Conquérir l’humanité, Madeleine Louarn

« Je pense que la connaissance et la maîtrise, même virtuoses, comme c’était le cas classiquement, ne sont pas les seules conditions pertinentes pour avoir accès à l’art. Et je trouve que cette porte ouverte, cette démarche, est un chemin que chacun peut décider de prendre, où qu’il soit, quel qu’il soit. »

Madeleine Louarn
Christelle Podeur, Onane. Crédit : Christian Berthelot

« Bel or. 
Je voudrais avoir les os en or,
Et la chair en or,
Et les cheveux en or. »

Dans cette deuxième Leçon de Madeleine Louarn publiée par les EUA, le propos se centre sur les corps. Inspirée par son travail avec les comédiens de Catalyse, elle projette sur les planches une réflexion mettant en exergue toute la richesse que le regard des personnes handicapées offre au théâtre. À partir de l’œuvre de Kafka, elle dresse un parallèle entre la posture de l’artiste « sortant du rang des assassins » et la place du handicap dans notre société. Pour découvrir le fonctionnement de l’atelier Catalyse, voici un entretien avec ses acteurs.

Entretien avec les auteurs de Catalyse

par Jessica Roumeur


Les propos des acteurs (Claudine Cariou, Christian Lizet, Jean-Claude Pouliquen, Yvon Prigent, Anne Menguy et Christelle Podeur) ont été recueillis au cours d’entretiens individuels, réalisés au mois de mars 2009, et ensuite rassemblés.

Mais quand je ne suis pas au théâtre je m’ennuie. J’ai toujours hâte d’y retourner.

Jean-Claude

Pourriez-vous me parler de vous, de votre métier ? C’est quoi, pour vous, être acteur? Qu’est-ce qui vous plaît dans le théâtre?

Claudine. Être acteur c’est répéter les textes, jouer devant les gens.

Christian. On joue. On joue bien, devant les gens. On dit des textes, on les apprend.

Jean-Claude. Être acteur c’est jouer son rôle, dire son texte, être sur scène. Il faut aussi être en forme pour pouvoir bien jouer.

Yvon. Quand on fait du théâtre, on a un outil de travail, c’est le corps. C’est très important le travail du corps, ça assouplit. Quand je suis arrivé à Catalyse j’étais beaucoup moins souple que maintenant.

Claudine. Quand nous sommes entrés à Catalyse, nous n’étions pas souples du tout ! C’était dur dur !

Que préférez-vous dans ce métier ?

à l’unisson. Jouer !

Anne. Moi, ce que j’aime, c’est jouer ! J’aime rencontrer le public, discuter avec les gens. On rencontre beaucoup de gens. J’aime les tournées, voyager, prendre le train, changer de coin. Tous ces voyages nous permettent de ne pas rester enfermés au pavillon. Ça change les habitudes. On bouge beaucoup. J’aime être applaudie, avoir des souvenirs. Ça arrive qu’on nous offre des cadeaux, des tee-shirts par exemple.

Christelle. J’aime l’apprentissage des textes, mais surtout, être sur scène : c’est le meilleur moment. J’aime beaucoup jouer devant le public, porter des costumes, dire les textes. J’aime être applaudie. Voyager. Voir des paysages.

Jean-Claude. J’aime jouer et aller voir d’autres pièces, ça m’apprend à bien jouer, à m’améliorer. Jouer devant le public c’est bien. J’aime bien parler de nos spectacles, lorsqu’il y a des rencontres avec le public.

Y a-t-il des choses que vous n’aimez pas dans le théâtre?

Anne. La seule chose que je n’aime pas c’est lorsque je me trompe dans le texte. Mais en général, j’aime tout dans le travail, du début jusqu’à la fin.

Christelle. Les bruits ont tendance à être plus forts au théâtre. Il y a beaucoup de travaux lors des créations et donc beaucoup de bruits (perceuses…). Mais j’aime tout dans le théâtre ! J’adore jouer !

