Emma Dante, Enfants, animaux et idiots

Le 18 juillet 2017, la comédienne, metteuse en scène et dramaturge Emma Dante arrivait à Avignon avec un spectacle qui a suscité des réactions multiples, mais qui en tout cas n’est pas passé sous silence : Bêtes de scène. Coproduction du Festival, cette pièce a fait l’objet, avec bien d’autres thèmes, d’un riche entretien animé par Laure Adler, dans le cadre des Leçons de l’Université. Les Éditions Universitaires d’Avignon publient, chaque année, une sélection de ces rendez-vous avec les artistes du Festival, dans le but de faire résonner leur parole auprès d’un public toujours plus large et d’accorder à la création artistique la place qu’elle mérite. Dans l’attente de l’imminente parution d’Enfants, animaux et idiots, la transcription adaptée à la lecture de l’interview d’Emma Dante, les EUA vous invitent à découvrir l’univers et le parcours théâtraux d’une importante personnalité de la scène italienne.

Couverture du livre d'Emma DanteIl y a quatre ans, le public français a fait la connaissance de la metteuse en scène sicilienne grâce aux Soeurs Macaluso, une pièce touchante nourrie de la réalité insulaire où Emma Dante est née et a grandi. Rien de tout cela dans Bêtes de scène, le deuxième spectacle présenté au Festival d’Avignon : ni de référence géographique, ni d’appui chronologique permettant au spectateur de placer l’histoire dans une époque donnée, ni, à bien y regarder, d’histoire tout court. Dépourvu des notions et des concepts qui fondent, dans l’opinion courante, le théâtre, Bêtes de scène est le fruit d’une renonciation. Sans personnage, costume, réplique, monologue et décor, la création d’Emma Dante dépouille les quatorze acteurs sur scène pour toucher à l’essentiel, c’est-à-dire à l’essence, à la nature ontologique des êtres humains. De l’être humain sans ultérieure définition, hors de toute case, aussi culturelle qu’anthropologique, sociale et économique. Dans Bêtes de scène, la soustraction se transforme en richesse et le manque devient une fenêtre grande ouverte sur les infinis possibles, comme l’explique la metteuse en scène :

« Le spectacle est pour moi un moment d’effacement total, dans lequel le protagoniste est le silence. Pour moi cette communauté de corps, cette agrégation de corps nus est un début possible de quelque chose, ou bien la fin. »

Dans une dimension flottante et indéfinie, le plateau de théâtre se fait enclos, espace fermé où l’absence suggère la présence, patrie ou prison où les comédiens, abandonné le masque de personnage, apparaissent comme de simples individus, hommes et femmes réagissant aux stimulations qui viennent de l’extérieur. Sans se poser de question, ils reçoivent une pluie d’objets tombants sur scène de tous les côtés, lancés du haut comme des coulisses. Ils les regardent et les manipulent. Et c’est justement grâce à cette suspension du jugement qu’ils parviennent à se reconnecter avec leur propre instinct, à retrouver les trois « fantômes » qui se cachent à l’intérieur d’eux-mêmes :

« Je leur demande de redevenir enfants, d’être tout à la fois animaux et idiots, parce que les personnalités, les fantômes de ces trois individus que nous avons à l’intérieur sont fondamentaux afin de pouvoir affronter un parcours créatif, dépourvu de tout préjugé ».

« Parcours créatif », certes, mais aussi parcours initiatique, le voyage que les « bêtes » entreprennent, tout en restant ancrées aux planches du plateau. Chemin ou sentier à la fin duquel se trouve la liberté, car le spectacle n’est rien d’autre qu’une prise de conscience, qu’un processus de connaissance de soi passant par l’acceptation de son propre corps et, surtout, par l’acceptation du regard de l’autre. Voici alors qu’il y a bien une histoire, au fond, dans la création d’Emma Dante : celle de la perte de la gêne, de l’effacement de la honte et du sentiment de culpabilité. La dernière renonciation des comédiens devient donc d’autant plus significative : quand le mystérieux démiurge hors scène leur jette des vêtements, ils refusent de les mettre. Tels Adam et Ève avant d’être chassés du paradis, ils sont enfin devenus capables de vivre en harmonie avec eux-mêmes et avec les autres. Derrière leurs figures, non pas le paradis terrestre, mais une sorte de purgatoire dantesque. Soit, autrement dit, notre monde. Paradoxalement, on s’aperçoit en effet que c’est en vertu de la suppression de tout appui ou référence exacte que nous pouvons nous voir dans les comédiens et reconnaître notre société à l’intérieur de la scène. Mais il s’agit, comme le dit la metteuse en scène, d’une opération délicate :

« Tout cela est dangereux, parce qu’à partir de ce zéro nous pouvons progresser, nous pouvons réécrire une histoire, rebâtir une morale, ou mourir. »

Il faut du courage pour gratter la surface des choses et creuser en profondeur, jusqu’à la source primordiale de l’univers, à la nature animale de l’être humain. Cela ne manque pas à l’artiste qu’est Emma Dante, assoiffée non tant de scandales ou de provocations, comme certains l’ont dit, mais simplement de vérité. C’est le portrait qui émerge de la Leçon que les EUA s’apprêtent à publier, une leçon de sincérité et d’humilité.

Pour plus d’informations sur Enfants, animaux et idiots
Page « À paraître » des EUA

Liens utiles pour approfondir la connaissance de l’œuvre d’Emma Dante

Emma Dante sur Wikipédia
Site web d’Emma Dante (en italien)
Présentation d’Emma Dante et du spectacle sur le site du Festival d’Avignon
Article sur Bêtes de scène paru sur Franceinfo
Article sur Bêtes de scène paru sur Il Manifesto (en italien)
Article sur Bêtes de scène paru sur La Repubblica (en italien)

Vente en ligne sur le Comptoir des presses d’universités à partir du 10 juillet 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.