Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…)

Après avoir montré, dans Ex ducere, les bases des principes d’éducation qui président à la formation des artistes humains et équins au sein de la compagnie Alexis Gruss, Alexis et Firmin Gruss développent ici l’aspect complémentaire : point d’éducation sans séduction. La piste, lieu travail et de spectacle privilégié par les écuyers, voltigeurs, acrobates et jongleurs d’une telle compagnie, invite à conjuguer éducation et séduction. Il y a là les deux principes qui doivent guider toute vie d’artiste, faite du culte de la beauté, de la perfection, de l’équilibre et du dépassement de soi. Sans séduction, point d’éducation reçue par l’artiste, ou par tout apprenant d’ailleurs, sans éducation, point de séduction par les artistes sur les spectateurs, ou par les écuyers sur les artistes équins…

Cette complémentarité suscite donc les réflexions exposées dans ce volume. De même qu’elle conduit à une présentation des processus par lesquels le corps de l’artiste est sublimé en piste : cela a été le sujet d’une leçon de l’Université populaire d’Avignon, faite d’un dialogue entre Firmin Gruss, voltigeur, acrobate, jongleur, recordman du monde de l’échelle libre, et Natalie Petiteau, professeure d’histoire contemporaine.


“Le cirque est le lieu de mise en valeur des corps et a de ce fait exercé une véritable fascination qui s’est exprimée dans la littérature, dans la peinture, dans le cinéma.”

Natalie Petiteau
professeur d’histoire contemporaine
Avignon Université


Premier extrait, Alexis Gruss

“Un cheval, lorsqu’il commence à tra­vailler avec une longe, instinctivement il tire. Mais moi, en pratiquant ce que l’on appelle l’ éthologie, je m’emploie à comprendre pourquoi il tire, moi je sais que c’est son instinct qui le guide. Souvent, des gens qui passent à Piolenc me disent qu’ils ont un problème avec leur cheval, que leur cheval tire quand il est monté. Oui, mais pour tirer il faut être deux ! Cela veut dire qu’au bout des rênes, quelqu’un tire aussi. .. Instinctivement, on tire l’un l’autre et c’est là qu’il y a un travail considérable à faire.
Cela me conduit à revenir à cet anni­versaire des 250 ans de la piste de 13 mètres de diamètre. Cette question me touche infiniment, car plus je me suis intéressé à cet espace scénique, plus j’ai découvert des choses abso­lument extraordinaires. C’est un vrai lieu d’éducation. Pour l’équilibre en premier lieu, comme Firmin l’a expli­qué à propos de ses filles. Gipsy, mon épouse, lui a appris à tenir en équilibre sur son échelle. L’équilibre, ce n’est pas naturel, l’équilibre, ça s’apprend. Et à un certain point, si on l’apprend bien, comme c’est le cas de mes petites-filles, on tient en équilibre sur ses mains. Et on finit même par savoir tenir sur une seule main, puis à passer d’une main à une autre. Et avec cette formation, qui est totalement contre nature, on va séduire. On revient ainsi au commen­cement et à l’opposé de l’éducation, puisque séduire est l’opposé d’éduquer. Avec le cheval, c’est la même chose, dans le mouvement circulaire sur cette piste de 13 mètres de diamètre. Cette piste, composée de terre végétale, c’est le seul espace scénique au monde qui soit infini par sa forme, infini par sa matière et fertile dans tous les sens du terme, avec des ingrédients fertilisants incontournables, le crottin de cheval ! Si vous semez sur un tel terrain, ça pousse et ça grandit. Ça s’élève, ça s’éduque, et il en va de même pour un cheval en mouvement, avec un écuyer sur son dos. C’est comme cela que Philip Astley a découvert que la piste était un moyen extraordinaire pour former les chevaux à la guerre. Car la piste, au départ, ne servait pas à autre chose qu’à former un cheval à trouver son sens de l’équilibre, à main gauche et à main droite. Un cheval qui sait galoper sur la piste, et un écuyer qui tient sur son dos en piste en faisant des changements de main au galop, acquièrent une aisance incomparable. Et l’écuyer a dès lors bien plus d’ha­bileté dans ses gestes pour se servir de son sabre ou de ses armes sur les champs de bataille. Et en plus, s’il était désarçonné, il apprenait, dans ce cercle de 13 mètres, à remonter sur le cheval au galop. Il ne le faisait pas pour faire du spectacle ou pour se faire applaudir, mais pour sauver sa vie. Un cavalier désarçonné sur un champ de bataille, s’il n’avait pas la technique du voltigeur pour remonter sur son cheval au galop, il était mort. Tout simplement. Et tout cela est né de cet espace scénique de 13 mètres. C’est un monde de création, de 40 mètres de circonférence, comme le terre fait 40 000 kilomètres de circonfé­rence à hauteur de l’équateur… Depuis ma plus tendre enfance, que ce soit dans le cirque de mon père, au cirque Krone en Allemagne, au cirque Knie en Suisse – je ne cite que ces deux-là parce que ce sont les meilleurs et parce que l’on y trouve un respect fondamental de l’animal -, ou plus récemment au fes­tival de Monte-Carlo, j’ai vu sur cette piste de 13 mètres toutes les espèces d’animaux de la planète, à plumes, à poil, aquatiques, et j’y ai vu aussi toutes les espèces d’hommes et de femmes, de toutes couleurs, de toutes religions. Il n’y a que dans cet espace que j’ai vu une telle diversité, jamais ailleurs. Non seu­lement cet espace est infini par la forme et par la matière, et fertile, mais en plus il est universel. Avec mon spectacle, je peux aller dans le monde entier : tout le monde le comprend. Parce que c’est un spectacle fondé sur des langages universels : la musique, le rythme, la lumière, la beauté du geste. Nous, les artistes, nous avons là un rôle majeur sur cette planète, car nous sommes là pour sublimer le naturel de la nature. La nature, il faut s’en occuper, il ne faut pas la laisser comme elle est. Au moindre pot de fleurs, il faut accorder une attention quotidienne si l’on veut qu’il soit beau, mais il faut le faire avec un sécateur ! … Abandonnez le tuteur ! Voilà ce que je voulais vous dire sur ce lieu que je veux créer à Piolenc depuis 24 ans, puisque nous sommes dans la 24e année de Piolenc. C’est la première fois depuis 24 ans que l’on m’écoute. Pour cela, je dis un grand merci à Natalie et au président de l’université d’Avignon qui m’ont ouvert les portes de cet établissement pour y présen­ter notre spectacle. La terre que j’avais alors utilisée, en juin 2016, était celle avec laquelle nous avions fait toute la tournée dans les Zénith. On m’a demandé, lors de cette tournée, pour­quoi je venais avec ma propre terre. Je répondais que dans cette terre se trouvent mes racines…”

