Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…)

Après avoir montré, dans Ex ducere, les bases des principes d’éducation qui président à la formation des artistes humains et équins au sein de la compagnie Alexis Gruss, Alexis et Firmin Gruss développent ici l’aspect complémentaire : point d’éducation sans séduction. La piste, lieu travail et de spectacle privilégié par les écuyers, voltigeurs, acrobates et jongleurs d’une telle compagnie, invite à conjuguer éducation et séduction. Il y a là les deux principes qui doivent guider toute vie d’artiste, faite du culte de la beauté, de la perfection, de l’équilibre et du dépassement de soi. Sans séduction, point d’éducation reçue par l’artiste, ou par tout apprenant d’ailleurs, sans éducation, point de séduction par les artistes sur les spectateurs, ou par les écuyers sur les artistes équins…

Continuer la lecture de « Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…) »

Alasdair Gray, La Littérature ou le refus de l’amnésie

Romancier, poète, dramaturge et peintre Alasdair Gray est considéré comme le libérateur de la culture et de l’imagination écossaise. Il nous a fait l’honneur en 2008 de participer à une journée d’étude autour de son œuvre organisée par l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Journée d’étude qui s’est conclue par un petit entretien informel de questions/réponses posées par des chercheurs et des étudiants de master. Il nous parle ainsi avec beaucoup d’humour et d’autodérision de son travail, de ses inspirations et de ses convictions.

M. Gray s’est prêté à ce jeu avec l’ironie qui le caractérise. En effet, il n’aime pas vraiment parler de sujets sérieux ni être catalogué ou encore afficher ses opinions politiques ou historiques. Il utilise donc avec un certain humour ses talents de dramaturge et probablement aussi un peu d’acteur pour alléger les sujets un peu trop sérieux à son goût. Continuer la lecture de « Alasdair Gray, La Littérature ou le refus de l’amnésie »

Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

« Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux. »

Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d’un autre. Continuer la lecture de « Madeleine Louarn, La métamorphose des corps »

Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre

« Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on a besoin d’avoir des littératures immenses, d’être face à des choses qui sont gigantesques, pas par la taille ou la durée, mais par la pensée, l’élégance, la puissance de l’écriture. La situation est tellement critique qu’il ne suffit pas de choses « grandes » ou « bonnes », il faut des choses gigantesques. »

Faut-il lire au théâtre ? Julien Gosselin montre à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d’aller au-delà du théâtre parlé. Le théâtre, c’est aussi une lecture, des vidéos, de la poésie, de la musique. Un mélange des genres mis en pièces autour de grandes œuvres. Continuer la lecture de « Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre »