D’une dent bleue … à une redécouverte historique

La place de la femme fut longtemps réduite aux princesses, reines et saintes par les historiens. Ces dernières sont mises en valeur car elles ont le privilège d’apparaître dans les sources conservées d’historiographie. Cependant, l’analyse et la vision historique qui leur sont accordées sont différentes de celles des rois et des princes.

La place des femmes dans le monde religieux du Moyen Âge

D’après l’historienne Michelle Perrot : « faire l’histoire des femmes, c’est contribuer à sortir les femmes des silences de leur histoire ». Ce dogme est délicat à accomplir au Moyen Âge. Effectivement, les sources historiques de cette période permettent moins aisément d’atteindre les couches profondes de la société contrairement à l’époque moderne. En outre, les hommes ont une capacité juridique autonome et une expression publique peu tolérée envers les femmes, ce qui fait d’eux, les acteurs les plus manifestes dans les domaines juridique, économique, politique de la société médiévale.                                                 

Une remise en cause de l’Histoire : la découverte du village de Dalheim

Le monde de la culture du Moyen Âge est aussi pensé au masculin car ce sont les clercs, les hommes d’église et de religion qui gouvernent l’écrit et la transmission des savoirs. Ils diffusent leur façon de penser des femmes et de la Femme au sein de la religion. La conception de l’image des femmes durant cette époque est tributaire de leurs fantasmes, de leurs vérités et de leurs doutes. Il y a un encadrement de la sphère féminine engendré par le sexe masculin, c’est-à-dire clerc et laïc confondus. Le mariage fait partie de l’un des contrôles. Ce sacrement surveillé par l’Eglise établit un lien entre Dieu, l’homme et la femme. Même si le contenu de ce concept est très flottant jusqu’au XIIe siècle, cet acte permet de créer une descendance à l’époux et il classifie le rôle social de la femme dans la société, soit en tant qu’épouse ou soit en tant que veuve. Il devient un élément majeur qui bouleverse les vies. L’un des moyens pour les jeunes filles d’éviter les mariages, sont les monastères.

Aux VIIe et VIIIe siècles, les monastères féminins s’ouvrent un peu partout en Occident. Les futures résidentes peuvent demander aux ecclésiastiques d’intervenir en leur faveur pour rentrer dans cette société consacrée à Dieu. Le clergé est invité à protéger et à surveiller les institutions féminines. Le concile de Verneuil énonce aux individus des deux sexes voulant consacrer leur vie à Dieu d’opter entre la règle bénédictine et le canonicat. Sous Charlemagne, ils vont tenter de rendre aux coutumes monastiques une pureté originelle en réintroduisant l’idée en vertu duquel le sexe féminin est faible et possède un esprit versatile. Charlemagne ordonne aux abbesses de bâtir des cloîtres dans leurs monastères, ce qui montre l’importance de ces établissements féminins. Cependant, les historiens, par l’étude des sources ecclésiastiques, montrent que le travail religieux des nonnes et des chanoinesses est limité. Leurs missions consistent à sonner les cloches, allumer les cierges, prier, réciter les psaumes, célébrer les heures canoniales et assurer l’éducation des jeunes filles. Elles ne peuvent pas toucher les objets saints, ni faire le saint sacrement.

En 2019, l’équipe de Christina Warinner, paléogénéticienne à l’institut de Max Planck, a pour objectif d’étudier la santé et l’alimentation du Moyen Âge en étudiant les os des corps des habitants du village de Dalheim. Ils ont mis au jour les restes d’une nonne décédée entre 997 et 1162 et constatent que ses os ne présentaient aucune trace d’usure ou de blessure, évoquant qu’elle vécut une vie relativement saine. Cependant, une particule de bleu fossilisée dans sa plaque dentaire bouscule les connaissances actuelles. En effet, après la découverte, les chimistes découvrent dans l’analyse du tartre dentaire, une centaine de particules de minéral bleu qui correspond au Lapis-Lazuli. Cette pierre était broyée en fine poudre bleue et utilisée pour peindre les enluminures des manuscrits les plus luxueux et les plus richement décorés. Venant d’Afghanistan, ce pigment est l’un des plus cher du XIe siècle et il était mis à disposition des artistes. Dans les ouvrages religieux, ce bleu profond est utilisé pour les sujets les plus importants comme la cape de la vierge Marie. La présence du lapis lazuli entre les dents de la nonne suppose que c’était une artiste extrêmement douée ou expérimentée vu le prix de cette pierre. Elle devait donc travailler sur les lettrines et enluminures des ouvrages religieux. Les chercheurs pensent que la présence de la couleur bleue est due au mordillement de son pinceau par la nonne. Puis, ils supposent que c’est la première moine copiste féminine et peintre.

