James Bond et ses Girls

« Je m’appelle Bond, James Bond »

Ces quelques mots font rejaillir chez chacun des souvenirs, des images, concernant l’espion britannique au matricule 007. Ce dernier est sûrement l’agent secret le moins secret au monde au vu de sa popularité qui ne décroît pas depuis son premier passage sur le grand écran en 1962.

Bond ? Qui est James Bond ?

C’est en 1953 que ce personnage de fiction est créé par Ian Flemming, qui a lui-même fait partie des services secrets britanniques durant la Seconde Guerre mondiale. Flemming s’est inspiré de ses années dans l’armée afin de développer ses intrigues, ainsi que d’espions bien réels de son époque pour faire naître son James Bond.

Depuis sa première adaptation à la télévision en 1954, puis avec pas moins de 26 adaptations cinématographiques, 007 n’a toujours pas pris de rides. Il est reconnaissable à son look de séducteur invétéré, dans un beau costume qui lui donne fière allure. 

Les différents acteurs qui ont pu endosser le rôle de l’espion double zéro sept se ressemblent aussi physiquement. D’une carrure maigre et élancée, avec des yeux bleu-gris et ses cheveux courts, il n’a pas vraiment changé dans son apparence ni dans son attitude, ce qui lui vaut une réputation de grand séducteur. Le charme britannique fonctionne plutôt bien et fait que toutes les femmes lui tombent dans les bras, que ce soit dans les livres ou bien dans les adaptations sur les écrans.

Ainsi, c’est bien l’image de ces acolytes féminines qui nous vient aussi en tête lorsque l’on mentionne la franchise, ces femmes que l’on nomme les James Bond Girls. Effectivement, nous pouvons parler de ces femmes comme d’une institution dans l’univers James Bond. Elles sont à la fois le personnage secondaire, mais aussi celui qui n’a pas réellement de rôle, même si cette affirmation tend à devenir fausse ces dernières années.

Le personnage de Bond a changé avec les années, tout en restant le même, on pourrait dire que ses traits dérangeants dans notre société plus moderne ont été atténués, mais sans lui enlever ce qui en fait ce personnage emblématique.

Cependant, du côté féminin, nous pouvons remarquer une nette évolution, mais pour cela il nous faut repartir aux débuts de la saga, pour avoir un point de comparaison avec les derniers films sortis.

Le triste sort des femmes qui entrent dans la vie de l’espion 

Une Bond girl est une femme séduisante, qui entrera dans la vie de 007 pour un flirt ou bien plus, tout en étant une aide dans sa mission ou alors au contraire, dans le camp adverse, du côté du grand méchant. À l’origine, elle a même un nom à double sens, dont ce dernier est à connotation sexuelle. Ce fut le cas pour Honeychile « Honey » Rider dans Docteur No, film sorti en 1962 ou encore avec Pussy Galore dans Goldfinger, deux ans plus tard.

Mais ce jeu des noms tend à s’assagir, ou simplement à porter sur l’histoire du personnage plutôt que son physique. On a donc l’exemple de Vesper Lynd, qui précise dans le roman qu’elle se nomme ainsi car elle est née en soirée, en latin Vesperum signifie le soir, cependant, son nom est une déformation de « West Berlin ». Le roman Casino Royal est écrit pendant la guerre froide, ce nom fait donc référence à la dualité de l’Allemagne en ces temps de guerre et donc au double jeu que Vesper pratique.

