Charlotte Heinzlef – Acqua alta à Venise (inédit)

Le XXe et le XXIe siècle voient les villes augmenter continuellement, s’installant de plus en plus près des côtes et des cours d’eau. Selon Bar Roeffen (de l’agence DeltaSync), « la moitié des villes de plus de 1 million d’habitants sont situées sur des deltas ou dans des estuaires ». Or, d’après le 4e rapport du GIEC, « le réchauffement du climat ne fait aucun doute et est désormais attesté par l’augmentation observée des températures moyennes de l’air et de l’océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace et l’augmentation du niveau moyen de la mer ». Quel avenir peut-on donc prévoir pour les villes côtières avec cette sur-urbanisation constante et cette montée des eaux croissante ?

Venise, ville lagunaire, fait face depuis toujours au problème de l’« acqua alta », hautes eaux qui inondent fréquemment la ville. Sur le plan urbanistique, patrimonial, économique et social, l’importance de ces évènements nuit au développement de la ville, à son présent et à son futur. Sur le plan patrimonial, les hautes eaux attaquent les vieilles pierres, mettant en péril les édifices construits il y a des siècles. Le tourisme est également touché, non seulement par la disparition progressive des bâtiments mais également par les inondations des endroits les plus visités de Venise comme la Place San Marco. Les visites sont plus compliquées, certains lieux sont désormais fermés pour raisons de sécurité, ce qui nuit au tourisme historique de la Sérénissime. L’économie est donc fortement touchée par l’acqua alta, que ce soit à cause du tourisme ou bien des magasins fermés du fait des hauteurs d’eau. L’eau abîme les stocks, limite la fréquentation des commerces et affaiblit l’économie de la ville. Outre cet impact économique évident, les hautes eaux ont un impact destructeur sur l’architecture et l’urbanisme de la ville. Les sols s’enfoncent progressivement et les rues détruites à certains endroits rendent la ville parfois impraticable. La ville devient instable, les coûts de reconstruction et de restauration ruinent la commune, faisant imaginer un futur incertain pour l’essor de ce trésor patrimonial et historique.

L’eau devient la nouvelle frontière de l’urbanisme permettant d’innover et de jouer sur les formes d’occupation de l’espace.

Pour faire face à ce problème constant et croissant, le Centro Previsioni e Segnalazioni Maree a été créé pour faire des prévisions sur ces hauteurs d’eau. Ces prévisions se font grâce à l’aide de la modélisation, « une version simplifiée de la réalité, construite de manière à démontrer certaines propriétés de cette même réalité » (Hagett, 1967).

Outre ce travail de modélisation, Venise et les autres villes côtières se penchent depuis un certain temps sur des projets urbanistiques qui pourraient, sinon stopper, du moins atténuer le changement climatique. De nombreuses agences d’urbanisme prennent aujourd’hui pour mot d’ordre « green is good, blue is better ». L’eau devient la nouvelle frontière de l’urbanisme permettant d’innover et de jouer sur les formes d’occupation de l’espace. Cette capacité à repenser la ville avec l’eau ouvre de nouvelles perspectives et peut rendre la ville d’aujourd’hui plus résiliente face aux changements climatiques présents et futurs. Mais serait-ce suffisant ?


De la même autrice
Charlotte Heinzlef

Recettes de résilience urbaine : faire face aux inondations

Parution : 17-10-2019

Prix : 7 €
Disponible au format numérique



Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 16 octobre). Charlotte Heinzlef – Acqua alta à Venise (inédit). Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1k

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search