Envoûtant Ventoux, de Franck Petit

Pour ce billet, l’auteur, Franck Petit, nous fait le plaisir de proposer un texte inédit de présentation de son ouvrage paru en 2016, accompagné de photographies dont il est aussi l’auteur. Une véritable initiation à ce lieu emblématique de la Provence.

S’il apparaît invariable, lointain et mystérieux, le Ventoux dévoile de l’intérieur des secrets qu’il faut du temps à découvrir. Cet ouvrage de Franck PETIT aide le lecteur à faire la lumière sur les parts d’ombres du « Géant de Provence », qui irradie sa région. L’approche historique et globale qui a été adoptée pour saisir cette majestueuse cime nécessitait de s’intéresser au Ventoux décrit de l’intérieur par les sportifs, les scientifiques, les hommes de lettres et les photographes. Véritable « biographie » du Mont-Ventoux, « Envoûtant Ventoux » permet ainsi de mieux connaître les édifices laissés par l’homme (Observatoire, jas, gîtes forestiers…), les personnes qui ont participé à sa protection et à sa promotion, celles qui n’ont cessé de le peupler (chasseurs, cueilleurs de lavande, promeneurs, bergers,…), ainsi que ses éléments naturels.

Même si le Ventoux se présente naturellement, sa « construction » – son reboisement au 19ème siècle, son repeuplement animal, son appropriation touristique et sportive, la protection de sa faune et de sa flore, l’édification d’un observatoire historique… – a été l’affaire de tous ; en présentant les mérites des personnes remarquables qui ont « fait » le Ventoux – tels François Pétrarque ou Jean-Henri Fabre -, on se devait de faire la lumière sur ceux qui ont été injustement oubliés par les autorités politiques, scientifiques et artistiques.

L’eau s’y fait rare, malgré l’abondante quantité de pluie qui l’atteint. Cela tient à la qualité du sol : le Ventoux se présente comme une sorte « d’éponge bienfaisante », selon l’expression d’Alfred Pamard, qui absorbe les eaux du ciel sans les laisser ruisseler. Elles traversent le calcaire accidenté du Ventoux, sans prendre le temps de s’arrêter, pour alimenter ensuite au pied de la montagne rivières, fontaines et résurgences.

La neige a longtemps alimenté les glacières d’altitude, avant l’invention de la réfrigération et le développement des stations de ski. Elle devient menaçante lorsqu’elle termine sa chute sous forme d’avalanches. Mais elle est surtout source de joie pour les randonneurs et les skieurs, qui peuvent évoluer sur les pentes de la station du chalet Reynard ou sur celles du Mont Serein.

A propos d’arbres, de flore et de champignons – en premier lieu, la truffe -, le Ventoux a toujours offert le meilleur du terroir provençal. Il existe aussi sur cette montagne une prolifération d’insectes qui ont fait la joie des découvertes de Jean-Henri Fabre. Le Ventoux est toujours un lieu privilégié pour attirer des ruchées. Terre d’accueil de nombreux oiseaux et reptiles, il se présente, grâce à ses points d’eaux, comme le royaume des batraciens. Il est devenu plus récemment la terre d’asile de grands animaux – sangliers, chevreuils, biches, cerfs, chamois, mouflons – qui sont de précieux atouts pour en faire un milieu vivant et attractif.

L’ouvrage comporte plusieurs photographies prises par l’auteur et des annexes, dont la lettre de Pétrarque – qui a laissé le premier témoignage écrit de sa découverte du Ventoux en 1336 -, et le récit en 1879 par Jean-Henri Fabre de sa 26ème ascension, ainsi qu’une chronologie des événements qui ont marqué l’histoire de cette montagne.

Citer cet article : Franck Petit, "Envoûtant Ventoux, de Franck Petit," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 21 janvier 2019, https://eua.hypotheses.org/1797.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.