Brigitte Demeure – La Figure maternelle dans la vie politique française : 1789-1914

La Figure maternelle dans la vie politique française : 1789-1914
Brigitte Demeure

Collection : En-Jeux
Parution : 25-05-2023
Thème : Psychohistoire
432 pages

PRIX : 29 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-161-3
ISBN numérique : 978-2-35768-162-0

De 1789 à la guerre de 14, la figure maternelle, sous la forme d’allégories ou de métaphores, est centrale dans les discours politiques. La représentation de la mère – Patrie, Vierge, Nation – participe à la construction de récits nationaux souvent concurrents, de Robespierre à Auguste Comte, de Napoléon à Jules Ferry. Le recours à ces images maternelles légitime les valeurs qui irriguent les institutions et a des conséquences évidentes sur le lien social.
L’ampleur des sources et la qualité des analyses font ressortir des perspectives interdisciplinaires inédites, la psychanalyse constituant le « cadre fantôme » de cette recherche. C’est à une relecture novatrice des univers mentaux d’un long XIXe siècle que cet ouvrage nous convie.

Extraits

Introduction

Quel serait le rôle de la figure maternelle dans la vie politique française ? Pierre Legendre, historien du droit et psychanalyste, pose la question de la place de la mère dans la représentation du pouvoir au sein des espaces de tradition catholique. Il se demande également « comment en saisir les effets ? Qu’en est-il du côté du Protestantisme ? » et souligne que « la même question vaut pour chaque culture, pour l’Islam en particulier de nos jours ». Il m’est impossible de répondre à cette vaste question, mais il peut être envisageable de tenter modestement de l’aborder sous un angle différent et limité, uniquement pour la France, dont l’histoire à cet égard est d’une grande richesse, en particulier pour la période étudiée, de 1789 à 1914, à savoir de la Révolution française à l’orée du XXe siècle.
Quelques simples exemples de configurations discursives permettent de saisir la portée de ces imagos maternelles, qui sont nombreuses à surgir dans l’imaginaire politique de l’époque. Lors de la fête du 10 août 1793, qui célèbre la chute de la royauté et la nouvelle Constitution, on trouve l’inscription suivante sous la gigantesque allégorie maternelle de la Nature : « Nous sommes tous ses enfants » .
L’allégorie déploie ici un effet social de sens, elle fait référence au droit naturel et à son horizon d’universalité. Il s’agit également de se référer à une origine qui doit permettre la régénération du genre humain en évacuant toute référence à l’histoire et en abolissant la société d’ordres d’Ancien Régime. Puis, à la fin du XIXe siècle, apparaît le positivisme, qui influence fortement les hommes politiques de la IIIe République. Auguste Comte place au cœur de celle-ci une nouvelle allégorie maternelle, celle de l’Humanité, représentée par une femme portant un enfant dans ses bras. Elle incarne la valeur suprême de ce système politique, l’altruisme, dont les femmes seraient, par nature, les meilleures représentantes dans la société. Dès lors, les femmes sont invitées à s’identifier à ce modèle. Elles sont à la fois idéalisées et mises à l’écart de la sphère publique. De plus, tous les êtres humains ne sont pas destinés à être les enfants de cette Humanité, qui n’est pas inclusive comme l’allégorie de la Nature révolutionnaire. La question se pose donc de savoir comment l’on passe de l’une à l’autre de ces configurations discursives, et par quelles articulations. Il convient de préciser qu’il ne s’agit pas ici d’un itinéraire historiciste, mais bien d’un trajet d’historicité, prenant en compte les discontinuités historiques. La description de ce trajet thématique permet également, selon moi, de mettre à jour des configurations inédites d’énoncés et de déterminer si les allégories et métaphores maternelles constituent un élément très important (voire central pour le positivisme, par exemple) d’une « fiction maître » du pouvoir politique.


