Riccardo Rao – Le Temps des loups

Le temps des loups : histoire culturelle et environnementale d’un animal fabuleux
Riccardo Rao

Collection : En-Jeux
Parution : 16-11-2023
Thème : Biologie, Histoire
322 pages

PRIX : 18 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books, à parution.

ISBN imprimé : 978-2-35768-167-5
ISBN numérique : 978-2-35768-168-2

Le loup, prédateur féroce ou animal fabuleux, ne cesse de faire parler de lui depuis des siècles. En associant à l’histoire la littérature, la psychologie et la biologie, ce livre propose une triple narration autour de la figure du loup : une histoire sociale qui invite à réfléchir sur sa coexistence pluriséculaire avec l’homme ; une histoire culturelle évocatrice de multiples représentations de l’Antiquité à nos jours ; une histoire écologique qui met en scène son rôle fondamental dans les écosystèmes naturels.
Cet ouvrage met en perspective des questions en débat aujourd’hui. Les loups sont, en effet, de retour dans toute l’Europe : d’anciennes peurs, jamais vraiment apaisées, refont surface.

Une traduction de l’italien par Laurent Lombard.

Extraits

Chapitre 1 : Les Loups et l’histoire

L’histoire du loup est une histoire à trois volets. Tout d’abord, c’est une histoire écologique, car le loup a une fonction centrale dans l’environnement. Il s’agit ensuite d’une histoire culturelle, car les humains ont créé un imaginaire du loup qui n’a pas grand-chose à voir avec l’animal lui-même. En particulier, la peur totémique du loup traverse tout l’hémisphère nord où le loup est commun, mais c’est en Europe qu’elle évolue, comme nous le verrons, en une véritable terreur, caractéristique de l’Occident médiéval et inconnue des cultures qui n’en ont pas subi l’influence. Enfin, c’est aussi une histoire sociale, faite de relations entre l’homme et l’environnement, et qui, d’une certaine manière, est le résultat de la rencontre entre écologie et culture : écrire cette histoire, c’est retracer un long massacre l’un des plus systématiques que l’être humain ait commis contre une espèce animale. Les faits relatifs aux loups relatés ici servent donc à retracer une histoire des vaincus, en l’occurrence les loups, mais aussi à mieux comprendre la société humaine, comme il est du devoir de l’histoire. L’histoire ne propose pas de jugements, mais des réponses complexes, qui peuvent aider à tracer le chemin difficile, mais fondamental, de la coexistence entre les hommes et les loups. Le respect du patrimoine forestier et faunique, mais aussi sa valorisation, sont les éléments qui peuvent favoriser une coexistence pacifique entre les deux espèces.
Les archives et les bibliothèques nous ont transmis de nombreux témoignages sur les loups du passé. L’animal est si profondément ancré dans la culture de notre continent que reconstituer son histoire au cours des deux derniers millénaires revient presque à écrire une petite histoire environnementale, culturelle et sociale de l’Europe.
Mais avant d’aller plus loin, il nous faut ajouter quelques mots sur le temps et sur la manière dont ce livre reconstruit l’histoire du loup. Commençons par le temps. On a beaucoup écrit sur le loup, mais la plupart des spécialistes en discourent comme s’il était resté le même au fil du temps. Qu’elles portent sur le loup réel ou qu’elles insistent sur sa connotation négative ou positive au sein des différentes cultures, les recherches peinent à reconstituer ses transformations au fil des siècles, de l’Antiquité à nos jours. Il manque, en somme, une chronologie sûre, qui permettrait d’établir dans quelles circonstance le comportement des loups a changé et quand – pas nécessairement en synchronie – leur perception par les humains s’est modifiée.


