Christèle Lagier – Le populisme en question

Le populisme en question : élections et abstention vues d’avignon
Christèle lagier

Collection : MidiSciences
Parution : 09-10-2018
Thème : Sciences politiques
80 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-063-0
ISBN numérique : 978-2-35768-129-3

Dans la société contemporaine, on entend de plus en plus parler de populisme. Mais quelle réalité se cache derrière ce terme ? À bien y regarder, on s’aperçoit qu’on colle souvent cette étiquette sur des univers disparates et lointains, de l’extrême droite à l’extrême gauche. Loin de ces abus linguistiques, Christèle Lagier invite à penser les résultats électoraux du FN aux élections de 2017 comme une conséquence non tant du succès du populisme mais, au contraire, comme les effets de l’abstention. Ce phénomène croissant est observé à travers l’exemple d’Avignon, que l’auteure ne manque pas d’insérer dans une échelle à la fois nationale et mondiale. Un exposé simple et clair d’un sujet brûlant et d’actualité.

Extraits

Chapitre 1 : Le populisme, essai de définition

Malgré les difficultés pour aboutir à une définition uniforme, un accord minimal peut être trouvé sur le fait que peut être désigné comme populiste celui qui prétend parler au nom du peuple et en être l’incarnation. Première précaution, le populisme serait d’abord une prétention ou une intention. Il y a donc risque de confusion entre ce que prétend être le populisme et ce qu’il est effectivement. Le seul usage même du terme « populisme » sert à le faire exister. En effet, désigner certains mouvements politiques comme populistes c’est en quelque sorte reconnaître leur prétention à parler au nom du peuple. C’est une manière de les légitimer dans un contexte où la défiance à l’égard de la politique est particulièrement accentuée. Être populiste devient alors un moyen de se rapprocher de ce peuple que les élites politiques ignoreraient.
Ainsi, qu’il soit revendiqué ou utilisé pour désigner un mouvement ou un responsable politique, ce terme acte inévitablement la coupure entre un peuple et une élite. Il ne permet pas d’interroger la réalité de cette coupure, il la valide comme un état de fait des rapports contemporains entre les gouvernants et les gouvernés. Les mouvements populistes deviennent alors une sorte de fatalité mais aussi la seule voie que puisse emprunter le peuple pour concurrencer les élites dans l’accès au pouvoir. Il y aurait, aussi, construction d’une relation directe entre le peuple et les leaders populistes qui prétendent incarner la vraie démocratie face à un système parlementaire qui serait à bout de souffle. Les leaders populistes contestent donc en premier lieu la légitimité des institutions représentatives. S’ils acceptent de jouer le jeu de la représentation démocratique, c’est pour la bousculer ou la transformer en prétendant redonner voix au peuple ou à la volonté générale.
[…] Dans nos démocraties modernes, les phénomènes populistes se développent pour au moins deux raisons. La première est la confrontation à la mondialisation, une confrontation qui offre un espace de développement pour des formes de nationalisme que prennent en charge les populismes. Le terme national-populisme est d’ailleurs utilisé assez fréquemment pour décrire ces mouvements de repli sur l’unité d’un peuple mythique qu’il conviendrait de défendre contre un extérieur menaçant. D’un autre côté, cette évolution des populismes se nourrit également du déclin des identifications partisanes et, parallèlement, de l’emprise des médias, des sondages, du marketing et de la communication politique sur la compétition ou le marché politique (ce que l’on désigne dans le langage anglo-saxon par le terme Politics).


Chapitre 3 : Derrière le populisme, l’abstention ?

