Mer noire : de mystérieuses épaves retrouvées intactes

En 2018, plus de 60 épaves de navires ont été retrouvées intactes à près de 2 000 mètres de profondeur, échouées sur les bancs de sable de la mer Noire. Cette découverte va révolutionner l’histoire et l’archéologie nautique.

Carte de la mer Noire. Licence cc-sa Idarvol

Une découverte exceptionnelle

Pendant trois ans l’équipe internationale du « Black Sea Maritime Archeology Project[1] »  a prospecté 2 000 km2 de fonds marins. Les hommes de Jon Adams et de l’université de Southampton ne s’attendaient pas à trouver des restes archéologiques dans un état de conservation quasi parfait. 

Les caméras sous-marines du MAP ont identifié plus de 60 épaves de différentes époques. La plus ancienne, nous y reviendrons, est datée de 400 avant Jésus-Christ et la plus récente du XIXe siècle. La mer Noire est une voie de navigation empruntée par les navires depuis toujours. Les Grecs de l’époque classique aussi bien que les Ottomans de l’empire de Soliman le Magnifique y ont essuyé de nombreuses tempêtes. C’est ainsi que des navires, leur cargaison et leur équipage ont disparu de la surface de la terre jusqu’à ce que des chercheurs viennent les tirer de leur long sommeil. 

L’état de conservation de ces épaves qui n’a jusqu’à lors jamais été observé rend cette découverte extraordinaire. En effet, les coques des navires sont quasi intactes et les mâts sont encore dressés. C’est également la première fois que des cordages datant d’avant Jésus Christ sont retrouvés sur des navires coulés. Ce sont donc des sources matérielles inédites pour les chercheurs et pour tous les passionnés de navigation. 

Toutefois, il faut nuancer les apports de cette découverte malgré son caractère exceptionnel. Certes, trouver un si grand nombre d’épaves dans un périmètre relativement réduit est assez rare car les fonds océaniques sont profonds et souvent inatteignables. Il est donc compliqué et presque impossible de localiser un navire échoué. Il s’avère que l’état actuel de la technologie ne permet pas d’exploiter pleinement le potentiel de ces embarcations : elles reposent à une profondeur qui est aujourd’hui difficilement accessible. Le record de plongée est actuellement de 520 mètres pour un scaphandrier, par conséquent, seuls des robots peuvent descendre à plus de 2 000 mètres. Le coût financier pour remonter une épave à la surface et la garder dans un état de conservation satisfaisant est trop important[2] : le bois qui n’est pas endommagé dans l’eau salée serait détruit en quelques années au contact de l’air, sans un traitement au nickel-chrome régulier. C’est pourquoi les navires échoués resteront dans les profondeurs de la mer Noire jusqu’à ce que les avancées technologiques permettent de percer tous leurs mystères.

Flanc du Vasa, une épave conservée grâce au nickel-chrome. Licence cc-0

La plus vieille épave du monde

Une des épaves a suscité un intérêt particulier : grâce au carbone 14 elle a été datée de 400 avant Jésus-Christ, ce qui fait de ce navire marchand la plus ancienne embarcation conservée dans le milieu aquatique jamais découverte. Longue de 23 mètres, elle a conservé son gouvernail, ses bancs de rameurs ainsi que toute sa cargaison. Si ce type de bateau a souvent été représenté sur les décorations des vases grecs, c’est la première fois que les chercheurs travaillent sur des vestiges matériels. Par conséquent, les connaissances sur la navigation à voile et le commerce en mer Noire durant la Grèce antique vont faire un bond en avant important grâce à l’équipe du MAP.

Cette découverte incroyable va également permettre de réaliser une reconstitution en 3D très précise du navire. Alors que les archéologues n’ont pas accès aux vestiges, ce n’est pas le cas de robots qui peuvent embarquer avec eux des appareils de photogrammétrie 3D, des caméras haute définition et des lasers. Tout ce matériel permettra de créer une image de synthèse qui donnera une idée de l’aspect qu’avait l’embarcation il y a 2 400 ans. Les robots sont également utilisés pour identifier le type de bois employé pour construire le navire, analyser la manière dont les planches de la coque sont assemblées ou encore définir quelles étaient les marchandises transportées par l’épave avant qu’elle ne fasse naufrage. 

Comme les 60 autres embarcations découvertes gisant au fond de la mer Noire, le navire va rester en place jusqu’à ce que la science permette de le remonter à la surface sans l’endommager. Précisons que cette embarcation n’est pas la plus ancienne conservée puisque des bateaux égyptiens moins récents ont été retrouvés dans des tombes, ainsi que des pirogues monoxyles[3] préhistoriques. Néanmoins ce qui fait l’exceptionnalité de cette découverte, c’est sa conservation dans un milieu aquatique, qui la désigne comme la plus ancienne épave au monde. 

Une des épaves qui reposent à 2 000 mètres de profondeur en mer Noire. Capture écran vidéo Youtube : « Une incroyable épave retrouvée au fond de la mer noire »

L’anoxie salvatrice

C’est donc une formidable remontée dans le temps que nous offre la mer Noire et sa pauvreté en oxygène. Car si des épaves intactes n’ont été retrouvées qu’ici ce n’est pas un hasard. En effet, cette vaste étendue d’eau a une particularité : au-delà de 150 mètres de profondeur environ, l’oxygène disparaît. Sans oxygène pas de vie animale ou végétale, donc rien pour grignoter, oxyder, ou ronger les épaves reposant « dans ces eaux anoxiques (…) qui sont un immense musée de l’histoire de l’humanité » selon l’archéologue Frederik Hiebert.

Trouver fortuitement des épaves intactes, qui reposent dans l’obscurité et le silence absolu des profondeurs hostiles de la mer Noire, est une des plus grandes avancées en archéologie sous-marine des dernières décennies. En effet, cette soixantaine d’embarcations, dont la plus vieille jamais découverte, offre de la matière de travail sur plus de vingt-cinq siècles de navigation et d’échanges marchands pour les chercheurs.

Toutefois, ces épaves ne sont qu’un échantillon des trésors que recèlent les fonds marins. La mer Noire n’a pas encore terminé de livrer tous ses secrets et dans le reste du monde de nombreux sites sous-marins restent à explorer. Les navigateurs ont parcouru sans relâche les flots depuis des millénaires et innombrables ont été les catastrophes qui les ont envoyés par le fond. Une aubaine pour les chercheurs d’aujourd’hui et de demain. 


Citer cet article : Louise Jeunot, "Mer noire : de mystérieuses épaves retrouvées intactes," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 7 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6124.

[1] MAP.

[2] [2] Voir le Vasa : https://www.vasamuseet.se/fr

[3] Creusée dans un seul morceau de bois ; taillée dans un tronc d’arbre.


Auteur/autrice : Louise Jeunot

Actuellement en deuxième année de Master Patrimoines et Cultures numériques à l’université d’Avignon, je suis passionnée d’histoire et d’archéologie. Je pratique la plongée sous-marine depuis plusieurs années et j’ai eu la chance d’explorer plusieurs épaves.

Une réflexion sur « Mer noire : de mystérieuses épaves retrouvées intactes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search