« La femme idéale doit savoir faire la sauce béarnaise aussi bien que l’amour. Il faut aussi qu’elle soit douée de tous les petits talents de société habituels. Des cheveux d’or. Des yeux gris. Une bouche à damner un saint. Un corps parfait. Et naturellement un grand sens de l’humour, de l’élégance, et une dextérité convenable aux cartes. Il attend d’elle, encore, qu’elle ne commette pas d’erreur de parfums comme la plupart des Anglaises. Qu’elle sache s’habiller : il adore les robes noires surtout sur une peau bronzée, pas trop de bijoux et des ongles exempts de vernis. »

Description de la James Bond girl parfaite selon l’auteur Ian Flemming dans Les diamants sont éternels, 1956

D’autres traits caractéristiques ne changent pas comme le fait que ce soient de belles femmes, plutôt jeunes comparées à l’espion anglais et présentées comme un objet d’érotisme. On se souvient d’Halle Berry sortant de l’eau dans son maillot orangé, son couteau à la taille, dans Meurs un autre jour

Et malheureusement pour elles, un critère à ne pas oublier est leur passage éphémère dans la vie de l’agent 007, souvent dû à leur décès prématuré.

Elles se ressemblent toutes, mais ont quand même quelques points de différences que l’on retrouve dans leur rôle. Nous pourrions les ranger en catégories, selon que ce soient des demoiselles en détresse, des femmes fatales telles que Pussy Galore, des espionnes ou encore des « anti-héroïnes ». Elles peuvent jouer un rôle important dans l’avancée de l’histoire ou simplement faire acte de présence par leur beauté.

Une renaissance du rôle des femmes dans la franchise

Même si cela peut paraître injuste pour ces femmes de n’avoir qu’un rôle de faire-valoir, il ne faut pas négliger l’impact que provoque le fait d’incarner une James Bond Girl. Ces femmes deviennent des icônes et des carrières ont été lancées à travers ce rôle clé, sans oublier que certains pays, notamment la France, peuvent ensuite se féliciter de la nationalité de leur Bond Girl. Sophie Marceau aura marqué les esprits par sa prestation d’Elektra King aux côtés de Pierce Brosnan, mais celle dont on se souviendra peut-être le plus est Léa Seydoux qui a pu jouer à deux reprises avec le dernier James Bond, Daniel Craig. Son rôle est définitivement l’opposé de la James Bond Girl imaginé par Ian Flemming. Elle a bien des « cheveux d’or » comme il le mentionnait dans Les diamants sont éternels, cependant ce n’est pas simplement une amante de passage, mais bien l’amour d’une vie pour l’espion. Celui-ci a d’ailleurs déjà été confronté à une Bond Girl française avec Eva Green qui jouait le premier amour de ce dernier, Versper Lynd, mais dont le destin s’est avéré tragique comme pour beaucoup de ses prédécesseurs. 

Avec Daniel Craig on remarque une évolution des mentalités et une attention qui change de bord, James Bond est lui aussi attirant et l’on s’en sert. Casino Royal en est la preuve avec un 007 sortant de l’eau dans son maillot de bain, qui est un clin d’œil à la fameuse scène de Meurs un autre jour où Halle Berry remplaçait Bond à l’époque. 

Les évolutions de notre société se reflètent à travers nos écrans, notamment lorsque des séries ou films sont des adaptations d’ouvrages, on remarque alors de nombreuses différences entre les deux œuvres. Pour la saga James Bond, ces changements dans les mœurs se retrouvent du côté du traitement des femmes et le rapport de l’espion avec celles-ci.

C’est avec le dernier interprète de 007, Daniel Craig, que cela se ressent le plus, il se retrouve entouré de femmes qui ne le considèrent pas comme un potentiel amant. « M », nom de code de la directrice du MI6 jouée par Judy Dench depuis Goldfinger, ou encore « Miss Monneypenny » la secrétaire de cette dernière sont insensibles au charme de l’espion et lui font bien savoir, ce qui permet de rééquilibrer le jeu.

Citer cet article : Chloé Domas, "James Bond et ses Girls," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 10 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6184.


Auteur/autrice : Chloé Domas

Diplômée d'une Licence d'Histoire et actuellement en étudiante en Master 2 d'Histoire - Patrimoines et Cultures numériques à Avignon Université, je souhaite continuer mon parcours dans le monde du patrimoine et notamment vers les archives après mes études.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search