La mode, miroir des sociétés

«Mode (n.f) : aspect caractéristique des vêtements correspondant à une période bien définie ; modèle correspondant à cette caractéristique»1. Elle représente la manière de se vêtir, conformément à un style d’une époque dans un milieu précis. La mode prend en compte non seulement les vêtements mais aussi les accessoires (bijoux, chaussures, sacs, …) et les cosmétiques (parfum, maquillage). Sa principale caractéristique vient de son changement incessant, incitant à renouveler le vêtement au fil des années. Ce phénomène impacte la société de part le regard qu’il renvoie et les codes qu’il impose. Il permet à chacun d’affirmer sa personnalité ainsi que sa classe sociale.

Apparue au XIVème siècle, la mode est un faire-valoir, un miroir de la condition sociale. La Cour se pare de costumes somptueux fournis de pierres précieuses. Plus tard, elle connaît de grands progrès avec l’invention de la couture et l’émergence de l’industrialisation. Elle se révèle au monde entier au XIXème grâce à l’un des plus célèbres couturiers anglais, Charles-Frédéric Worth. Les premières maisons de Haute couture apparaissent telles que Lanvin ou Chanel et lancent les premiers défilés de mode avant-gardistes.

Le XXème siècle symbolise l’âge d’or des créateurs. À l’aube de la guerre, les grands magasins se développent et marquent le début d’une mode de masse. Dans les années 50, la mode redonne de la couleur aux sociétés et Christian Dior redessine la taille de la femme avec son New look. Les années 60 et 70 laissent place à l’émancipation de la femme avec l’arrivée du jeans et des imprimés psychédéliques du disco. La mode «rebelle» marque un tournant dans les années 80 avec l’émergence de plusieurs mouvements sociaux et politiques : New wave, funk, hippie, punk, gothique. Les années 90 sont marquées par la culture hip-hop. La mode connaît la consécration du sportswear dans les banlieues urbaines avec le jogging.

«Vêtements modèles»

Comme mentionné dans sa définition, la mode rassemble de nombreux «modèles» ou pièces vestimentaires tels que le t-shirt, le pantalon, la jupe, la veste, les chaussures. Certains d’entre eux sont devenus des basiques, des icônes ou encore des incontournables de la garde-robe. Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) a consacré une exposition intitulée Vêtements modèles2 dans le but de mettre en lumière de cinq pièces phares de la garde-robe. Isabelle Crampes, commissaire générale et Coline Zellal, commissaire associée, conservatrice du patrimoine au Mucem ont souhaité mettre en lumière l’histoire et le savoir-faire du débardeur, du bleu de travail, du kilt, de l’espadrille ou encore du jogging. Symboles de plusieurs générations, ces modèles ont été réinterprétés tout en gardant leur fonction première. Ils ont été influencés par les mondes du cinéma et de la musique.

Un vêtement est toujours l’incarnation d’un système de normes et de valeurs au sein d’une société donnée, et c’est cette richesse de sens qui est au cœur de l’exposition.

Coline Zellal, conservatrice du patrimoine au Mucem

Le bleu de travail et le débardeur en sont de parfaits exemples de mode puisque la société s’est emparée de leur image. Le bleu de travail, caractérisé par un col chevalière et des poches extérieures en moleskine, est devenu le symbole de la figure ouvrière au XIXème siècle. Il est détourné sous forme de pantalon, de veste ou encore de salopette avec pour couleur emblématique, le bleu associé au métal depuis la naissance du compagnonnage3. Il a été un modèle pour la politique pendant l’entre-deux-guerres ou encore lors des évènements de Mai 68. Le bleu de travail a d’ailleurs inspiré l’entreprise multinationale Nintendo avec sa mascotte, Super Mario, représentant un plombier italien en salopette bleue.

Combinaison en denim
Combinaison en denim
Maria Grazia Chiuri pour Christian Dior Collection prêt-à-porter Automne-Hiver 2017 Coton Collection Dior Heritage, Paris
© Estelle OUDOUX
Super Mario
«super mario bros» by sebastien letellier is licensed under CC BY-NC 2.0

Le débardeur, maille tricoté sans manches, autrefois porté comme un tricot de peau devient un marqueur identitaire du XXème siècle. Il est rattaché aux ouvriers et aux sportifs. De par son élasticité, il permet une certaine liberté de mouvement. Sa caractéristique androgyne est souvent au cœur de controverses puisqu’il met autant en valeur la virilité des hommes que les courbes des femmes. Durant les années 30, le débardeur a contribué à la libération de la femme. La génération hippie lui a permis de se parer de couleurs pastels, autrefois connotées comme forme d’impureté. Tous deux sont devenus des objets de tendance et de collection.

Pile de t-shirts teints
Pile de t-shirts teints
Sugar
De 1979 à nos jours
Coton Sugar, Marseille
© Estelle OUDOUX
La mode, un phénomène psychosocial4

Les vêtements ne protègent pas seulement des facteurs extérieurs comme les températures, le climat ou des attaques d’individus. Ils permettent de communiquer avec autrui, de porter un message afin de revendiquer son appartenance à un groupe social, une contestation politique ou simplement une envie de se distinguer des autres. La mode vestimentaire est déterminée par l’évolution des forces sociales et des techniques, par l’histoire, la politique, la géographie ou encore la religion. Avec la transgression des normes vestimentaires, les codes de la société ont évolué et les évènements politiques ou sociaux se sont emparés de l’image de la mode. L’émancipation de la femme a été marquée par l’arrivée du jeans, du débardeur sans dessous ou encore de la mini jupe laissant notamment entrevoir les jambes de Brigitte Bardot. La mode est ainsi une aspiration collective à la liberté et à la démocratie. Les vêtements permettent de retranscrire les idées et valeurs des sociétés ainsi que leurs modes de vie. Ils font partie intégrante de l’Histoire et des mémoires culturelles.

Citer cet article : Estelle OUDOUX, "La mode, miroir des sociétés," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 18 décembre 2020, https://eua.hypotheses.org/4418.
  1. Définition du terme «mode» dans le dictionnaire Larousse []
  2. MUCEM, «Vêtements modèles, Mucem, fort Saint-Jean— Bâtiment Georges Henri Rivière | Du lundi 29 juin 2020 au dimanche 6 décembre 2020», disponible sur <https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/vetements-modeles> []
  3. «Système de transmission des savoir-faire de maître à élève, qui véhicule depuis des siècles des codes vestimentaires intacts. Noire pour les charpentiers, beige pour les tailleurs de pierre, bleue pour le métal.» – MUCEM «Vêtements modèles – Exposition, 29 juin-6 décembre 2020, Dossier de presse» []
  4. DESCAMPS, Marc-Alain, Psychosociologie de la mode. Collection : Le Psychologue, 1979, 212 pages []

Auteur/autrice : Estelle OUDOUX

Étudiante en Master 2 Histoire - Patrimoine et Cultures Numériques, diplômée d’une Licence Information et Communication à l’Université d’Avignon, et passionnée par l’art et la mode je me destine au métier de médiatrice culturelle au sein des musées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.