Dialogues autour du patrimoine : l’histoire, un enjeu de communication ? (Jessica de Bideran, Julie Deramond, Patrick Fraysse, dir.)

Cet ouvrage compile 10 ans de contributions parues sur le carnet Com’en Histoire, par des chercheurs et des professionnels. Le patrimoine est ici considéré à la croisée des approches historiennes et communicationnelles, créant un dialogue autour des questions de narration de l’histoire, de reconstitution historique et de médiations muséales.

EXTRAITS

Introduction : Qu’est-ce qu’une approche info-communicationnelle du patrimoine ?, par Jessica de Bideran, Julie Deramond, Patrick Fraysse

Nous avons choisi de rassembler les textes publiés initialement sur notre carnet de recherche dans cette belle collection « Passion du patrimoine » pour donner cohérence et visibilité à ces publications qui se sont échelonnées pendant dix ans et qui permettent de retracer l’aventure de Com’en Histoire. En effet, nous avons fondé ce réseau de chercheurs et de professionnels passionnés par l’histoire et le patrimoine, inaugurant une discussion fructueuse sur le temps long. Elle montre à quel point le dialogue interdisciplinaire est possible et peut être riche, malgré les difficultés rencontrées et les incompréhensions éventuelles. Au-delà des disciplines universitaires et des différentes pratiques professionnelles, c’est bien la quête de sens qui nous rapproche et permet de nourrir et de réunir nos multiples approches du patrimoine.

L’aventure de Com’en Histoire

Commençons par rappeler quelques faits : Com’en Histoire est d’abord l’histoire d’une collaboration (et d’une amitié) entre trois chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC) formés à l’histoire ou à l’histoire de l’art et travaillant sur « l’objet patrimonial ». Constatant de nombreux points communs dans nos premières recherches sur la réception de l’histoire au XIXe siècle par le biais de médiations théâtrales et musicales (autour de la vie de Jeanne d’Arc), de médiations documentaires et monumentaires (des monuments reconstitués) ou, plus récemment, de médiations numériques (immersion dans des images 3D), nous avons choisi d’élargir notre trio. Nous avons ainsi ouvert nos réflexions à un groupe plus important de professionnels et de chercheurs intéressés par la notion de patrimoine, en cherchant à l’appréhender de manière interdisciplinaire. Nous avons souhaité renouveler les questionnements scientifiques et partager les points de vue théoriques et méthodologiques avec distance.

Le réseau s’est donc constitué en 2013, avec un premier rassemblement à l’occasion d’une journée d’étude consacrée à une préoccupation commune, partagée par les sciences historiques et les sciences de l’information et de la communication : l’intérêt pour le document. « Il ne s’agit pas de faire l’histoire des SIC, mais bien plutôt d’envisager les points communs, les terrains partagés des SIC et de l’histoire, notamment, autour de la période du Moyen Âge et de la question du document. » C’est en ces termes que nous avions justifié notre initiative et convaincu six autres chercheurs (trois historiens et historiens de l’art et trois chercheurs en SIC) de venir débattre ensemble des multiples façons de considérer le document. Nous nous sommes ainsi intéressés tant à l’apport documentaire, pour l’analyse historique, qu’à la construction de concepts et notions « documentologiques » en SIC (le concept de document en premier lieu, mais aussi ceux de médiation, de réception, d’interprétation, d’usages…). L’intérêt était donc de voir comment ces deux disciplines, au sens large du terme dans les deux cas, pouvaient apprendre l’une de l’autre. Une entrée dans le dialogue stimulante, pour réinterroger le « bel aujourd’hui des siècles passés », pour paraphraser un ouvrage de Claude-Gilbert Dubois2 : regarder avec distance la façon dont on produit, construit l’histoire tout autant que saisir les multiples façons de comprendre, regarder, (re)vivre le passé. Le patrimoine, le document, les nombreuses manières d’écrire et de diffuser la recherche, la médiation et la vulgarisation sont de fait à la croisée des chemins.

