Michel Letté, Frédéric Tournier (dir.) – Au Théâtre des sciences

Au théâtre des sciences : faire se rencontrer sur scène arts et cultures scientifiques
Michel Letté
Frédéric tournier (dir.)

Collection : En-Jeux
Parution : 22-06-2023
Thème : Théâtre, Sciences
512 pages

PRIX : 29 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-163-7
ISBN numérique : 978-2-35768-164-4

Théâtre et science font bon ménage, de l’Antiquité jusqu’aux pièces couronnées aux Molières. Mais, dans la pratique, comment faire se rencontrer sur scène sciences et théâtre ? Cet ouvrage témoigne du caractère spécifique de l’exploration scénique des mondes de la science tout en rendant accessibles à tous types de publics les enjeux de la recherche.
Au travers d’une variété d’expérimentations, du Laos à Avignon, ce livre polyphonique donne la parole autant aux femmes et aux hommes de la scène qu’à plusieurs universitaires autour d’une vision plurielle du théâtre de science. Laissons-nous guider dans la découverte de ces voies surprenantes d’une synergie créative entre scientifiques et professionnels du théâtre.

Extraits

Introduction : Cultures et pratiques de la scènes des sciences, par Michel Letté et Frédéric Tournier

Les acteurs de la diffusion de la culture scientifique comme ceux de la médiation des sciences et de la société semblent (re)découvrir depuis quelques années les vertus du théâtre. Performer savoirs et connaissances sur un mode ludique, innovant et populaire, paraît désormais s’imposer comme une évidence, voire une nécessité soutenue par les instances tutélaires de la recherche et de la culture. Non seulement les créations théâtrales dédiées aux sciences se multiplient sous les formes les plus disparates, mais toute une série de dispositifs associe la scène des arts et de la recherche, les entrepreneurs de spectacles et les chercheurs. Parmi eux, les conférences Technology, Entertainment and Design (TED) et leurs déclinaisons se popularisent en France. Ma thèse en 180 secondes (MT180) est un autre de ces dispositifs à succès remettant au goût du jour le concours d’éloquence, version jeunes chercheurs francophones. La conférence gesticulée, le stand­up ou la performance en général s’affichent sans complexe en grand format 4 m x 3 m dans le métro parisien, invitant le public à venir se familiariser avec le théâtre des sciences. Tout aussi sérieux, Bruno Latour et son exploration du théâtre représentent, depuis son projet « Gaïa Global Circus », l’emblème de cette quête d’une visibilité plus grande des thèmes « sciences en société » partant de la mise en scène des controverses sociotechniques.
Plus discret, mais non moins typique du foisonnement des initiatives, le monde de la formation professionnelle et des grandes écoles mobilise à tout va la création originale et collective comme outil d’apprentissage des sciences dans leurs rapports à la société. Les instigateurs du présent volume sont de ceux-­là. Respectivement responsables de formation au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et à l’université Paris-­Cité, ils ont investi le théâtre pour y travailler un grand nombre de questions sous-jacentes au renouvellement des modes de pensée et d’action visant le partage des cultures scientifiques.
L’enthousiasme et la conviction que la scène doit pourvoir aux besoins de démocratisation des controverses sociotechniques ne sont cependant pas suffisants. À cela plusieurs raisons. Une première est que l’amateurisme, même professionnel, limite les potentiels de réalisation. La qualité requise exige des savoirs et savoir-­faire éprouvés, une collaboration solide et une écoute mutuelle des compétences.
Une autre raison est que les pratiques dans ce champ de l’intervention culturelle et de la formation se sont très largement et diversement répandues. Il y a désormais pléthore de propositions. Le résultat de leurs réalisations n’est toutefois pas ou peu discuté. Un autre constat surprenant est l’atomisation de ce vaste domaine du spectacle vivant à caractère scientifique. Un autre encore est celui d’un fort besoin de partage des expériences entre théoriciens et praticiens, académiques et artistes, chercheurs et comédiens. Il faut bien, là aussi, constater l’insuffisance des échanges.


