Culture & Musées | 42, De l’entreprise au musée

De l’entreprise au musée
Isabelle Cousserand-Blin, Aziza Gril-Mariotte (dir.) | 42

Collection : Culture & Musées
Parution : 25-01-2024
Thème : Muséologie, Patrimoine
284 pages

PRIX : 26 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Journals.

ISBN imprimé : 978-2-35768-169-9

Les musées et les entreprises entretiennent des liens étroits, un phénomène ancien qui a connu un développement important ces dernières années lorsque certains secteurs – luxe, industrie, alimentation – ont voulu valoriser leur patrimoine. Pour de nombreux secteurs, le musée d’entreprise est une vitrine du savoir-faire et un lieu de créativité : un phénomène avéré qui montre que les relations entre les musées et les entreprises ne reposent pas seulement sur la conservation et l’exposition de produits éculés. Ce dossier a l’ambition de comprendre les enjeux culturels, patrimoniaux et économiques qui se jouent dans cette rencontre entre le monde de l’entreprise et celui du musée.

Extraits

Éditorial, par Dominique Poulot

Comme on le verra dans l’introduction du dossier, les musées d’entreprise n’ont pas été oubliés par l’Icom : ils ont trouvé leur place dans la typologie des établissements, souvent intégrés de fait au genre plus large des musées d’histoire et d’archéologie. Ainsi, la Conférence annuelle de l’ICMAH (Comité international des musées et des collections d’archéologie et d’histoire) portait en octobre 2018, à Istanbul, sur les musées d’entreprise. Elle envisageait « l’histoire des entreprises, les typologies, la constitution et la conservation des collections, la transmission des savoir-faire, les impacts sur l’entreprise et le territoire, les enjeux de la professionnalisation ». Pareille énumération, en forme de justification scientifique, est intéressante, qui rend compte des intérêts d’une analyse de ce genre muséographique.
La présidente du comité à l’époque, la conservatrice du patrimoine et archéologue Myriame Morel-Deledalle, signait ainsi un appel à communications qui mobilisait au premier chef la perspective archéologique, afin d’écrire une histoire des objets réunis au sein des musées d’entreprise. C’est la présence toujours plus importante d’artefacts manufacturés parmi les collections publiques, aux côtés des œuvres d’art, qui légitimait une prise en compte des musées d’entreprise. Mais parallèlement à cette entrée par les objets et les collections, la présidente du comité évoquait aussi l’aspect « vitrine » de ces musées : les archives historiques de l’entreprise y sont ici ou là mises sous les yeux du public, dans une perspective de mémoire de la firme, tandis qu’ailleurs ces vitrines deviennent des outils publicitaires, pour la vente en boutique ou bien pour diffuser une marque. Enfin, certaines entreprises financent des musées « au nom de la culture des sociétés », sans rapport direct avec leurs productions. Le présent numéro de Culture & Musées – confié aux éditrices Isabelle Cousserand-Blin, qui en 2016 se demandait comment identifier la « mosaïque des musées d’entreprises », et Aziza Gril-Mariotte, à la fois praticienne et historienne de tels établissements, en particulier dans le domaine du textile – entend sinon répondre à toutes les interrogations posées par ce type de musée, du moins en proposer un ensemble de lectures. Tenter de défricher un champ scientifique à propos de nouvelles catégories d’établissement ne va pas de soi, dans la mesure où l’éventail des recherches à leur propos est forcément plus restreint qu’en matière de musées « classiques » ou de collections établies depuis longtemps. On lira donc ici une série d’études venues de diverses disciplines, dont l’économie ou la gestion, qui pèse d’un grand poids dans la bibliographie internationale sur ces musées. Cette interdisciplinarité par contiguïté s’inscrit dans la ligne éditoriale de la revue, et permet d’enrichir l’enquête muséologique contemporaine.


Des musées d’entreprise entre projet de culture scientifique et technique et valorisation commerciale, par Laure Roulet Marchis-Mouren

