Gallen-Kallela et le Kalevala : un récit finlandais

Ecrit au milieu du XIXème siècle par Elias Lönnrot, le Kalevala est l’un des symboles de la culture finlandaise. Considéré comme l’épopée de ce pays, ce texte a contribué à la construction de la culture et de la langue finlandaise, en donnant à ce peuple une épopée légendaire, puisant dans les traditions orales anciennes. Il va inspirer un grand nombre d’artistes (écrivains, peintres, musiciens…), notamment au XIXème siècle, quand les artistes vont, partout en Europe, participer à la quête des racines historiques et culturelles de leurs pays. Ainsi, le passé mythique de la Finlande, relaté dans le Kalevala, va devenir leur source d’inspiration.

Le Kalevala : l’épopée finlandaise

En parcourant son pays natal, Elias Lönnrot a recueilli des chants populaires transmis oralement dans le but de les rassembler pour former le Kalevala. Ce texte est un moyen pour ce pays, marqué par son histoire, de trouver son identité. En effet, dès le XIIème siècle, la Finlande est intégrée à la Suède, dont elle partage la langue, et en 1809, elle est conquise par l’empire russe. Au début du 20e siècle, la moitié d’un territoire très important va être annexée à l’Union soviétique : la Carélie, berceau du Kalevala, où Lönnrot va recueillir la plupart des poèmes. La perte de ce territoire mythique est encore vécue comme un traumatisme par le peuple finlandais. Ce pays ne prendra son indépendance qu’en 1917. En raison de son occupation à partir du XIIème siècle, l’aspiration à faire reconnaître une identité finlandaise prend une grande importance, surtout au XIXème siècle. Les Finlandais doivent donc trouver leur identité vis-à-vis de la Russie, mais aussi de la Suède. La reconnaissance de cette identité est nécessaire pour ce pays qui cherche à trouver un passé mythique et une langue propre à lui. L’écriture du Kalevala va donc participer à cela.

Le Kalevala est publié dans une première version en 1835, puis une deuxième fois en 1849. Cette dernière version se voit enrichie et se compose donc de plus de 22 000 vers, organisés en 50 chants. Le jour de sa publication, le 28 février 1835, est devenu jour de fête nationale en Finlande, sous le nom de « jour du Kalevala ». Cette épopée met en scène différents personnages légendaires tels que le barde magicien Väinämöinen, le guerrier Lemminkäinen, le héros tragique Kullervo et le forgeron Ilmarinen.

“Voici que dans mon âme s’éveille un désir, que dans mon cerveau surgit une pensée : je veux chanter ; je veux moduler des paroles, entonner un chant national, un chant de famille. Les mots se liquéfient dans ma bouche, les discours se précipitent ; ils débordent sur ma langue, ils se répandent autour de mes dents”

Le Kalevala : épopée nationale de la Finlande et des peuples finnois, 18671

Même si ce texte a dû subir quelques déformations de la part de l’auteur, il a un intérêt notable car la transcription écrite de chants permet de garder une trace de la mémoire des anciens, de garder un souvenir du passé. Cette épopée a contribué à fixer la langue finnoise et à valoriser le passé mythique de la Finlande. Ainsi, de nombreux artistes finlandais se sont inspirés de cette œuvre : c’est notamment le cas du musicien Sibelius ou du peintre Akseli Gallen-Kallela, qui fut le premier à donner un visage à ces héros légendaires.

Akseli Gallen-Kallela, peintre du Kalevala

Né en 1865 alors que le pays est sous domination russe, Akseli Gallen-Kallela est un des artistes finlandais parmi les plus importants et les plus connus. Il faut noter que Gallen-Kallela n’est pas son vrai nom : en effet, il a changé son nom d’origine suédoise, Akseli Gallén, pour sa forme finlandaise. C’est dans les années 1880 qu’il va commencer à s’intéresser au Kalevala et à réaliser des œuvres en lien avec ce dernier en adoptant un changement plastique et formel dans son style de peinture.