Entre attraction et vulgarisation. La bourgeoisie face au spectacle scientifique au XIXe siècle, par Claire Barel-Moisan

Dans les pratiques contemporaines du théâtre, de multiples expérimentations ont été menées – notamment depuis une vingtaine d’années – pour décloisonner l’univers des sciences et les arts de la scène. À destination de publics très variés, des spectacles de toute nature interrogent la figure du scientifique et son éthique, retracent les aventures d’une découverte ou font partager l’illumination soudaine de l’Eurêka. De façon plus globale, la scène permet non seulement d’éveiller la curiosité scientifique du public, mais aussi de questionner les usages politiques et sociétaux des sciences et des techniques, et d’incarner dans les discours des personnages les multiples controverses que soulèvent les sciences contemporaines. Si certains de ces spectacles ont une vocation pédagogique de transmission de connaissances sur l’histoire des sciences, ils visent avant tout à susciter un questionnement sur les pratiques scientifiques.
Pour remettre en perspective ces diverses expériences de théâtre scientifique contemporain, il est éclairant d’envisager leurs sources historiques, et notamment l’usage que le XIXe siècle a pu faire du spectacle des sciences. Comment faire de la science un spectacle ? Si l’interrogation qui sous-tend ces pratiques est sans doute toujours la même, les enjeux idéologiques des spectacles reflètent à cette époque l’entrée dans l’ère industrielle, tout comme les solutions techniques adoptées. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un imaginaire scientifique investit l’ensemble de la société française, entre célébration et satire, fascination et terreur. Sur scène aussi, les sciences se font attraction, jouant sans cesse de la tension entre une veine merveilleuse qui produit l’enchantement du spectateur et une dimension vulgarisatrice, qui dévoile les sources proprement scientifiques de la magie. Ce caractère hybride qui associe science, spectaculaire et magie a bien été mis en évidence par les historiens et les critiques, notamment Simon During dans Modern Enchantments, Fred Nadis dans Wonder Shows ou James Cook dans The Arts of Deception. Au tournant du XIXe siècle, avec l’entrée dans une culture de masse, quelque chose de nouveau semble se jouer. La fascination de l’ensemble de la société pour la science se manifeste à travers une multitude de supports, qu’il s’agisse de la presse de vulgarisation, des conférences publiques, de romans d’aventures scientifiques ou de grands événements internationaux comme les expositions universelles. On peut dès lors envisager les spectacles de merveilleux scientifique comme un phénomène médiatique, qui rencontre un très large succès et se trouve au croisement de multiples sphères.


Quand la rencontre des arts et des sciences devient médiation : Live with it (Laos), par Pascale Hancart Petiter et Thiane Khamvongsa