Pour mesurer tout l’intérêt de ce phénomène dans nos démocraties représentatives, il convient préalablement de le définir. Quand sont communiqués les taux d’abstention lors d’une élection, on ne parle que des citoyens inscrits sur les listes électorales. C’est par rapport au total des inscrits que sont donnés les pourcentages de suffrages exprimés et, par conséquent, que sont évacués tous ceux qui ne sont pas inscrits. Si le nombre d’inscrits sur les listes électorales n’a cessé de progresser au fur et à mesure des différentes étapes du suffrage universel (on passe de presque 30 millions d’inscrits en 1974 à 47 millions en 2017), il ne demeure pas moins qu’une part significative de la population française reste à ce jour non inscrite.
Les non-inscrits sur les listes électorales sont évalués à près de 3 millions de Français, soit près de 7 % du corps électoral potentiel, c’est-à-dire l’équivalent du nombre cumulé des personnes inscrites dans les trois plus grandes villes de France : Paris, Lyon et Marseille. Évidemment, ces taux de non inscriptions ne sont pas uniformes sur l’ensemble du territoire. Dans les années 2000, certains quartiers populaires ont un taux de non-inscription de l’ordre de 25 %, très nettement supérieur à ces 7 %. Aux non-inscrits s’ajoutent ceux que Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen appellent les « mal-inscrits » (Braconnier, Dormagen, 2007) c’est-à-dire les citoyens inscrits dans un bureau de vote qui ne correspond plus à leur lieu de résidence effectif. Cette situation concerne les personnes qui, ayant déménagé, ne se sont pas réinscrites sur les listes électorales de leur nouveau lieu d’habitation, sans pour autant avoir été radiées de leur ancien bureau de vote. Selon la distance qui sépare leur nouveau lieu de résidence de leur ancien lieu d’inscription électorale, elles se trouvent plus ou moins mal-inscrites.
[…] Désormais massif, le phénomène de l’abstention ne peut évidemment pas être déconnecté des situations dans lesquelles se trouvent nos démocraties représentatives, aujourd’hui prises au piège de formes de populismes grandissants qui auraient conduit à la victoire du Brexit en Angleterre, à celle de Donald Trump aux élections présidentielles américaines et eussent dû conduire inévitablement en France à la victoire de l’extrême-droite lors de la Présidentielle en 2017.
Pour comprendre quelques-unes des raisons pour lesquelles cette dernière prédiction n’est pas advenue, il est intéressant de revenir sur la situation de la France depuis une quarantaine d’années et sur la progression croissante de l’abstention, quel que soit le type de scrutin observé. Notre pays compose en effet avec des formes de désinvestissement politique, souvent intermittentes, qui rendent de plus en plus complexe l’analyse des repositionnements politiques des électeurs.


L’autrice

Maîtresse de conférences de science politique à l’université d’Avignon, Christèle Lagier est une sociologue du politique, spécialiste de l’analyse du vote Front National. Elle a récemment publié Le Vote FN. Pour une sociologie localisée des électorats frontistes (Louvain-la-Neuve, de Boeck Supérieur, 2017). Chercheure au Laboratoire Biens, Normes et Contrats et chercheure associée au Laboratoire Croyance, Histoire, Espace, Régulation Politique et Administrative de l’IEP d’Aix en Provence, elle participe à l’enquête ALCoV (Analyses Localisées Comparatives du Vote : défiance, abstention et radicalisation politique dans la France contemporaine) financée par l’Agence nationale de la recherche et coordonnée par Eric Agrikolianski. En partenariat avec des informaticiens du Laboratoire d’informatique d’Avignon et des géographes du laboratoire ESPACE, elle développe par ailleurs, depuis plusieurs années, des travaux sur l’analyse des résultats électoraux et de l’abstention sur la commune d’Avignon dans le cadre de la Fédération de recherche Agor@nTIC. Aujourd’hui, ses champs de recherche privilégiés s’ouvrent de plus en plus aux thématiques du populisme et du féminisme dans une dimension comparative, européenne et internationale.


Autour du livre

Entretien exclusif avec Christèle Lagier

Pour la sortie de son nouveau livre, inaugurant la collection “MidiSciences”, Christèle Lagier a bien voulu répondre à quelques questions, centrées sur les thématiques principales de l’ouvrage. À la suite de l’entretien vous pourrez lire un large extrait de l’introduction.



Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 26 octobre). Christèle Lagier – Le populisme en question. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search