Jean-Claude. C’est dur quand on a mal joué.

Yvon.Je n’aime pas les rendez-vous avec le public. J’ai horreur de ça ! Je me dis qu’on nous voit sur scène et que ça devrait suffire… Alors pendant ce genre de rencontres, je vais tranquillement fumer ma pipe !

Qu’est-ce qui te dérange dans ces rendez-vous avec le public ?

Yvon. Je me dis que j’ai la grosse tête… J’ai peur d’avoir la grosse tête. C’est pour ça qu’après avoir joué, je n’aime pas me montrer à nouveau.

Image Oeil
Claudine Cariou et Yvon Prigent, Equinoxe et Ironique. Crédit : Christian Berthelot

« Je suis l’œil gauche. »
« Voici, Je suis l’œil droit. »
« Nous voyons clair l’un après l’autre.

Pourriez-vous m’expliquer comment se passe
le travail à Catalyse ?

Christelle. Erwana nous lit des livres, nous montre des vidéos… Une fois qu’elle nous a bien lu les livres, elle nous dit le texte et on le répète après elle. C’est dur parfois, mais en général ça se passe bien. On fait beaucoup d’exercices corporels, ce que l’on appelle des trainings. On travaille par exemple sur l’articulation, le regard, la voix… Madeleine intervient pour la mise en scène après on répète tout ça avec Erwana.

Christian. Quand on travaille à Catalyse, on commence le matin par un training. Après on répète les textes avec Erwana. Parfois Erwana nous lit les scènes. On fait des lectures. Des fois Madeleine, Stéphanie ou Régine viennent travailler avec nous.

Claudine. Avec Régine on fait essentiellement des trainings : on travaille beaucoup sur le corps, sur la voix, sur les personnages. Avec Stéphanie on fait des trainings puis on travaille le texte.

Vous travaillez tous les jours avec Erwana, sa présence sur scène auprès de vous est-elle importante pour vous ?

Anne. Oui, très ! Elle nous soutient beaucoup. C’est très bien qu’elle soit sur scène avec nous.

Christian. Elle est calme, Erwana… Elle souffle le texte. C’est bien. J’aime bien Erwana, c’est une bonne éducatrice.

Claudine. Ça fait tout drôle d’avoir Erwana et Stéphanie avec nous sur scène, parce qu’avant Alice ce n’était pas comme ça. C’est vrai que c’est rassurant de les sentir derrière nous.

Yvon. C’est bien qu’elles soient là. J’aime bien jouer avec les souffleuses, en faisant des mimiques… J’aime beaucoup Erwana, car elle est toujours là pour me donner du courage. Quand je pleure elle me dit : « Aller Yvon, va fumer ta pipe dehors »… Elle me dit ça pour me permettre de souffler un peu.

Claudine. Si on n’avait pas Erwana, ça serait dur.

Jean-Claude. Oui c’est rassurant… Mais moi je ne m’occupe pas de ça. Moi je joue, je joue, je joue… je ne m’occupe pas du soufflage !

Pourriez-vous me parler de Madeleine Louarn ? Comment cela se passe entre vous ?

Jean-Claude. Madeleine c’est la metteuse en scène. Avec elle on répète des scènes, on fait des raccords, des filages… Avec Madeleine il faut que ça marche, il faut être concentré.

Christian. J’aime bien travailler avec elle. C’est une bonne metteuse en scène. Des fois elle râle. C’est la chef !

Anne. On s’entend bien, sauf quand il y a des « coups de gueule ». Ça arrive parfois. On aime faire la fête avec elle. Une fois avant de jouer, à Tarbes, on a fait la danse des canards. C’était rigolo !

Christelle.On s’entend très bien avec Madeleine, sauf quand je ne suis pas concentrée par exemple. Moi aussi j’aime bien rigoler avec Madeleine.

