Handicaps : regards, perception, ou jugements ?

Dans mon premier article sur le blog des Éditions Universitaires d’Avignon « Handicap ou handicaps ? », je tentais de définir le handicap, de cerner ce qu’il est et de montrer en quoi il est relatif à une norme et à un environnement non accessible. Par ailleurs, j’expliquais qu’il est important de distinguer les différents types de handicaps, notamment entre handicaps visibles et invisibles, et de favoriser leur inclusion à tous, avec leurs besoins spécifiques, dans la société pour garantir à chacun ses droits et libertés de citoyen. Mais la personne en situation de handicap, surtout quand il est visible, l’est aussi de par le regard des autres qui peuvent lui rappeler, parfois assez durement, sa situation.

Je ne sais pas ce qu’il en est des personnes malvoyantes qui – je l’imagine – doivent malgré tout sentir peser sur elles le regard des autres, ne serait-ce qu’à des remarques déplacées qu’ils peuvent faire. La personne avec un handicap visible attire le regard et l’attention. D’une certaine manière, cela simplifie les choses puisqu’elle peut directement être classifiée « personne avec un handicap » et non « personne chez laquelle il y a quelque chose d’étrange » comme c’est souvent le cas pour les personnes avec un handicap invisible dont le comportement différent ne s’explique pas toujours par l’apparence. Par exemple, une personne malentendante qui ne réagirait pas à une question posée ou une remarque faite, sans que son interlocuteur puisse immédiatement comprendre pourquoi. Tant que le handicap n’est pas rendu visible et manifeste, l’interlocuteur ne classera alors pas la personne avec un handicap invisible dans la catégorie « personne avec un handicap ».

Mais pourquoi le handicap ôterait-il la possibilité d’être heureux ?

Avec un handicap visible, les regards pèsent, parfois lourdement. Les préjugés aussi. Pour la personne en situation de handicap visible, sentir des regards de pitié et de commisération lui rappelle ce qu’elle avait probablement réussi à dépasser : sa situation de handicap. Ces regards lui rappellent sa différence et son décalage par rapport à une norme communément admise, celle de la situation de non-handicap. Certaines paroles ou formulations rabaissent aussi la personne à sa situation de handicap. Je me rappelle l’un de mes professeurs à Sciences Po que j’étais allée voir pour l’organisation des aménagements dont j’avais besoin pour un examen et qui avait expliqué pendant quelques minutes à son assistant qu’il fallait bien prévoir les aménagements comme il fallait pour « les personnes malheureusement handicapées ». Pourquoi certaines personnes pensent-elles que les personnes en situation de handicap vivent cet état comme un drame ? Pourquoi les gens se sentent-ils obligés de s’apitoyer sur le sort des personnes en situation de handicap ? Certes, il y a des jours difficiles, des jours de ras-le-bol, des jours de frustration de ne pouvoir faire certaines choses qu’on voudrait faire. Mais pourquoi le handicap ôterait-il la possibilité d’être heureux ? Certes, si le bonheur est en partie vu comme une parfaite forme physique et mentale, alors il est compréhensible qu’une personne non handicapée estime qu’il n’est plus possible d’être heureux avec un handicap. Mais, il faut comprendre que, pour beaucoup de personnes en situation de handicap, leur situation est devenue leur norme. Bien sûr, cela n’enlève pas les difficultés et les galères d’un monde pas assez accessible, mais la vie d’une personne en situation de handicap n’est pas un combat constant et permanent. C’est une forme d’aventure, pleine de surprises parfois mauvaises, mais souvent bonnes, qui requiert des ajustements permanents, mais c’est une vie qui prend un sens tout autre, car on a pris conscience de sa fragilité et de sa valeur.

« Oh, trop bien, une chaise qui vole »

Alors je vous invite à changer votre perception du handicap, à dépasser les préjugés que vous pouvez avoir face à une personne en situation de handicap. Je vous propose de voir les personnes en situation de handicap comme des personnes humaines. Avant tout. Tout est question de perception. Il y a quelques années, la petite sœur d’une amie s’était exclamée enchantée : « Oh, trop bien, une chaise qui vole », alors qu’elle m’avait vue approcher de notre lieu de rendez-vous. Dans le regard d’une enfant, mon fauteuil roulant avait pu devenir quelque chose d’aussi extraordinaire que le tapis volant d’Aladin ! Cette remarque différente m’avait beaucoup touchée, car je n’étais pas l’« handicapée », comme avait pu m’appeler une fois un peu maladroitement un instituteur qui avait demandé à ses élèves de me laisser de la place dans un bus parisien. Cela partait d’un bon sentiment, mais le choix des mots était blessant. Je ne suis pas l’« handicapée », mais plutôt « la jeune femme en fauteuil roulant ». Je suis une personne avant tout et au-delà de ma situation de handicap. Comme tout un chacun, j’ai mes joies et mes peines, des phases plus difficiles et plus faciles.

Le cri du Horla
Le cri du Horla (crédit : Association Handispensable / Matthieu Lacroix)

C’est pourquoi je voudrais vous inviter à changer votre regard sur les personnes en situation de handicap pour arriver à franchir les barrières de la catégorie « personnes en situation de handicap ». Je voudrais vous inviter à ne pas hésiter à poser des questions et à chercher à comprendre, en y mettant toutefois les formes : si la personne ne veut pas en parler, elle vous le dira. Je voudrais vous inviter à proposer de l’aide, sans l’imposer. Je voudrais vous inviter à prendre en considération les besoins spécifiques de la personne en situation de handicap, à réaliser les efforts qu’elle fournit parfois pour évoluer dans un monde pas complètement accessible et la fatigue qu’ils génèrent. Mais surtout, je voudrais vous inviter à ne jamais oublier sa dignité de personne humaine.

D’avance, soyez-en remerciés !

Citer cet article : Clotilde Aubet, "Handicaps : regards, perception, ou jugements ?," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 26 avril 2019, https://eua.hypotheses.org/2165.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.