Dialogue inédit : Le patrimoine, objet historique et communicationnel, Jean Davallon (dialogue avec Patrick Fraysse, Jessica de Bideran et Julie Deramond, le 15 décembre 2022)

Pour entrer directement dans le vif du sujet, l’histoire est-elle un processus de communication ou, comme vous le diriez plus volontiers, un objet pour les SIC ? Plus largement, l’approche info-communicationnelle de la patrimonialisation, que vous avez contribué à élaborer, a-t-elle entraîné une « déshistoricisation » du patrimoine comme le pensent certains historiens ?

Les historiens travaillent sur des documents et ils produisent des documents… Il est donc tout à fait possible de transformer l’histoire en objet, puisqu’on peut disposer, notamment, d’un corpus documentaire support de la réflexion. Paul Ricœur avait bien pris l’histoire comme objet ! Pour aller plus loin, il y a, selon moi, deux pistes à creuser à partir de votre projet collectif : d’abord, la question de l’interdisciplinarité, qui est certes un serpent de mer académique, mais qui, malgré tout, prend à travers cette anthologie collective une forme concrète entre deux disciplines, l’histoire et les SIC, et, par ailleurs, la question de l’apport de notre discipline commune à la connaissance du patrimoine.

Pour les historiens, les recherches en SIC sur le patrimoine ne sont pas vraiment légitimes, parce que ce ne sont pas, justement, des travaux historiques (elles n’en suivent pas les règles méthodologiques). Les approches info-communicationnelles des objets patrimoniaux sont originales, car elles travaillent sur des évidences contemporaines qu’elles tentent de déconstruire. L’histoire, quant à elle, est un continent avec, en termes de recherche, une grande variété d’approches et de réflexions, ainsi que, en arrière-plan, le recours à une méthodologie contrôlable et à l’intégration d’un savoir-faire documentaire certain. Il y a, par exemple, du côté des historiens, certains questionnements qui sont proches de ceux des sciences de l’info-communication. Citons par exemple les réflexions de Joseph Morsel5, médiéviste de formation, qui est récemment revenu sur la notion de trace et la différence entre, d’un côté, les empreintes et, de l’autre, les symptômes. Celui- ci souligne ainsi que les sources historiques, trop souvent et trop rapidement perçues comme des empreintes, ne sont en réalité que les symptômes d’événements passés… Ce type de travaux, presque anecdotique dans une carrière d’historien, s’inscrit dans ce que le psychologue Serge Moscovici appelait les « minorités agissantes » et démontre que les réflexions menées aux marges des disciplines universitaires offrent plus de libertés et permettent donc de faire avancer les choses, à l’image de votre carnet de recherche réunissant les disciplines universitaires et le secteur professionnel.

Les auteurs

Mélanie Bourdaa est maîtresse de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux- Montaigne, et chercheuse au laboratoire MICA (Médiations, Informations, Communications, Arts). Elle analyse la réception des séries télévisées américaines contemporaines par les fans, et les stratégies transmedia storytelling. Elle est aussi responsable du master Conception de Projet Numérique et Narration Transmedia (CPNNT). En 2021, elle a publié Les fans. Publics actifs et engagés chez C&F éditions.

Elsa Cavalié est maîtresse de conférences à Avignon Université depuis 2016. Ses recherches portent sur la fiction britannique contemporaine et les études culturelles, en particulier sur les notions d’anglicité et d’écriture de l’histoire. Elle a publié plusieurs ouvrages sur la fiction britannique et récemment codirigé un numéro de Polysèmes sur Ian McEwan, ainsi qu’un numéro d’Études britanniques contemporaines intitulé « Disrupting the City: Urban Cris(e)s in Contemporary British Literature and Art ».