Claudine. Madeleine on ne la voit pas tout le temps. Elle vient au gymnase de temps en temps pour travailler avant de partir en tournée, avant un spectacle. On travaille plus avec elle quand on est ailleurs, en répétition. J’aime beaucoup travailler avec elle. On se connaît depuis longtemps.

Yvon. Quand on travaille avec Madeleine, j’ai plus peur de me tromper. J’ai un peu plus la pétoche !

Quand on travaille ensemble, je voudrais que tout soit bien, ne pas me tromper dans le texte. Il faut rester concentrés tout le temps, ce n’est pas toujours facile mais c’est important, et après avoir beaucoup travaillé, on est contents de nous !

Yvon

Elle est bavarde ?

Yvon. Non, quand même pas ! Mais elle nous demande souvent de recommencer.

Claudine. « Non c’est pas ça, recommencez. Non c’est pas ça, écoutez… » Et quand c’est bien elle nous dit : « Oui, ça c’est bien, recommencez », ou « Bravo il faut continuer comme ça » !

Comment vivez-vous les représentations ?

Avant de monter sur scène j’ai le trac, j’ai peur de me tromper dans le texte, la peur de mal faire. Mais après ça passe ; à chaque fois c’est une grande joie de jouer.

Anne

Christelle. J’ai aussi le trac mais une fois sur scène ça va mieux. Ça procure beaucoup de plaisir. J’aime être applaudie.

Yvon.Je sais quand je joue bien et quand je joue mal. Quand j’ai mal joué… Je file et on ne me voit plus ! Je me cache ! Je ne reste pas auprès de Madeleine ni des autres, je suis trop écœuré de moi-même. Quand j’ai bien joué, j’aime bien être avec les autres et avec Madeleine pour profiter ensemble de notre bonne humeur. J’espère que L’Empereur de Chine va tourner beaucoup… c’est mon dernier spectacle alors je voudrais le jouer le plus longtemps possible !

Anne Menguy, Verdict. Crédit : Christian Berthelot

Tuer, tuer.
Vous qui avez la force de donner la mort,
Je vous embrasse. Allez.
Destruction de ce qui est beau et bon et pur. Car le beau, le bon et le pur sont pourris.

Et quand vous avez du temps libre, en dehors du théâtre, qu’est-ce que vous aimez faire ?

Christian. J’aime bien faire mes courses, le samedi après-midi. J’aime aussi la musique, le rock !

Yvon. J’aime faire du jardinage. J’ai mon jardin et je m’en occupe moi-même. J’adore faire ça. J’aime bien aussi faire la cuisine, les crêpes en particulier. Ça c’est mon truc, les crêpes ! J’aime bien faire mon ménage, les courses à Morlaix… J’aime bien avoir ma petite vie tranquille.

Jean-Claude. Le vendredi, dans mon pavillon, il y a des activités. On chante. J’aime bien chanter. Mais quand je ne suis pas au théâtre je m’ennuie. J’ai toujours hâte d’y retourner.

Claudine. Moi j’aime me reposer, me balader, aller à la plage, cueillir des fleurs… J’apprécie la tranquillité quand je ne suis pas au théâtre.

Quel est le meilleur souvenir que vous gardez de toutes les pièces que vous avez jouées ?

Claudine. Alice ou le monde des merveilles ! Avec Alice on bouge beaucoup. J’adore jouer la Reine, j’adore ça ! Ça va être dur de ne plus jouer cette pièce.

Yvon. Moi aussi j’ai adoré jouer Alice. Ça va me manquer !

Jean-Claude. J’ai aimé Si c’est un homme ; Gulliver j’ai pas aimé… C’est Alice que j’ai préférée. J’ai bien aimé aussi … que nuages…

Pourriez-vous me raconter l’histoire de L’Empereur de Chine ?

Yvon. L’Empereur de Chine ça parle de la guerre.

Claudine. Et beaucoup de la mort.

