Isabelle Brianso, Dominique Cassaz (dir.) – Vivre le patrimoine mondial au quotidien, dynamiques et discours des habitants

Vivre le patrimoine mondial au quotidien, dynamiques et discours des habitants
Isabelle Brianso
Dominique Cassaz (dir.)

Collection : Passion du Patrimoine
Parution : 15-12-2022
Thème : Patrimoine, UNESCO
264 pages

PRIX : 20 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-154-5
ISBN numérique : 978-2-35768-155-2

L’ouvrage interroge les relations au patrimoine que les habitants des villes inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco entretiennent dans leurs pratiques ordinaires à partir d’études de cas (France, Chine, Italie). Les contributions ici réunis discutent des enjeux théoriques et pragmatiques, liés au fait d’habiter le patrimoine urbain, en fonction de statut des habitants ou de leurs choix de fréquentation de lieux (places, commerces, rues, quartiers). Ces pratiques journalières ancrent les résidents dans des habitudes, des sociabilités, un cadre de vie et des attachements qui constituent un terrain d’enquête varié pour les chercheurs et les professionnels du patrimoine. Le livre évoque également la responsabilité des habitants en matières de développement durable, dans leurs pratiques ordinaires.

Extraits

Préface, par Mechtild Rössler

Les biens du patrimoine mondial sont à la fois des symboles et des rappels pour nous tous de l’importance de préserver notre patrimoine commun, et de notre incroyable capacité à le faire lorsque nous unissons nos forces. La liste du patrimoine mondial est constituée de sites d’une valeur universelle exceptionnelle, qui requièrent et méritent donc notre plus grande attention en vue de leur sauvegarde.
L’Unesco a établi la Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel il y a cinquante ans, dans le 8 Préface but de construire un pont entre notre passé et notre avenir commun. La sauvegarde du patrimoine mondial exige que nous apprenions à connaître et à respecter le patrimoine des autres, ce qui contribue au dialogue, à la compréhension mutuelle et à une véritable coopération internationale. Ce qui rend exceptionnel le concept de patrimoine mondial est son application universelle, car les sites qui en font partie appartiennent à tous les peuples du monde, sans qu’il soit tenu compte des territoires sur lesquels ils sont situés.
Il est vital, pour la préservation des biens, que nous observions et comprenions les effets des impacts environnementaux et humains sur la valeur universelle exceptionnelle, et que nous utilisions ces connaissances pour y répondre efficacement et nous y préparer. Nous devons être plus diligents et attentifs que jamais pour surveiller l’état de conservation des biens du patrimoine mondial et nous concentrer activement sur leur préservation.


Engagements et attachements au patrimoine des habitants au sein des villes Unesco : expériences croisées, par Sébastien Jacquot

Définir qui est habitant est plus complexe qu’il n’y paraît, comme le montrent les débats en études touristiques, longtemps structurés par l’opposition touristes/habitants, avant la reconnaissance de la simplification induite par cette opposition et les passages d’une catégorie à l’autre, ainsi que les zones de continuum et d’hybridité (Sherlock, 2001). Tout d’abord, « habitants » est souvent au pluriel, et ne doit pas masquer les oppositions entre habitants, la pluralité des positionnements, des statuts, etc. Par conséquent, si on souhaite définir des droits des habitants au patrimoine, sur quelle base les attribuer ?
Plusieurs caractéristiques peuvent distinguer les habitants les uns des autres, et conférer un surcroît de légitimité et d’accès au patrimoine, selon les partis pris. Tout d’abord, selon le statut résidentiel et juridique, est-ce la propriété ou la résidence qui sont prises en compte pour définir les habitants qui peuvent exprimer leur voix sur les questions patrimoniales ? Dans les stations touristiques, les résidents secondaires acquièrent un poids politique, notamment du fait de leurs stratégies fiscales et résidentielles, et s’attachent au lieu, s’en sentent aussi partie (Blondy, Vacher, Vye, 2016). Alors que la propriété immobilière connaît des mutations importantes dans les espaces urbains, notamment anciens, provoquant aussi des dynamiques de changement social, et que les vies (et les contrats locatifs associés) sont davantage mobiles, faut-il introduire un critère d’ancienneté et d’ancrage ? À l’inverse, quelle place dans les dispositifs patrimoniaux accorder à ceux ayant quitté, parfois à contrecœur, un espace résidentiel désormais gentrifié, au-delà des dispositifs mémoriels à visée nostalgique ? Quelle est la rémanence du titre d’habitant ?


