Alexis et Firmin Gruss – Se ducere

Se Ducere
Alexis et firmin gruss

Collection : Entre-Vues
Parution : 04-12-2018
Thème : Cirque
112 pages

PRIX : 8 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-064-7
ISBN numérique : 978-2-35768-112-5

Ce livre à deux voix témoigne de l’engagement d’une famille d’artistes qui, sur six générations, fait vivre les arts du cirque. La piste, les relations filiales, les animaux, l’amour du métier et des traditions : la diversité des propos illustre la force et la beauté de ce cheminement unique en France.

Entretien réalisé par Natalie Petiteau.

Extraits

Éduquer et séduire

Pour avoir eu la chance de vous voir travailler vos chevaux à Piolenc, je peux attester beaucoup d’éthologie dans le monde équestre, vous n’avez pas attendu que cela soit à la mode pour le mettre en œuvre. Il y a longtemps que vous savez écouter vos chevaux. Pouvez-vous en dire plus sur ces méthodes qui intéressent vivement l’université ?

Alexis Gruss : Vous avez parlé d’éthologie, mais ici nous sommes dans un lieu d’ethnologie… Ce ne sont pas des méthodes, mais des manières d’observer, de comprendre, d’analyser, de chercher. J’en parlerai à propos des cheveux, car chez les humains, c’est un peu plus compliqué ! Avec le cheval, on a un peu moins de difficulté à pratiquer l’éthologie, parce que il est ce qu’il est. On essaie de découvrir petit à petit ce qu’il est, et à partir de là on essaie de le faire grandir, de l’éduquer par une méthode qui est le contraire de la séduction. J’ai en effet compris depuis longtemps que l’éducation est indissociable de la séduction. Éduquer, c’est conduire à l’extérieur pour faire grandir, on va vers l’autre et on l’aide à grandir. Le contraire, c’est s’approprier l’autre pour soi, ce qui est la séduction, se ducere… Mais je ne vois pas comment on peut transmettre quoi que ce soit, à un humain ou à un cheval, s’il n’y a pas avant tout une part de séduction… Cela marche ainsi avec les chevaux et les humains aussi. Seulement attention, tout est dans la dose. Nous vivons aujourd’hui dans une société où il y a un véritable débordement, où l’on est bien plus dans la séduction que dans l’éducation. Les médias évoquent beaucoup en ce moment mais 1968. On était alors passé de l’éducation à l’enseignement et l’on avait bien fait. Faire accéder tout le monde au baccalauréat était aussi une idée formidable. Pourtant, on a commis une petite erreur quand on a dit « il est interdit d’interdire »… On ne peut pas éduquer sans parfois interdire. Et on ne peut pas enseigner sans éduquer et inversement. Je ne pense pas qu’on puisse faire l’un sans l’autre, comme il faut un père et une mère pour faire un enfant : un et un font trois… Éducation et enseignement, cela fait des gens respectueux et instruits. Ce sont les animaux, les chevaux en particulier, qui m’ont expliqué tout cela. Grâce à eux, je sais que l’on ne peut pas faire l’économie, dans le processus d’éducation, de moments de séduction, parce que s’il n’y a pas cette émotion l’un pour l’autre, rien ne peut se passer. Sinon, on entre dans un autre système qui n’est plus l’éducation, mais qui est le dressage.
[…] L’éducation est fondée sur la réflexion, sur l’analyse, une telle démarche relève de l’ethnologie, ou de l’éthologie si l’on parle des rapports avec les animaux. Telle est la méthode que je tente de transmettre à mes enfants depuis longtemps. Il faut essayer de comprendre. Toutes les espèces qui sont sur cette planète sont différentes les unes des autres, et elles sont tellement complémentaires les unes des autres qu’elles sont indissociables les unes des autres.


Arts circassiens et corps sublimés

La compagnie Alexis Gruss est la digne héritière du cirque né à la fin du XVIIIe siècle. Philip Astley a eu recours à cet espace scénique à partir de 1768. Il y a donné des spectacles inspirés tout à la fois des pratiques que pouvaient avoir les saltimbanques d’une part, les voltigeurs à cheval d’autre part. Jusqu’alors, ces artistes présentaient leur art dans les foires ou même dans les rues. Le génie d’Astley a été de créer un espace clos pour ne plus être dépendant du public des rues qui peut ne rien donner aux artistes. Il a créé un amphithéâtre qui oblige les gens à entrer pour voir le spectacle, et donc à payer. Il a entouré sa piste de gradins, et les a recouverts de toile pour abriter les spectateurs. Finalement, on a construit des cirques en dur, toujours autour de cette piste héritée des militaires, car particulièrement adaptée au exercices de l’acrobatie à cheval. Son diamètre de 13 mètres a été dicté par la longueur de la chambrière que l’on utilise pour régler les trois allures des chevaux. Astley, invité par la reine, arrive en France en 1774, mais, dans le contexte de la Révolution française, son amphithéâtre est repris par la famille Franconi, qui, sur trois générations, fait la célébrité du cirque français au XIXe siècle.
Le cirque a en effet un immense succès au XIXe siècle : on va alors au cirque tout autant qu’à l’opéra ou au théâtre. C’est un lieu de spectacle très prisé, qui fait la synthèse entre les arts équestres, très aristocratiques, et les disciplines des saltimbanques, éminemment populaires. C’est donc un lieu de spectacle au langage universel, puisque l’on n’y parle pas. Pour avoir le droit de dire du texte, il faut passer sous les fourches caudines de la censure. Les directeurs de cirque s’épargnent de telles démarches et produisent des spectacles sans paroles, où les clowns ne font que du mime. Le succès concerne aussi les cirques itinérants, qui, sous l’influence des enseignes américaines, se font de plus en plus grands à partir de la fin du XIXe siècle.

