Le gouvernement sud-coréen et la tragédie du Sewol Ferry

C’est la plus grande catastrophe que le pays ait connue depuis la guerre de Corée entre 1950 et 1953. Le 16 avril 2014, le Sewol Ferry fait naufrage dans les eaux froides de l’île de Jindo au sud-ouest du pays. La coque du navire est avalée par la mer jaune sous l’œil des caméras et sous le regard effondré des familles des victimes. 304 passagers sont morts noyés, presque tous lycéens, alors en route pour une sortie scolaire sur l’île de Jeju.

Le 16 avril 2014 à 8h 58 heure locale, le Sewol Ferry transportant 476 passagers, lycéens et corps professoral de l’école secondaire de Dawon dans la ville d’Ansan ainsi que l’équipage émet un signal de détresse près de l’île de Gwanmaedo. L’alerte est par la suite relayée par le centre de trafic maritime de l’île. Les premiers rescapés furent sauvés par des bateaux de pêcheurs et commerciaux, bien avant l’arrivée du garde-côte et de la Marine sud-coréenne presque trente minutes après l’alerte.

Néanmoins, dans de nombreuses vidéos diffusées par la presse depuis le lieu de la catastrophe, on peut constater que la quasi-totalité des radeaux de sauvetage était toujours attachée au navire. Le capitaine et les membres de l’équipage n’ont jamais jugé la situation assez critique pour les utiliser, bien que le bateau s’inclinât de plus en plus, inondant les premiers compartiments abritant les jeunes lycéens.

Slogan de la campagne des rubans jaunes : “Nous ne pardonnerons pas”

Il ne s’agit cependant pas de l’unique controverse qui entoure la tragédie. En effet dans une autre vidéo devenue virale au moment des faits, on peut voir qu’aucun des secouristes n’a essayé d’entrer dans le bateau ni même de briser les vitres derrière lesquels les passagers étaient piégés.

Alors que le navire continuait de sombrer, la presse, manipulée par le gouvernement de Park Geun-Hye effrayée de perdre son électorat, commença à diffuser de fausses informations dans le but de rassurer la population. Ainsi, le journaliste Lee Sang-Ho, travaillant pour la chaîne GObalnews annonça la mobilisation de 650 secouristes et le sauvetage de plus de 368 passagers alors que dans les jours qui ont suivi le naufrage du Sewol Ferry, le gouvernement est revenu sur ces déclarations et annonça la disparition de 295 personnes. Plus tard, des journalistes indépendants ont même découvert que le gouvernement avait refusé l’aide de l’US navy ainsi que celle du Japon qui leur avait proposé des hélicoptères. Ces mêmes journalistes ont bravé la censure et les menaces en filmant et dénonçant les gardes côtières qui empêchaient et faisaient acte de sabotage à l’encontre des sauveteurs expérimentés volontaires, allant jusqu’à casser et couper le matériel de sauvetage. Un autre plongeur civil interviewé déclare qu’il n’a pas été autorisé à plonger malgré les conditions météorologiques clémentes.

L’expertise a déterminé que les causes de l’accident étaient dues à un poids excessif à bord du navire, mais également à des modifications illégales effectuées sur celui-ci, effectivement, de nombreuses cabines ont été ajoutées. Le 16 avril 2014, il a donc pris la mer avec une charge trois fois supérieure à son maximum autorisé, soit 3608 tonnes au lieu de 987. Les membres du gouvernement ont immédiatement été accusés d’avoir accepté les modifications en contrepartie de moyens financiers pour la campagne d’élections de la part de la Cheonghaejin Marine Company Ltd, propriétaire du Sewol Ferry.

Le 28 avril 2015, plus d’un an après le drame, le capitaine du bateau, Lee Jun-Seok est condamné à la prison à perpétuité pour négligence et pour avoir donné l’ordre à tous les passagers de ne pas bouger alors que lui-même fut parmi les premiers à être évacués, laissant ainsi 304 personnes sombrer dans les eaux.

La population sud-coréenne a lancé la campagne de rubans jaunes avec le slogan « You Will Never Walk Alone » (vous ne marcherez jamais seuls), à travers de manifestations antigouvernementale, anticorruption et anti-presse d’une ampleur et d’une envergure jamais égalée auparavant. Les familles des victimes soutenues par l’intégralité de la population continuèrent à se battre pour que la vérité éclate et que justice soit faite alors que le gouvernement accusait les familles de seulement vouloir recevoir des compensations financières.

Mémorial pour les victimes du naufrage du Sewol Ferry.

Le Premier ministre, Chung Hong-won, finira par démissionner le 27 avril 2014. Il avoue qu’ « une grande variété d’irrégularités se sont poursuivies dans toutes les sphères de notre société, et des pratiques ont échoué ».

Au cours des derniers mois de 2016 ainsi qu’au début de 2017, de nombreux ministres et collaborateurs de la présidente Park Geun-Hye ont été arrêtés pour corruption et fraudes fiscales. Park a à son tour été interrogée sur sa responsabilité et celle de son gouvernement quant à la tragédie du Sewol Ferry deux ans auparavant et, a par conséquent fait l’objet d’une procédure de destitution aboutissant à son arrestation le 10 mars 2017.

Manifestation anti-Park sur la place Cheonggye à Séoul.

En avril de la même année, est révélée l’existence d’une liste noire rédigée par l’ancienne ministre de la Culture Cho Yoon-Sun à la demande de Park Geun-Hye, sur laquelle les noms de 10 000 célébrités et personnalités dans le domaine de la culture qui ont contribué à la cause des rubans jaunes y figurent. Parmi eux, le réalisateur oscarisé Bong Joon-Ho qui a dénoncé la corruption du gouvernement de son pays dans le film Le transperce neige en 2013 ainsi que de peintres à la renommée mondiale tels que Park Chang-Wook et Song Kang-Ho. On pouvait notamment retrouver sur cette liste l’actuel président Moon Jae-In, malheureux perdant aux élections présidentielles de 2012 contre Park Geun-Hye.

Lors de son procès, un ancien conseiller a révélé que l’ancienne présidente a appelé son coiffeur personnel à la Maison Bleue (résidence officielle du président en Corée, équivalent de l’Élysée), alors que le Sewol Ferry n’était même pas encore complètement submergé, afin qu’il lui réalise, pendant plus d’une heure trente, le chignon en hommage à sa mère qu’elle désirait. Park Geun-Hye a également déclaré avoir été manipulée et sous l’emprise d’un gourou d’une secte religieuse ultra-catholique populaire, notamment connue pour ses suicides collectifs.

Le 6 avril 2018, elle est condamnée à une peine totale de 32 ans de prison pour abus de pouvoir, corruption, coercition et détournement de fonds. En mai 2020, 35 ans de prison sont requis en appel.

Plus de sept ans après le drame, la perte de 304 enfants reste toujours aussi vive, mais la société coréenne semble plus apaisée depuis l’élection du président Moon Jae-In en mai 2017 et depuis les lourdes condamnations à l’encontre des responsables de cette tragédie.

Citer cet article : Manon Gras, "Le gouvernement sud-coréen et la tragédie du Sewol Ferry," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 26 octobre 2021, https://eua.hypotheses.org/5673.

Auteur/autrice : Manon Gras

Étudiante de 23 ans en deuxième année de Master Monde Hispanique Contemporain à Avignon Université. Diplômée d'un DEUG Trilangue, Anglais, Espagnol et Coréen à l'université Aix-Marseille et d'une licence d'Espagnol à l'université de Toulon. Travaille sur un mémoire de traduction et désire en faire son métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.