Des chevaux au service de la puissance royale en France et en Navarre à la fin du XVIe siècle

Le cheval, par sa noblesse, sa liberté, sa puissance et son caractère de fidèle ami et serviteur fascine les hommes depuis la nuit des temps. À l’époque moderne, il assure de nombreux services. Il a également une symbolique très forte dans la noblesse européenne depuis le Moyen Âge et permet à un seigneur d’être présenté en majesté. L’image du souverain cavalier impressionne beaucoup les foules par la grâce et la puissance qui émanent de cet ensemble. Les rois sont souvent représentés à cheval car cette position met en valeur leur bravoure à la guerre, si chère aux valeurs nobiliaires de l’époque.

Des chevaux plus ou moins prestigieux

À la cour de France, les chevaux sont divisés en deux écuries depuis Charles VII, tandis qu’à la cour des rois de Navarre, cette division ne s’opère qu’avec Henri III de Navarre en 1576. La grande écurie rassemble ceux destinés à l’apparat et à la guerre. Ce sont des animaux magnifiques pour lesquels le roi de France peut dépenser de très grosses sommes d’argent. Les équidés présents dans la petite écurie sont assez petits mais très résistants. Ils servent principalement au transport de meubles ou de serviteurs. Il arrive tout de même que les rois les montent pour la chasse. L’entretien de ces animaux coûte cher, de la nourriture aux soins, jusqu’aux serviteurs. Ainsi, plus le roi en possède, plus il montre sa richesse et sa puissance.

Figure 1, Travail au pilier unique, L’instruction du roi en l’exercice de monter à cheval, Antoine de Pluvinel, 1625. Domaine public.

Différents types de chevaux sont présents dans les écuries françaises. Tout d’abord, beaucoup de chevaux sont désignés par le mot de « courtauds ». Ce sont des chevaux de taille moyenne, particulièrement résistants et assez rapides. Les nobles les utilisent donc pour la chasse ou pour transporter le courrier urgent. Cependant, ils ne servent pas pour l’apparat : ils sont assez laids, ayant généralement une oreille et la queue coupée. Viennent ensuite les bidets et les mulets. Ces chevaux-là sont plutôt petits et servent généralement à transporter les malles. Il leur arrive aussi de porter les plus jeunes pages ou les dames de compagnie de la reine. En effet, la litière à mules est le moyen de transport le plus utilisé par les femmes de l’aristocratie.

D’autres équidés sont particulièrement beaux et prestigieux. Au XVIe siècle, un cheval est considéré comme beau lorsqu’il est fort. Il ne doit pas avoir de défauts physiques susceptibles d’affaiblir ou de nuire à son élégance et doit avoir fière allure. Tout d’abord, nous retrouvons ces animaux sous l’appellation de « coursiers ». Le coursier est le cheval de guerre par excellence ; il tient son nom de sa capacité à galoper très vite sur une assez grande distance. Il est attendu des coursiers « qu’ils fassent du terre à terre et courent le plus vite possible car il ne faut pas donner une grande charge à tant de vigueur, mais qu’ils puissent servir pour la guerre, pour les tournois en lice et en rase campagne ». Du fait de leur affectation à la guerre, leur nombre varie beaucoup dans le temps car ils peuvent être capturés ou tués au cours de batailles. Souvent, ils sont cités nominativement dans la grande écurie du roi de Navarre : ils sont seize en février 1579, tandis qu’ils ne sont plus que douze durant le mois de janvier de la même-année. Ce sont donc des chevaux superbes mais assez fragiles.

Enfin, nous retrouvons la mention de haquenées dans les petites écuries aussi bien du roi de France que du roi de Navarre. Ce sont des juments assez dociles qui pratiquent l’amble, qui est un pas doux très apprécié des femmes. D’autres chevaux sont aussi listés dans les dépenses de la grande écurie. Cependant, il n’est mentionné que « le cheval », suivi de son nom.

Figure 2, Portrait de Henri IV à cheval en bataille, Gaultier Léonard, estampe, Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées. Autorisation aimablement donnée par la Réunion des Musées Nationaux et du Grand Palais.

