Le 7 février 1944 : chronique d’une rafle oubliée

Alors que la seconde guerre mondiale s’est terminée depuis presque 80 ans et que les tambours de la guerre ont depuis longtemps laissé place à une paix durable entre les états européens, il demeure certains noms de lieux qui, ayant connu l’horreur sous l’occupation, continuent d’apporter leur lot de mémoires douloureuses et de souvenirs endeuillés. Si Oradour-sur-Glane ou Vassieux-en-Vercors sont des noms qui parlent à beaucoup, ces évènements marquants peuvent éclipser, par leur ampleur, la terrible réalité qu’a été l’occupation des villes et villages français par les troupes allemandes et les miliciens de Vichy.

La campagne: une isolement propice à la contestation

Nous sommes au début de l’année 1944. Après les victoires de El-Alamein en Afrique du nord deux ans auparavant et Stalingrad en 1943, les forces alliées reprennent l’ascendant sur l’Axe qui est bouté hors d’Afrique avec la prise de Tunis et qui commence à perdre l’Italie. Ces revers successifs entraînent une intensification des coups de force dans les territoires occupés pour calmer toute velléité de révolte et de résistance. Les campagnes françaises sont alors de véritables nids d’opposants qui sans être une véritable entrave à l’occupation restent une nuisance constante. Réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO), Francs-tireurs et Partisans (FTP) mais aussi passeurs et caches d’armes, le milieu rural est perçu par beaucoup comme l’endroit idéal pour échapper à l’occupant et ses armes modernes. Ainsi la Drôme ne fait pas exception avec ses quelques 267 000 habitants à peine, répartis sur 6 530 km² soit une densité moyenne de 41 habitants au km². Les évènements du Vercors un peu plus tard la même année prouvent même que cette ruralité et cette géographie étaient jugées propices à l’insurrection par les Alliés eux-mêmes avec la création du plan « Montagnard » ayant pour but la révolte ouverte dans le massif.

Dans ce contexte, le village de Charols

Petite commune d’à peine 350 habitants alors, éloignée de la vallée du Rhône et dont la seule valeur stratégique est un pont qui enjambe le Roubion (un affluant du Rhône) et qui sera d’ailleurs bombardé durant la libération par l’US Air Force afin de bloquer toute retraite allemande dans le cadre de la bataille de Montélimar. L’histoire prend place le 7 février 1944 au cours d’un hiver terriblement froid. La suite, c’est Gilbert SAUVAN, ancien vice-président honoraire du conseil général de la Drôme, engagé au sein de la 12ème Compagnie du 3ème Bataillon des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) et contemporain des évènements qui nous le livre dans un témoignage saisissant :

Le 7 février 1944 à 11h du matin, à la sortie de vers Cléon, je suis arrêté et interrogé par deux miliciens. Ayant reconnu « Gueule Tordue  »1 je ne répondais qu’évasivement à leurs questions voulant savoir si je connaissais Monsieur RODET, le maire2 et s’il était chez lui… Comme ils étaient à pied, je leur faussais compagnie en enfourchant mon vélo… Mais passé le pont3, j’aperçois un rassemblement […]. C’était la Gestapo qui s’apprêtait à encercler le village de Charols. Vite je change de direction et j’emprunte un sentier qui conduit vers le Roubion. Une dizaine d’allemands courent à travers champs en me criant « HALT… HALT !  »4, mais je continue à pédaler […]. Vers 13h, avec une certaine inconscience, je me rends à pieds à Charols. En passant sur le pont j’aperçois une sentinelle qui montait la garde au centre du village face à la maison Rodet et je m’aventure lorsque je rencontre Monsieur ROUSSEL qui me dit « fais demi-tour, la Gestapo est chez Henri RODET et on l’entend crier. Les Allemands arrêtent tous les gens qui passent et on les aligne contre le mur, les mains sur la tête ».

Gilbert SAUVAN (dans MOUNIER René, Charols en Valdaine Provençale, De l’an mil à nos jours, édité par l’auteur, Montélimar)

Une journée dans l’enfer de l’occupation

Le maire est arrêté et torturé, accusé sans preuve d’avoir ravitaillé le maquis d’Eyzahut, petit village niché dans les falaises calcaires de la région. Il n’a jamais parlé et les Allemands ainsi que les miliciens durent se résoudre à s’en prendre à sa femme qui garda elle aussi le silence. Un fuyard et cinq maquisards furent arrêtés dans la même journée. Pendant que l’horreur se déroulait dans la résidence RODET, les habitants du village souffraient un autre traitement. Alignés contre le mur de la maison du Maire (en face de l’actuel Hôtel-Restaurant Les Voyageurs), dénudés et humiliés des heures durant, ils sont tenus en joue par les occupants sans autres motifs que d’instiller la peur au sein d’un village reconnu comme peu coopératif.