Dans les salles bondées, après les habituels discours des deans des établissements et des partenaires, un silence lourd s’installait toujours avant le déclenchement des premières notes de musique. Puis, quand les premiers éclats de voix des comédiens retentissaient, tous en même temps, dans un brouhaha tonitruant de trois langues, et que soudain leurs corps s’élançaient, se heurtaient et s’écrasaient sur le sol, ce silence laissait bien vite la place à des exclamations de surprise, des rires étouffés, gênés ou indignés, et parfois même des larmes, quand les mots devenaient choquants ou l’expérience trop dure. Le public laotien est bavard et expressif. Après la représentation, il n’y avait plus de silence, il y avait de la parole… L’art comme déclencheur de parole, l’art et la science comme déclencheurs de conscience… Souvent professeurs et étudiants n’étaient pas prévenus quant à la teneur du spectacle. Le choc était donc double. Ils n’étaient habitués ni à la présentation de données scientifiques (surtout sur des sujets aussi sensibles que la vente de services sexuels, les usages de drogue et le VIH), ni au théâtre, ni à la danse contemporaine. Les danses pratiquées au Laos (la danse traditionnelle laotienne et les danses de loisir de type « line dance » à l’américaine) sont habituellement très « codifiées » et pudiques. Beaucoup n’avaient jamais vu des corps se mouvoir aussi violemment. A la sortie, de nombreux étudiants ont interpellé les danseurs pour les féliciter et ont avoué n’avoir jamais vu un spectacle de leur vie.
Des séances de questions/réponses étaient organisées immédiatement après la performance. Le public, composé majoritairement d’étudiants, a interrogé les artistes sur la pièce, sa signification et sur le processus de création. Au demeurant, l’essentiel des questions concernait les façons de contracter une infection à VIH ou de s’en protéger, cela sous l’œil incrédule de leurs professeurs, dans un pays où souvent la pudeur et les tabous l’emportent sur la vérité et le savoir. De francs rires fusaient parfois, quand des étudiants, le rouge aux joues, précisaient que les questions qu’ils posaient ne les concernaient bien évidemment pas (car aucun n’admettrait être actif sexuellement), mais qu’il s’agissait juste de curiosité, ou bien quand d’autres affirmaient qu’ils ou elles posaient la question pour « un ami ou une amie ». Des rires gênés encore, quand l’intervenant de l’association APL + a utilisé ses doigts pour expliquer de manière visuelle les points de contact, et des rires encore, quand cette étudiante a demandé des précisions sur les risques potentiels des relations sexuelles entre filles. Des rires, des rires, mais plus de silence, car la parole avait été libérée, elle circulait, ouverte. Ces jeunes garçons et ces jeunes filles, qui pour beaucoup n’ont jamais parlé de sexe avec leurs parents (et encore moins avec leurs professeurs d’université) étaient engagés dans la conversation que la troupe a initiée avec eux. À chaque performance, l’équipe organisatrice peinait à interrompre ces sessions qui s’éternisaient, car personne n’avait envie de rentrer, les étudiants avaient en réserve quelques centaines de questions à poser, maintenant que les digues avaient été rompues. L’étudiant-­spectateur n’est pas/plus passif, il prend son avenir en main en s’appropriant activement les savoirs. Les retours d’information des décideurs de l’enseignement supérieur étaient aussi enthousiastes et unanimes quant à la pertinence d’une telle activité.


Sous la direction de

Maître de conférences en histoire contemporaine au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) à Paris, Michel Letté est responsable de formation professionnelle en médiation des sciences et techniques par le design culturel. Il a dans ce cadre conçu, réalisé et animé nombre de dispositifs de médiation dont ceux mobilisant la scène du théâtre (création collective, scènes de science-friction, Performer la recherche). Ses recherches portent aujourd’hui pour l’essentiel sur l’histoire des controverses sociotechniques comme dispositif de médiation informelle des relations entre sciences, technosciences et société.

Biologiste de formation, Frédéric Tournier a dirigé entre 1994 et 2005 une équipe de recherche en biologie cellulaire, et il a soutenu une habilitation à diriger des recherches (HDR) en 2002. En 2008, il rejoint l’équipe « Sciences & médias » à l’université Paris-Diderot (actuellement université Paris-Cité) et assure successivement plusieurs missions universitaires : chargé de mission relations lycées, délégué puis vice-président en charge de la Vie étudiante entre 2010 et 2013. Il a suivi une formation de comédien à partir de 2002 et il a joué dans une dizaine de pièces du répertoire entre 2003 et 2019. Il anime depuis quinze ans l’atelier d’initiation aux controverses scientifiques du master « Audiovisuel, journalisme et communication scientifiques », dont il est par ailleurs responsable. Il mène actuellement des recherches transversales dans les domaines du théâtre de science et de l’histoire des stations de recherche maritimes françaises.


Avec les contributions de

Claire Barel-Moisan, Élisabeth Bouchaud, Sylvie Bouchet, Coline Bouvarel, Laurent Contamin, Olivier Fournout, Pascale Hancart Petitet, Mathieu Huot, Georgia Kanellopoulou, Thiane Khamvongsa, Guillaume Laigle, Pauline Landel, Guillaume Mika, Robert Nardone, Daniel Raichvarg, Thibault Rossigneux, Anne Rougée, Damien Schoëvaërt-Brossault, Jean-François Toulouse, Émilie Trasente et Michel Valmer.


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 22 mai). Michel Letté, Frédéric Tournier (dir.) – Au Théâtre des sciences. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search