  ».

Temple Wat Xieng Thong – Luang Prabang – Laos,
16 Juin 2018, Basile Morin, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International

Les conséquences du classement peuvent aussi toucher les habitants historiques d’un quartier. Par exemple le quartier historique Casco Antiguo (Panama City) classé en 1997 a connu l’exil des habitants les plus pauvres en périphérie de la ville. Le quartier devenant un lieu touristique depuis le classement, de nombreux changements ont été effectués, comme des restaurations de bâtiments, des rachats d’habitations. C’est ainsi que le phénomène de gentrification a touché le quartier.

Gentrification : « Tendance à l’embourgeoisement d’un quartier populaire.»

Larousse

Ainsi certaines catégories de population n’ont plus les moyens de vivre dans ce quartier et les inégalités se creusent suite au classement.

Casco Antiguo, 30 mars 2019, Daniiis, Creative Commons Attribution-Share Alike 4.0 International

Des effets sur la population sont aussi visibles dans des régions plus isolées. Ainsi la demande de classement du parc national du Semen (Éthiopie), faite en 1978, a entraîné une modification forcée des pratiques et coutumes des habitants du parc. Afin de garantir la protection du parc, les activités de chasse et agriculture sur brûlis ont été interdites au détriment des populations habitant dans le parc.

Les initiatives proposées pour améliorer la situation

L’UNESCO est consciente des problèmes posés et particulièrement celui du tourisme de masse entraîné par le classement sur la liste du patrimoine mondial. C’est ainsi que des initiatives créées par l’UNESCO elle-même, mais aussi par les villes, voient le jour afin de contrôler les flux touristiques, de promouvoir un tourisme plus responsable notamment. C’est pourquoi en 2018 l’UNESCO avait pour projet de nommer des experts, afin de concevoir des outils destinés à améliorer la gestion des sites touristiques. Cela devait permettre aux gestionnaires des lieux patrimoniaux de se rendre compte des besoins, de la manière dont le site est géré et le cas échéant d’établir des programmes pour développer un tourisme durable pour protéger le patrimoine en collaboration avec les acteurs locaux.

L’UNESCO a bien créé des outils afin de mieux gérer le patrimoine. « Le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable » a pour but de planifier un tourisme approprié en association avec tous les acteurs intervenants sur le site patrimonial grâce au dialogue et à la coopération. Nous pouvons retrouver, sur le site internet présentant le projet3, quelques objectifs portés par l’outil créé.

« Les parties prenantes du patrimoine mondial et du tourisme partagent la responsabilité d’assurer la conservation de notre patrimoine culturel et naturel commun présentant une valeur universelle exceptionnelle, ainsi qu’un développement durable fondé sur une gestion appropriée du tourisme.»

« Faciliter la gestion et le développement d’un tourisme durable sur les sites des biens du patrimoine mondial en sensibilisant davantage toutes les parties prenantes, en renforçant leurs capacités et en favorisant leur participation afin de protéger ces biens et leur valeur universelle exceptionnelle.»

UNESCO

Cet outil devra permettre d’agir sur plusieurs points. Tout d’abord favoriser le tourisme durable en permettant de gérer les sites selon le contexte et les besoins des locaux. Puis renforcer les capacités des sites en aidant les intervenants des sites à mieux gérer les lieux. Et enfin créer des routes du patrimoine pour favoriser le développement durable.

L’UNESCO demande aussi aux villes elles-mêmes d’aménager le tourisme et les conditions d’accueil des visiteurs. C’est ainsi qu’en 2016 la ville de Venise a été contrainte, sous peine d’inscription de la ville au Patrimoine mondial en péril, de proposer des solutions concrètes au problème que pose le tourisme de masse dans la ville. Il a donc été installé des portiques d’entrée notamment, mais cela n’a pas fonctionné.

Il faut aussi ajouter que certaines sites n’attendent pas d’être dans l’obligation avant de prendre des mesures pour améliorer la gestion des touristes. C’est le cas de Barcelone qui a interdit la construction de nouveaux hôtels. Des lieux insolites sont aussi pris d’assaut comme le Mont-Blanc où une limite de 214 alpinistes par jour a été mise en place afin de protéger le lieu.

Sources

Chloé Maurel, La liste du patrimoine mondial de l’Unesco prolonge-t-elle « la domination des Blancs sur les Africains » ? in Le Monde, 27/03/2017, consulté le 06/11/2020

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/27/la-liste-du-patrimoine-mondial-de-l-unesco-prolonge-t-elle-la-domination-des-blancs-sur-les-africains_5101409_3212.html

Chloé Maurel, Les effets pervers du classement au patrimoine mondial de l’Unesco, in The conversation, 3/01/2017, consulté le 06/11/2020

https://theconversation.com/les-effets-pervers-du-classement-au-patrimoine-mondial-de-lunesco-70727

Christian Orofino, Patrimoine mondial : l’UNESCO se penche (enfin ?) sur la « gestion du tourisme », in TourMag, 22/11/2018, consulté le 7/11/2020

https://www.tourmag.com/Patrimoine-mondial-l-UNESCO-se-penche-enfin-sur-la-gestion-du-tourisme_a91241.html

Eric Chaverou, Tourisme de masse : six hauts lieux qui viennent de légiférer, in France Culture, 27/09/2018, consulté le 7/11/2020

https://www.franceculture.fr/societe/tourisme-de-masse-six-hauts-lieux-qui-viennent-de-legiferer

UNESCO, Les critères de sélection, consulté le 07/11/20

https://whc.unesco.org/fr/criteres/

UNESCO, Questions fréquentes (FAQ), consulté le 7/11/2020

https://ich.unesco.org/fr/questions-frequentes-faq-00021?fbclid=IwAR393W-mHedHV8AZpFp45LlR2mBfiQSB6hWhPgUn-Bpmx-aKYwAak05h25M#quel-est-limpact-pour-les-communauts-et-les-tats-de-linscription-sur-les-listes-ij

Citer cet article : Pauline Cretinon, "Le classement à l’UNESCO entre inégalités et tourisme de masse," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 24 novembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4127.
  1. UNESCO, Liste du patrimoine mondial, https://whc.unesco.org/fr/list []
  2. UNESCO, Patrimoine mondial naturel, https://whc.unesco.org/fr/patrimoine-mondial-naturel/ []
  3. UNESCO, tourisme durable, https://whc.unesco.org/fr/tourisme/ []

Auteur : Pauline Cretinon

Diplômée d'une licence en Sciences Humaines Appliquées en 2019 à l'Université Grenoble Alpes. Étudiante en master 2 Patrimoines et Cultures Numériques à Avignon Université. Intéressée par le monde du Patrimoine : Archives, Musées, Bibliothèques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.