Le nombre de personnes alignées contre le mur augmentait. Combien était-elles ? 40…50… je ne sais plus, tous les passants y étaient contraints, c’était la terreur.

Gilbert SAUVAN

Au total 80 personnes furent prises en otage, hommes, femmes et enfants, menacées d’être passées par les armes ou la corde afin de révéler ce qu’ils savent du maquis d’Eyzahut. C’est peine perdue, personne ne parla. Le maire est vu pour la dernière fois par sa femme, « battu et déchiré »5 avant d’être déporté avec les 6 autres arrêtés (André TAVAN, Guy SAMAMA, MORFIN, GERARD, HARO et BONSERGENT) vers Mauthausen6. Tous les Charolais y laisseront la vie et seuls 4 des cinq maquisards en reviendront à la fin de la guerre. Les otages sont eux renvoyés chez eux, terrorisés et transis de froid mais vivants. Cet évènement va durablement marquer les contemporains et le village jusqu’à la fin de la guerre et ce n’est pas l’attribution de la Croix de guerre avec étoile de bronze par la IVème République le 11 novembre 1948 qui va refermer les plaies toujours aussi béantes de ce petit village qui a subi l’occupation de plein fouet.

Plaque commémorative de la rafle située rue Henri Rodet, sur le mur de la maison de l’ancien Maire, photographie par Benjamin SCHUSCHITZ.
Licence CC BY-SA.

76 ans plus tard : un oubli douloureux

Que reste-t-il aujourd’hui de ces évènements ? Deux plaques commémoratives et quelques survivants qui ont essayé de tourner la page pour continuer à vivre après cette journée terrible. Tous les ans, le premier dimanche qui suit le 7 février, une commémoration se tient devant la plaque en présence du Maire, du président du comité local des anciens combattants et de la Caserne de pompiers de Charols – Pont de Barret. En dépit de cette histoire à la vue de tous et d’une communication de la Mairie autour de ces commémorations, l’affluence se fait de moins en moins importante et le village désormais habité par près de 1 000 habitants ne voit se réunir chaque hiver dans la rue désormais appelée « Rue Henri Rodet » qu’une trentaine de personnes tout au plus. Avec la disparition des contemporains et de leurs descendants, avec l’arrivée de nouvelles personnes et le départ des enfants du pays, l’histoire semble se perdre progressivement, ne plus intéresser personne voire même être oubliée. Le mur et sa plaque, toujours debout sont désormais entravés de voitures garées que les propriétaires ne prennent plus la peine d’enlever pour la commémoration et les quelques témoins toujours en vie doivent se contenter de se réunir discrètement, quelques minutes tous les ans.

Cérémonie du 9 février 2020 en l’hommage des victimes des évènements du 7 février 1944, prenant place entre deux voitures stationnées là, photographie par Benjamin SCHUSCHITZ. Licence CC BY-SA.

Cet évènement peut sembler anecdotique face à l’ampleur de la seconde guerre mondiale, mais il est représentatif de cette «micro histoire» qui veut rappeler qu’au milieu des montagnes de chiffres et de faits, la guerre a touché tout le monde et que comme bien souvent ce sont les innocents qui ont subi la folie de la guerre. L’oubli progressif de cet évènement semble lui être le lot de tout fait historique jugé comme non majeur et occulté par plus connu que lui. Qui sait si dans 50 ans cette commémoration aura encore lieu. Il ne nous restera alors guère plus que les livres et les dernières mémoires des petits-enfants des témoins de la rafle de Charols.

Citer cet article : Benjamin Schuschitz, "Le 7 février 1944 : chronique d’une rafle oubliée," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 21 décembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4313.
  1. Habitant de la commune du Teil, très connu pour sa participation active à la collaboration dans la région []
  2. De Charols []
  3. Sur le Roubion []
  4. En allemand dans le texte []
  5. Selon son propre témoignage recueilli après guerre []
  6. Camp de concentration et de travail situé en Autriche []

Auteur/autrice : Benjamin Schuschitz

Étudiant en Master 2 Patrimoines et Cultures Numériques à l’Université d’Avignon. Passé par la Marine Nationale, détenteur d’une Licence en Histoire, je suis un passionné depuis mon plus jeune âge et j’entends transmettre cet intérêt qui m’anime.

Une réflexion sur « Le 7 février 1944 : chronique d’une rafle oubliée »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.