Akseli Gallen-Kallela, La Légende d’Aïno, 1891, triptyque, huile sur toile, Ateneum Art museum (Licence CC, copyright free)

À ses débuts, Gallen-Kallela a un style de peinture assez réaliste : c’est un artiste qui s’est formé à Paris, à l’Académie Julian, et qui est très sensible au naturalisme de Jules Bastien-Lepage, peintre qui se soucie du réel et du détail dans ces œuvres. À partir des années 1880, les enjeux nationalistes de l’art vont devenir, pour lui, une véritable obsession. Il commence à s’intéresser à l’épopée finlandaise et au sort de son pays et il réalise donc ses premières œuvres d’inspiration kalévaléenne. D’abord abordée sous un angle réaliste, il va rapidement transposer ses œuvres dans un nouveau langage, que l’on peut qualifier de synthétique. C’est en 1891 que Gallen-Kallela réalise le premier tableau du cycle kalévaléen, La Légende d’Aïno. Ce dernier est un triptyque qui met en scène Aïno, représentée sur les trois parties, qui est promise à Väinämöinen. Ce tableau a été peint à Paris, sous l’influence de Bastien-Lepage : on remarque donc encore un certain attachement à la peinture naturaliste à cette date.

Akseli Gallen-Kallela, La défense du Sampo, esquisse pour les fresques de la coupole du pavillon finlandais à Paris de 1900, 1899, gouache sur papier (Licence CC, copyright free)

Pour ses œuvres suivantes, Gallen-Kallela va complètement revoir sa manière de peindre car, pour lui, ce type de représentation naturaliste n’est plus adapté à la représentation d’un monde mythique et légendaire. Il va donc adopter un style en accord avec le Kalevala en proposant des dessins stylisés et synthétiques, un graphisme linéaire et des couleurs disposées en aplats et cernées. À partir de là, ces grands principes vont être présents dans toutes ses œuvres. Une des plus connue est La Défense du Sampo, peinte en 1896. Elle représente un des grands épisodes du Kalevala. Lorsque ce tableau fut exposé, il a impressionné les contemporains.

“Nous étions tous groupés autour de ce tableau et notre silence en disait plus long que tous les éloges. Bienheureux celui qui arrive à créer une telle œuvre”

Akseli Gallen-Kallela, La mère de Lemminkaïnen, 1897, tempera sur toile, Helsinki, Ateneum Art Museum (Licence CC, copyright free)

Les années qui suivent, Gallen-Kallela va continuer à illustrer des scènes kalévaléennes comme La revanche de Joukahainen ou Le fratricide en 1897. À cette même date, il réalise La mère de Lemminkäinen où l’on retrouve ici encore la simplification des formes et l’abandon de la perspective. L’artiste a donc évolué depuis ses premières œuvres naturalistes.

Il faut également noter que les toiles inspirées du Kalevala sont peintes en Finlande et que la découverte de ce texte par Gallen-Kallela va de pair avec la redécouverte de sa terre natale. Il la découvre qu’en 1890 et il va faire construire sa maison-atelier, où il va habiter jusqu’en 1901. C’est ici qu’il va réaliser la plupart de ces œuvres.

Le succès de cet artiste fut tel qu’en 1900, il sera retenu pour réaliser de grandes fresques inspirées du Kalevala pour le pavillon de la Finlande à l’Exposition universelle de Paris. C’est également un grand portraitiste et un peintre de paysage. Là aussi, dans ces peintures, cette identité et cette nature finlandaise sont retrouvées.

Akseli Gallen-Kallela, Vue sur le lac, 1901, huile sur toile, Helsinki, Ateneum Art Museum (Licence CC, copyright free)

Gallen-Kallela est donc un peintre qui a aidé à la création d’une identité et d’une culture finlandaises, comme l’a fait Lönnrot avec le Kalevala. Au cours du XIXe siècle, les artistes vont s’intéresser au sort de leurs pays et certains vont adhérer à des mouvements qui vont chercher à renforcer l’identité culturelle du pays : c’est le cas de Gallen-Kallela qui a adhéré à celui des Jeunes Finnois. Ces deux œuvres font aujourd’hui parties intégrantes de la culture finlandaise.

Citer cet article : Laura Caps, "Gallen-Kallela et le Kalevala : un récit finlandais," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 18 décembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4352.
  1. Consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65356671/f9.item.r=kalevala []

Auteur/autrice : Laura Caps

Etudiante en master Patrimoines et Cultures numériques à l’université d’Avignon et diplômée d’une licence en histoire de l’art à l’université Bordeaux Montaigne. Passionnée par l’art sous toutes ses formes et intéressée par la conservation et la médiation numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.