Une renommée différente en fonction des régions

Les chevaux royaux proviennent de différents pays : nous en retrouvons originaires d’Allemagne, estimés pour leur corpulence et leur résistance et destinés à porter une armure sur le champ de bataille, et des chevaux italiens. Mais les meilleurs des écuries proviennent d’Espagne. Le 6 août 1578, Henri III de Navarre envoie une lettre à Philippe II : « L’occasion du voyage que le vicomte de Chaus [d’Etchaux], présent porteur, va maintenant faire par delà, luy commander de vous visiter et baiser tres humblement les mains de ma part, et vous supplier de luy vouloir permettre de tirer et faire passer dix chevaux d’Espaigne pour mon service ». Ceux-ci sont particulièrement prestigieux : Berger de Xivrey indique que, dans les archives espagnoles, sont retrouvées de nombreuses lettres de souverains étrangers demandant au roi d’Espagne de leur faire parvenir des chevaux en provenance de son royaume. Ceux de Cordoue sont particulièrement renommés : on estime « qu’ils doivent être capables pour la promenade et la vitesse, comme c’est l’ordinaire avec certains d’entre eux ».

Les chevaux gascons ont aussi une très bonne réputation, mais ils ne sont pas explicitement nommés. Selon Jean Robert, il y en avait à Nérac : leur présence pouvait sembler tellement évidente qu’il n’était pas besoin de la souligner. Quelques années plus tard, Antoine de Pluvinel, grand écuyer du roi de France au début du XVIIe siècle, écrit : « Je trouve que ceux qui naissent en vostre Royaume sont aussi bons, ou meilleurs, qu’aucuns de ceux qui viennent de nations estrangeres : car j’en ay veu de Gascogne, d’Auvergne, de Limousin […] de tres excellents ». Dès le XVIe siècle, nous pouvons noter une pénurie pesant sur l’élevage français, ce qui explique l’importante importation de chevaux.

Les chevaux présents en la petite écurie sont beaucoup plus nombreux. D’une part parce qu’ils sont beaucoup moins chers que les chevaux de la grande écurie, et d’autre part car il en faut un grand nombre pour transporter les femmes et les malles de la suite royale.

Le caractère prédéfini d’un cheval

À l’image de la théorie des comportements humains d’Hippocrate, chaque animal a un caractère différent. Selon Pierre de la Noue, dans son ouvrage La cavalerie françoise et italienne ou l’art de bien dresser les chevaux selon les préceptes des bonnes escoles des deux nations, le caractère change en fonction de la robe de chacun : il peut donc être soit « colere, ou sanguin, ou flegmatique, ou melancholique, plus ou moins selon que la nature luy en fournit de matiere […] la robbe rouge de l’une, le feu et la colere ; par le manteau bay de l’aultre, l’air et le sang ; par la blancheur de la troisiesme, l’eau et le flegme ; et par la livree noire de la quatrième, la terre et la mélancholie». Selon lui, ce sont les chevaux bais qui ont le « meilleur » caractère. Le bai est de couleur marron plus ou moins clair avec la crinière et la queue noires. Il « surpasse tous les autres en perfection et en bonté et que la colère qui l’accompagne purifie et desseiche tellement la superflue humidité de son sang, qu’elle le rend assez sensible et d’assez bonne volonté ». Viennent ensuite les gris, qui arrivent au « poinct de la perfection par sa facilité et franchise » et sont préférés aux autres du fait de leur bonté. Les noirs et les alezans font moins l’unanimité : les noirs sont jugés trop mélancoliques, malicieux et vindicatifs. Ils sont cependant très appréciés des Espagnols. Les alezans sont très vifs, colériques et fougueux, sauf s’ils ont les membres noirs et quelques crins blancs au niveau du dos, ce qui atténue la force du feu. Le cheval haubert, ou alezan rouan, aurait un sang mal cuit donc flegmatique, faible et traître. Le blanc est très humide et froid et manquerait donc de tempérament. L’auteur précise ensuite qu’il existe bien sûr des exceptions à chaque robe et que les bais peuvent être des chevaux difficiles à gérer tandis que les blancs peuvent être de très bons chevaux.

À la fin du XVIe siècle, les chevaux sont donc choisis en fonction de leur provenance, mais aussi en fonction de la couleur de leur robe, les chevaux espagnols étant les plus prisés. Un roi se doit de posséder de nombreux chevaux afin de pouvoir partir à la guerre et se déplacer dignement. Il ne faut pas oublier que ce sont les principaux moyens de transport de l’époque. Ils forment donc un maillon essentiel au bon fonctionnement d’une cour royale.

Citer cet article : Sarah Bonnet, "Des chevaux au service de la puissance royale en France et en Navarre à la fin du XVIe siècle," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 7 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6130.


Auteur/autrice : Sarah Bonnet

Sarah Bonnet est étudiante en Master 2 Patrimoine et Cultures Numériques à l'Université d'Avignon. Elle a auparavant validé un master de recherche à l'université Bordeaux-Montaigne sur le faste d'une cour royale sous Henri III de Navarre.

Une réflexion sur « Des chevaux au service de la puissance royale en France et en Navarre à la fin du XVIe siècle »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search