Jessica de Bideran, Julie Deramond, Patrick Fraysse (dir.) – Dialogues autour du patrimoine : l’histoire, un enjeu de communication ?

Dialogues autour du patrimoine : l’histoire, un enjeu de communication ?
Jessica de BidEran
Julie Deramond
Patrick Fraysse (dir.)

Collection : Passion du Patrimoine
Parution : 20-04-2023
Thème : Info-communication, Muséologie
376 pages

PRIX : 33 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-159-0
ISBN numérique : 978-2-35768-160-6

Cet ouvrage condense l’histoire d’une belle aventure qui se poursuit depuis dix ans. Ses différentes contributions ont, pour la plupart, vu le jour sur internet, dans le carnet de recherche Com’en histoire créé en 2013. Le but est de faire dialoguer des chercheuses et chercheurs, spécialisés en sciences humaines et sociales, et des professionnels œuvrant dans le monde muséal et patrimonial. Le patrimoine est ici considéré à l’intersection des approches historiennes et communicationnelles, créant un fructueux échange sur des thématiques telles que la mise en récit de l’histoire, les nouvelles formes de médiation muséales, l’usage et la réception des reconstitutions historiques et la circulation de l’histoire dans l’espace public.

Extraits

Introduction : Qu’est-ce qu’une approche info-communicationnelle du patrimoine ?, par Jessica de Bideran, Julie Deramond, Patrick Fraysse

Nous avons choisi de rassembler les textes publiés initialement sur notre carnet de recherche dans cette belle collection « Passion du patrimoine » pour donner cohérence et visibilité à ces publications qui se sont échelonnées pendant dix ans et qui permettent de retracer l’aventure de Com’en Histoire. En effet, nous avons fondé ce réseau de chercheurs et de professionnels passionnés par l’histoire et le patrimoine, inaugurant une discussion fructueuse sur le temps long. Elle montre à quel point le dialogue interdisciplinaire est possible et peut être riche, malgré les difficultés rencontrées et les incompréhensions éventuelles. Au-delà des disciplines universitaires et des différentes pratiques professionnelles, c’est bien la quête de sens qui nous rapproche et permet de nourrir et de réunir nos multiples approches du patrimoine.

[…]

Commençons par rappeler quelques faits : Com’en Histoire est d’abord l’histoire d’une collaboration (et d’une amitié) entre trois chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC) formés à l’histoire ou à l’histoire de l’art et travaillant sur « l’objet patrimonial ». Constatant de nombreux points communs dans nos premières recherches sur la réception de l’histoire au XIXe siècle par le biais de médiations théâtrales et musicales (autour de la vie de Jeanne d’Arc), de médiations documentaires et monumentaires (des monuments reconstitués) ou, plus récemment, de médiations numériques (immersion dans des images 3D), nous avons choisi d’élargir notre trio. Nous avons ainsi ouvert nos réflexions à un groupe plus important de professionnels et de chercheurs intéressés par la notion de patrimoine, en cherchant à l’appréhender de manière interdisciplinaire. Nous avons souhaité renouveler les questionnements scientifiques et partager les points de vue théoriques et méthodologiques avec distance.
Le réseau s’est donc constitué en 2013, avec un premier rassemblement à l’occasion d’une journée d’étude consacrée à une préoccupation commune, partagée par les sciences historiques et les sciences de l’information et de la communication : l’intérêt pour le document. « Il ne s’agit pas de faire l’histoire des SIC, mais bien plutôt d’envisager les points communs, les terrains partagés des SIC et de l’histoire, notamment, autour de la période du Moyen Âge et de la question du document. » C’est en ces termes que nous avions justifié notre initiative et convaincu six autres chercheurs (trois historiens et historiens de l’art et trois chercheurs en SIC) de venir débattre ensemble des multiples façons de considérer le document. Nous nous sommes ainsi intéressés tant à l’apport documentaire, pour l’analyse historique, qu’à la construction de concepts et notions « documentologiques » en SIC (le concept de document en premier lieu, mais aussi ceux de médiation, de réception, d’interprétation, d’usages…). L’intérêt était donc de voir comment ces deux disciplines, au sens large du terme dans les deux cas, pouvaient apprendre l’une de l’autre. Une entrée dans le dialogue stimulante, pour réinterroger le « bel aujourd’hui des siècles passés », pour paraphraser un ouvrage de Claude-Gilbert Dubois2 : regarder avec distance la façon dont on produit, construit l’histoire tout autant que saisir les multiples façons de comprendre, regarder, (re)vivre le passé. Le patrimoine, le document, les nombreuses manières d’écrire et de diffuser la recherche, la médiation et la vulgarisation sont de fait à la croisée des chemins.


