Ernest Pignon-Ernest, Faire œuvre des situations

« Si j’ai décidé de faire de la peinture, je le dis en souriant et sans ironie, ce n’était pas pour peindre des pommes : bien que j’admire beaucoup Cézanne, pour moi la référence c’était Picasso et Guernica. J’avais envie de m’affronter aux grands thèmes de notre époque. » C’est ainsi que Ernest Pignon-Ernest présentait la genèse de son travail au cours de la Leçon qu’il donnait le 8 juillet 2008 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, dans le cadre du Festival de théâtre.

Il répondait ainsi aux questions que lui posait Marie-Hélène Poggi. C’est cet entretien qui est l’objet du présent ouvrage, illustré de quelques photographies des dessins de l’auteur et intitulé Faire œuvre des situations. Le livre est préfacé par le sociologue Emmanuel Ethis, à cette époque président de l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Né à Nice en 1942, Ernest Pignon-Ernest, de son vrai nom Ernest Pignon, est un artiste plasticien, initiateur, avec Daniel Buren et Gérard Zlotykamien, de l’art urbain en France.

Il a vingt-quatre ans quand il s’installe dans un village du Vaucluse pour peindre des tableaux monumentaux. Toutefois, lorsque, peu de temps après, il découvre que la force de frappe nucléaire de notre pays a installé son QG à quelques dizaines de kilomètres de là, sur le plateau d’Albion, il abandonne ses toiles et ses pinceaux et fait des recherches sur les effets de la bombe atomique. En consultant les archives, Ernest Pignon-Ernest tombe sur une photo, prise au Japon, qui représente l’ombre portée sur un mur d’un homme qui a été désintégré par la bombe atomique. Il découpe un pochoir de ce corps calciné, qu’il imprime sur le plateau d’Albion, les maisons, les rochers.

À partir de ce moment-là, le paysage de Ernest Pignon-Ernest devient un matériau. En effet, ce sont l’espace, la lumière, les murs, qui deviennent un matériau véhiculant des messages, qu’ils soient politiques, sociaux, ou poétiques.

Très vite, cet artiste abandonne le pochoir, qui, selon lui, comme les tags, a un côté égoïste et anéantit la réciprocité entre l’artiste et le passant. En effet, ce dernier n’a pas la possibilité de refuser l’œuvre, qui lui est imposée. Or, pour Ernest Pignon-Ernest, la possibilité, qui s’offre à celui qui la regarde, de refuser l’œuvre et de la détruire en quelques minutes, est fondamentale. Il se plaît à le dire « J’aime que mes images puissent être refusées ».

Son but revendiqué : dénoncer les injustices. Et c’est à Avignon, en juillet 1968, pendant le festival de théâtre, que sont agressés des membres d’une compagnie new-yorkaise de théâtre expérimental, le Living Theatre. Présent sur les lieux et fortement contrarié par la violence de cet acte, Ernest Pignon-Ernest décide de représenter le portrait du théoricien de ce mouvement théâtral, Julian Beck, et de coller ses dessins, clandestinement, de nuit, dans les rues de la ville.

À partir de cet événement, l’artiste décide de créer un face-à-face avec les passants, qui deviennent les témoins des injustices commises par leurs concitoyens.

“l’œuvre n’est évidemment pas dans mon personnage, elle est dans ce qu’elle vient réactiver dans la mémoire »

Ernest Pignon-Ernest, qui a choisi de dessiner au fusain sur du papier journal, réalise des œuvres éphémères, souvent sérigraphiées, qu’il colle sur des lieux de passage, afin d’en réveiller la mémoire. Ainsi « mon travail se nourrit d’anachronismes volontaires : l’oeuvre n’est évidemment pas dans mon personnage, elle est dans ce qu’elle vient réactiver dans la mémoire », affirme Ernest Pignon-Ernest.

Pour exemple, il évoque son intervention dans Paris à l’occasion du centième anniversaire de la Commune où il colle des dessins sur les marches du Sacré-Cœur, en lien direct avec la Commune, mais aussi d’autres lieux, comme « les quais de Seine où ont été jetés à l’eau, en 1961, des centaines d’Algériens », précise-t-il.

Les marches d’escaliers, où ils sont voués à être piétinés par les passants, les soupiraux ou cabines téléphoniques, comme à Naples, sont les lieux privilégiés d’exposition de Ernest Pignon-Ernest pour ses dessins qui ne peuvent pas laisser indifférents, tant ils sont évocateurs de souffrances.

“je ne supporte pas que tu fasses des choses qui disparaissent”

Paul Veyne

Éphémère, l’œuvre de cet artiste l’est, à tel point que le grand historien de l’Antiquité Paul Veyne, ami de Ernest Pignon-Ernest, lui dit, au téléphone, une nuit, alors qu’il n’arrivait pas à dormir, « Ernest, je n’aurais jamais dû faire la préface de ton livre, je ne supporte pas que tu fasses des choses qui disparaissent. Je ne supporte pas que tous ces dessins se détruisent et si je ne le supporte pas, c’est que je n’ai rien compris à ton travail et que donc je n’aurais jamais dû écrire une préface pour toi ».

C’est dans le Vaucluse qu’en 1966, Ernest Pignon-Ernest a commencé à s’exprimer sous cette forme. Et en 1968, 1969 et 1970, il a travaillé à Avignon avec l’homme de théâtre André Benedetto. Outre Avignon, Paris et Naples, comme le rappelle Marie-Hélène Poggi, cet artiste de l’urbain a aussi exposé dans les rues, non seulement, de « Grenoble, Toulon, Le Havre, Nice, Tours, Calais, Charleville-Mézières, Uzeste, Martigues, Lyon », mais aussi de Soweto, Anvers ou Santiago du Chili…

La ville est non seulement omniprésente, dans l’oeuvre d’Ernest Pignon-Ernest, mais elle est aussi, avant tout, comme il le dit lui-même, son « vrai matériau ».

La plupart de temps, c’est au plus près du sol que sont disposées les productions de cet artiste inclassable.

De fait, comme il l’explique dans cet ouvrage, le travail d’Ernest Pignon-Ernest « est bâti sur une prise en compte des lieux d’un double point de vue, à la fois plastique et symbolique ». Pour illustrer ce propos, une photo, de 1971, prise de l’escalier du métro Charonne où périrent, massacrées par les forces de l’ordre, le 8 février 1962, huit personnes « qui manifestaient contre la guerre coloniale en Algérie », montre des sérigraphies de dessins qui évoquent la Commune de Paris.

Une autre photographie de 1975, prise à Avignon, d’une sérigraphie collée au ras du sol du mur d’un immeuble cossu, s’intitule « Immigration ».

Ainsi, les lieux où sont exposés les collages et la façon dont ils sont disposés « prennent du sens ».

Les dessins d’Ernest Pignon-Ernest sont éphémères par essence, ils réactivent la mémoire des lieux et, par leur réalisme, restent gravés dans la mémoire de ceux qui les croisent.

En savoir plus

Le site officiel d’Ernest Pignon-Ernest
Une biographie par Violaine Pondard, sur le site Street Art Avenue
Ernest Pignon-Ernest : rencontre du troisième type, par Karin Wackers-Espinosa (Cahiers de narratologie, 2015)


  • 56 pages, illustrations de l’auteur, 6 €
  • Parution 2009
  • ISBN 978-2-35768-005-0
  • En vente sur place, en librairie et sur les plateformes de vente en ligne.
Citer cet article : Ghislaine Chevrier, "Ernest Pignon-Ernest, Faire œuvre des situations," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 28 mars 2019, https://eua.hypotheses.org/2104.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.