Emmanuel Ethis – Le cinéma et ses publics

LE cinéma et ses publics : Comment le cinéma nous aide à nous comprendre et à comprendre les autres
Emmanuel Ethis

Collection : Entre-Vues
Parution : 02-06-2015
Thème : Cinéma, Sociologie
80 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-024-1
ISBN numérique : 978-2-35768-098-2

Comment le cinéma nous aide à nous comprendre et à comprendre les autres

Qu’est-ce que la sociologie, et plus précisément la sociologie du cinéma ? Comment, à l’heure des productions de masse et de l’individualité, le cinéma peut-il rester cet outil sociologique précieux, toujours au service de son public ? Emmanuel Ethis montre ici de quelle manière cette « pratique culturelle » ouvre la porte aux observations sociologiques, nous transforme et, partagée par tous, nous rassemble. Déterminants sociaux et phénomène d’imitation sont au cœur de cette conférence, ponctuée d’anecdotes visant à éclairer le lecteur et lui permettre de s’ouvrir à la réalité qui l’entoure.

Extraits

Le cinéma : un outil au service de la sociologie ?

Le cinéma et nos représentations, à une époque et à un moment donnés, en disent long sur la société dans laquelle nous sommes et sur la manière dont nous fonctionnons. Oui, de Funès va reprendre des rôles, parce qu’il y a un travail inouï à composer ses rôles. Il va reprendre tout ce que l’on connaît dans les codes de la commedia dell’arte, cette façon de faire des gestes très excessifs, d’être intermédiaire entre deux mondes et de montrer à quel point en tout cas son irritabilité traduit aussi une irritabilité au monde en général. Bref, ce petit chef, qui va être le seul de cette catégorie dans le cinéma français, nous montre aussi à quel point il va être difficile d’éprouver de l’empathie pour ce type de personnes représentées. On a peu d’empathie pour Louis de Funès, avant que je vous dise que c’était un homme seul, et nous n’avons pas envie d’en avoir. Nous préférons qu’il joue un rôle repoussoir. Pourtant, tout sociologue digne de ce nom se rend compte qu’il a un pouvoir inouï en termes de cinéma, et de cinéma français : n’importe lequel d’entre nous, avec deux ou trois gestes, deux ou trois mimiques, est tout à fait capable d’imiter Louis de Funès. Il y a peu d’acteurs qui peuvent conduire à cela. Nous avons tous dans notre entourage des parents, des grands-parents, qui ont été susceptibles d’imiter très facilement Louis de Funès, par la voix, par les gestes. C’est extrêmement facile. Ce n’est pas rien d’avoir un acteur très facilement imitable. Nous n’avons pas d’empathie, mais nous sommes capables de l’imiter. On a affaire ici à un phénomène incroyable : cette imitation va faire que Louis de Funès va occuper une place considérable dans les familles françaises, dans cette façon de s’approprier les choses, de créer une empathie par l’imitation. On arrive à comprendre Louis de Funès comme beaucoup de gens, en les imitant. Il faut y faire attention. […] Amusez-vous à imiter des gens qui vous intéressent et vous allez voir que vous commencerez à mieux les comprendre qu’en les regardant simplement, parce que votre corps, votre voix et votre esprit se contraignent nécessairement à ce qu’ils sont. La problématique de l’imitation nous permet donc en effet de comprendre beaucoup de choses, et notamment de comprendre pourquoi on peut effectivement assimiler un individu à un autre individu.


