Les Amazones, ces guerrières légendaires

De nos jours, la société accorde une place de plus en plus importante à la femme, à son indépendance et à son impact au cours de l’histoire, même si certains frémissent d’horreur à l’idée d’imaginer une société matriarcale dans laquelle les hommes seraient exclus.

Il y a de nombreux contes et fables sur les Amazones, les décrivant comme de féroces guerrières. Une nation de femmes soldats aussi belles que redoutables qui connaissent en détail le combat et les tactiques militaires. Aussi craintes que désirées, les anciens auteurs grecs les ont décrites comme les égales des hommes. Dans leur langue native, les Amazones se nomment des oiorpata, « les terribles mangeuses d’hommes ».

Sur la trace des mythiques femmes guerrières

De tout temps, l’histoire a mis en avant des guerrières solitaires, souvent décrites comme des femmes d’exceptions telles que Jeanne d’Arc. Toutefois, certains auteurs grecs ont relaté l’histoire d’un peuple entier de femmes guerrières organisées au sein d’une société matriarcale nommée : les Amazones. Dans la mythologie, les Amazones seraient les filles du dieu de la guerre, Arès. Selon la légende, ces femmes guerrières brûlaient leur sein droit afin de mieux utiliser leurs armes, notamment leurs arcs.

Homère en parle dès le VIIIe siècle avant notre ère, mais l’existence des Amazones telle qu’il les décrit est encore sujette à débat. Pour beaucoup, l’auteur imagine un monde fictif opposé au monde réel de l’Antiquité. Quant à Hérodote, il situe le royaume des Amazones dans les lointaines plaines qui bordent la mer noire, dans le sud de l’actuelle Ukraine. Il décrit également les fêtes et les coutumes, mais raconte aussi l’arrivée des Amazones en Ukraine. Se pourrait-il qu’Hérodote ait rencontré les Amazones au pays des Scythes ? La société scythe possède une organisation très différente de la société grecque. En effet, les scythes sont des éleveurs nomades qui se déplacent pour survivre. Il n’est donc pas impossible de constater une inversion des rôles entre hommes et femmes. Les femmes Scythes, nomades, possèdent sans doute plus de liberté que les femmes grecques, sédentaires. Nous pourrions donc facilement nous imaginer que l’une d’elles a pris la tête du peuple.

“Amazon women” by London looks is licensed under CC BY 2.0.

« Depuis l’Illiade (VIIIe siècle av. J.- C.) jusqu’à Pompée et ses expéditions militaires en Orient (Ier siècle av. J. – C.) en passant par Alexandre le Grand, les mythiques Amazones ont toujours fasciné les Grecs, puis les Romains : des guerrières qui rivalisaient avec les héros grecs par leur courage et leurs prouesses militaires, mais qui ressemblaient aussi aux Barbares – la légende disait qu’elles se coupaient le sein gauche pour tirer à l’arc et qu’elles se débarrassaient de leurs enfants mâles. »

Adrienne Mayor, Les Amazones.

Nous connaissons la tenue des Amazones grâce à des céramiques grecques qui sont conservées dans certains musées. Ces tenues ont été inspirées par les vêtements que portait la garde des cavaliers Scythes qui ne possédait pas la tunique flottante des Grecques, mais un pantalon serré taillé dans des étoffes de couleurs. La plupart des représentations des Amazones sont donc situées sur ces céramiques qui nous donnent une idée précise des habits qu’elles portaient, souvent des vêtements d’hommes. Ces céramiques sont souvent issues de cruches qui servaient lors des banquets et dont les récits mythologiques permettaient d’inspirer les conversations durant l’Antiquité.  Les récits racontent que les jeunes filles avaient la même formation que les garçons du même âge, des entraînements à l’arc et à l’épée devaient être leur quotidien. C’était une formation complexe et intensive qui débutait dès leurs toutes premières années.

