Faire le OFF, Quentin Amalou et Damien Malinas

Qu’est-ce que faire le OFF ? Le Festival OFF d’Avignon, né il y a 50 ans, ramène des foules variées, attirées par les spectacles de théâtre mais aussi l’animation des rues, l’ambiance estivale et le nouveau visage d’Avignon. Mais qui assiste aux pièces de théâtre ? Quel est le profil du festivalier arpentant les rues pavées, flânant à la recherche d’un spectacle de rue, discutant des dernières représentations dans les restaurants ? C’est la question que se sont posée deux sociologues de la culture, Quentin Amalou et Damien Malinas. À partir de questionnaires remplis par les festivaliers, ils ont discerné les différents types de publics du Festival, selon leur profil sociodémographique mais aussi leurs manières de fréquenter le Festival, leur fidélité, le nombre de pièces auxquelles ils assistent et les conditions dans lesquelles ils participent au Festival OFF.

Pour aller plus loin dans l’étude des publics du Festival d’Avignon et explorer celui du Festival de Cannes, on pourra aussi se référer au recueil de récits écrits par l’un des préfaciers, le sociologue de la culture Emmanuel Ethis : La petite fabrique du spectateur, publié en 2011 aux EUA.

Extrait : Diversité des publics, pluralités des relations au festival

Colindla [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Commençons par présenter de manière générale les publics du Festival OFF à travers leurs sociodémographies, c’est-à-dire par le biais des grandes catégories sociales que sont le genre, l’âge, la provenance territo­riale, le niveau de diplôme et le rapport aux différentes pratiques culturelles comme le cinéma, le théâtre ou la musique.
Les enquêtes menées par l’université d’Avi­gnon depuis de nombreuses années sur le terrain du Festival d’Avignon font état d’une représentativité stable du public féminin, à 64,5 % contre 34,5 % d’hommes, un chiffre qui est corroboré par les enquêtes menées par les équipes du Festival OFF. Cette répartition genrée reproduit celle que l’on a étudiée à l’échelle nationale pour ce qui est de la pratique du spectacle vivant. Si les femmes marquent, en France, un intérêt plus élevé pour la sortie au théâtre que les hommes, il est intéressant de remarquer que pour les publics du Festival OFF, l’intérêt porté au théâtre durant l’année est équivalent chez les hommes et chez les femmes. C’est-à-dire qu’à partir du moment où les publics font la démarche d’aller au festival, les différences genrées d’investis­sement dans la sortie au théâtre s’effacent.
Autrement dit, si les hommes vont moins au théâtre que les femmes à l’échelle nationale, ce qui explique leur part minoritaire dans notre enquête, les festivaliers vont cepen­dant autant au théâtre que les festivalières. De plus, si les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français commandées par le Ministère de la Culture soulignent que les femmes sont plus présentes dans le cadre des sorties liées au spectacle vivant telles que la danse, l’opéra ou le théâtre, tandis que les hommes sont plus portés vers les sorties en lien avec la musique live ou le sport, la répar­tition par genre des catégories de spectacles recherchées est sensiblement équivalente, à quelques légères variations près. Ainsi, si la question du genre des individus est éclairante à l’échelle des Français en tant que variable caractéristique dans le rapport aux pratiques culturelles, le Festival OFF se distingue davantage comme un évènement qui vient rassembler des publics aux pratiques cultu­relles similaires, principalement autour d’une passion commune pour le théâtre. Le Festival OFF se caractérise donc tout autant par la pluralité de ses publics que par sa capacité à réunir en un même lieu des personnes aux intérêts similaires. La constitution d’une communauté éphémère de festivaliers que permet le OFF se mesure également à travers sa capacité à créer du commun et des rapprochements entre individus différents.
Le Festival OFF fait preuve, dans la constitution de ses publics, d’un brassage des générations très fort, où les plus jeunes côtoient dans les mêmes salles de théâtre les publics plus âgés. 9 % des publics ont ainsi moins de 30 ans, faisant état du potentiel d’attraction du Festival auprès des jeunes. Il est cependant majoritairement pratiqué par des publics plus âgés, 54,3 % du public ayant plus de 56 ans. À noter que la passation du questionnaire, surtout quand elle se fait en ligne, laisse de côté les enfants et les adoles­cents qui constituent en vérité une part non négligeable du public, notamment par la pratique familiale du festival.

