La face cachée du Petit Chaperon rouge

Si tout le monde connait l’histoire de cette fillette affublée d’un chaperon rouge, partant seule dans la forêt pour porter à sa mère-grand « une galette et un petit pot de beurre », on aurait tort de croire que l’histoire s’arrête là. Comme la lune, les contes luisent de leur part visible, celle de la littérature de colportage, du livre illustré ou encore du cinéma, mais recèlent une face cachée, florilège issu de l’oralité.

Si Perrault rapporte à la cour une histoire censurée, reléguée à la sphère de la petite enfance comme un simple message d’avertissement à l’attention des enfants trop naïfs, il en oublie tout un pan de la tradition orale, souvent méprisée à son époque, et pourtant bien plus riche et complexe, nous interrogeant au plus intime, au plus secret. Qui se souvient encore de cette héroïne, mangeant la chair et buvant le sang de sa grand-mère et qui se libéra in extremis du loup grâce à une ruse scatologique ?

Le Petit Chaperon rouge – Gustave Doré – Source gallica.bnf.fr / BnF

Chaperon rouge et habit de fer

Dans une famille, trois générations de femmes se succèdent. La petite dernière dont « sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore », nous dit Perrault, est le centre de toute l’affection, si bien que la voilà affublée dès le départ d’un chaperon rouge qui la distingue et lui donne son surnom. Si les avis divergent quant à l’origine[1] et la symbolique[2] du couvre-chef, ce dernier place la fillette le plus souvent dans une position passive, dans l’attente de son sort final. Plusieurs versions orales en font au contraire une héroïne éprise de liberté, portant un habit de fer qu’elle doit garder sept années avec l’injonction : « Tu iras quand ton habit de fer sera usé », si bien que l’enfant désireuse de grandir frotte tous les soirs ce vêtement contre le mur pour le déchirer. Une autre version, cette fois avec des sabots de fer, semble encore plus éloquente. En effet, dans la société rurale traditionnelle, c’est à l’âge de la puberté et de la première communion que la petite fille quitte le sabot pour la chaussure[3].

Ainsi le vêtement comme les chausses s’apparentent à une protection dont la jeune fille cherche à se défaire pour pouvoir grandir. Que dire alors de l’attitude des deux mères chez Perrault qui l’affublent volontairement d’un « petit chaperon » expression qui s’oppose à celle de « grand chaperon[4] », rouge de surcroit pour attirer tous les regards ? C’est sans doute à voir avec cette « folie » du début du conte, qui amènent ces deux femmes à parer leur fille d’une coiffe, amorçant symboliquement sa transformation d’enfant en adulte et l’envoient en pleine forêt à la merci du premier loup venu.

Symbolique des lieux et du parcours

Le voyage initiatique s’opère de la maison de la mère à celle de la grand-mère, symbole d’une remontée aux origines mêmes de la vie. Le décor dans les contes est toujours chargé symboliquement. Ainsi la maison de la grand-mère est dans une forêt « par-delà le moulin, que vous voyez tous là-bas ». Le déplacement s’opère du lieu qui a servi à faire cuire la galette, le four, où le pain lève, où l’on fait métaphoriquement les enfants (la femme stérile y place un bonhomme en pain d’épice qui va s’éveiller à la vie), vers le moulin considéré dans la tradition populaire comme le lieu des ébats amoureux, comme peuvent en attester les Contes de Canterbury de Chaucer. « Aller de la maison de la mère à la maison de la grand-mère, c’est aller du four au moulin et même au-delà du moulin, c’est aller du four matriciel qui abrite la vie vers le moulin secret de la conception[5]. »

Rencontrant le loup sur la route, deux chemins s’offrent à notre héroïne. La version de Perrault tranche dans le vif ne laissant guère le choix. C’est le loup qui prendra la voie droite et arrivera le premier, alors que la fillette ira flâner sur les sentiers, caressant des paysages bucoliques, dernier moment de calme avant d’être précipitée dans l’abysse comme Perséphone. Dans les versions orales, le loup n’est pas un sprinteur, mais un sphinx porteur d’énigmes. « Quel chemin prends-tu ? dit le loup à la petite fille. Celui des Épingles ou celui des Aiguilles ? » L’aiguille et l’épingle participent assurément de l’univers féminin. Et le chaperon de la version du Forez ne s’y trompe pas quand elle répond : « J’aime mieux le chemin des épingles avec lesquelles on peut s’attifer que le chemin des aiguilles avec lesquelles il faut travailler. » L’aiguille et l’épingle[6] ont de multiples interprétations qui ne s’opposent pas forcément toutes entre elles. De fait, suivant les versions, la réponse de la fillette varie. Mais sans doute faut-il voir dans la question du loup, celle que posent tous les hommes aux femmes qu’ils désirent, à savoir : « Serai-je ton mari ou bien ton amant ? »

