Isabelle Dimondo et Hélène Basso (dir.), Pleins feux

Entre le 7 mars et le 22 avril 2011 a eu lieu à Avignon Université une série de conférences autour des rapports entre le feu et la poésie, dans une approche multidisciplinaire allant de la littérature à l’astronomie en passant par l’histoire. Ces interventions avaient pour objectif d’ouvrir l’accès à la poésie au grand public par l’entrée du feu, pour redonner à tous le goût de la lecture. De celles-ci est issu un livre, Pleins feux, publié en 2013 aux EUA et qui retranscrit le contenu de ces conférences.

Couverture de "Plein Feux".

Pleins feux est une invitation à la poésie, interrogée par le prisme du feu mais également sous des points de vues et éclairages scientifiques très différents. À travers six articles de Guy Lobrichon, Jean-Claude Caron, Hélène Basso, Nicole Lubrano, Jean-Pierre Sivan et François Ribac, on explore la symbolique du feu au Moyen-Âge, la pyromanie au XIXe siècle, l’évolution de la conception du fin’amor par les métaphores du feu, l’autodafé chez Aragon mais aussi l’explosion du Big Bang et le feu des étoiles ainsi que la généalogie de l’usage de l’électricité dans le rock.

« Cinq femmes furent traduites en justice sous l’accusation d’incendie par le pétrole. Décrites comme agissant en bandes, elles sont stigmatisées comme des mères dénaturées, associant leurs enfants à leur crime : ces derniers, de petite taille, auraient été utilisés pour se glisser dans les soupiraux des immeubles bourgeois incendiés. La pétroleuse incarne la monstruosité morale poussée à son paroxysme, ce que traduit son physique, mélange de bestialité héréditaire et d’alcoolisme sans bornes. »

“Incendiaires, pyromanes et pétroleuses”, J.-C. Caron.
Carte postale présentant une caricature de femme pyromane durant la Commune.
Carte postale de propagande anti-communarde, 1871. Artist or printers mark looks like “Bernard”. Uploaded by User: Nickpo (domaine public).

Qu’est-ce qui pousse une personne à provoquer un incendie ? Jean-Claude Caron étudie, en s’appuyant sur quelques cas précis, l’évolution des actes pyromanes et de leur sentence au XIXe siècle. On découvre alors les débuts de l’intervention des experts médicaux dans les jurys, de la question de la responsabilité des personnes atteintes de manies et des fraudes à l’assurance. C’est aussi l’occasion d’observer la figure imaginaire de la « pétroleuse », une femme monstrueuse qui incarne tous les vices et dont le mythe est utilisé à des fins politiques durant la Commune.

« Et c’est pourquoi, sans prétendre sans cesse renaître, et pure et neuve, la poésie ne s’éteint pas. Elle chemine. Révoltée, tenace, fragile et forte. Blanche comme la Joie. Rouge comme le Feu. La poésie est une salamandre. »

“Le phénix et la salamandre, deux emblèmes du lyrisme courtois”, H. Basso.

Phoenix rising from its ashes, XIIe, source taken from the Aberdeen Bestiary Project (domaine public).

L’amour courtois médiéval, comme le vocabulaire romantique actuel, a recours aux images du feu de la passion, mais avec une évolution dans ces métaphores et son imaginaire qui reflète la transformation de la conception de l’amour idéal et du désir. Si le poète est d’abord un phœnix qui se brûle au désir mais renait sans cesse de ses flammes, les cycles ininterrompus de sa renaissance font ensuite douter la femme aimée. Comment croire un amour qui survit toujours à la douleur ? La poésie de l’amour courtois doit alors renouer avec la sincérité et devenir salamandre, en utilisant une langue épurée par la flamme. Avec de nombreuses citations de poèmes, Hélène Basso nous permet de découvrir ou de redécouvrir la poésie médiévale, trop peu connue.

« Ce qui nous importe ici, c’est de prendre conscience que la lumière, parce qu’elle ne se propage pas instantanément, constitue un fabuleux moyen de remonter le temps. Sonder l’espace en profondeur, observer des objets très éloignés, c’est remonter le temps. Plus on voit loin, plus on voit tôt dans l’histoire de l’Univers. »

“Les Feux du ciel”, J.-P. Sivan.
Éruption solaire.
Éruption solaire, source : NASA (domaine public).

Jean-Pierre Sivan nous invite au sommet du Mont Ventoux pour une balade dans la voie Lactée, à découvrir les éruptions solaires, les étoiles filantes, les aurores polaires… Avec des explications claires et des images poétiques, l’astrophysicien nous fait également remonter le temps par la lumière pour nous montrer les origines de l’Univers.

« Pour le rock, l’électricité est bien plus qu’une métaphore qui évoquerait la puissance sonore permise par l’amplification et l’énergie déployée par les artistes et le public lors des performances, c’est une méthode. »

“Les feux du rock: une tentative de généalogie”, F. Ribac.
Table de mixage.
Table de mixage, Matthew Venn from London, uk [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)]

En quoi l’électricité a-t-elle changé notre manière de faire de la musique ? En partant des laboratoires des scientifiques du xviie siècle plein d’instruments et de machinerie, pour aller ensuite examiner les spectacles démontrant les prodiges de la fée électricité au XXe, François Ribac en arrive à l’utilisation des techniques d’enregistrements modernes. Avec un son retravaillé et plusieurs pistes, le musicien actuel peut se dédoubler pour jouer avec lui-même. Si le studio permet un enregistrement au plus près de la performance devant un public, l’électricité et ses outils rendent également possible l’exploration de nouvelles méthodes, celles du rock ou de la techno, qui distordent les sons enregistrés ou travaillent sur des dizaines de pistes, l’électricité devenant un élément nécessaire à la musique.

De la poésie des troubadours à la musique électro, des flammes du Purgatoire à la destruction de la Défense de l’infini par Aragon, Pleins feux nous dépeint un tour d’horizon large et varié sur la poésie, qui nous fait brûler d’envie de lire.

En savoir plus

Auteurs : Hélène Basso (dir.), Isabelle Dimondo (dir.), Jean-Claude Caron, Guy Lobrichon, Nicole Lubrano, François Ribac , Jean-Pierre Sivan
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : En-Jeux
Pages : 128
Format : 21 x 15 cm
Parution : juin 2013
Prix public : 12€ TTC
ISBN : 978-2-35768-039-5
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion
Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités

Citer cet article : Marie Abt, "Isabelle Dimondo et Hélène Basso (dir.), Pleins feux," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 4 mars 2019, https://eua.hypotheses.org/2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.