Faire le OFF, Quentin Amalou et Damien Malinas

Qu’est-ce que faire le OFF ? Le Festival OFF d’Avignon, né il y a 50 ans, ramène des foules variées, attirées par les spectacles de théâtre mais aussi l’animation des rues, l’ambiance estivale et le nouveau visage d’Avignon. Mais qui assiste aux pièces de théâtre ? Quel est le profil du festivalier arpentant les rues pavées, flânant à la recherche d’un spectacle de rue, discutant des dernières représentations dans les restaurants ? C’est la question que se sont posée deux sociologues de la culture, Quentin Amalou et Damien Malinas. À partir de questionnaires remplis par les festivaliers, ils ont discerné les différents types de publics du Festival, selon leur profil sociodémographique mais aussi leurs manières de fréquenter le Festival, leur fidélité, le nombre de pièces auxquelles ils assistent et les conditions dans lesquelles ils participent au Festival OFF.

Pour aller plus loin dans l’étude des publics du Festival d’Avignon et explorer celui du Festival de Cannes, on pourra aussi se référer au recueil de récits écrits par l’un des préfaciers, le sociologue de la culture Emmanuel Ethis : La petite fabrique du spectateur, publié en 2011 aux EUA.

Continuer la lecture de « Faire le OFF, Quentin Amalou et Damien Malinas »

Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres

Parce que la vraie violence de la tragédie n’est pas tellement de tuer et de manger des enfants, la vraie violence de la tragédie, quand on y arrive, j’espère que l’on y touche un peu du doigt, c’est que l’on reste dans les ténèbres, tous. C’est ça la vraie violence, c’est qu’elle n’apporte aucune solution, rien, elle montre simplement l’impasse dans laquelle les êtres humains arrivent à se mettre et nous restons tous dans les ténèbres, je le sens bien.

Thomas Jolly
Continuer la lecture de « Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres »

Conquérir l’humanité, Madeleine Louarn

« Je pense que la connaissance et la maîtrise, même virtuoses, comme c’était le cas classiquement, ne sont pas les seules conditions pertinentes pour avoir accès à l’art. Et je trouve que cette porte ouverte, cette démarche, est un chemin que chacun peut décider de prendre, où qu’il soit, quel qu’il soit. »

Madeleine Louarn
Christelle Podeur, Onane. Crédit : Christian Berthelot

« Bel or. 
Je voudrais avoir les os en or,
Et la chair en or,
Et les cheveux en or. »
Continuer la lecture de « Conquérir l’humanité, Madeleine Louarn »

Julien Gosselin, Faire vie de la littérature

« Je veux que les gens puissent, même si c’est voué à l’échec, au moment où on est sur scène, ressentir la force que j’ai ressentie seul en lisant dans ma chambre »

Julien Gosselin

C’est ainsi que s’exprimait Julien Gosselin, dans un entretien réalisé par Laure Adler le 10 juillet 2018 pendant le Festival d’Avignon, et que nous publions en juin aux EUA. Né en 1987 dans le Pas-de-Calais, le jeune metteur en scène se distingue par ses adaptations monumentales d’œuvres romanesques contemporaines. Après s’être fait connaître en 2013 grâce à son spectacle d’après le roman de Michel Houellebecq Les Particules élémentaires, il adapta en 2016 le roman 2666 de l’auteur chilien Roberto Bolaño. L’année dernière, nous lui devions le triptyque Joueurs, Mao II, Les Noms de l’Américain Don DeLillo.

Continuer la lecture de « Julien Gosselin, Faire vie de la littérature »