Photographies d’Éloise Vene

Deuxième extrait, Firmin Gruss

“C’est vrai que c’est une vocation d’être artiste mais comment ne pas l’être quand on est né dans une grande famille comme la nôtre ? La sueur est le prix à payer pour ce tra­vail. La douleur aussi. On oublie de parler de la douleur. Chaque fois que ma sœur se met pour la première fois à genoux sur son fil, si elle ne l’a pas fait pendant quinze jours, elle a de grosses douleurs. Mais le corps aussi s’adapte. Il a besoin de cela. Ma mère dit souvent : « Quand tu n’as pas mal, tu ne te sens pas bien » ! Cette culture est ancrée en nous. Moi j’ai un palma­rès extraordinaire, je peux vous le faire rapidement … : fracture de la deuxième cervicale, fracture de la malléole à deux reprises, rupture des ligaments croisés, péritonite. Mais nous avons besoin de repousser sans cesse les limites. Le corps, à partir du moment où vous lui donnez cette possibilité, en a besoin. C’est en réalité le rêve de chaque per­sonne. Et je crois que c’est pour cela que notre métier est si passionnant et si fascinant, parce que nous repous­sons sans cesse les limites de ce que l’être humain peut faire. Aujourd’hui, avec la télévision et avec internet, on peut par exemple voir des gens qui se jettent de falaises et volent sans appa­reil, mais c’est juste de la technique. Dans notre art, c’est le corps humain qui prend le pas sur le reste, le matériel vient seulement en complément de la performance de l’être humain. Quand je suis sur mon échelle, je développe un sixième sens, je développe le sens de l’équilibre qui au départ n’est pas natu­rel. On va toujours contre nature. Cela renvoie à une phrase qu’aime bien mon père, « l’art, c’est le travail effacé par le travail ». On arrive toujours, à force de travailler, à faire croire au public que ce que nous faisons est naturel, mais à la base, on ne se rend pas compte de ce que cela représente. On nous demande toujours combien de temps vous entraînez-vous ? On ne calcule pas, c’est en années, en générations, en savoir-faire surtout.”

Sortie nationale le 04 décembre 2018

Collection Entre-Vues
Série grandes conférences
112 pages – 8 €
ISBN 978-2-35768-064-7
Diffusion-distribution : FMSH diffusion

Retrouvez de plus amples compléments sur le travail de la famille Alexis Gruss dans l’ouvrage publié par Natalie Petiteau, Les bâtisseurs de l’éphémère. Histoire de la compagnie Alexis Gruss, des origines à nos jours.


Une réflexion sur « Se ducere, Alexis et Firmin Gruss (extraits, complément photographique…) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.