Chapitre 4 : Les loups dans la culture ecclésiastique de l’Europe médiévale

Ysengrin, l’un des plus célèbres loups médiévaux, est surtout connu en tant que personnage antagoniste du renard dans le Roman de Renart, recueil de récits en français écrit sur le XIIe et le XIIIe siècles, où il fait toujours triste figure, ce qui n’aurait guère eu l’occasion d’arriver à un loup vivant quelques siècles auparavant. Ysengrin est le faire-valoir comique de Renart qui le berne à tous coups par ses farces atroces.
On sait moins que le Roman de Renart s’est largement inspiré d’une œuvre écrite quelques décennies auparavant, vers le milieu du XIIe siècle : l’Ysengrimus. Au vrai, Ysengrin ne se débrouille pas mieux dans cet texte : ses qualités semblent consister surtout en gloutonnerie, arrogance et niaiserie, dont il fait largement preuve dans une série de mésaventures. Son rusé neveu, le goupil Renart, est déjà présent et n’hésite pas à ridiculiser son oncle. Même si ses entreprises se limitent à des goinfreries au monastère et des bols de jambons aux dépens des paysans et que sa vie se termine ignominieusement sous les coups de la truie Salaura, qu’il avait cherché à embrasser, le loup Ysengrin reste, avant Renart, le protagoniste de la première épopée animalière du Moyen Âge. Il est aussi le fondateur de la lignée des loups qui, dans la littérature, les fables et jusqu’aux bandes dessinées ont le rôle du benêt, roulé par les autres animaux.
[…] Dans ce texte, qui se ressent encore d’influences plus anciennes de la littérature monastique, on voit déjà poindre une nouvelle attitude envers le loup, lequel se montre conditionné par les transformations de l’environnement advenus au cours du XIIe siècle. L’incipit de l’œuvre dit d’emblée une chose notable : « Un beau matin, tandis qu’Ysengrin sortait de la forêt pour chercher de quoi nourrir ses petits affamés… » De plus en plus souvent, les loups doivent sortir des bois éclaircis du bas Moyen Âge, pour trouver dans les campagnes cultivées de quoi se nourrir.
Surtout, Ysengrin est décrit comme un animal violent et stupide, typique d’une époque qui ne sait plus que faire des loups comme de la nature : les populations du Moyen Âge ne reconnaissent plus aucune valeur, écosystémique ou culturelle, à l’animal. Les loups ont cessé d’être combatifs et prédateurs. Ils ne sont plus perçus qu’en tant que menace pour le bétail, une présence fastidieuse à éliminer. C’est donc à cette époque que la vision toute négative élaborée dans les traités chrétiens pénètre dans la perception collective, sans plus être associée au sentiment mixte de crainte et d’admiration qui guidait les populations rurales des siècles précédents. Comme jamais auparavant, le loup devient la cible principale d’une vision du monde, produite par le Moyen Âge chrétien, fondée sur l’infériorité de l’animal par rapport à l’homme et sur sa diabolisation.


Chapitre 5 : Les loups comme métaphore politique au bas Moyen Âge

Pilier de la pensée chrétienne, la métaphore du berger et du troupeau des fidèles a fini par imprégner en profondeur le monde occidental. Récemment, le juriste Alain Supiot a rappelé l’influence qu’a encore sur notre société le modèle « pastoral » selon lequel le gouvernement s’exerce directement sur les personnes et les choses sous des formes hiérarchisées, tel le pasteur menant son troupeau. Perspective bien différente, toujours selon Supiot, du modèle du jardinier, répandu surtout dans certains civilisations orientales, où le gouvernant vise avant tout, grâce à sa connaissance des lois de la nature, à créer les conditions adéquates pour que chaque plante puisse exprimer au mieux son potentiel.
Il y a ainsi trois caractéristiques constantes de la civilisation politique occidentale, incarnées par le berger, à travers l’allégorie évangélique : établir avant tout une hiérarchie, puis gouverner et enfin mettre en ordre. Ces exigences, bien que sous une forme presque toujours implicite, réapparaissent de façon karstique même chez les intellectuels des siècles passés, depuis le Moyen Âge. Mais alors, qu’est donc pour la pensée politique l’antique ennemi du berger, le loup ?
On pourrait dire que les loups représentent la menace à l’ordre étatique, selon l’image utilisée par Thomas Hobbes pour élaborer sa réflexion philosophique sur l’état de nature (1642) : pour lui, en effet, la maxime « l’Homme est un loup pour l’homme » (Homo homini lupus) devient la métaphore de l’instinct naturel de domination que seule la loi de l’État permet de dépasser. En réalité, Hobbes reprend cette figure à Platon qui, dans La République, décline en termes politiques le mythe du lycanthrope, comme la transformation du bon souverain en un tyran-loup qui se nourrit de la chair de ses semblables. Cet imaginaire du loup-tyran s’est développé au cours du bas Moyen Âge : à cette époque, surtout dans les communes urbaines du centre-nord de l’Italie, le loup est avant tout une métaphore de l’ennemi politique.


L’auteur

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’université de Bergame (Italie), Riccardo Rao enseigne aussi l’histoire de l’environnement et des animaux. Auteur de divers ouvrages sur le Moyen Âge, il a été chercheur invité dans de nombreux établissements européens et américains. L’environnement et les biens communs, les animaux et les paysages constituent, aujourd’hui, ses thèmes de recherche favoris. Parmi ses nombreux ouvrages, on signalera, outre la traduction espagnole de ce Temps des loups (Université de Cadix, Editorial UCA, 2022), le récent I paesaggi dell’Italia medievale (Rome, Carocci, 2015) et la direction, avec Simone Balossino, du collectif Aux marges du monde communal : lieux du pouvoir collectif et palais publics des Alpes à la Méditerranée (Ai margini del mondo communale, Sesto Fiorentino, All’Insegna del Giglio, 2020).


Le traducteur

Maître de conférences en études italiennes et en art de la traduction à Avignon Université, Laurent Lombard obtient en 2018 l’habilitation à diriger des recherches portant sur Réalismes et poétique de l’effraction dans la littérature italienne contemporaine : critique et traduction. Par ses recherches, il a développé la notion de traducteur polytrope qu’il a diffusé dans de nombreuses universités françaises et étrangères. Actuellement, il porte le projet de faire reconnaître la traduction comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.



Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 18 octobre). Riccardo Rao – Le Temps des loups. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search