Culture & Musées | 41, Voir le musée autrement : les champs des possibles

Voir le musée autrement : les champs des possibles
Culture & Musées | 41

Collection : Culture & Musées
Parution : 07-12-2023
Thème : Muséologie, Patrimoine
294 pages

PRIX : 26 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Journals.

ISBN imprimé : 978-2-35768-170-5

Ce premier numéro en version papier part d’une interrogation sur l’avenir des musées, à l’occasion des trente ans de la revue. Après la crise majeure traversée par les institutions culturelles lors de la pandémie de la covid-19, la revue Culture & Musées a souhaité organiser une réflexion ouverte et constructive sur l’avenir des musées. Elle s’est inscrite dans le cadre de journées d’étude organisées pour la célébration du 30e anniversaire de la revue, qui avaient pour titre « Voir le musée autrement : le champ des possibles ». Cette livraison anniversaire se nourrit des discussions commencées lors de ces journées de l’automne 2021. Elle propose une approche prospective de la muséologie et du musée à partir d’une diversité de regards fondés à la fois sur des travaux de recherche et sur des expériences pratiques. La particularité de ce numéro spécial est en effet de mêler articles scientifiques et points de vue de professionnels, en encourageant une forme d’écriture plus libre et plus personnelle.

Extraits

Éditorial. Les incertitudes des musées, par Jean Davallon et Dominique Poulot

Les dernières décennies ont été marquées par un flot continu de colloques, ouvrages et articles sur le musée en forme d’interrogations : « Quels musées, pour quelles fins, aujourd’hui ? » demandait, au seuil de la décennie 1980, un séminaire de l’École du Louvre, dont le titre pourrait être repris obstinément au cours des décennies suivantes (École, 1983). La question était d’autant plus remarquable qu’elle coïncidait avec une expansion absolument inédite du nombre des institutions, de l’ampleur de leurs collections, de la masse de leurs emplois, de leurs fréquentations et, plus largement, de leur mondialisation.
Le sens du musée s’identifie à une série de missions que les organisations professionnelles, parallèlement aux institutions politiques ou aux administrations culturelles, voire les écrits et les exemples de divers héros du patrimoine, ont régulièrement contribué à élaborer, à illustrer, puis à vouloir garantir à l’avenir. Ces missions font ainsi l’objet de déclarations officielles, de normes, de règlements, mais elles peuvent aussi susciter à l’occasion des débats, des polémiques, et connaître des inflexions plus ou moins significatives au cours des dernières générations de muséologues. La mise en œuvre concrète de ces missions se joue au sein des organisations muséales – elle dépend notamment de ce que l’on nomme désormais communément leur gouvernance. Les questions de la mission des établissements, de la gouvernance et de l’organisation ont régulièrement figuré au premier rang des préoccupations dans les ultimes décennies. L’apogée de telles incertitudes – et de telles ambitions – a été certainement, en un sens, la crise de définition du musée lui-même qui a secoué l’Icom au cours des dernières années, et qui n’a fait que sanctionner l’ébranlement des certitudes antérieures et la quête de nouveaux fondements.


Le musée du futur : imaginaire du musée dans la littérature contemporaine imagée, par Anne Chassagnol et Caroline Marie

