Johanna Silberstein, Matthieu Roy – Maria Casarès à l’abri de l’oubli

Maria casarès à l’abri de l’oubli
Johanna silberstein
Matthieu Roy

Collection : Entre-Vues
Parution : 13-07-2023
Thème : Théâtre, Cinéma
80 pages

PRIX : 8 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-165-1
ISBN numérique : 978-2-35768-166-8

Quinze jour avant sa mort, Maria Casarès décide de léguer son domaine de La Vergne à la commune d’Alloue, au coeur de la campagne charentaise. Cependant, elle ne laisse aucune indication sur le projet qu’elle désire voir naître dans une maison achetée en 1961.
Cet entretien avec Johanna Silberstein et Matthieu Roy, codirecteurs de La Maison Maria Casarès, retrace la genèse et l’essor d’un projet culturel associant une résidence d’artistes, un Festival d’été et une action forte en faveur du développement local. Devenue lieu de référence de la création contemporaine, la Maison donne la parole aux artistes et garde en mémoire celle de Maria Casarès.

Entretien réalisé par Antonia Amo Sánchez et Esther Lázaro Sanz

Extraits

Préface, par Antonia Amo Sánchez et Esther Lázaro Sanz

Ce livre est le résultat d’une rencontre et d’une amitié. Il incarne le lien, créé grâce au théâtre, entre Avignon et Alloue. Johanna Silberstein et Matthieu Roy nous invitent à découvrir le Domaine de la Vergne, à Alloue, que Maria Casarès achète en 1961 et où elle décède en 1996. Sa maison, ses meubles, sa bibliothèque et son jardin deviendront au fil du temps un espace de création artistique ainsi qu’un lieu de mémoire. Portés par un projet global, à la fois ancré dans leur territoire et déployé vers le monde, Johanna Silberstein et Matthieu Roy mettent leur passion et leur expertise au service d’une mission à la fois patrimoniale et culturelle, artistique et collective. Dans cet entretien, ils nous livrent le sens de leur projet, qui n’est autre que de faire résonner l’héritage de Maria Casarès dans la mémoire culturelle franco-espagnole du xxie siècle. Comment faire retentir aujourd’hui la voix de Maria Casarès pour les nouvelles générations d’artistes ?


Maria Casarès : le souvenir, la légende… et après ?

En devenant codirecteurs de La Maison Maria Casarès, comment vous êtes-vous approprié cette mémoire ?

Matthieu Roy : En prenant la charge de son ancienne maison (avec ses meubles, sa bibliothèque…) et d’une structure qui porte son nom, nous devenions par essence « responsables » de sa mémoire. Nous nous sommes alors attachés à définir quels aspects de la vie de Maria Casarès, aussi bien dans son parcours artistique que dans sa vie personnelle, méritaient d’être travaillés et transmis. Qu’est-ce qui pouvait être source d’inspiration pour nous aujourd’hui ? Et nous n’avons pas été déçus, car Maria Casarès est une femme passionnante. Après six ans et de nombreuses recherches, lectures, discussions avec des personnes qui l’ont connue, après avoir vécu des mois entiers dans son ancienne maison, un récit a pris forme, une histoire que nous n’avons pas inventée, mais qui est forcément guidée par notre subjectivité. Venant du théâtre, nous avons agi comme des « dramaturges » : qu’est-ce qui était intéressant à transmettre, à raconter et comment ? Cette histoire ne doit surtout pas être réservée aux seuls spécialistes de théâtre. Elle doit pouvoir se partager, notamment quand nous accueillons spectateurs ou visiteurs au Domaine de la Vergne, car c’est une maison et c’est encore d’une certaine manière « sa maison » puisqu’elle porte son nom. Ce récit, nous l’articulons en permanence avec la philosophie que nous déployons à La Maison Maria Casarès : artistiquement – dans le rapport à la création –, mais aussi socialement dans notre rapport au public, au territoire de Charente Limousine et à ses habitants.

L’histoire de Maria Casarès, c’est aussi la petite histoire dans la grande Histoire européenne.

Johanna Silberstein : En effet, Maria Casarès était la fille d’un éminent homme politique, Santiago Casares Quiroga, qui fut maire de La Corogne puis ministre de la Seconde République espagnole. Maria fuit en France avec sa mère après le coup d’État de Franco à l’âge de 14 ans. Avant de partir, elle avait travaillé dans un hôpital militaire, s’occupant de grands blessés, côtoyant très jeune la mort de près. Dix ans après son arrivée, elle est devenue l’un des joyaux de la culture française dont on peut lire les brillants débuts dans les magazines.