Dans la gueule du loup

À la fin du chemin, nous arrivons aux lisières du bois, dans un monde sauvage. À la manière d’une jeune mariée, le Petit Chaperon rouge se présente à la porte de mère-grand affublée de sa coiffe, d’un pot de beurre (utilisé comme cadeau de noces) et d’une galette (nom d’une danse exécutée à l’occasion du mariage). Dans les contes, les portes mystérieuses ne s’ouvrent qu’au moyen d’une clé singulière comme chez Barbe bleue ou mieux d’une incantation comme dans la caverne d’Alibaba. « Tire la chevillette et la bobinette cherra. » La porte s’ouvre, et à la différence de Perrault qui coupe court aux préliminaires et veut tout de suite qu’elle entre dans le lit, le folklore oral n’est pas avare de détails sordides. En effet, à peine arrivée, la fillette a très faim et le loup en bon hôte l’invite à manger de la viande et à boire du vin. La grand-mère n’était que les hors-d’œuvre pour la bête, qui entend bien prendre son temps et partager son méfait avec la petite. « Il entra, tua et dévora la vieille et il se mit dans son lit ; mais, auparavant, il avait pendu les intestins de sa victime à la porte, à la place du cordon, et il en avait déposé le sang, les dents et les mâchoires dans le buffet. » Dans la plupart des versions, le Chaperon rouge est invité à manger les viscères ou les seins de la grand-mère. Une manière symbolique de s’approprier le pouvoir de procréation de sa parente. Une génération en chassant une autre, la mangeuse est prête à être mangée.

Le loup l’invite ensuite à se dévêtir et à jeter ses habits au feu. « Tu n’en as plus besoin », précise-t-il. La parure n’a finalement existé que pour être ôtée ! Et alors que le corps de la jeune fille s’est progressivement révélé, c’est à présent celui du loup, velu et terrifiant, qui apparaît membre par membre dans le lit. L’héroïne de Perrault se lance alors dans un jeu de questions et de réponses qui fait tout le sel du conte, fascine et terrifie à la fois les petits enfants. Mais comme la sœur Anne qui ne voit toujours rien venir, la fillette finit dévorée, devenant ainsi un avertissement à l’usage des petites filles. De leur côté, les frères Grimm font intervenir un chasseur-sauveur, comme un chevalier pourfendeur de dragons. Une version longtemps privilégiée par les éditions de jeunesse. Aujourd’hui, l’héroïne s’affirme et se défend toute seule, que ce soit à coup de fusil ou en tendant un piège à son agresseur. La tradition orale avait elle-même une fin optimiste dans son bagage, où le Petit Chapeton rouge feignant d’un besoin urgent : « Je dois aller faire, ce que même le roi ne peut faire faire par un autre », parvient à duper le loup, sortant de la maison et s’échappant en coupant le cordon qu’il lui avait fixé à la jambe. Un clin d’œil à cette jeune fille du début de notre histoire, déchirant ses habits de fer pour gagner sa liberté.

« Grands méchants loups, méfiez-vous des petites filles qui se promènent seules dans les bois pendant que vous y êtes, car, vous le savez bien, le chasseur n’est pas loin, qui fera resurgir de votre panse obscure la fillette et l’aïeule. »

Éric Berne
Le Petit Chaperon rouge – Gustave Doré – Source gallica.bnf.fr / BnF

Le Petit Chaperon rouge, comme tous les contes, n’a rien d’infantile, bien au contraire. Ce genre souvent déconsidéré comme contes de « bonnes femmes », contes à dormir debout, susceptible d’amuser seulement les vieillards et les enfants en bas âge, doit être considéré dans toute sa multiplicité, si l’on veut percevoir l’intelligence populaire dont il est le fruit et l’importance qu’il a pu revêtir dans l’imaginaire passé et présent. Bernadette BRICOUT[7] explique[8] : « J’ai tendance à dire que le conte nous choisit au moins autant que nous le choisissons », car il est révélateur de nos vies, de nos peurs et de nos espérances. Ainsi, il appartient à chacun d’entre nous de lire et relire les contes dans toutes leurs versions, du Petit Poucet, à Barbe bleue, en passant par Cendrillon, avec un œil nouveau pour tenter de percer leurs secrets, qui sont aussi les nôtres.