Cette venue en famille des publics les plus jeunes se retrouve dans le nombre d’éditions auxquelles les festivaliers déclarent avoir participé. Si le Festival OFF 2017 marque pour 30 % des publics de moins de 30 ans leur première participation, c’est pour un peu plus de 10 % au moins la 10e édition. Ceci implique que la venue au Festival OFF se fait pour une partie du public jeune à travers une transmis­sion familiale, et ce, dès un très jeune âge. Nous avons ainsi des publics qui déclarent être venus pour la première fois au festival aux alentours de 6 ou 7 ans.
Si nous réduisons ces chiffres à la sous-population des festivaliers qui habitent le territoire avignonnais, la part des moins de 30 ans dont l’édition 2017 marque au moins la 10e participation grimpe à 22,6 %. Ainsi, à la question « à combien d’éditions du Festival avez-vous participé ? », la réponse semble être pour certains publics jeunes équivalente à « depuis combien de temps habitez-vous à Avignon ou aux alentours ? ». La participation au festival, à travers la transmission familiale, fonctionne pour certains publics comme une évidence, allant dans le sens d’un mois de juillet qui n’existe pas à Avignon : mars, avril, mai, juin, Festival, août, septembre, etc. Dans le sens de cette remarque, la participation au Festival OFF semble être une pratique qui s’envisage a posteriori, c’est-à-dire que ces publics prennent conscience de participer au festival seulement après leurs premières venues. Le rituel, familial et régional, qu’en­traîne le festival pendant le mois de juillet crée un besoin de culture et de théâtre qui se fera ressentir au moment de l’émancipation culturelle des jeunes, à la période où les pratiques culturelles s’individualisent. C’est à ce moment que la fidélisation au festival prendra racine pour ces publics et que nous verrons l’émergence de réelles premières fois, dans le sens d’un accomplissement culturel qui marquera l’envie de renouveler la pratique afin de retrouver ces premières émotions. Concernant les publics les plus âgés, 94,4 % des plus de 66 ans ont déjà participé au festival. Ce chiffre monte même à 99 % lorsqu’on réduit l’échantillon aux publics qui habitent le territoire avignonnais. Il faut remarquer cependant que l’entrée dans le festival ne se fait pas qu’aux plus jeunes âges, mais tout au long de la vie, comme nous pouvons le voir avec l’exemple des 30-45 ans, dont c’est pour presque 20 % la première participation au festival.

Marianne Casamance [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]

La répartition territoriale des festivaliers signale une forte proportion du public régional. Plus de 30 % des publics viennent de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur contre 18,7 % d’Île-de-France. La durée du festival, s’étalant sur trois semaines, favorise les publics locaux qui n’ont pas besoin de s’occuper de trouver un logement sur place, ce qui soulage leur engagement financier, tout en leur permettant un rapport plus spora­dique avec le festival. Ils peuvent participer à une seule manifestation, ou intégrer la sortie théâtrale à leur quotidien, là où le rapport des publics non locaux s’organise généralement autour du festival. Ceci ne veut pas dire que ce temps de festival n’apporte pas un change­ment de regard pour les locaux. Nombreux sont les publics qui insistent sur le rapport différent à leur ville que le festival leur offre. Il ne s’agit pas ici de rentrer dans le jeu de l’éva­luation des publics, où nous mesurerions les pourcentages afin d’indiquer ce qui relèverait d’un taux satisfaisant, mais plutôt de marquer la fidélité des publics locaux au Festival OFF. Face à une offre culturelle qui a presque doublé depuis le début des années 2000, la part du public local, elle, se maintient : il est le plus formé au festival, il revient le plus dans le temps et est celui pour qui la transmission familiale est la plus forte.

La répartition du public par situation profes­sionnelle nous indique qu’un tiers du public (33,4 %) est retraité. Ce fort taux s’explique premièrement par la sociologie des pratiques du spectacle vivant, qui fait état d’un public plutôt âgé, mais également par la durée du festival qui fait monter le taux de retraités. La durée de séjour, envisagée au travers de la situation professionnelle, montre bien que le taux de personnes en activité baisse au fur et à mesure que la durée du séjour augmente, tandis que, dans le même cas, le taux de retraités, lui, s’élève. De manière similaire, les étudiants ont également une durée de séjour au festival plus longue que le reste des publics. Il s’agit pour eux d’une dispo­sition particulière à pratiquer le festival qui fonctionne à la manière d’un tiers-semestre culturel, ce moment étant aussi envisagé comme un temps de formation. Le festival fonctionne également, à travers le nombre de théâtres et de compagnies à la recherche de main-d’œuvre, comme un réservoir de jobs d’été et de stages pour un certain nombre d’étudiants.

Pour poursuivre la question des variables sociologiques traditionnelles, l’enquête permet d’observer un public majoritairement diplômé de l’enseignement supérieur, avec environ 65 % qui sont au moins titulaires d’une licence. La répartition du public par niveau de revenu montre une réelle diversité : environ 15 % du public déclare un revenu annuel inférieur à 20 000 euros et 13 % du public un revenu annuel supérieur à 50 000 euros. Le niveau de diplôme et les fréquences de sorties culturelles témoignent d’un public qui se rassemble plus autour de l’idée d’une communauté de curiosité.

Les données sur les publics permettent de dresser un portrait général de la relation qu’ils entretiennent avec le Festival OFF. Les chiffres indiquent qu’il s’agit pour 11,1 % des publics de la première édition à laquelle ils participent. Ils sont à mettre en parallèle avec le fait que 11,3 % des publics interrogés indiquent que l’édition 2017 du Festival OFF était au moins leur 20e édition. Cela indique deux choses : tout d’abord que le public se renouvelle à un rythme régulier, car plus d’un dixième vient pour la première fois. D’autre part, qu’il fait également preuve d’une fidélité renouvelée envers le festival : venir une première fois constitue, la plupart du temps, le début d’une série qui se répétera. Cette coprésence des générations associée au nombre d’éditions participées indique un festival avec lequel le public grandit. C’est-à-dire qu’on y apprend des choses qui nous accompagneront, dans nos vies, pendant longtemps, et qu’il est possible de vieillir avec le festival.

