Wajdi Mouawad, Qui sommes-nous ? Fragments d’identité

Metteur en scène, auteur, directeur artistique et bien plus encore, Wajdi Mouawad est l’un des artistes les plus prolifiques de ce siècle. Les EUA vous proposent, au travers de cette Leçon, d’en apprendre plus sur ses inspirations, ses enjeux artistiques et sur ce qui a construit sa vie d’artiste aussi bien que sur sa façon de travailler plutôt unique.

À une époque où Wajdi Mouawad n’a pas encore trouvé sa voix, les mots l’apaisent. Les mots des autres d’abord, la lecture, la musique. Raymond Devos et Noir Désir mettent ses « maux en mots », ils sont sa bouée de sauvetage et lui donnent envie de s’exprimer à son tour. Dans les auteurs qui l’inspirent on retrouvera, entre autres, Kafka, Emmanuel Carrère, Tarkovski et Sophocle : références hétéroclites qui l’ont aidé à forger son rapport à l’identité. C’est la lecture et le théâtre qui l’ont poussé à écrire, mais sur quel sujet écrire ? Eh bien, pourquoi pas sur sa vie !

C’est ainsi que la question de l’identité prend une part importante dans son travail. Il s’agit, en effet, d’un sujet qui le touche particulièrement. Partagé entre un Liban tellement fantasmé qu’il ne le reconnaît plus et dont il a oublié la langue, la France qu’il a dû quitter, le Québec qui l’a vu se construire et la Croatie, l’endroit où il se sent le mieux, il a longtemps pensé que l’identité été liée à la nationalité, avant de réaliser que le lieu n’avait pas sa place dans sa vie. « Je ne sais pas rester », explique-t-il, et c’est justement ce qui, en quelque sorte, est devenue son identité.

 

« Le départ [est] devenu le pli de ma vie : quitter, s’en aller, ne pas rester, ne pas durer, me permet aussi de me constituer. Partir est aussi devenu une raison d’être. »

Et c’est peut-être cette incapacité à rester, ce besoin d’être en constant mouvement mais aussi cette aptitude à faire de chaque endroit son « chez lui » qui rend son travail unique. C’est de cette façon qu’il procède lorsqu’il arrive dans un nouveau théâtre, il le fait sien.

« Aujourd’hui et pendant trois jours encore, la Cour d’honneur est chez moi. Puis je la quitterai, j’irai ailleurs et ce sera de nouveau chez moi. Et quand je rentre dans un théâtre qui n’accepte pas d’être à moi, je ne peux pas y travailler ; le théâtre est fait pour appartenir à l’artiste et non à qui que ce soit d’autre. »

Chaque théâtre devient ainsi sa maison, son espace avec ses règles. Il l’investit avec ses valeurs, les acteurs et les autres membres de l‘équipe et cette façon d’y vivre, de lui transmettre sa personnalité, d’en faire un foyer transforme le théâtre. L’ambiance qui en résulte est transmise au spectateur qui, avant même le début du spectacle, entre dans l’univers de Mouawad, nous avons vraiment l’impression d’être invité chez lui. L’homme sans foyer est peut-être alors le plus accueillant et le plus à même de faire voyager le public.

Il ne se contente cependant pas de sa vision des choses pour monter un spectacle, il n’utilise pas sa seule expérience. Écrivant pour les acteurs, il prend toujours le temps de leur demander leur avis, à eux mais aussi aux autres membres de l’équipe. Il essaie de voir à travers leurs yeux, d’inclure leurs sensibilités dans le spectacle afin d’avoir une vision d’ensemble. C’est ainsi qu’ils reconstruisent le récit ensemble.

« Je leur dis ce que je vois de mon point de vue, mais j’ai besoin du récit de celui qui est assis de l’autre côté pour que je puisse compléter ma vision de l’objet. Et donc inviter chaque membre de l’équipe, qu’il soit technicien, scénographe, concepteur ou acteur, à décrire, non pas ce qu’il faudrait voir, mais ce qu’il voit. »

Voici ce qui fait vraiment la force de Wajdi Mouawad et qui rend son travail si exceptionnel.

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Wajdi Mouawad :

Wajdi Mouawad « l’illégitime », France Culture
Site de l’auteur
Un article du Monde

Ventes en ligne sur le Comptoir des presses d’universités

 


Une réflexion sur « Wajdi Mouawad, Qui sommes-nous ? Fragments d’identité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.