[1] « Il est vraisemblable qu’au XVIIe siècle une certaine tradition locale qui pouvait ne pas se limiter à l’unique version de Perrault, seule fixée par l’écrit, consacrait le nom de Petit Chaperon rouge. » Paul Delarue, « Les contes merveilleux de Perrault et la tradition populaire », Bulletin folklorique de l’Île-de-France, 1951, no 2, p. 254.

[2] « Hyacinthe Loison voit dans l’héroïne une jeune fille au front couronné des lueurs du matin, c’est-à-dire une aurore timide qui sera avalée par le soleil dévorateur, Pierre Saintyves fait d’elle une reine de mai couronnée de roses que dévore le bonhomme Hiver, Éric Fromm évoque le sang de la défloration qu’il associe au petit pot de la virginité brisée et Bruno Bettelheim lie le chaperon cramoisi aux émotions violentes liées à la découverte de la sexualité. » BRICOUT Bernadette, La clé des Contes, Seuil, 2005.

[3] Yvonne Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière.

[4] « On appelle aussi une vieille un grand chaperon sous la conduite de laquelle on met les jeunes filles. Il n’est pas honnête à des filles de s’aller promener si elles n’ont quelqu’un qui leur serve de grand chaperon. » Dictionnaire de Furetière, 1695.

[5] BRICOUT Bernadette, La clé des Contes, Seuil, 2005, p. 78.

[6] Perrault ne mentionne ni le chemin des aiguilles ni celui des épingles qui renvoient à une réalité taboue. À Paris, le commerce des aiguilliers et des épingliers est en difficulté en raison de la cherté de la main-d’œuvre. En octobre 1695, année où la première version manuscrite du Petit Chaperon rouge est offerte à la sœur du Roi, les deux corporations sont réunies, mais la rivalité continue à les opposer en province. C’est une guerre entre deux techniques dans une société où le costume est devenu un élément essentiel. Perrault, soucieux de ménager l’autorité royale qui a interdit le port de dentelles en 1640 pour mettre fin à ces rivalités qui accaparent trop de monde, a sans doute préféré occulter toute allusion qui pourrait réveiller le conflit.

[7] Bernadette Bricout est professeur de littérature orale à l’Université Paris Diderot. Son enseignement et ses recherches, à la croisée des disciplines et des cultures, portent sur les mythes et les contes de tradition orale. Cet article s’appuie en grande partie sur ses travaux.

[8] France CULTURE, La Compagnie des Auteurs par Matthieu Garrigou-Lagrange : Les Contes, Épisode 1, 2018.
https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/contes-14-la-cle-des-contes


Biographie

  • BETTELHEIM Bruno, La Psychanalyse des contes de fées, 1976
  • BRICOUT Bernadette, La clé des Contes, Seuil, 2005
  • BRICOUT Bernadette, Le Savoir et la Saveur. Henri Pourrat et le Trésor des contes, Gallimard, 1992.
  • DELARUE Paul & TENEZE Marie-Louise, Le conte populaire français, Maison-Neuve & Larose, 2002
  • VERDIER Yvonne, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Gallimard, 1979.

Webographie / Pour aller plus loin

Citer cet article : Thibaut Contant, "La face cachée du Petit Chaperon rouge," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 7 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6015.

Auteur/autrice : Thibaut Contant

Étudiant en Master 2 Patrimoine et Cultures Numériques, il m’a toujours semblé qu’au-delà des blocs de pierre, des fresques et du papier, c’est une histoire humaine qui se raconte. Si bien que, passionné de culture, d’arts et de sciences humaines, j’aspire à travailler pour la préservation de cet héritage et pour la transmission de ces savoirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search