Éléments biographiques

À partir de la victoire de Franco en 1939, les Casares savent qu’ils ne pourront pas retourner dans leur terre natale.
Maria, qui avait déjà pratiqué le théâtre dans sa jeunesse en Espagne, trouvera en France sa véritable vocation. Elle apprend le français, lutte contre son accent et réussit le concours d’entrée au Conservatoire national de musique et d’art dramatique de Paris, où elle s’est formée avec Béatrix Dussane. Rapidement, elle va se révéler une des jeunes artistes les plus prometteuses de sa génération.
Elle tourne plusieurs films, dont certains sont aujourd’hui des classiques du cinéma (Les Enfants du paradis de Marcel Carné, Les Dames du bois de Boulogne de Robert Bresson, Orphée de Jean Cocteau). Cependant, elle décide de se consacrer pleinement au théâtre préférant la liberté des planches au carcan de la caméra. Elle commence sa carrière théâtrale aux côtés de Marcel Herrand au théâtre des Mathurins à Paris, où elle joue notamment dans la création du Malentendu d’Albert Camus. Au Théâtre Hébertot quelques années plus tard, elle incarnera Dora dans Les Justes, rôle que Camus avait écrit pour elle. Après un bref passage à la Comédie-Française, elle rejoint la troupe du Théâtre national populaire de Jean Vilar et devient une tragédienne légendaire.


sous la direction de

Antonia Amo Sánchez, professeure des universités en littérature et études théâtrales hispaniques à l’université d’Avignon.
Esther Lazaro Sánz, docteure en littérature espagnole, spécialiste de la littérature de l’exil et de théâtre contemporain.


en conversation avec

Diplômée en tant que comédienne de l’École départementale de théâtre de l’Essonne (EDT91), Johanna Silberstein obtient un DEA à l’Institut d’études théâtrales de Paris III. Avec la compagnie de théâtre Veilleur®, elle joue sous la direction de Matthieu Roy dans de nombreux spectacles dont L’Amour conjugal de Moravia, Prodiges® de Mariette Navarro, Martyr de Mayenburg, Europe connexion d’Alexandra Badea ou encore Tartuffe de Molière. En 2013, elle joue dans la version anglaise de Prodiges®, lors du Festival Fringe d’Édimbourg, qui est nominée, avec l’ensemble du casting, par le journal professionnel The Stage. Johanna Silberstein anime de nombreux ateliers d’initiation et de sensibilisation. Elle a été notamment professionnelle associée en arts du spectacle à l’université de Poitiers entre 2015 et 2018. Depuis 2017, elle codirige La Maison Maria Casarès avec Matthieu Roy ainsi que la compagnie Veilleur®. En 2021, elle a été nommée chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres.

Diplômé de l’école du Théâtre national de Strasbourg en section mise en scène, Matthieu Roy fonde la compagnie Veilleur® à Poitiers en 2007. Il travaille essentiellement à la création de textes inédits d’auteurs vivants tout public et jeune public : Christophe Pellet, Mariette Navarro, Gustave Akakpo, Marius 76 Présentation des auteurs von Mayenburg, Fabrice Melquiot, Alexandra Badea, Aiat Fayez, Mihaela Michailov, Sylvain Levey, Sophie Merceron… En 2014, il présente Même les chevaliers tombent dans l’oubli de Gustave Akakpo au Festival d’Avignon. En 2016, il crée Europe connexion, d’Alexandra Badea au Taipei Arts Festival. Matthieu Roy intervient régulièrement dans des établissements scolaires ainsi que dans des formations professionnelles et il a été membre du jury du Grand Prix de littérature dramatique ARTCENA. Il a mis en scène le conteur Yannick Jaulin dans Comme vider la mer avec une cuiller, ainsi que Pinocchio, spectacle musical composé par Lucia Ronchetti pour l’Opéra de Rouen Normandie et l’Ensemble intercontemporain. Depuis 2017, Matthieu Roy codirige avec Johanna Silberstein La Maison Maria Casarès à Alloue. Il a été nommé chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres en 2021.


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 13 juin). Johanna Silberstein, Matthieu Roy – Maria Casarès à l’abri de l’oubli. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search