La plupart des musées d’entreprise qui investissent dans une activité patrimoniale n’oublient pas qu’ils appartiennent à des entreprises qui produisent pour vendre et faire des profits. Mais comme plus personne ne s’étonne de la présence d’une boutique dans tous les grands musées comme dans les monuments, pourquoi les entreprises s’en priveraient-elles ? Et ce, d’autant plus qu’il est bien connu des spécialistes du marketing que le plaisir culturel déclenche chez les visiteurs une irrésistible propension à faire des dépenses non prévues dans la boutique, où leur parcours de visite les conduit inexorablement. Si la motivation de l’entreprise qui crée un musée est d’abord une initiative d’ordre culturel, la présence d’une boutique n’est-elle pas contre-productive, puisqu’elle la renvoie à sa dimension commerciale ?
Cette tension entre culture et économie est souvent discutée. Isabelle Cousserand avance que « les musées permettent de faire oublier la fonction économique et commerciale de l’entreprise pour finalement mieux l’accomplir ». Le musée d’entreprise peut être envisagé en lui-même comme un nouvel outil de la stratégie de communication de l’entreprise ; et la démarche muséale des entreprises, ainsi que les choix muséographiques qui en découlent, participe directement de leur communication. En dépit du projet culturel, les musées d’entreprise demeurent ouvertement commerciaux, « avec une boutique de cadeaux, de la publicité, des artefacts culturels axés sur la marque et des divertissements grâce à des affichages interactifs multisensoriels ». Quelle est la motivation des entreprises pour créer leur propre espace muséal ? En ajoutant un musée sur son site de production, l’entreprise se situe d’emblée dans une forme d’ouverture à la culture, alors même que son activité est, par nature, économique. La visite d’une entreprise industrielle, lorsqu’elle est proposée au public, est a minima une communication de type culturel, et peut s’inscrire dans une valorisation de ce patrimoine singulier à caractère scientifique et technique. On conçoit que la volonté de dévoiler les mystères de l’entreprise et de son processus de production aux visiteurs soit une démarche culturelle à part entière. Mais pourquoi y juxtaposer un espace commercial de vente ?
La plupart des entreprises qui proposent un musée à leurs visiteurs incluent au circuit de visite un passage en boutique. Ces boutiques permettent aux visiteurs de repartir chez eux avec des produits de l’entreprise. La dualité musée et boutique semble indissociable lorsque l’on s’intéresse aux musées d’entreprise. À cette dualité s’ajoute parfois la présence du site de production, placé à proximité immédiate des espaces d’exposition et de vente. En se rendant dans un musée d’entreprise composé ainsi de ces trois éléments – site de production, espace d’exposition, boutique – le visiteur pourrait, si l’on en croit la promesse de visite des documents de communication institutionnels, approcher le circuit de fabrication de produits qu’il connaît – et achète peut-être déjà. Des objets de grande consommation ou plus luxueux se retrouvent donc simultanément dans le musée et dans sa boutique, tout en ayant un statut distinct. Les objets exposés, qu’ils soient anciens ou récents, deviennent des sémiophores au service du discours culturel sur l’entreprise ou sur ses procédés de fabrication. Au contraire, ceux proposés à l’achat dans la boutique conservent leur statut marchand. Ils ne sont plus exposés, mais achalandés pour déclencher l’achat : « Le concept de “musée d’entreprise” est antinomique, car un musée est habituellement voué à la conservation des objets du passé, alors que l’entreprise en fabrique et en vend. »


Le dépôt des collections d’une entreprise vers un musée. Les trésors de Tassinari & Chatel au Musée des tissus, par Arnaud Le Clere et Adélaïde Savy

Lorsque l’artisanat et l’art sont en jeu, une maison de production détenant un savoir-faire particulier devient potentiellement une réserve de collections, pour peu qu’elle s’inscrive dans une durée séculaire. Certaines de ces entreprises, conscientes de l’enjeu patrimonial que représentent leurs produits, entreprennent alors d’établir un lien avec un musée pour garantir la conservation de leurs trésors ainsi que leur mise en valeur.
Près d’un an et demi avant la transformation du Musée d’art et d’industrie de Lyon en l’actuel Musée des tissus, les dirigeants de la maison Tassinari & Chatel, acquise dans les années 1870 par les deux familles éponymes, vendent au conservateur du musée une petite partie des productions de celle-ci datant de l’Empire et de la Restauration : « Monsieur le Conservateur, nous avons, comme nous étions d’accord, fait un choix de nos plus beaux spécimens du XIXe siècle pour votre musée. Nous nous faisons bien pauvres, car dans cette collection, nous vous abandonnons les plus beaux types de cette magnifique fabrication. »
Environ trente-neuf pièces, à la fois des étoffes et des échantillons, changent de propriétaires, moyennant une somme avoisinant les trente mille livres. Si le gain financier est abordé dans cette lettre, il semble anodin par rapport à la « perte » de ces productions. Pour cette maison déjà bicentenaire, la séparation d’avec ces collections d’une rare valeur, symboles de son savoir-faire et de sa richesse, apparaît comme douloureuse. Mais cet appauvrissement de fait est-il réel ?
Pourquoi cette manufacture confie-t-elle ses trésors à un musée qui se spécialise alors dans le textile depuis une quinzaine d’années ? Apparaît ici un lien encore peu étudié mais néanmoins important entre entreprise et musée, mêlant considérations commerciales, historiques et artistiques.
Fers de lance de l’économie d’un pays, les entreprises n’ont pas toujours conscience de leur implication dans son histoire et de leur responsabilité à son égard. Par leur ancrage dans un territoire, la population active qu’elles touchent, les savoir-faire qu’elles transmettent, les produits et innovations qu’elles diffusent, elles interagissent fortement avec les évolutions que connaît une société, à tous points de vue. Si ce constat peut paraître évident pour une entreprise d’artisanat séculaire, il n’est pas moins vrai lorsqu’il concerne une entreprise dont la production ne serait pas directement assimilable à une œuvre d’art. Cette entreprise, en effet, imprime également sa marque sur son époque, participe au développement du pays et joue ainsi sa partition dans la composition de l’histoire nationale.
Conscientes de la valeur qu’il représente, des entreprises, dont le savoir-faire n’est plus à prouver, ont entrepris de valoriser leur fonds patrimonial, en mettant en place des services du patrimoine, en créant des espaces d’exposition ou encore en faisant paraître des publications présentant leurs collections. Certaines se tournent même vers les musées nationaux ou privés et confient à leurs soins une partie de leur production ancienne.