Rémy Cazals est professeur émérite à l’université Toulouse-Jean- Jaurès (UT2J). Il a consacré une partie de ses travaux à l’histoire de la Première Guerre mondiale. Après la publication des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier. 1914-1918, chez Maspero en 1978, il a découvert et publié de nombreux autres témoignages. En 2013, il a dirigé l’ouvrage collectif 500 témoins de la Grande Guerre (Éditions Midi-Pyrénéennes). Il est le fondateur du CRID 14-18 (Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918) et membre du conseil scientifique de la Mission du centenaire. Il a également participé à plusieurs colloques internationaux.

Jean Davallon est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication à Avignon Université. Ses recherches, menées dans le cadre du Centre Norbert Elias de l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales), portent essentiellement sur le rapport entre dimension symbolique et fonctionnement communicationnel, tout d’abord des images puis des musées et du patrimoine. Il a dirigé et publié de nombreux ouvrages et a participé à de nombreux programmes de recherche en muséologie.

Après une formation en histoire de l’art, Jessica de Bideran est aujourd’hui maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux-Montaigne et chercheuse au MICA (Médiations, Informations, Communications, Arts). Ses derniers travaux se concentrent sur l’étude du processus de patrimonialisation du patrimoine écrit et documentaire, et l’impact du numérique sur la médiation et la médiatisation de ces ressources.

Docteure en histoire contemporaine, Julie Deramond est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à Avignon Université et membre du Centre Norbert Elias. Ses recherches portent sur les liens entre patrimoine et alimentation, les formes de communication et de médiation de l’histoire et les médiations sensorielles et artistiques. Depuis janvier 2022, elle est également directrice adjointe des Éditions universitaires d’Avignon.

Marion Fontaine est professeure d’histoire sociale et politique contemporaine au Centre d’histoire de Sciences Po (Paris). Elle est spécialisée dans l’histoire des mondes et mouvements ouvriers européens au XXe siècle. Ses recherches les plus récentes portent sur l’histoire des mondes miniers et l’histoire de la crise des sociétés industrielles. En plus d’avoir publié ouvrages et articles scientifiques, elle a été commissaire d’exposition et coauteure d’un documentaire audiovisuel.

Patrick Fraysse est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse III-Paul-Sabatier et chercheur au Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) où il co-anime l’axe « Patrimoines et médiation ». L’observation et l’analyse de dispositifs de médiation dans les musées et autres lieux de culture et leurs usages par les publics sont au cœur de ses recherches.

Après un parcours universitaire spécialisé en médiation culturelle et communication, Janaïne Golonka mène actuellement un doctorat en sciences de l’information et de la communication. Ses travaux s’intéressent aux enjeux de la médiation culturelle numérique et questionnent, en particulier, le concept d’immersion comme mode de transmission de l’Histoire des guerres et des conflits contemporains, notamment celle des tranchées de la Première Guerre mondiale.

Fabienne Henryot est maîtresse de conférences HDR en histoire à l’Enssib (École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, Lyon), et membre de l’Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IHRIM, UMR 5317). Elle est spécialiste d’histoire du livre et des bibliothèques aux époques moderne et contemporaine. Elle a publié dernièrement De l’oratoire privé à la bibliothèque publique. L’autre histoire des livres d’heures (Turnhout, 2022).

Après plus d’une douzaine d’années passées au château de Versailles et au musée du Louvre, Maïté Labat est aujourd’hui indépendante. Elle poursuit son travail dans le secteur culturel sur des projets numériques, audiovisuels et innovants. Auteure, Maïté Labat a également publié son premier roman graphique. Le Château de mon père a reçu en 2020 le prix de la Fondation Orange-Centre national du livre.

Thibault Le Hégarat est docteur en histoire contemporaine et auteur d’une thèse de doctorat au croisement de l’histoire culturelle et de l’histoire des médias sur les représentations télévisuelles du patrimoine culturel. Cette recherche a été publiée aux éditions de l’INA (Institut national de l’audiovisuel). Chercheur associé au CHCSC (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) de l’université Paris-Saclay, il poursuit ses recherches sur les médiations du passé et il est actuellement enseignant en histoire-géographie.