Yvon. Trop ! C’est une pièce assez dure. Il y a des cadavres, des têtes coupées. Il faut s’accrocher. La mort, la mort… au bout du compte on va tous mourir !


Jean-Claude Pouliquen, Le Ministre de la Paix. Crédit : Christian Berthelot.

 «Adieu ma robe de soie blanche !
Voici venir le temps dur de la contrainte.
Ceignez-moi de fer, bardez-moi de fer ;
Casquez et bottez.
Je suis prêt pour la guerre,
Je serai ministre de la guerre »

Pourtant vous jouez tous les deux des personnages assez drôles…

Claudine. Je suis Equinoxe et Yvon joue Ironique. Ce sont deux rigolos, ils font beaucoup de blagues. Ils sont un peu clown !

Yvon. Ce sont des extraterrestres.

Pourriez-vous chacun, me parler de vos personnages ?

Jean-Claude. Je joue plusieurs rôles : Espher, Le Dieu de la Guerre (le Ministre de la Guerre), la Sage-femme et le mourant. Espher devient Empereur et se suicide. C’est un justicier, quelqu’un de calme. Je le vois comme un dieu, comme Arès, le dieu de la guerre. C’est aussi le père d’Onane.

Christian. Je joue le Chef des écritures, et je dis : « 25 douzaines de B ». Il distribue les lettres. Il lance « la matière première ». Je joue aussi le serviteur de la chambre de l’Empereur. C’est le gardien.

Anne. Verdict est un personnage qui tue tout le monde. Il est embauché par les vieillards pour tuer les gens. Au début il ne connaît pas Onane, et lorsqu’il la rencontre, il tombe amoureux d’elle.

Christelle. Onane est la fille d’Espher. Elle devient Princesse de Chine lorsque son père devient Empereur. Au début de la pièce elle s’ennuie. Elle voudrait avoir un singe en cadeau, un singe qui l’aimerait. Elle veut faire des expériences ; par exemple, elle essaie de manipuler la « machine à désirs » ; mais ce qu’elle demande n’arrive jamais. Elle veut retrouver son père pour lui annoncer qu’elle est enceinte de lui. Parfois elle est en colère ou joyeuse… elle change d’humeur à chaque fois.

Comment vous les imaginez ?

Anne. Verdict, je le vois jeune, habillé en militaire ; il porte un pistolet et une corde.

Claudine. Ironique et Equinoxe, je les imagine avec un costume de clown !

Yvon. Moi je les imagine avec un tablier noir, un chapeau noir qui s’ouvre par le haut et dans lequel il y aurait des coloquintes. On aura des poches partout, je crois…

Qu’y a-t-il de plus difficile à jouer dans ces rôles ?

Claudine. Le plus difficile c’est les textes ; s’en rappeler et jouer avec.

Yvon. S’il n’y avait que le texte à se rappeler, ça serait plus facile. Mais il y a toujours quelque chose à faire, à se rappeler : des gestes, des déplacements…

Mais s’il n’y avait que le texte on s’ennuierait, non ?

Yvon. Peut-être pas !

Si vous n’aviez pas joué le rôle que vous avez, quel(s) personnage(s) auriez-vous aimé interpréter ?

Anne.J’aurais aimé être Onane.

Christelle. Je n’en ai aucune idée. J’aime bien Onane.

Christian. Moi j’aime bien Equinoxe et Ironique. Ils sont marrants ; ils se cachent, ils font des blagues !

Claudine. Je suis contente de jouer Equinoxe…

Je ne sais pas non plus. Par contre, lorsque les autres répètent leurs textes, je me rends compte que je les sais aussi. J’ai l’impression que je connaît le texte des autres…

Yvon

Claudine. C’est la même chose pour moi… ça fait travailler la mémoire, le théâtre !

Quelle est votre réplique ou votre scène préférée ?