sous la direction de

Isabelle Cousserand-Blin est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’IUT Bordeaux Montaigne et chercheuse au sein du laboratoire Médiations, Informations, Communication, Arts (MICA, UR 4426) de l’université Bordeaux Montaigne, axe « Communication, Organisations, Société » (COS). Ses thèmes de recherche concernent le rapport à la mémoire et les usages du passé dans les organisations, les formes de la légitimation, ou encore les identités professionnelles. Elle a été directrice de l’IUT Bordeaux Montaigne de janvier 2018 à décembre 2022.

Aziza Gril-Mariotte est professeur d’histoire de l’art à Aix-Marseille Université et chercheuse à l’UMR TELEMMe. Après avoir soutenu une thèse sur le textile imprimé aux XVIIIe et XIXe siècles, elle a poursuivi ses recherches sur la création et l’innovation dans les arts industriels et sur les musées d’art industriel au XIXe siècle en France. Son habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2021 à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, portait sur le thème : « Une histoire des étoffes imprimées, des arts industriels au patrimoine (XVIIIe -XXIe siècle). Créations, collections, musées ». Depuis juillet 2022, elle dirige le Musée des tissus et des arts décoratifs de Lyon.


Avec les contributions de

Dominique Poulot, « Édiorial ».

Dossier

Aziza Gril-Mariotte et Isabelle Cousserand-Blin, « Introduction. Les expressions muséales de l’entreprise » ; Jacques Poisat, « La dialectique entreprises-musées dans des territoires en reconversion. Le cas du textile roannais » ; Adeline Florimond-Clerc et Lylette Lacôte-Gabrysiak, « Champagne ! Implication des marques de champagne dans l’offre muséale locale » ; Laure Roulet Marchis-Mouren, « Des musées d’entreprise entre projet de culture scientifique et technique et valorisation commerciale » ; Mathilde Pulh, Damien Chaney et Rémi Mencarelli, « La patrimonialisation des marques : exploration empirique de deux musées de marque ».

Varia

Carlo Andrea Tassinari, « L’héritage difficile de l’antimafia : une approche sémiotique au musée No Mafia Memorial de Palerme ».

Études & notes de recherche

Roma Lambert, « La muséographie d’entreprise à l’épreuve de l’objet patrimonial » ; Clara Jacob, « Le Musée de la chaussure de Romans-sur-Isère : entre patrimoine et économie ».

Expériences & points de vue

Aziza Gril-Mariotte, « Entretien avec Cédric Brochier, directeur du Musée de soieries Brochier à Lyon » ; Nathalie Vidal, Marie-Claire Demain-Frackowiak et Stéphane Nicolas, « Le Muséum Henri-Lecoq et l’entreprise Michelin : un riche partenariat scientifique et technique » ; Miriam Simon, « Le patrimoine professionnel de la Ville de Paris, quels enjeux ? » ; Arnaud Le Clere et Adélaïde Savy, « Le dépôt des collections d’une entreprise vers un musée. Les trésors de Tassinari & Chatel au Musée des tissus » ; Martin R. Schärer, « L’Alimentarium de Vevey : retour sur une naissance » ; David Douyère, Gaspard Salatko et Nathalie Cerezales, « Entretien avec Alain Girard sur le Musée laïque d’art sacré du Gard ».

Paroles de jeunes docteurs

Marine Thébault, « Une approche relationnelle de l’exposition muséale. Repenser la conception de l’expérience visitorielle dans les musées d’art à travers l’art conceptuel ».

Visites d’expositions

Jessica de Bideran et Myriam Bahuaud, « À la rencontre du Petit Prince, ou la cohabitation des valeurs patrimoniale et marchande » ; Camille Van Vyve, « Singuliers. Signes, tracés, textures ».

Lectures

Noé Vaccari, « Scénographies numériques du patrimoine. Expérimentations, recherches et médiations, de Julie Deramond, Jessica de Bideran & Patrick Fraysse (dir.), 2020 » ; Amélie Giguère, « Réinventer la collection. L’art et le musée au temps de l’événementiel, de Mélanie Boucher, Marie Fraser & Johanne Lamoureux (dir.), 2023 », Elena Lapina, « Corps en mouvements. Arts, médias, médiations, de Boris Urbas & Nanta Novello Paglianti, 2021 ».




Citer ce billet
Équipe des EUA (2023, 13 décembre). Culture & Musées | 42, De l’entreprise au musée. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ol1t

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search