Le patrimoine mondial en péril : l’exemple du Crac des chevaliers en République arabe syrienne

On connaît toutes et tous des histoires de chevaliers et de forteresses que l’on peut retrouver dans les contes pour enfants, des contes qui généralement s’inspirent de faits et de monuments existants.  Parmi ces monuments, on peut voir le Crac des chevaliers, aussi appelé Qal’at al-Hosn. Il s’agit d’une forteresse emblématique des croisés, connue pour son architecture militaire et pour son état de conservation exceptionnel, qui entrainent ainsi son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco en 2006. Cependant, la forteresse est inscrite en 2013 sur la liste du patrimoine mondial en péril, mais comment cela a-t-il pu arriver malgré son inscription au patrimoine mondial de l’Unesco ?

Le Crac des chevaliers, un joyau et témoin de l’histoire des croisés

Le Crac des chevaliers situé à l’ouest de la Syrie est une forteresse qui date du Moyen Âge. Elle a été construite de 1142 à 1271 par l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, un ordre né au début du XIIe siècle en Orient afin de pouvoir aider les pèlerins et de défendre Jérusalem et la Terre sainte. Cette forteresse est aujourd’hui un témoin de l’architecture militaire du Moyen Âge et figure parmi les châteaux les mieux préservés de l’époque des croisades.

Cette forteresse, construite au XIIe siècle, est d’abord l’œuvre des croisés. Cette construction se fait en 3 grandes étapes. On compte d’abord une première étape, celle de la construction du château hospitalier, ensuite une deuxième étape, celle du renforcement du château afin de renforcer son côté défensif. Puis la dernière étape, celle de la construction d’une seconde enceinte à l’extérieur du château. De cette dernière étape, on peut également retenir la construction de la « grand’salle », de style gothique, qui était une salle dédiée aux conseils, au chapitre et où il était donné les réceptions, faisant étroitement penser aux salles capitulaires des monastères ou aux grandes salles seigneuriales.

La forteresse connaît en 1271 un changement de propriétaire, appartenant désormais aux mamelouks à la suite du siège de Baybars. Cette occupation, survenue après un siège entraîne de nombreuses modifications sur l’édifice pendant les XIIIe et XIVe siècles. Effectivement, une remise en état de la forteresse a dû être réalisée après le siège, mais celui-ci perd en partie sa fonction militaire en devenant un chef-lieu administratif et en hébergeant des garnisons. Les mamelouks apportent également de nouveaux aménagements, permettant à la forteresse d’acquérir de nouvelles fortifications, un hammam ainsi qu’une mosquée prenant place dans l’ancienne chapelle croisée.

Au cours du temps, la forteresse du Crac des chevaliers se voit doter de 2 influences, entre les croisés pour la première et les mamelouks pour la deuxième, ou chacune apporte sa pierre à l’édifice et forge le monument tel qu’on le connaît aujourd’hui.

Le conflit armé de la Syrie

C’est en 2011 que tout commence. Alors que Bachar al-Assad dirige la Syrie avec un régime autoritaire depuis les années 2000, des manifestations commencent à apparaitre de la part des Syriens. Effectivement, face aux multiples censures, toujours plus sévères et face aux emprisonnements que subit le peuple qui ose contester sa politique, les Syriens décident de manifester contre le régime en place. Débute alors le Printemps arabe.

Ces manifestations sont très brutalement réprimées par le régime de Bachar al-Assad, la limite est franchie et la colère du peuple éclate et donne naissance à la guerre civile syrienne. Ce conflit armé prend place sur le territoire syrien, divisé par divers camps, marquant ainsi le territoire et son peuple par de nombreux conflits internes au territoire. Tout cela impacte la population et le territoire, notamment son patrimoine.

C’est donc dans ce contexte que le Crac des chevaliers va subir d’importantes dégradations, nécessitant par conséquent son inscription au patrimoine mondial en péril en 2013.

Les dégâts sur la forteresse, la mise en péril

Ce conflit qu’a donc connu la République arabe syrienne a causé du tort au pays, à son peuple, mais également à son patrimoine. Les nombreuses tensions dans le pays et les destructions parallèles à celles-ci sont donc à l’origine de l’inscription du site à la liste du patrimoine mondial en péril en 2013. Une inscription qui concerne de nombreux sites, comme celui de la forteresse Saladine, Qal’at Salah El-Din, inscrite en même temps que le Crac des chevaliers sur cette liste. L’inscription de ces deux sites a été acceptée, car les sites présentaient des fragilités et des destructions dues aux conflits armés et à la guerre qui a sévi dans les environs.