Le patrimoine, objet historique et communicationnel, Jean Davallon (dialogue avec Patrick Fraysse, Jessica de Bideran et Julie Deramond, le 15 décembre 2022)

Pour entrer directement dans le vif du sujet, l’histoire est-elle un processus de communication ou, comme vous le diriez plus volontiers, un objet pour les SIC ? Plus largement, l’approche info-communicationnelle de la patrimonialisation, que vous avez contribué à élaborer, a-t-elle entraîné une « déshistoricisation » du patrimoine comme le pensent certains historiens ?

Les historiens travaillent sur des documents et ils produisent des documents… Il est donc tout à fait possible de transformer l’histoire en objet, puisqu’on peut disposer, notamment, d’un corpus documentaire support de la réflexion. Paul Ricœur avait bien pris l’histoire comme objet ! Pour aller plus loin, il y a, selon moi, deux pistes à creuser à partir de votre projet collectif : d’abord, la question de l’interdisciplinarité, qui est certes un serpent de mer académique, mais qui, malgré tout, prend à travers cette anthologie collective une forme concrète entre deux disciplines, l’histoire et les SIC, et, par ailleurs, la question de l’apport de notre discipline commune à la connaissance du patrimoine.
Pour les historiens, les recherches en SIC sur le patrimoine ne sont pas vraiment légitimes, parce que ce ne sont pas, justement, des travaux historiques (elles n’en suivent pas les règles méthodologiques). Les approches info-communicationnelles des objets patrimoniaux sont originales, car elles travaillent sur des évidences contemporaines qu’elles tentent de déconstruire. L’histoire, quant à elle, est un continent avec, en termes de recherche, une grande variété d’approches et de réflexions, ainsi que, en arrière-plan, le recours à une méthodologie contrôlable et à l’intégration d’un savoir-faire documentaire certain. Il y a, par exemple, du côté des historiens, certains questionnements qui sont proches de ceux des sciences de l’info-communication. Citons par exemple les réflexions de Joseph Morsel, médiéviste de formation, qui est récemment revenu sur la notion de trace et la différence entre, d’un côté, les empreintes et, de l’autre, les symptômes. Celui- ci souligne ainsi que les sources historiques, trop souvent et trop rapidement perçues comme des empreintes, ne sont en réalité que les symptômes d’événements passés… Ce type de travaux, presque anecdotique dans une carrière d’historien, s’inscrit dans ce que le psychologue Serge Moscovici appelait les « minorités agissantes » et démontre que les réflexions menées aux marges des disciplines universitaires offrent plus de libertés et permettent donc de faire avancer les choses, à l’image de votre carnet de recherche réunissant les disciplines universitaires et le secteur professionnel.


Sous la direction de

Après une formation en histoire de l’art, Jessica de Bideran est aujourd’hui maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux-Montaigne et chercheuse au MICA (Médiations, Informations, Communications, Arts). Ses derniers travaux se concentrent sur l’étude du processus de patrimonialisation du patrimoine écrit et documentaire, et l’impact du numérique sur la médiation et la médiatisation de ces ressources.

Docteure en histoire contemporaine, Julie Deramond est maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à Avignon Université et membre du Centre Norbert Elias. Ses recherches portent sur les liens entre patrimoine et alimentation, les formes de communication et de médiation de l’histoire et les médiations sensorielles et artistiques. Depuis janvier 2022, elle est également directrice adjointe des Éditions universitaires d’Avignon.

Patrick Fraysse est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Toulouse III-Paul-Sabatier et chercheur au Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) où il co-anime l’axe « Patrimoines et médiation ». L’observation et l’analyse de dispositifs de médiation dans les musées et autres lieux de culture et leurs usages par les publics sont au cœur de ses recherches.

Des mêmes auteurs

JULIE DERAMOND,
JESSICA DE BIDERAN,
PATRICK FRAYSSE (DIR.)

Scénographies numériques du patrimoine : expérimentations, recherches et médiations

Parution : 2020

Prix : 24 €
Disponible au format numérique


Avec les contributions de

Mélanie Bourdaa, Elsa Cavalié, Rémy Cazals, Jean Davallon, Jessica de Bideran, Julie Deramond, Michel Fontaine, Patrick Fraysse, Janaïne Golonka, Fabienne Henryot, Maïté Labat, Thibault Le Hégarat, Yannick Lintz, Laurent Macé, Sophie Madeleine, Muriel Molinier, Jean-Alain Pigearias, Marie-Sylvie Poli, Gérard Régimbeau, Marie-Clémence Régnier, Christine Saillard, Céline Salvetat, Jean-François Sibers, Audrey Tuaillon Demésy, Aurélien Vigouroux, Xavier Villebrun et Marina-Pia Vitali.


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 20 mars). Jessica de Bideran, Julie Deramond, Patrick Fraysse (dir.) – Dialogues autour du patrimoine : l’histoire, un enjeu de communication ? Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search