 Cette révélation met en avant le travail artistique et littéraire des femmes du Moyen Âge, elle contraste avec l’histoire pensée au masculin. En effet, avant le XIIe siècle, moins de 1 % des livres étaient attribués aux femmes et les livres non-signés, sont attribués directement à des hommes par les historiens. Ce que dénonce la chercheuse Alison Beach « ce sont des moines, des moines et encore des moines ». Mais cette recherche remet en cause le monde des moines copistes. Ces derniers reproduisent des livres à la main pour transmettre le monde des savoirs à la population alphabétisée. Ils travaillent dans un atelier, le scriptorium, sous le commandement d’un amarius (bibliothécaire). La conception que les moines copistes soit que des hommes, se retrouve aussi dans la culture littéraire notamment avec le fameux ouvrage : Le nom de la rose d’Umberto Ecco. La trame du roman suit l’ex-inquisiteur Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire Adso, qui enquête sur la mort suspecte d’un des moines. Le décor se situe dans une abbaye bénédictine connue pour sa bibliothèque richissime et la présence de ses moines copistes. Paraît au cinéma l’adaptation de ce roman avec en vedette Sean Connery dans le rôle de Guillaume de Baskerville. Ce film va imprégner l’image populaire des moines copistes et être utilisé comme support lors de réflexions historiques. Pourtant cela n’est pas représentatif du monde clérical au Moyen Âge. Effectivement, la présence de nonnes et de chanoinesses dans la production artistique des monastères est déjà connue avant la découverte de 2019 par les historiens.

Des artistes religieuses présentes depuis longtemps

Au XIIe siècles, une religieuse dans un monastère du Rhin Moyen exerce ses talents de copiste et d’enluminure. Elle utilise son art en particulier pour illustrer un recueil d’homélies dit de Saint-Barthélemy conservé à Francfort depuis le XVe siècle. Cette femme s’appelle Guda, elle se représente dans l’ouvrage, à l’intérieur d’une lettrine introduisant le chapitre sur la fête de la Pentecôte. Elle s’est peinte en habit de religieuse, tenant un bandeau dans lequel les mots suivants sont écrits : « Guda, peccatrix mulier, sripsit et pinxit hunc librum ». Cette signature en latin se traduit par « Guda, pécheresse, a écrit et enluminé ce livre ». L’artiste a donc conscience de la valeur de son art. Cette représentation est l’un des premiers autoportraits féminins dans l’histoire de l’art occidental. Mais cela démontre que les religieuses dans les monastères et les abbayes ne sont pas réduites à des missions secondaires.

Enluminure de Guda Photographie : Marjorie Trognon licence cc by sa

 Il y a une évolution dans ce milieu, effectivement, certaines des habitantes qui constituent la société de ces établissements religieux sont des enfants de nobles, qui venus pour leur éducation, ont finalement consacré leur vie à Dieu. Certaines religieuses ont donc reçu une éducation comme les arts libéraux. Les femmes ne sont pas évincées de cette discipline. Elles connaissent les savoirs liés à leur position comme les offices divins, les cérémonies religieuses. Elles ont aussi appris la copie des manuscrits et toutes les techniques liées à cet art. Mais certaines connaissent aussi l’art de l’écrit comme au Xe siècle. Une chanoinesse, Hrotsvitha de Gandesheim, devient célèbre par ses publications inspirées de Virgile. Elle a écrit les Primordia Coenobii Gandeshemensis, qui représentent l’histoire de son abbaye. Mais elle connaît une postérité au XIVe siècle par la redécouverte de l’opéra Hrotsvitae ainsi qu’au XIXe siècle, pour ses pièces de théâtre dont le ton détonne de la part d’une moniale.

Réhabiliter la place des religieuses dans la production artistique du Moyen Âge n’est pas chose facile surtout avec les analyses des historiens masculins dont le rapport des sexes est un moteur de l’histoire. Écrire l’histoire des femmes, c’est restituer son activité et son action dans son époque tout en prenant en compte les relations qui s’instaurent entre femmes et hommes. Les trois exemples montrent ainsi que la femme est présente dans le domaine artistique religieux mais quelle est restreinte dans un silence et un monde secondaire à cause des convictions de son époque et contemporaine.

Citer cet article : Marjorie Trognon, "D’une dent bleue … à une redécouverte historique," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 7 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6123.

Auteur/autrice : Marjorie Trognon

Marjorie Trognon, étudiante en Master et cultures Numériques, historienne moderniste spécialiste de l'histoire des femmes et de Naples du XVIIIe siècles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search