Agir pour l’inscription patrimoniale, entretien avec Jean-François Caron

Les questions d’implication et d’engagement des habitants sont primordiales, ce qui m’a conduit à m’interroger : qu’est-ce qui fait qu’on s’engage ou qu’on ne s’engage pas ? Quelle image renvoie mon territoire ? Ai-je envie de le fuir ou de me battre ?
En 2002, j’étais vice-président de région et j’ai obtenu que, dans le contrat du plan d’aménagement du territoire, il y ait une mesure au sujet de la question culturelle, car j’ai toujours considéré qu’il n’y a pas de projets de territoire sans des acteurs présents ou engagés. Cela m’a amené à étudier la façon dont les grands sites de mémoire peuvent être des objets et des lieux transitionnels, qui permettent de passer d’un monde à un autre : du monde de la mine au XXIe siècle par exemple.
Lors d’une réunion, j’ai lancé cette boutade : « Pourquoi est-ce qu’on s’extasie devant les pyramides d’Égypte, alors qu’on crache sur les terrils ? » En sachant que les terrils de ma commune font la hauteur de la pyramide de Khéops… Cela renvoie à des représentations du territoire. Aujourd’hui, l’Unesco ne veut plus aller vers les grands sites prestigieux. Au contraire, ce qui l’intéresse, c’est la véritable histoire des peuples et la façon dont elle s’incarne dans les territoires, notamment par le biais de paysages culturels évolutifs. C’est comme ça que je me suis lancé dans l’aventure de l’inscription du bassin minier sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, que j’ai conduite pendant dix ans et qui a fini par aboutir. Ce qui m’étonne encore, moi et nombre de personnes que je côtoie, c’est que, par un concours de circonstances, le président fondateur de l’Association des biens français du patrimoine mondial , Yves Dauge – qui avait 84 ans et qui voulait passer la main –, ainsi qu’un certain nombre de piliers de l’association ont pensé que mon approche du patrimoine, qui s’écartait d’une vision « monuments historiques » classique, était la bonne. Je me posais en effet un certain nombre de questions. Les monuments historiques sont importants, mais qu’est-ce que ça veut dire ? Comment s’inscrivent-ils dans le territoire ? Quel rapport les habitants entretiennent-ils avec eux ? En quoi la question du patrimoine peut-elle être considérée comme « sous cloche » ?


Sous la direction de

Isabelle Brianso est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Avignon Université. Rattachée au Centre Norbert Elias (UMR 8562), ses travaux de recherche portent sur les processus de patrimonialisation en contexte international (Unesco, Conseil de l’Europe). Ancienne boursière Marie Curie (FP7) à l’université autonome de Barcelone (Espagne), elle travaille sur les dynamiques locales du patrimoine mondial à Angkor (Cambodge), à Marrakech (Maroc) et en Europe (Itinéraires culturels).

Dominique Cassaz est architecte et urbaniste. Attachée à la conservation, la valorisation et l’inscription du patrimoine au sein des dynamiques urbaines, elle a conduit l’extension de la Grande-Île de Strasbourg à la Neustadt sur la liste du patrimoine mondial et la réalisation de son plan de gestion ainsi que l’obtention du label du patrimoine européen pour le quartier européen de Strasbourg. Elle est maintenant adjointe au directeur des monuments historiques et coordinatrice du patrimoine mondial de l’Unesco pour la ville d’Avignon. Elle coordonne la candidature d’Avignon au label Ville et Pays d’art et d’histoire.


Avec les contributions de

Antoine Bruguerolle, Olivier Cadart, Jean-François Caron, Guido Castelnuovo, Margot Ferrand, Allison Guiraud, Yannick Hascoët, Sébastien Jacquot, Jean-François Lagneau, Mechtild Rössler, Dominique Vingtain, Martine Vittu et Anne Watremez.


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2022, 16 décembre). Isabelle Brianso, Dominique Cassaz (dir.) – Vivre le patrimoine mondial au quotidien, dynamiques et discours des habitants. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol16

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search