Alasdair Gray – La Littérature ou le refus de l’amnésie

La littérature ou le refus de l’amnésie
Alasdair gray

Collection : Entre-Vues
Parution : 01-02-2010
Thème : Littérature
60 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-014-2
ISBN numérique : 978-2-35768-103-3

Je pense que la littérature est la mémoire de l’histoire, non pas au sens des livres d’histoire seulement, mais à celui de la réalité du passé dans les œuvres d’art qui ont perduré. L’histoire officielle ne peut véritablement que faire le lien entre ces dernières. […] Il existe de nouveaux moyens de communication qui permettent d’éviter la littérature. Les gens ne semblent pas même éprouver le désir de connaître le passé, le déroulement de l’histoire. Si on veut un renseignement sur le passé, il suffit de taper sur Google. Gore Vidal et Kurt Vonnegut, deux de mes auteurs américains préférés, expliquent comment le passé est oublié aux États-Unis, à quel point il est occulté. Gore Vidal parle même des « États-Unis d’Amnésie ». Et cela affecte de nombreux domaines. […] Je trouve cela consternant. Malgré tout, je pense que l’art, les arts, vont survivre.

Traduit de l’anglais par Marie Odile Pittin-Hedon

Extraits

La Littérature ou le refus de l’amnésie

Dans le prologue de Lanark, l’oracle ((Lanark présente une structure complexe, avec une division en quatre « livres » numérotés mais non ordonnés de manière chronologique, un épilogue qui n’est pas à la fin du roman dans lequel le personnage rencontre son auteur et qui fait entendre une diversité de voix de critiques et d’universitaires, un interlude qui littéralement « arrête » le récit en plein vol, et un prologue situé au milieu du récit dans lequel un « oracle » raconte à Larnak/Thaw leur/son histoire, contrecarrant la division nette entre les narrations consacrées à chacun des deux protagonistes.)) déclare : « en décrivant votre vie, j’échappe au piège que constitue la mienne ». Est-ce que vous essayez vous-même de faire dans votre écriture ?

Oui, certainement !

Alors, lorsque l’oracle se décrit en train de disparaître. Est-ce là votre façon de voir votre propre vie ?

Non, je ne crois pas. Il est vrai que je pense qu’un auteur doit s’effacer derrière ses créations, que ce qui compte vraiment, c’est l’œuvre. Cela a été un grand avantage pour Shakespeare que personne ne s’intéresse à qui il était durant sa vie car maintenant on écrit des livres et des livres pour essayer de deviner quel genre d’homme il était. Homère, quant à lui, a aussi eu la bonne fortune de ne pas être connu du tout. Je trouve plutôt regrettable cette nouvelle tendance qui décrète la personnalité d’un écrivain ou d’un artiste bien plus passionnante que ses œuvres. La vie privée des artistes fascine les gens, de sorte que l’on est amené à se demander : « combien de gens trouvent le fait que Van Gogh s’est coupé un morceau d’oreille pour l’offrir à une prostituée dans un bordel plus intéressant que n’importe lequel de ses tableaux ? »

[…]

Quel est d’après vous le rôle de la littérature dans la société ? Vous avez parlé de divertir les lecteurs, mais à part cela, pensez-vous qu’elle ait un autre but ?

Tout à l’heure en venant ici, nous somme passés devant une librairie qui s’appelle « La Mémoire du Monde ». Je pense que la littérature est la mémoire de l’histoire, non pas au sens des livres d’histoire seulement, mais à celui de la réalité du passé dans les œuvres d’art qui ont perduré. L’histoire officielle ne peut véritablement que faire le lien entre ces dernières. On en apprend davantage sur la Révolution française et sur la société française en lisant Le Rouge et le Noir que par les histoires de la révolution (même si j’aime assez l’Histoire de la Révolution française de Carlyle1, qui est un bon livre). J’accorde donc à la littérature actuelle la place qu’elle a toujours occupée, celle de montrer comment nous sommes arrivés jusqu’ici.


L’auteur

Alasdair Gray est né à Glasgow en 1934. Après des études à la Glasgow School of Art, il devient peintre décorateur de théâtre, tout en écrivant son roman Lanark, A Life in Four Books qu’il met trente ans à achever et qu’il publie finalement en 1981. Ce roman alterne récit réaliste, inspiré en partie de la vie d’Alasdair Gray à Glasgow et brièvement dans les Highlands pendant la Seconde Guerre mondiale, et fantasmagorie peuplée de monstres affublés de maladies allégoriques dans l’univers post-urbain d’Unthank, métropole dont certains détails rappellent Glasgow. Le roman est un succès immédiat, la critique créditant Gray du titre de « James Joyce d’Écosse ». Il sera publié en français par les éditions Métaillié en 2000.


Autour du livre
  • Citation | L. Louvel, « Quand le monteur est montreur : ‘a gorgeous monster‘. Esthétique de la greffe. L’exemple de Poor Things d’Alasdair Gray », Textimage, Varia 4, 2014.
  • Citation | D. Leishman, P. Morère, « Avant-propos », Études écossaises, 14, 2011.
  • Citation | Dictionnaire des écrivains écossais traduits en français, 2007, mis à jour en 2013 : https://static.epagine.fr/mediaweb3/2593/pdf/24_Librairie-compagnie-Ecosse-Dictionnaire.pdf.


Citer ce billet
Mélina Benoit (2018, 9 août). Alasdair Gray – La Littérature ou le refus de l’amnésie. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okz2

  1. Thomas Carlyle, The French Revolution: A History, 1837. Comme l’indique son titre, cet ouvrage retrace l’histoire de la Révolution française de 1789 à 1795, incluant la période de la Terreur. En dépit de, ou peut-être grâce à son style fleuri et vigoureux émaillé de métaphores, peu habituel dans ce type d’écrits, il constitue un jalon dans l’histoire de la pensée en Grande-Bretagne, établissant fermement Carlyle parmi les grands intellectuels du XIXe siècle. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search