[…]

Est-ce que, quand vous jouez à la fois de cette dimension artistique et de cette dimension de risque, vous avez conscience que c’est par là que vous allez chercher l’émotion du spectateur que vous le séduisez ainsi ?

C’est vrai que c’est une vocation d’être artiste mais comment ne pas l’être quand on est né dans une grande famille comme la nôtre ? La sueur est le prix à payer pour ce travail. La douleur aussi. On oublie de parler de la douleur. Chaque fois que ma sœur se met pour la première fois à genoux sur son fil, si elle ne l’a pas fait pendant quinze jours, elle a de grosses douleurs. Mais le corps aussi s’adapte. Il a besoin de cela. Ma mère dit souvent : « Quand tu n’as pas mal, tu ne te sens pas bien » ! Cette culture est ancrée en nous. Moi j’ai un palmarès extraordinaire, je peux vous le faire rapidement… : fracture de la deuxième cervicale, fracture de la malléole à deux reprises, rupture des ligaments croisés, péritonite. Mais nous avons besoin de repousser sans cesse les limites. Le corps, à partir du moment où vous lui donnez cette possibilité, en a besoin. C’est en réalité le rêve de chaque personne. Et je crois que c’est pour cela que notre métier est si passionnant et si fascinant, parce que nous repoussons sans cesse les limites de ce que l’être humain peut faire. Aujourd’hui, avec la télévision et avec internet, on peut par exemple voir des gens qui se jettent des falaises et volent sans appareil, mais c’est juste de la technique. Dans notre art, c’est le corps humain qui prend le pas sur le reste, le matériel vient seulement en complément de la performance de l’être humain.


Les auteurs

Attachés aux valeurs du Cirque à l’Ancienne et soucieux de pérenniser le patrimoine de l’âge d’or du cirque équestre, Alexis et Firmin Gruss renouvellent sans cesse les arts du cirque en nouant des partenariats créatifs dans le monde de la musique, de la danse, de l’opéra, du théâtre, du sport ou encore du cinéma. Mais les arts équestres font la marque de fabrique de leur famille et de leur cirque. De peur que ce patrimoine se perde, ils ont conçu leur Pôle d’Action Culturelle Équestre, dès 2014, autour de l’équitation de tradition française et possède un volet théorique et pratique autour des arts du cirque.

Des mêmes auteurs
Alexis Gruss,
Stefan Gruss

Ex nihilo

Parution : 16-01-2020

Prix : 8 €
Disponible au format numérique

Alexis Gruss,
Firmin Gruss

Ex Ducere

Parution : 19-12-2017

Prix : 8 €
Disponible au format numérique


Autour du livre
  • Extraits sonores | Lionel Labosse, « Se ducere (2018), Alexis & Firmin Gruss, éd. universitaires d’Avignon. Extraits choisis. », 2023 : https://www.youtube.com/watch?v=EaJhz5cuqiQ
  • Citation | D. Bière, M. Gil, P. Prevot-Marcilhacy, V. Sapienza (dir.), Apprentissage et création. Lieux, communautés, réseaux, transmissions familiales, Villeneuve-d’Ascq, Institut de recherches historiques du Septentrion, 2021.
  • Chronique | Artcena, «5. Parutions», Artcena – le bulletin, 12, 2019, p. 23 : https://www.artcena.fr/sites/default/files/medias/ARTCENA-B12-300dpi-1_0.pdf
  • Citation | N. Petiteau, « Apprentissages circassiens et culture familiale : l’exemple de la compagnie Alexis Gruss », séminaire Apprentissage, travail et création 2017. Lieux, communautés, réseaux, transmissions familiales, Villeneuve-d’Ascq, novembre 2017 : https://univ-avignon.hal.science/hal-03665083/document

Photographies d’Éloise Vene


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe des EUA (16 novembre 2018). Alexis et Firmin Gruss – Se ducere. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/okz4


Une réflexion sur « Alexis et Firmin Gruss – Se ducere »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search