Alasdair Gray, La Littérature ou le refus de l’amnésie

Romancier, poète, dramaturge et peintre Alasdair Gray est considéré comme le libérateur de la culture et de l’imagination écossaise. Il nous a fait l’honneur en 2008 de participer à une journée d’étude autour de son œuvre organisée par l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Journée d’étude qui s’est conclue par un petit entretien informel de questions/réponses posées par des chercheurs et des étudiants de master. Il nous parle ainsi avec beaucoup d’humour et d’autodérision de son travail, de ses inspirations et de ses convictions.

M. Gray s’est prêté à ce jeu avec l’ironie qui le caractérise. En effet, il n’aime pas vraiment parler de sujets sérieux ni être catalogué ou encore afficher ses opinions politiques ou historiques. Il utilise donc avec un certain humour ses talents de dramaturge et probablement aussi un peu d’acteur pour alléger les sujets un peu trop sérieux à son goût.

« Par ailleurs, je suis un socialiste qui a apporté son soutien au parti travailliste à une époque où… Oh non ! Je suis en train de faire l’historien. Alors voilà [adopte un ton pompeux, professoral] : il nous faut remonter à la seconde guerre mondiale. »

Couverture du livre de GrayL’entretien est ainsi émaillé de « didascalie » décrivant parfois ses gestes où le ton qu’il emploie pour souligner l’ironie qu’il sous-entend ou bien pour se distancier vis-à-vis de ce qu’il dit. Cette tendance à utiliser le second degré, qui semble être une part entière de sa personnalité, transparaît aussi beaucoup dans son œuvre. Cela lui permet de véhiculer ses idées en leur donnant un point de vue différent, se plaçant délibérément en opposant pour mieux promouvoir sa vision des choses.

« […] les arguments de ce personnage, son désespoir, sa haine de soi étaient en fait autant d’arguments qui prônent l’avènement d’une situation politique aux antipodes de celle que cet homme considère comme acquise et qu’il n’a de cesse de soutenir. »

Cependant, Alasdair Gray n’est pas seulement un écrivain, mais aussi un peintre de talent, et même s’il déplore que sa peinture ne soit pas aussi connue que ses écrits, ses compétences de dessinateur lui servent souvent à les illustrer. Suivant l’exemple des livres illustrés pour enfant, les premiers livres qui l’ont séduit avant même qu’il sache lire, il remplit ses romans d’illustrations plus ou moins explicites. Mais plutôt moins, car pour lui l’image est aussi là pour offrir un point de vue différent, une manière d’exposer le sujet sous un jour différent.

« Mon sentiment est que pour être intéressantes, les illustrations ne doivent pas montrer directement ce qui est écrit. »

C’est ainsi, grâce à ses aptitudes combinées de peintre et d’auteur qu’il apporte sa pièce à l’édifice de l’histoire. Car c’est bien cela qu’est, selon lui, la littérature : une observatrice de l’Histoire. Pas seulement de la grande Histoire, mais aussi de la petite, témoin des réalités passées qui appréhende mieux les sensibilités d’une époque révolue qui peut revivre entre les pages d’un roman. Et c’est ce qu’Alasdair Gray, tout modeste qu’il soit, essaie de transmettre dans ses œuvres.

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre de Guy Cassiers et Romeo Castellucci :

Article de la BBC
Alasdair Gray’s portrait of a Northern Venus is gothic and otherworldly, The Guardian
Notice Wikipédia

Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.