Corrélativement à l’idée que les publics viennent à Avignon au mois de juillet notam­ment pour l’ambiance qui se dégage au sein de la ville pendant le festival, il semblerait que cette motivation ait un impact sur la manière dont les festivaliers organisent leur OFF. Cette façon de vivre le festival relève d’une forme d’improvisation lorsqu’il s’agit d’orga­niser ses pratiques culturelles en son sein, c’est-à-dire de gérer son emploi du temps de la journée. Ainsi, la majorité des publics réservent les places de leur spectacle le jour même de la représentation. D’autant plus que les publics interrogés voient, en moyenne, un peu moins de treize spectacles durant leur séjour, choisis, comme nous venons de le voir, au jour le jour. Ce nombre élevé, comparati­vement aux chiffres de sorties théâtrales des Français, corrélé aux modes et à la période de réservation, indique une façon de vivre le festival de manière libre. Ce qui ne veut pas dire que tous les éléments sont laissés à l’improvisation, mais plutôt que l’organisa­tion de chaque jour repose sur un ensemble de variables sujettes à être bousculées au fil de la journée. Un déjeuner au restaurant qui dure un peu plus longtemps que prévu, une réservation de théâtre qui tombe à l’eau, une remontée dans la liste d’attente d’un spectacle, etc., tous ces éléments forment un festival qui s’invente au fur et à mesure pour les festivaliers, sans répondre nécessaire­ment à un emploi du temps strict. Le mode d’organisation quotidien du Festival OFF, qui repose sur l’élaboration d’un cadre strict au sein duquel les publics feront preuve de souplesse, semble être l’élément principal que les publics doivent apprendre. C’est-à-dire qu’il va falloir, pour les publics dont c’est la première édition, gérer le fait que le festival se vit également en s’improvisant et qu’il est impossible de tout prévoir, car les impondé­rables sont nombreux.

Cette façon de vivre le Festival de manière libérée semble prendre corps grâce à une organisation en amont. La moyenne de la durée de séjour se situe autour d’une semaine, celle du budget des festivaliers s’élève à 760 €, tandis que la part qui ne relève que des dépenses liées aux spectacles est de 265 €. Il est difficile de mesurer si ces budgets relèvent d’une dépense jugée exceptionnelle ou parti­culièrement élevée pour les festivaliers. De plus, si on additionne les publics qui logent au camping, à l’hôtel, ou qui ont loué leur logement à des particuliers, ce sont 54,6 % des publics qui ont réservé leur logement, souvent bien longtemps à l’avance compte tenu de la demande pendant le mois de juillet à Avignon. Ainsi, ce mode de préparation contraste avec l’organisation au jour le jour du festival. Il semblerait que les festivaliers privilégient l’élaboration d’un cadre strict de leur séjour avignonnais qui leur permette, ensuite, de naviguer à l’intérieur de chaque journée de manière libérée. En d’autres termes, il serait possible de concevoir un théorème où la rigueur de l’organisation en amont du festival serait corrélée à la capacité des publics d’improviser en son sein.

Quentin Amalou, Damien Malinas

Éléments biographiques

Matthieu Riegler, CC-by [CC BY 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0)]

Quentin Amalou est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) et sociologue de la culture puis chercheur au sein du programme GaFes. Il travaille principalement sur la sociologie du cinéma et des festivals.

Damien Malinas est maître de Conférences en SIC à l’Université d’Avignon, directeur du département des SIC et président de l’École d’Art d’Avignon. Sociologue de la culture, il travaille particulièrement sur les festivals et est auteur de nombreux ouvrages sur le Festival d’Avignon.

En savoir plus

Auteurs : Quentin Amalou, Damien Malinas
Préface d’Emmanuel Ethis et Pascal Keiser, avant-propos de Pierre Befeytte
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Grandes conférences
Pages : 56
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 27 juin 2019
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-069-2
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Sur le web

Site du Festival OFF : https://www.avignonleoff.com/
Présentation des résultats de l’enquête sur le public du OFF : https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=12&ved=2ahUKEwias5a05OjiAhXRyIUKHYlkAVUQFjALegQIABAC&url=https%3A%2F%2Fwww.avignonleoff.com%2Fdocuments%2Fenquete-publics-off17.pdf%3F1D20E95697-434&usg=AOvVaw05_ywBALk5YnNvPns_Ww-2
Site du préfacier Emmanuel Ethis sur la sociologie du cinéma et du théâtre : http://ethis-e.blogspot.com/

Citer cet article : Marie Abt, "Faire le OFF, Quentin Amalou et Damien Malinas," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 18 juin 2019, https://eua.hypotheses.org/2309.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.