Si le musée du futur s’annonce comme un lieu pluriel, quelle mutation s’ébauche dans sa figuration par la littérature imagée ? Les collections consacrées aux musées fournissent un corpus étoffé dans lequel cartographier les métaphores associées à l’institution. En 2005, les Éditions du Louvre lancent une collaboration avec l’éditeur de bandes dessinées Futuropolis. Pendant un an, des auteurs de bd ou de manga se voient offrir un accès illimité à tous les espaces du Musée du Louvre, même cachés ou fermés au public, tels les ateliers de restauration, les réserves ou les bureaux de l’administration, pour créer un album. Ces collaborations se développent : Futuropolis est associé à Musée d’Orsay Éditions depuis 2014 et les Éditions du Louvre publient à l’intention de la jeunesse avec Delcourt depuis 2016. Les métaphores récurrentes dans ces collections éditoriales esquissent un musée moins domestiqué et sagement classifié, plus désordonné et rebelle.
 La bande dessinée animalise le musée, peuplé de félins dans Les Chats du Louvre (2017) de Taiyō Matsumoto ou de tribus de rongeurs structurées en communautés correspondant aux différentes collections dans Les Souris du Louvre (trois tomes parus en 2018, 2019 et 2021) de Joris Chamblain et Sandrine Goalec. Dans Le Cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art (2016) d’Olivier Supiot, clin d’œil à la créature du tableau de Géricault Tête de cheval blanc (1815), étonnant autoportrait équin, l’animal reprend possession de son corps tronqué et investit les salles du musée, cadre au cou, pour éprouver son identité en dehors du tableau. Manuele Fior explore la même idée dans la bande dessinée Les Variations d’Orsay (2015), en revisitant l’histoire de l’ancienne gare : ici aussi, les animaux s’épanouissent hors cadre, pour entrer en résonance avec les œuvres de la collection. Le musée de demain, sensible aux écarts hygrométriques à l’intérieur de ses salles comme aux variations climatiques au dehors, se laisse déborder par les écosystèmes qu’il héberge ; le bâtiment inondé, comme ré-ensauvagé par les herbes hautes, glisse vers les berges de la Seine. La fiction iconotextuelle dessine ainsi un futur musée, organique, dense, vivant, perméable, progressivement gagné par une nature proliférante, comme sortie des œuvres du Douanier Rousseau.
 Les expôts brisent les vitrines et le silence du musée : la prosopopée leur donne la parole, révèle leur âme dans Aux heures impaires (2008) d’Éric Liberge ou Les Fantômes du Louvre (2012) d’Enki Bilal. Donner littérairement la parole à ce qui et ceux qui en sont privés peut constituer un geste politique. Dans Les Tableaux de l’ombre (2019) de Jean Dytar, les tableaux délaissés par la majorité des visiteurs se révoltent, tandis qu’Une maternité rouge (2019) de Christian Lax entrelace l’odyssée qui mène une statuette dogon du xive siècle jusqu’au Musée du Louvre et l’histoire d’un migrant. Lieu défamiliarisé, ouvroir de discours inattendus, alternatifs, le musée devient un espace d’écoute de l’autre et d’affirmation de soi : le bâillonné parle, les coulisses prennent la lumière, le visiteur perçoit l’imperceptible.


Une extension vers quoi ? Quelques réflexions sur le musée de demain, par Chris Dercon et Oscar Lecuyer

S’intéresser aux musées seulement pour leurs trésors et leurs  collections, c’est parer ces institutions d’un certain prestige, mais  leur faire aussi courir le risque de devenir étrangement immobiles. Il  faut accepter l’idée que les musées s’engagent de plus en plus dans des  activités de sensibilisation et d’éducation du public pour attirer de  nouveaux visiteurs ; de plus, certains d’entre eux, allant au-delà du  paradigme anodin du pluralisme libéral et du marché de l’art, se  demandent si le musée peut maintenir sa neutralité, ses revendications  œcuméniques. Certains se sont efforcés de transformer les pratiques de  conservation dans un effort de redistribution de la valeur symbolique  des biens culturels ; l’objectif d’attirer une audience diverse et  plurielle s’est transformé en un engagement visant à améliorer la  citoyenneté culturelle.
Ce genre de civilité nous invite à l’échange, à l’interprétation et à  l’intervention. C’est l’internalisation de la civilité comme expression  éthique du cosmopolitisme civique qui place le musée en première ligne  du débat, comme en témoignent les controverses qui font rage. La  civilité n’est pas toujours calme ; elle peut servir à exprimer une  résistance et une opposition, mais elle protège le droit à  l’interprétation représentant la structure profonde du dialogue  démocratique et du débat productif dans le domaine public. Ainsi le  musée agit-il activement dans la formation de la société civile, tout  comme il est essentiel à l’architecture de la vie urbaine.
Paradoxalement, peut-être, c’est dans ce contexte que nos collections  prennent une importance croissante et deviennent des instruments  permettant de donner un sens au futur et même d’engendrer, par la  comparaison entre l’ancien et le présent, l’identique et le différent.  En servant de centre de formation et d’autoformation aux citoyens, le  musée est le lieu où les collections participent au rite civilisateur.  Les musées publics sont le pharmacum social, politico-artistique et socio-artistique.