De la réception du cinéma par ses publics

Le cinéma a eu cette force inouïe pour nos civilisation d’aujourd’hui. Je dis toujours à mes étudiants de cinéma ou de sociologie qu’il s’agit d’une chose formidable quand, par exemple, le cinéma nous permet d’avoir un effet de démocratisation absolue. Nos manières d’embrasser sont effectivement héritées d’un point de vue culturel de ce que le cinéma nous expose. C’est une manière très bourgeoise de « se rouler des pelles », de s’embrasser sur la bouche, que le cinéma va montrer de très très près. Aujourd’hui, tous nos baisers sont des baisers de cinéma ; ce sont des héritages purement culturels, qui n’existaient pas avant et qui sont partagés notamment par les classes populaires, qui n’embrassaient jamais et n’entraient pas forcément dans des processus de séduction de cet ordre-là avant le XXe siècle. Le cinéma va donner une clef importante, pour offrir à tous cette culture de l’image, une certaine manière de pencher la tête, qui va être immortalisées. Certains cinéastes savent à quel point il va falloir jouer avec cela. Dans Les Enchaînés d’Alfred Hitchcock, on voit Ingrid Bergman et Cary Grant s’embrasser, et la caméra tourne autour d’eux en justifiant que c’est un film qui va être soumis à la censure. Cela dure trop longtemps, nous montre quelque chose d’intense, parce que non seulement on nous montre comment embrasser, mais le baiser doit aussi avoir une certaine durée pour être valide. C’est cela aussi la force du cinéma, nous montrer des choses qui ne sont pas accessibles. Dès ses origines, c’est ce qu’il va faire et c’est ce qui va le rendre attirant. Effectivement, dans les cent premiers films du cinéma, on compte pratiquement 90 % de films que l’on appellerait aujourd’hui ethnographiques. Y figurent des Indiens, des Pygmées, des choses très lointaines, auxquelles nous n’avons pas accès. On va s’intéresser à la décomposition des mouvements des individus, à un autre univers. Très vite, quelqu’un comme Méliès va par exemple nous impliquer dans ce qui correspondait alors au fantastique. Bien évidemment, cet effet du cinéma est aussi intéressant qu’aliénant pour notre esprit. Grâce au cinéma, on commence à se figurer quelque chose qui relèverait d’un langage par l’image, un apprentissage informel et redoutablement efficace, parce qu’il va nous inspirer des gestes et nous faire entrer d’une certaine façon, très objective, dans des processus d’imitation dont l’industrie du cinéma américain va se saisir très vite. En imitant ses stars, Hollywood va imposer une représentation idéalisée de nos manières d’être, d’exister. Les images d’Hollywood vont définir à leur manière une norme.


Questions du public

L’intérêt que l’on porte à une star à une période de notre vie, par exemple à l’adolescence, illustre-t-il cette période ? Est-ce que l’on s’intéresse à une star différente lorsque l’on a besoin de se démarquer ?

En effet, c’est ce à quoi servent les stars, en général. Les stars ont un rôle fédérateur à un certain moment de la vie, parce qu’elles ont une certaine posture. C’est que montre Laurent Julier. Le cinéma sert cette logique d’édification. L’édification, c’est l’apprentissage par l’admiration de grandes choses. En cela, le cinéma est donc tout à fait édifiant : un beau comportement, un comportement héroïque, nous inspire forcément de l’héroïsme. En général, on fait porter cet héroïsme par les stars. Ce n’est pas seulement parce qu’elles sont jolies, par exemple, c’est également parce qu’elles ont un comportement héroïque que nous les aimons et que nous les conservons dans ce rôle.
[…] En tout cas, les stars servent effectivement à pouvoir se fédérer, à partager, à affirmer quelque chose de nous-mêmes.


L’auteur

Emmanuel Ethis est recteur de la Région académique Bretagne depuis avril 2019. Professeur des universités, sociologue du cinéma, spécialiste des publics de la culture, ancien Président de l’université d’Avignon et des Pays du Vaucluse de 2007 à 2015.

Du même auteur

Laure Adler, Emmanuel Ethis, Damien Malinas (dir.)

Le Bruit du monde : le geste et la parole

Parution : 2012

Prix : 6 €
Disponible au format numérique


Autour du livre


Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 25 octobre). Emmanuel Ethis – Le cinéma et ses publics. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1m

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search