Athéna, Athènes et les Panathénées

Repoussés d’un an à cause de la crise sanitaire mondiale du Covid-19, les Jeux olympiques de Tokyo se sont terminés au cours de l’été 2021. Beaucoup connaissent l’origine de cette compétition sportive. Prenant sa source dans la Grèce antique à Olympie, ils avaient pour but d’honorer Zeus. Cependant, les Jeux olympiques n’étaient pas les seules célébrations sportives qui avaient cours en Grèce antique. Moins connues, les Grandes Panathénées avaient aussi une visée sportive et artistique. Cette fête religieuse avait pour but de célébrer… Athéna, la déesse de la sagesse et de la stratégie guerrière, protectrice d’Athènes.

Le Parthénon et l’Acropole

À l’origine : la naissance de la déesse de la sagesse et de la stratégie guerrière 

Avant d’être l’époux d’Héra, Zeus, roi des dieux, se serait entiché de Métis, déesse de la sagesse et de la ruse. Selon les légendes, une déité (Gaïa selon certaines versions, Ouranos pour d’autres) aurait alors annoncé une prophétie funeste à Zeus : de son union avec Métis naîtraient deux enfants, une fille puissante et sage, et un fils, dont la puissance dépasserait celle de Zeus, qui prendrait sa place. Craignant de subir le même sort que son père, Cronos, Zeus fomenta un plan. Il demanda à Métis de se transformer en goutte d’eau. Immédiatement, le roi des dieux aurait avalé la déité pour empêcher la naissance de ce fils qui le détrônerait. Cependant, Métis était déjà enceinte lorsque Zeus l’avala. Peu à peu, Zeus se mit à être victime de violents maux de tête. La douleur, si intense, le conduisit à supplier Prométhée (ou Héphaïstos selon les légendes), à lui donner un puissant coup de hache sur le crâne. De la tête du dieu sorti une jeune femme, tout en armure et en armes. C’est ainsi que naquit Athéna, qui avait hérité de la sagesse de sa mère et de la puissance de son père. Très vite, elle désira offrir son patronage à une cité grecque, afin de la protéger et d’être honorée.

Statue d’Athéna Pallas

De Cécropia à Athènes, le patronage d’Athéna

Selon la légende, Athéna et Poséidon, le dieu des mers, océans et des tremblements de terre, se sont battus pour obtenir le patronat de Cécropia, ville fondée par le premier roi de l’Attique, Cécrops. Cécropia était particulièrement liée à la mer, d’où elle tirait le poisson qui lui était nécessaire pour vivre. De ce fait, elle entretenait un lien particulier avec Poséidon. Souhaitant patronner une cité, Poséidon se rendit à Cécropia. Du sol, il fit jaillir une source d’eau salée magique et donna un étalon noir, pour convaincre les citoyens de lui dédier la ville. Athéna, qui avait aussi des vues sur la cité, arriva et demanda au peuple de Cécropia de lui dédier la ville. Elle leur offrit un olivier, un arbre résistant au temps sec et chaud, signe de sagesse et porteur de nourriture. Cécrops, qui avait été nommé arbitre dans cette lutte, proposa aux citoyens de choisir eux-mêmes leur divinité. Les hommes, vivant de la mer, choisirent Poséidon. Les femmes qui, elles, restaient à terre, pensaient que le don d’Athéna était supérieur à celui du dieu des océans. Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, Cécrops ratifia la victoire d’Athéna. À compter de ce jour, Cécropia avait pour déesse protectrice Athéna, et changea de nom pour celui que l’on connait aujourd’hui : Athènes. Pour calmer la colère de Poséidon, les femmes d’Athènes se virent retirer leur droit de vote, et un temple fut bâti en l’honneur de Poséidon, en plus des temples et statues dédiés à Athéna. Comme dans toutes les cités grecques, la vie est rythmée par les fêtes religieuses, qui ont lieu pour célébrer les dieux olympiens. Athéna, devenue la patronne d’Athènes, devait être célébrée par ses protégés. Ainsi naquirent les Panathénées.