Anne. « Tuer, tuer. / Vous qui avez la force de donner la mort, / Je vous embrasse. Allez. / Destruction de ce qui est beau et bon et pur. / Car le beau, le bon et le pur sont pourris. »

Christelle. « Bel or. / Je voudrais avoir les os en or, / Et la chair en or, / Et les cheveux en or. / Extase des amants et tentation mauvaise. »

Claudine.J’aime bien la scène des têtes coupées, quand Ironique me dit : « J’ai sept têtes dans ma brouette » et que je lui réponds : « J’en ai huit dans la mienne ». 

Yvon. D’ailleurs parfois au lieu de dire « brouette » je dis bourrette !

Jean-Claude. J’aime quand Espher dit aux vieillards : « Je me connais moi-même. […] / Je me connais du dehors et du dedans. / Je me connais parce que je me suis moulé, sculpté et ciselé suivant ma volonté / Ou si je ne me connais pas, du moins je sais ce que j’ai fait de moi. / Une tour de Babel construite en chiffres, en lettres et en signes ».

Que pensez-vous des décors ?

Yvon. Au début j’ai cru qu’on allait jouer des militaires, avec des motos, des tanks, et tout ça !

Claudine. Moi aussi j’ai pensé à ça au début.

Et Dada ? C’est quoi pour vous ?

Christian. Dada c’est une histoire. Une histoire qui parle de la mort.

Jean-Claude. Dada c’est un personnage, je crois… C’est un anglais, non ?

Yvon. C’est un cheval aussi… J’ai un livre sur Dada, avec des dessins, des tableaux. Sur l’un des tableaux on voit marqué « il a froid au cul ».

« L.H.O.O.Q », le tableau de Marcel Duchamp ?

Yvon. (pris d’un fou rire) Oui c’est ça ! Mais je crois que Marcel Duchamp a aussi peint un cabinet…

Erwana Prigent, souffleuse ; Christian Lizet, un vieillard ; Jean-Claude Pouliquen, l’Empereur de Chine ; Stéphanie Peinado, souffleuse ; Anne Menguy, Verdict. Crédit : Christian Berthelot.

« Quel repas je vais vous servir, un repas inouï ; C’est moi-même qui en ai composé le menu ; Un repas dont le goût vous restera dans le gosier, jusqu’à la mort. »

Madeleine Louarn : éléments biographiques

Jeune éducatrice dans un centre d’aide par le travail à Morlaix, Madeleine Louarn se voit un jour confier la création d’un atelier théâtre. C’est le début d’une grande aventure avec le Théâtre de l’Entresort et l’atelier Catalyse, composé d’acteurs porteurs de handicaps mentaux. Depuis plus de trente ans, Madeleine Louarn fait ainsi jouer par ses comédiens des textes complexes, de Beckett à Harms en passant par Shakespeare. En 2018, à Avignon, c’est Kafka qu’elle met à l’honneur dans une libre adaptation de ses derniers écrits rassemblés dans Le grand théâtre d’Oklahama, dénonciation douce-amère du mécanisme de domination. Convaincue que la différence rapproche les êtres, Madeleine Louarn propose dans ses spectacles une vérité singulière, faite d’humilité et d’empathie, portée par le travail et le talent de ses acteurs. Et cela, avant tout, au service du théâtre.

En savoir plus

Première de couverture

Auteur : Madeleine Louarn Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Leçons de l’Université
Pages : 52
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 13 juin 2019
Prix public : 7€
ISBN : 978-2-35768-066-1
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Sur le web

Teaser au Grand Théâtre d’Oklahama : http://https://www.theatre-contemporain.net/spectacles/L-Amerique/

Entretiens réalisés avec les comédiens et comédiennes de Catalyse en 2012 pendant la création des Oiseaux : http://www.fabrique-du-spectacle.fr/spectacles/ressources/60

Citer cet article : Barbara Metelka, Jessica Roumeur, "Conquérir l’humanité, Madeleine Louarn," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 24 mai 2019, https://eua.hypotheses.org/2191.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.