Alasdair Gray, La Littérature ou le refus de l’amnésie

Romancier, poète, dramaturge et peintre Alasdair Gray est considéré comme le libérateur de la culture et de l’imagination écossaise. Il nous a fait l’honneur en 2008 de participer à une journée d’étude autour de son œuvre organisée par l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Journée d’étude qui s’est conclue par un petit entretien informel de questions/réponses posées par des chercheurs et des étudiants de master. Il nous parle ainsi avec beaucoup d’humour et d’autodérision de son travail, de ses inspirations et de ses convictions.

M. Gray s’est prêté à ce jeu avec l’ironie qui le caractérise. En effet, il n’aime pas vraiment parler de sujets sérieux ni être catalogué ou encore afficher ses opinions politiques ou historiques. Il utilise donc avec un certain humour ses talents de dramaturge et probablement aussi un peu d’acteur pour alléger les sujets un peu trop sérieux à son goût. Continuer la lecture de « Alasdair Gray, La Littérature ou le refus de l’amnésie »

Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

« Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux. »

Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d’un autre. Continuer la lecture de « Madeleine Louarn, La métamorphose des corps »

Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre

« Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on a besoin d’avoir des littératures immenses, d’être face à des choses qui sont gigantesques, pas par la taille ou la durée, mais par la pensée, l’élégance, la puissance de l’écriture. La situation est tellement critique qu’il ne suffit pas de choses « grandes » ou « bonnes », il faut des choses gigantesques. »

Faut-il lire au théâtre ? Julien Gosselin montre à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d’aller au-delà du théâtre parlé. Le théâtre, c’est aussi une lecture, des vidéos, de la poésie, de la musique. Un mélange des genres mis en pièces autour de grandes œuvres. Continuer la lecture de « Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre »

Angélica Liddell, De la représentation à l’exposition de soi

« Je ne cherche pas à être originale ou d’avant-garde. Non, pas du tout. Je cherche à être profondément influencée et la plus antique possible. »

Dans cet entretien se déroulant le jour de la dernière de ¿Qué haré yo con esta espada?, Angélica Liddell revient longuement sur l’importance de l’écriture à ses yeux et son exigence de rigueur esthétique. Elle aborde ses principales influences, son rapport au monde et à sa violence. Loin de toute provocation, elle évoque notre être primitif, la relative capacité à l’étonnement de nos sociétés et son souhait d’amour. Continuer la lecture de « Angélica Liddell, De la représentation à l’exposition de soi »

Fragments de vie : Tiago Rodrigues se raconte (inédit)

À la veille de la parution locale de Le spectacle, contrat imaginaire, le livre issu de l’entretien animé par Laure Adler lors de la précédente édition du Festival, les Éditions Universitaires d’Avignon ont reçu un cadeau aussi petit que précieux : une courte autobiographie écrite par l’artiste interviewé à cette occasion, Tiago Rodrigues, pour les fidèles lecteurs de notre carnet de recherche.

Le souvenir de l’enfance et de la jeunesse du metteur en scène portugais, confié aux objets, parfums et images, bâtit une mémoire délicate et sincère, fraîche et juteuse comme une cerise. Grâce à la belle traduction en français de Thomas Resendes, plongez-vous dans les rues d’Amadora, dans ses cafés où la convivialité devient expression de démocratie et dans les rédactions de ses journaux, où la poésie se marie avec l’engagement politique et, pourquoi pas, la cuisine. Continuer la lecture de « Fragments de vie : Tiago Rodrigues se raconte (inédit) »

Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire

« Mouvement de l’air que l’on produit en expirant avec une certaine force ». C’est la première signification du mot « souffle », selon l’édition 2013 du Petit Robert. Sopro, « le souffle », est aussi le titre du spectacle que Tiago Rodrigues a présenté au Festival d’Avignon 2017, quand il a enchanté les spectateurs assis dans le Cloître des Carmes avec une parole tant délicate que tenace, comme le suggère la définition du dictionnaire. Surtout, avec une parole qui fait évoluer les choses, qui donne des impulsions et qui produit un « mouvement » : une parole créatrice. « Force qui anime, inspire, crée », continue le Petit Robert, dans la même entrée.

Lors du Festival, le comédien, metteur en scène et dramaturge portugais s’est aussi prêté, avec la bienveillance et l’humilité qui le caractérisent, au jeu des questions-réponses animé par Laure Adler, dans le cadre des Leçons de l’Université, un rendez-vous désormais rituel ouvert à tout public avec les artistes du Festival. Le spectacle, contrat imaginaire, le livre issu de cet échange riche et passionnant, va bientôt paraître dans le catalogue des Éditions Universitaires d’Avignon. En attendant, nous vous invitons à découvrir une personnalité d’exception, Tiago Rodrigues. Continuer la lecture de « Tiago Rodrigues, Le spectacle, contrat imaginaire »

Emma Dante, Enfants, animaux et idiots

Le 18 juillet 2017, la comédienne, metteuse en scène et dramaturge Emma Dante arrivait à Avignon avec un spectacle qui a suscité des réactions multiples, mais qui en tout cas n’est pas passé sous silence : Bêtes de scène. Coproduction du Festival, cette pièce a fait l’objet, avec bien d’autres thèmes, d’un riche entretien animé par Laure Adler, dans le cadre des Leçons de l’Université. Les Éditions Universitaires d’Avignon publient, chaque année, une sélection de ces rendez-vous avec les artistes du Festival, dans le but de faire résonner leur parole auprès d’un public toujours plus large et d’accorder à la création artistique la place qu’elle mérite. Dans l’attente de l’imminente parution d’Enfants, animaux et idiots, la transcription adaptée à la lecture de l’interview d’Emma Dante, les EUA vous invitent à découvrir l’univers et le parcours théâtraux d’une importante personnalité de la scène italienne. Continuer la lecture de « Emma Dante, Enfants, animaux et idiots »

Thomas Quillardet, Épanouis et virevoltants

« Recherche », « éducation », « développement ». Au début de Tristesses et joie dans la vie des girafes, pièce pour jeune public signée par Tiago Rodrigues, l’on retrouve tous les mots qui jalonnent le parcours créatif de Thomas Quillardet, metteur en scène du spectacle au Festival d’Avignon 2017 :

« Me voici en position de présenter un exposé intitulé Tristesse et joie dans la vie des girafes. J’espère que vous aurez plaisir à voir ce travail et que vous ne serez pas guettés par l’ennui. Un exposé est une recherche, faite par un ou plusieurs élèves, dans le but de la présenter à l’école. L’école est le bâtiment où les élèves absorbent l’éducation. L’éducation est un ensemble de règles pour le développement du corps et de l’esprit. » Continuer la lecture de « Thomas Quillardet, Épanouis et virevoltants »