Chapitre 6 : Le positivisme et l’imago maternelle

La philosophie positiviste élaborée par Auguste Comte évoque généralement la loi des trois états, l’humanité devant, selon lui, passer de l’état théologique, qui correspond au règne de l’imaginaire et du surnaturel, à l’état métaphysique, qui est celui du règne de la rationalisation abstraite, pour enfin passer à l’état positif, où ce sont les lois de la sociologie positiviste qui doivent organiser la société. La société positiviste idéale devrait être divisée en trois ordres. L’ordre théorique inclut les savants, dont la tâche est de découvrir les lois naturelles grâce à la première des sciences, l’histoire. Après avoir découvert ces lois, il serait possible de prévoir l’avenir et d’organiser la société pour l’améliorer. La théorie étant élaborée par les savants, les « chefs des travaux industriels […] auront à organiser le système administratif et à inventer les institutions correspondant à la théorie ». Ces chefs dominent l’ordre pratique ou actif. La vie pratique est dominée par la force, dont ne disposeraient pas les femmes. L’ordre affectif est l’ordre de la sociabilité et de l’altruisme, ce dernier terme ayant été forgé par Comte ; il est supérieur aux ordres théorique et pratique, et aboutit à l’amour de l’humanité. Les femmes en sont les éminentes représentantes. C’est la raison pour laquelle c’est une femme âgée d’environ 30 ans, tenant un bébé dans ses bras, qui doit représenter l’Humanité. En 1848, les « dignes » femmes deviennent alors pour Comte l’objet d’un véritable culte : chaque positiviste devra reconnaître que « notre vrai bonheur, tant privé que public, dépend surtout du perfectionnement moral, et que celui-ci résulte principalement de l’influence de la femme sur l’homme, d’abord comme mère, puis comme épouse ». Finalement, « à mesure que la vocation féminine sera mieux comprise et plus développée, chaque femme deviendra pour chaque homme la meilleure personnification de l’Humanité ». La devise du positivisme est L’amour pour principe, l’ordre pour base et le progrès pour but. Le sentiment de sociabilité connaît dans la philosophie positiviste une évolution également ternaire : il passe de l’amour et de la vénération pour la mère individuelle à l’amour de la patrie (qui devra devenir l’amour de la matrie) puis à l’amour, au culte et à la religion de l’Humanité. C’est le sentiment d’attachement à la mère qui doit donc conduire à l’attachement à la patrie, puis à l’attachement à l’humanité. Le sentiment d’attachement est associé à la reconnaissance de la dette contractée par chaque être humain à l’égard de la mère et de la société, auxquelles l’on doit tout, comme on doit tout aux générations antérieures. L’homme vient au monde débiteur ; il ne pourra jamais rembourser ce qu’il a reçu de sa mère et de l’humanité qui l’a précédé. Il a donc d’abord des devoirs envers ceux et celles dont il a tout reçu. C’est ce sentiment de reconnaissance qui doit l’animer.


L’autrice

Après avoir passé de nombreuses années à l’étranger, Brigitte Demeure s’est installée dans le Vaucluse où elle a travaillé comme responsable export et chargée de cours en études germaniques à l’université d’Avignon, tout en menant des activités associatives humanitaires. Elle a ensuite repris des études et est maintenant titulaire d’un master 2 en négociation interculturelle et d’un doctorat d’histoire, obtenu en 2017. Elle travaille comme consultante pour une fédération internationale d’acheteurs publics qui s’engagent pour de meilleures conditions de travail dans leurs chaines d’approvisionnement d’électronique. Elle a co-organise et participe à de nombreux colloques de psychohistoire, d’histoire ou de psychanalyse en Allemagne, aux États-Unis et en France. Elle a reçu deux prix de l’ACOPSA (American College of Psychoanalysts) : le Henry P. and M. Page Laughlin Clinical Research Award ; le Distinguished Citizen Award for her International Outstanding Contributions to Psychoanalysis and the Public Well-Being (2014).


Autour du livre

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Équipe des EUA (27 avril 2023). Brigitte Demeure – La Figure maternelle dans la vie politique française : 1789-1914. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1c


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search