Le site du Crac des chevaliers a été déclaré comme étant un bien culturel en péril à la suite de la rédaction d’un rapport par l’Unesco, permettant de répertorier des dégâts qu’a pu endurer le site. Dans ce rapport, l’Unesco liste les différents affrontements et tirs d’armes à feu qu’a pu subir le monument. Tout comme l’utilisation de la forteresse des chevaliers comme « une poudrière », autrement dit comme « un lieu où règne un état d’effervescence susceptible d’engendrer des incidents violents ». Les dégâts causés sur le monument ont surtout été observés à l’intérieur de celui-ci. C’est dans la cour basse que l’on observe le plus de dégâts, où des piliers et des arches ont été noircis par le feu et sont désormais éparpillés sur le sol.

Aussi, parmi les autres destructions et dégâts listés par l’Unesco, on peut notamment lire les dégâts faits à la chapelle de l’ancienne mosquée, située au centre de la citadelle, où des traces de peintures d’origine ont pu être endommagées. Tout comme la présence de bombardements proches du site, n’ayant causé que des dégâts jugés mineurs.

Ne pas perdre ce joyau et témoin de l’histoire

Les dégâts causés par les différents conflits liés à la guerre civile en République arabe syrienne ont été jugés assez importants pour que le site du Crac des chevaliers soit inscrit dans la liste du patrimoine mondial en péril.

« La Liste du patrimoine mondial en péril est conçue pour informer la communauté internationale des conditions menaçant les caractéristiques mêmes qui ont permis l’inscription d’un bien sur la Liste du patrimoine mondial et pour encourager des mesures correctives. »

UNESCO Centre du patrimoine mondial – Patrimoine mondial en péril

Cette inscription est importante pour la sauvegarde de la forteresse et de son patrimoine. Ainsi, plusieurs missions sont liées à cette sauvegarde, des missions entreprises par divers partenaires. L’un des principaux partenaires est bien évidemment l’Unesco. La volonté de l’Unesco de recenser le patrimoine en péril est un moyen de pouvoir lutter pour la sauvegarde de la forteresse et de son intérêt pour l’histoire des croisées, autant que pour celle des mamelouks. La forteresse des Crac des chevaliers est aujourd’hui un témoin de cette histoire commune qu’il faut conserver au mieux des dégâts du temps et des guerres qui ont pu l’altérer.

Un autre partenaire joue un grand rôle dans la sauvegarde du site, il s’agit de la startup Iconem, fondée en 2013 qui œuvre à la numérisation de sites patrimoniaux en péril. Ils ont réalisé une campagne de relevés numériques du site de 2015 à 2017 afin d’en faire une reconstruction 3D. Cette reconstruction se base sur une numérisation du site, mais également des documents d’archives du site, notamment des photos, et les différentes numérisations entre 2015 et 2017, permettant de comparer l’état de la forteresse entre les différentes sources. La reconstitution 3D étant très précise, elle permet de voir l’état des pierres, des fissures, des dégradations intérieures et extérieures du site. Leur mission de numérisation et de reconstitution 3D contribue à la conservation du Crac des chevaliers et permet également l’exploration et l’étude du site.

A propos du Crac des chevaliers

Pour en savoir plus sur le Crac des chevaliers
Conférence organisée par la cité de l’architecture et du patrimoine sur le Crac des chevaliers
Conférence organisée par la cité de l’architecture et du patrimoine sur le Crac des chevaliers
Citer cet article : Manon Deurweilher, "Le patrimoine mondial en péril : l’exemple du Crac des chevaliers en République arabe syrienne," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 14 décembre 2021, https://eua.hypotheses.org/6218.

Auteur/autrice : Manon Deurweilher

Diplômée d’une licence d’histoire, je suis actuellement en deuxième année de master Patrimoines et cultures numériques à l’université d’Avignon. Je suis intéressée par les bibliothèques patrimoniales, la conservation et la restauration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search