Guy Cassiers, Romeo Castellucci : Europe, le regard des artistes

Dans un monde qui semble de plus en plus orienté vers les nationalismes et la construction de murs, il est important de se rappeler que l’Europe n’est pas un concept abstrait, ni un accord entre des puissances bancaires et financières, comme les analyses banalisantes de certains partis populistes veulent nous le faire croire. Contre ces dernières, trois manifestations culturelles de renommée internationale, le Festival d’Avignon, le Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence et les Rencontres d’Arles, ont donné la parole aux artistes afin qu’ils s’expriment autour de la signification profonde de l’Union Européenne et sur les batailles que, à leur avis, elle devrait s’engager à mener.

Programmés au Festival d’Avignon 2011, Guy Cassiers et Romeo Castellucci ont été invités par Arnaud Laporte à se confronter, entre autre, sur des sujets brûlants d’actualité. Couverture du livreMetteurs en scène affirmés, tous les deux ont derrière eux une formation en arts plastiques et une vision problématique de la société actuelle. Au centre de leurs préoccupations, la tendance généralisée aux divisions internes et le manque total de considération vis-à-vis de la création artistique de la part d’institutions et d’hommes politiques. Si Guy Cassiers se dit inquiet par rapport aux contrastes entre flamands et wallons qui déchirent la Belgique, son pays natal, Romeo Castellucci constate avec amertume que dans le sien, l’Italie, le théâtre et l’art sont loin d’être considérés comme des priorités :

« C’est extrêmement douloureux de le dire mais l’institution n’est même pas un ennemi, nous ne sommes même pas ses ennemis : nous ne sommes rien, il n’y a même pas de combat. Tout antagonisme est inutile en ceci qu’il est déjà inclus dans le jeu du pouvoir. Tout est réglé d’avance. Il faut trouver des armes et des stratégies différentes, fondées sur les ressources de l’esprit. »

Quant à Guy Cassiers, les ressources de l’esprit qu’il oppose à l’indifférence se matérialisent dans le Toneelhuis, importante scène d’Anvers et lieu de résidence d’artistes qu’il dirige et anime de façon passionnée. Il s’agit aussi, à bien y regarder, d’une forme de résistance pacifique au climat de haine et de méfiance envers « l’autre » et « le différent » qui caractérise, malheureusement, notre époque. Au Toneelhuis, accueil, échange et collaboration sont encore une philosophie de vie, et non pas des mots creux, vides de signification :

« C’est sur la base de ce respect de l’identité artistique de l’autre que nous avons cherché à construire ce village à l’intérieur du théâtre, un espace de dialogue essentiel pour notre travail, où l’on vit et mange ensemble. La création de ces conditions qui permettent de se questionner réciproquement sur nos recherches, est, à mon avis, un symbole du modèle possible pour le fonctionnement d’une ville comme Anvers voire même de l’Europe culturelle. »

L’art, dans ses multiples formes et expressions, a toujours été et continue d’être un exemple de démocratie, ne serait-ce que pour la liberté d’interprétation qu’elle laisse aux spectateurs, au-delà de leur niveau d’instruction ou extraction sociale. Les festivals en outre, avec leur esprit cosmopolite, permettent un moment de rassemblement et de partage entre des gens venant de pays parfois très lointains et issus de cultures différentes. Comme le grand nombre de spectacles surtitrés le démontre, « l’étranger » est non seulement accepté, mais aussi mis en valeur, dans le milieu artistique.

La solution à la crise qui paralyse la société contemporaine se trouverait-elle dans les enseignements que la culture nous donne ? Est-ce bien l’art le remède aux scepticismes et individualismes qui empoisonnent notre temps ? Nous voulons répondre à tout pessimisme avec une affirmation convaincue : oui, l’art peut nous indiquer la voie à parcourir. Il faut juste ouvrir les yeux et se préparer pour un long voyage. Un voyage collectif, bien entendu, en se laissant guider par la bienveillance d’un artiste. Car, comme le dit Guy Cassiers,

« C’est ce processus qui fonde ma raison d’être au théâtre, qui permet de retrouver finalement l’essence d’un chemin que l’on a emprunté au commencement – un texte de littérature, une pièce d’art ou de musique – puis de s’intensifier avec la réception d’un public, en lui donnant la possibilité de réfléchir et de développer ces matériaux. Le rôle du metteur en scène s’apparente à celui d’un guide, à l’instar d’une écluse ou d’un sas, qui accompagne tous ces échanges. »

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Guy Cassiers et Romeo Castellucci :

Rencontre européenne du Festival d’Avignon 2011
Interview de Guy Cassiers sur France Inter
Émission de France Culture sur Romeo Castellucci

Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités


Une réflexion sur « Guy Cassiers, Romeo Castellucci : Europe, le regard des artistes »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.