Yannick Lintz est conservatrice générale du patrimoine et présidente du musée Guimet (Paris) depuis novembre 2022. Docteure en histoire, elle est diplômée de l’Institut national du patrimoine et a commencé sa carrière comme directrice du musée des Beaux-Arts d’Agen. Elle entre au Louvre en 2003 et y dirige le département des arts de l’Islam de 2013 à 2022. Elle a par ailleurs une longue expérience d’enseignement, comme professeure associée à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne de 2003 à 2015, et à l’université Senghor d’Alexandrie sur l’histoire des musées et les enjeux de valorisation du patrimoine. Elle est chevalière de l’ordre national de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, ainsi qu’officier des Arts et Lettres.

Laurent Macé est professeur d’histoire médiévale à l’université Toulouse-Jean-Jaurès (UT2J). Il est également l’auteur d’un ouvrage sur l’emblématique des comtes de Toulouse (La Majesté et la Croix. Les sceaux de la maison des comtes de Toulouse [XIIe-XIIIe siècle], Toulouse, 2018). Sa volonté d’aborder la question de la médiation scientifique va prendre forme à travers la parution d’une Petite histoire des troubadours (Cairn éditions) en 2023.

Sophie Madeleine est ingénieure de recherche en sources anciennes à l’université de Caen-Normandie. Elle dirige le Centre Interdisciplinaire de Réalité Virtuelle (CIREVE) de cette université. Ses recherches sont tournées vers deux domaines : l’architecture et la topographie de la Rome antique d’une part, les techniques de l’Antiquité de l’autre. Elle a notamment réalisé son habilitation à diriger des recherches sur les vélums de l’Antiquité, les systèmes de toiles temporaires déployés par exemple dans les édifices de spectacle pour protéger les spectateurs du soleil.

Muriel Molinier est docteure en sciences de l’information et de la communication au LERASS (Laboratoire d’Études et de Recherche Appliquées en Sciences Sociales) et enseignante en muséologie à l’IUT Paul-Sabatier, université Toulouse III-Paul-Sabatier. Dans sa thèse soutenue en 2019, La Voie de l’inclusion par la médiation au musée des beaux-arts : des publics fragilisés au public universel, elle a questionné l’universalité de la médiation et l’hybridation des pratiques musée- santé.

Cofondateur de Cap Sciences (Centre de Culture Scientifique, Technique & Industrielle de Bordeaux, en Nouvelle-Aquitaine), Jean-Alain Pigearias y a développé des innovations au service de la relation aux publics. Il est intervenu en tant que conseiller pour de grands projets muséographiques comme la Cité du Vin à Bordeaux et le Centre International d’Art Pariétal de Lascaux, dans le domaine des interactions expos-contenus-publics via des parcours de visite dotés de « compagnons de visite » numériques.

Marie-Sylvie Poli est professeure émérite de sciences de l’information et de la communication à Avignon Université. Ses recherches portent sur les écritures des savoirs et sur l’expérience de visite au musée. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Culture & Musées. Elle a récemment dirigé l’ouvrage Chercheurs à l’écoute. Méthodes qualitatives pour saisir les effets d’une expérience culturelle, paru en 2020 aux Presses de l’Université du Québec.

Gérard Régimbeau est professeur émérite en sciences de l’information et de la communication. Sa carrière universitaire s’est déroulée à l’université Toulouse III-Paul-Sabatier, à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), puis à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Tout au long de son cheminement scientifique, il a développé une riche réflexion sur les médiations informationnelles (documentaires, muséales, éditoriales), iconographiques et artistiques (de l’art contemporain en particulier) et, plus largement, culturelles.