sous la direction de

Culture & Musées, créée en 2003, est une revue scientifique de recherche à comité de lecture qui pratique l’évaluation en double-aveugle. Elle édite des travaux de recherche inédits sur les publics, les institutions et les médiations de la culture. Elle s’adresse aux chercheurs et étudiants de ces domaines ainsi qu’aux professionnels œuvrant dans le champ des musées et des patrimoines.


Avec les contributions de

Daniel Jacobi, « Hommage à Jean-Paul Capitani » ; Pascale Ancel et Éric Triquet, « Remerciements à Marie-Sylvie Poli » ; Jean Davallon et Dominique Poulot, « Éditorial. Les incertitudes des musées ».

Dossier

Éric Triquet, « Introduction » ; François Mairesse, « Pour une perception globale de l’évolution des musées » ; Paul Basu, « Pour un musée pluriversel : de la violence épistémique aux écologies de savoirs » ; Alice Semedo, « Pratiquer la présence : la fabuleuse vocation du musée-du-monde » ; Anne Chassagnol et Caroline Marie, « Le musée du futur : imaginaire du musée dans la littérature contemporaine imagée » ; Erminia Pedretti et Ana Maria Navas Iannini, « Vers des musées scientifiques de quatrième génération : changer les objectifs, changer les rôles ».

Études & notes de recherche

Graham Black, « L’avenir du musée est social » ; Noémie Couillard, « L’étude des prestataires dans les transformations des musées. L’exemple des offres numériques ».

Expériences & points de vue

Chris Dercon et Oscar Lecuyer, « Une extension vers quoi ? Quelques réflexions sur le musée de demain » ; Marc Atallah et Marie-Sylvie Poli, « ” Oser la singularité “, entretien avec Marc Atallah, directeur de La Maison d’Ailleurs à Yverdon-les-Bains, réalisé par Marie-Sylvie Poli » ; Ludovic Maggioni et Marie-Sylvie Poli, « ” Le musée hier, aujourd’hui et demain ? “, entretien avec Ludovic Maggioni, directeur du Museum d’histoire naturelle de Neuchâtel, réalisé par Marie-Sylvie Poli ».

Paroles de jeunes docteurs

Marion Bertin, « Circulations et valeurs des objets océaniens dans les collections privées et publiques (1980-2020) » ; Julie Botte, « Les musées de femmes : entre patrimonialisation et engagement social. Émanciper les femmes grâce au musée ? » ; Renaud Chantraine, « La mémoire en morceaux. Une ethnographie de la patrimonialisation des minorités LGBTQI et de la lutte contre le sida ».

Visites d’expositions

Gaëlle Crenn, « Sens des objets, présence des sujets. L’Abîme. Nantes dans la traite atlantique et l’esclavage colonial, 1707-1830 (Musée d’histoire de Nantes, du 16 octobre 2021 au 19 juin 2022 » ; Lise Renaud, « Le Museon Arlaten, un récit de muséographies ».

Lectures

Fabien Van Geert et Mathieu Viau-Courville, « Inês Gouveia, Mario Chagas, Manuelina Maria Duarte Cândido & Dominique Schoeni. 2022. La muséologie sociale » ; Françoise Rigat, « Alessandra Broccolini, Pietro Clemente, Lia Giancristofaro (dir.). 2021. Patrimonio in ComunicAzione. Nuove sfide per i Musei DemoEtnoAntropologici » ; Felicity Bodenstein, « Dominique Poulot. 2022. L’effet musée : objets, pratiques et cultures » ; Dominique Poulot, « Jesús Pedro Lorente. 2022. Reflexiones sobre museología crítica, dentro y fuera de los museos » ; Anik Meunier; « François Mairesse (dir.). 2022. Dictionnaire de muséologie ».




Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 9 novembre). Culture & Musées | 41, Voir le musée autrement : les champs des possibles. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1r

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search