Le Parthénon

Que sont les Panathénées ?

Les Panathénées sont une fête religieuse dédiée à Athéna. Elles ont lieu tous les ans à Athènes, mais aussi dans l’ensemble de l’Attique. Elles honorent la naissance de la déesse et la remercient de son patronat envers la cité. Cette fête se déroule entre les 23 et 30 du mois de hécatombéon, correspondant à la seconde moitié du mois de juillet. Si cette fête a été créée par le roi Erichthonios, elles doivent leur nom à Thésée, le héros légendaire. Ces festivités permettaient à l’ensemble du peuple d’Athènes et même de l’Attique de se regrouper. Les Panathénées connaissaient leur point culminant le 28 du mois de hécatombéon, qui correspondait à la date de naissance légendaire d’Athéna. Cependant, les Panathénées prenaient une allure encore plus grandiose tous les quatre ans. Les Grandes Panathénées permettaient d’organiser de grands concours rassemblant toute l’Attique, et même, toute la Grèce. L’un avait une visée sportive, tandis que l’autre célébrait les arts et les lettres, autres domaines de la déesse.

Le déroulement des Grandes Panathénées

Les premières Grandes Panathénées ont été créées par Pisistrate en 566 av. J.-C. Il s’inspire des Jeux olympiques et organise de grands événements sportifs. Durant ces concours, tous les habitants de Grèce pouvaient participer. Néanmoins, les concours étaient séparés entre les citoyens d’Athènes, et ceux ouverts à l’ensemble des Grecs. Ainsi, on pouvait retrouver des compétitions de lutte, de pancrace, le pentathlon, ou encore la course de chars pour les Grecs. Pour les Athéniens s’ajoutaient une course à la torche jusqu’au Parthénon, le grand temple dédié à Athéna, des batailles d’infanterie et de cavalerie, du lancer de javelot, ou encore des courses en trières, les fameuses galères antiques. En parallèle, il organise aussi des compétitions de poésie où devaient être récités des poèmes d’Homère, ou de musique avec des concours de chants et d’instruments. Étaient offertes aux vainqueurs des couronnes de laurier et des amphores d’huile d’olive, autrement appelées vases panathénaïques.

L’autre moment fort des Panathénées a lieu le 28 du mois de hécatombéon. Cet événement est aussi célébré durant les Panathénées annuelles, quoiqu’avec moins de faste. À cette occasion, un immense péplos, un vêtement tissé, est emmené en procession jusqu’à la statue d’Athéna au sommet de l’Agropole, tout proche du Parthénon, le temple d’Athéna. On appelle cette route la Voie Sacrée. Cette procession, qui commençait depuis la porte de Dipylon, la porte principale d’Athènes, jusqu’à l’Agora, était présidée par la Grande Prêtresse d’Athéna. Elle était accompagnée de jeunes filles, les canéphores, qui portaient des corbeilles d’offrandes et les outils nécessaires pour le sacrifice de grands bœufs à cette occasion. Elles sont suivies de vieillards, d’anciens vainqueurs des Panathénées, des citoyens, des femmes et même des métèques. On conserve aujourd’hui comme trace de ces fêtes de grandes frises, notamment celles sculptées sur le Parthénon.

Cette fête, en plus d’illustrer l’adoration des Athéniens envers Athéna, permettait à Athènes d’affirmer son statut de ville puissante, tout comme sa force politique. Elle permettait aussi aux grandes familles athéniennes d’assurer leur position dans la société.

Statues du Parthénon
Citer cet article : Eloeïz BOUCHEREZ, "Athéna, Athènes et les Panathénées," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 14 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/5700.

Auteur/autrice : Eloeïz BOUCHEREZ

Etudiante en M2 Patrimoine et Cultures Numériques à l'Université d'Avignon. Titulaire d'une licence Histoire, parcours sciences historiques à Rennes 2. Passionnée d'Histoire, de mythologie, de culture, de lecture et d'écriture. Je souhaite devenir bibliothécaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search