Charlotte Heinzlef – Recettes de résilience urbaine

Recettes de résilience urbaine : faire face aux inondations
Charlotte Heinzlef

Collection : MidiSciences
Parution : 17-10-2019
Thème : Géographie, Environnement
112 pages

PRIX : 7 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-108-8
ISBN numérique : 978-2-35768-130-9

Aujourd’hui, le dérèglement climatique accentue la fréquence et la violence des catastrophes naturelles. La protection des villes, par la concentration de leur population et l’importance de leurs enjeux économiques, sociaux et politiques, constitue une priorité. Jeune chercheuse, l’auteure développe des outils de gestion innovants centrés sur la résilience urbaine.
Dans cet ouvrage au propos clair et abordable, Charlotte Heinzlef rappelle d’abord l’origine de la notion de résilience. Elle explique ensuite, en s’appuyant sur l’exemple d’Avignon, pourquoi la résilience urbaine permettra de mieux préparer les villes à faire face aux risques d’inondations et, plus en général, aux évolutions critiques du climat.

Extraits

Chapitre 1 : Risques et résilience(s)

Les experts ont cherché à intégrer d’autres concepts à l’analyse des risques, dont celui de vulnérabilité. L’intégration de ce concept découle d’une prise de conscience de l’inefficacité de l’approche classique des catastrophes, aléa-centrée, qui ne prend pas en compte la dimension sociale d’un territoire. L’évolution laisse entendre que si l’on ne peut pas complètement agir et maîtriser les éléments naturels, on peut tout du moins travailler sur les enjeux du territoire (Becerra, 2012). La société et son environnement sont désormais directement intégrés à la gestion du risque. Pour lutter contre un événement, il est essentiel de développer la capacité à « encaisser » un choc d’une société et d’un milieu naturel (Becerra, 2012). La vulnérabilité à étymologiquement une dimension négative et s’entend comme un état de faiblesse, un manque, inhérent à toute société humaine. Du latin vulnerare (blesser), elle apparaît comme « la propension d’une société donnée à subir des dommages en cas de manifestation d’un phénomène nature ou anthropique » (d’Ercole et al., 1995). Trois approches distinctes permettent de définir la vulnérabilité : la vulnérabilité physique, sociale et territoriale (Dauphiné et Provitolo, 2013). La vulnérabilité physique, la plus ancienne, tend à définir « l’endommagement réel ou potentiel des éléments menacés par une catastrophe » (Dauphiné et Provitolo, 2013). Ces dommages peuvent être à la fois humains, matériels, environnementaux, techniques, etc., et s’analysent en fonction de l’exposition, de la résistance et de la sensibilité des enjeux face à un aléa. Ainsi plus une zone concentrant beaucoup d’enjeux (économiques, sociaux, politiques, territoriaux, techniques, environnementaux, patrimoniaux, organisationnels, etc.) est proche d’un aléa, plus l’exposition sera qualifiée d’importante. La résistance quant à elle fait écho à la capacité d’un système à se défendre d’une perturbation sans être fragilisé par celle-ci. La résistance peut être d’ordre physique (digue, mur, bâti) ou mental. Enfin la sensibilité est définie comme le degré potentiel d’endommagement des enjeux. Ainsi plus un système est sensible, plus il sera vulnérable à un aléa et plus les pertes seront importantes (Dauphiné et Provitolo, 2013).
La vulnérabilité sociale traduit la capacité d’une société à faire face, à anticiper et à s’adapter aux risques. Plus un système est capable de se remettre rapidement après une catastrophe, moins il est vulnérable (Dauphiné et Provitolo, 2013). Des éléments tels que le statut socio-économique, l’âge, le sexe et le milieu socioculturel jouent un rôle essentiel dans la vulnérabilité des populations (Dauphiné et Provitolo, 2013).
Enfin la vulnérabilité territoriale identifie les aires spatiales susceptibles de subir des dommages importants. Il existerait six formes de vulnérabilité (Dauphiné et Provitolo, 2013) : la faiblesse intrinsèque des enjeux, la dépendance (voire l’interdépendance) des systèmes, l’exposition aux aléas, la potentialité d’endommagement, la capacité de résistance, les alternatives développées et la capacité de gestion des situations critiques. Ces fragilités sont exacerbées dans les aires urbaines, car la contiguïté des enjeux participe à la diffusion des aléas, diffusion aussi appelée « effet domino » (Serre et Heinzlef, 2018).