Marie-Clémence Régnier est maîtresse de conférences à l’université d’Artois. Elle y enseigne la littérature, l’histoire des médias et la communication numérique. Depuis sa thèse (parue aux Presses universitaires de Rennes, 2023), elle travaille sur la patrimonialisation et la muséalisation de la figure de l’écrivain, de l’histoire littéraire et des œuvres littéraires, ainsi que sur la culture médiatique et matérielle qui accompagne ces phénomènes sur le temps long (fin XVIIIe-XXIe siècle). Actuellement, ses recherches portent en particulier sur le tourisme littéraire.

Christine Saillard, attachée principale de conservation, est directrice des publics et de la programmation des musées de Grasse. Avec son équipe, elle met en place, au sein des musées et hors les murs, des projets de médiation culturelle et sensorielle à destination de tous les publics. Elle anime parallèlement depuis 2021 un pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle (PRÉAC) dédié à la culture olfactive en partenariat avec l’académie de Nice et la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de la région PACA.

De formation initiale en tourisme et en histoire de l’art, Céline Salvetat a toujours œuvré à la diffusion du patrimoine, d’abord comme responsable du domaine départemental du château d’Avignon. En 2006, elle a rejoint le Museon Arlaten pour participer à sa rénovation complète comme responsable du service des publics. Avec l’équipe de médiation, faire vivre le musée hors de ses murs et porter la voix des publics dans le futur parcours permanent ont été ses missions principales.

Jean-François Sibers est conservateur des bibliothèques. Il a été chef de service de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de Bordeaux jusqu’en 2017, et est responsable de l’expérimentation numérique sur plusieurs plans : gestion des ressources scientifiques et administratives de l’État, mutualisation avec celles des collectivités (programme BNSA), et médiation patrimoniale numérique avec l’Action Culturelle du Rectorat et l’Université (programme Patrinum).

Audrey Tuaillon Demésy est sociologue, maîtresse de conférences en STAPS à l’université de Franche-Comté. Elle travaille sur les loisirs alternatifs (sports subculturels, reconstitutions historiques, culture punk) et les imaginaires qui les entourent. Plus spécifiquement, ses recherches visent à comprendre comment sont élaborés et vécus des modes de résistance, pérennes ou éphémères, dans diverses situations ludiques.

Dès l’enseignement secondaire, Aurélien Vigouroux suit une formation spécifique en histoire de l’art. Lors de son cursus, en troisième cycle universitaire, il se spécialise dans les domaines de l’archéologie puis de la muséographie interactive. Après quelques années passées au sein d’une société de production et d’installation d’équipements scénographiques interactifs et multimédias, il décide de créer AVE Culture afin de proposer une expertise en muséographie répondant aux enjeux de transmission de contenus et de bons usages au moyen de médiations innovantes.

Animateur de l’architecture et du patrimoine de la ville de Laval depuis 1994, Xavier Villebrun est à la fois le créateur du service puis de la direction chargée du label Ville et Pays d’art et d’histoire pour la ville et aujourd’hui responsable des grands projets patrimoniaux. C’est dans ce cadre qu’il a initié un travail spécifique visant à renouveler les actions de la médiation du patrimoine en portant une attention soutenue à la fois aux quartiers contemporains, mais aussi à la réalité virtuelle patrimoniale, conçue non seulement comme outil de restitution, mais aussi d’innovation pédagogique.

Diplômée en histoire de l’art de l’université de Tours, Marina-Pia Vitali a travaillé pour les musées de la Ville de Paris, le Centre des monuments nationaux, le musée du Louvre, le musée d’Orsay et a enseigné à Sorbonne Université et à l’École du Louvre en muséologie. Elle a choisi récemment de prendre la direction du patrimoine et des sites culturels du département de l’Ain en continuant à œuvrer pour la médiation, la conception universelle et les approches sensibles.


1ère de couverture de l'ouvrage

PARUTION LE 20 AVRIL 2023

Collection Passion du patrimoine
376 pages
33 €
ISBN imprimé : 978-2-35768-159-0
ISBN numérique : 978-2-35768-160-6
Disponible à parution sur OpenEdition Books.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search