Quand la science historique rejoint la légende

Des centaines de fouilles ont été entreprises en Ukraine depuis la fin du XIXe siècle. Quelques-unes permettent de corroborer l’hypothèse de l’existence des femmes guerrières, mais ne correspondent pas au standard des connaissances des archéologues européens de l’époque. En effet, ces derniers ont parlé d’ « inventaires mélangés » car les tombes contenaient aussi bien des affaires d’hommes (armes) que des affaires de femmes (bijoux).

De nos jours, les historiens, chercheurs et scientifiques modernes se demandent encore si ces figures mythologiques ont réellement existé. D’abord diabolisées par les Grecs, les Amazones ont été décriées, car durant l’Antiquité les femmes ne devaient pas s’occuper des affaires des hommes, et encore moins les surpasser. Victorieuses au combat, on les décrit également comme des femmes d’une très grande beauté.

Les Amazones ont été idéalisées dans la mythologie, c’est pourquoi en Europe centrale ainsi qu’en Asie, elles ne sont pas qualifiées d’Amazones, mais plutôt de guerrières dont l’existence est indiscutable. Les fouilles archéologiques ont permis de trouver de nombreux squelettes de femmes mutilées et blessées, ce qui pourrait attester de l’existence d’un peuple de guerrières. Les Amazones sont des cavalières hors pair, sur leurs chevaux elles prennent les simples soldats de vitesse. Au combat, elles préfèrent les poignards aux épées, car plus maniables, tandis que leurs flèches ne sont pas plates, mais triangulaires et munies d’un crochet.

Dans les années 1980, un roi scythe a été découvert sur un chantier de fouille, enseveli depuis plusieurs siècles. De nombreux squelettes et crânes de chevaux ont été mis au jour autour du tumulus, comme placés en sentinelle autour de la dépouille du roi. Toutefois, de nouvelles fouilles ont permis de découvrir des tombes secondaires contenant là aussi des bijoux et des armes. D’après de nombreux spécialistes, ces sépultures sont celles de femmes et cela permettrait donc de prouver l’existence de guerrières, potentiellement Amazones, sur le territoire scythe. En Ukraine, il y a un nombre conséquent de tumulus Scythes et les moyens aussi bien techniques que financiers manquent pour tous les étudier.

“Amazon Tomb at Kütahya Museum of Archaeology” by wallig is licensed under CC BY-NC-SA 2.0.

« Les découvertes archéologiques faites dans ces immenses étendues où nomadisaient les Scythes – et donc les Amazones décrites par Hérodotes – ont permis d’identifier sans doute possible les restes de guerrières mortes au combat. »

Adrienne Mayor, Les Amazones.

L’existence de guerrière issue de la population scythe est donc prouvée, mais qu’en est-il des fameuses mythiques Amazones ?  Les recherches archéologiques tendent à démontrer que des femmes guerrières, armées et connaissant les stratégies militaires ont existé. De plus en plus de tombes sont découvertes, notamment en Europe de l’Est, qui permettent de justifier cette hypothèse. Depuis l’époque contemporaine, les femmes ont trouvé leur place lors des conflits et portent de plus en plus les armes. Mais la présence des femmes sur des champs de bataille reste l’exception qui fait que les Amazones sont encore un sujet qui fascine. Cette nation de femmes guerrières qui est décrite dans les récits mythologiques, face aux victoires remportées, a su laisser une trace dans l’histoire.

En savoir plus

  • Adrienne MAYOR, Les Amazones : quand les femmes étaient les égales des hommes, VIIIe siècle av. J.-C.-Ier siècle, Paris, la Découverte, 2017, 559 p.
  • Geneviève PASTRE, Les Amazones : Du mythe à l’histoire, Paris, 2000, 207 p.
Les Amazones, Guerrières de Légende – HD [ARTE] (2013)
Citer cet article : Natasha Goin, "Les Amazones, ces guerrières légendaires," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 11 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6157.


Auteur/autrice : Natasha Goin

Natasha Goin, étudiante en Master 2 Histoire, Patrimoines et Cultures Numériques. Anciennement gendarme adjoint, spécialisée en histoire militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search