[…]

Suite à la catastrophe de La Nouvelle-Orléans (2005), la nécessité d’innover la gestion des risques via l’utilisation d’un concept différent s’est fait ressentir. La résilience met en avant l’idée que la perturbation – ou choc – n’est pas (ou plus) nécessairement quelque chose de négatif mais participe pleinement à la construction d’un nouveau modèle en appuyant l’idée d’innovation, d’apprentissage, de rebond et de changement. L’étymologie du terme résilience souligne cette capacité à dépasser une crise. C’est ainsi une capacité proactive que doit développer le système, de façon à (ré)agir face à la catastrophe et développer des capacités « [d’]apprentissage et [d’]anticipation » (Dauphiné et Provitolo, 2007).
Le système altéré doit donc se montrer capable d’évoluer, de s’adapter et de rétablir ou maintenir un équilibre de fonctionnement. La résilience, possédant un « arc-en-ciel de sens » (Provitolo, 2009), fait référence tout autant à une capacité de résistance, d’absorption, de récupération, d’apprentissage, ou encore d’adaptation. Contrairement à la connotation négative de la vulnérabilité, la résilience incarne une dimension positive et novatrice.
Quelle que soit la définition que l’on place derrière ce terme, celle-ci suppose un retour à un équilibre acceptable, qu’il soit antérieur au choc ou un nouveau fonctionnement (Dauphiné et Provitolo, 2004). C’est donc une notion qui renvoie à une innovation technique, urbaine, sociale, architecturale, économique et politique et qui enjoint une remise en question de nos systèmes de gestion du risque. Cette injonction à l’innovation s’adapte parfaitement à la complexité urbaine, économique, politique, sociale, écologique du monde contemporain. De ce fait, le concept de résilience s’intègre aux enjeux d’étalement urbain et aux risques associés.


Chapitre 2 : Les villes face aux risques

En France, le risque d’inondation semble être particulièrement problématique (Vinet, 2010), une commune sur trois étant concernée avec « un coût annuel estimé à environ 250 millions d’euros » (Lhomme, 2012). Cependant, localement ce coût peut s’avérer plus élevé, les inondations parisiennes en juin 2016 ayant atteint 1,4 milliard d’euros. Que faire lorsqu’en France un quart des habitants et un tiers des emplois se situent en zone inondable ?
En Île-de-France, par exemple, « peuplée d’une douzaine de millions d’habitants, ce sont quelque 830 000 personnes qui pourraient être directement exposées aux inondations » (Terrin et al., 2014). Ainsi une inondation de type 1910 (8,62 m), impacterait durablement Paris et sa région. Craignant la récurrence de la crue centennale, sur les 17 milliards d’euros de dégâts prévus dans une situation identique à 1910, Paris a consacré 5 à 9 milliards d’euros pour faire face aux dommages des réseaux. La RATP prévoit quant à elle 200 km de tunnels inondés et indisponibles pendant des années. La fourniture d’eau potable serait réduite de 30 %, trois usines d’incinération seraient fermés (alors même que les déchets équivaudraient à trois années de production), 320 000 personnes n’auraient plus de gaz, 48 ponts seraient impraticables et 4 autoroutes seraient fermées. Les conséquences de ce genre d’inondation seraient terribles pour l’économie locale ; 3 964 locaux commerciaux seraient directement touchés et 40 % des entreprises situées dans une zone alimentaire seraient submergées de 1 m de hauteur. Le patrimoine historique, quant à lui, serait durablement affecté, avec 3 bibliothèques inondées (Bibliothèque François Mitterrand, Bibliothèque de l’Institut et Bibliothèque Mazarine), plusieurs musées (Musée du Louvre, Musée d’Orsay, Muséum nation d’Histoire naturelle et sa Ménagerie, École des Beaux-Arts, etc.). Par ailleurs, certaines archives (préfecture, gendarmerie, assurances, etc.) sont souterraines et pourraient être atteintes par une inondation. Tous ces bâtiments sont classés et contiennent des trésors historiques et artistiques et leur destruction serait une perte incommensurable et incalculable pour les temps présents et les générations futures (Serre et Heinzlef, 2018).

[…]

Notre approche met en lumière l’idée que la résilience doit se concentrer sur les multiples dimensions et interactions sociales et territoriales. L’objectif est de comprendre et de mettre en évidence les caractéristiques qui pourraient diminuer ou augmenter la résilience urbaine. En gardant à l’esprit que la résilience est considérée comme la capacité d’une société ou d’un territoire à planifier, à s’adapter, à absorber, à récupérer, à apprendre, à évoluer, nous avons essayé de sélectionner certains traits inhérents au territoire et sa population qui permettraient de développer un espace résilient.
Au cours de la dernière décennie, l’utilisation d’indicateurs s’est de plus en plus développée dans la gestion des risques, car ils peuvent mesurer et définir des variables pour décrire un phénomène extraordinaire. Les indicateurs sont appréciés en raison de leur capacité à intégrer de grandes quantités d’informations sous une forme facilement compréhensible, ce qui en fait de précieux outils de communication et d’action. Ils peuvent assumer différents types de fonctions, simplifier les données sans perdre de vue le rôle qu’ils jouent en tant qu’outils de communication importants pour l’élaboration des politiques et de la communication publique. Dans cet essai, nous avons développé plusieurs indicateurs, eux-mêmes divisés en variables spécifiques, afin d’étudier à la fois la vulnérabilités inhérentes et les caractéristiques de résilience d’une société et d’un territoire. Ces variables indiquent un potentiel de résilience afin de relancer une activité sociale, économique, urbaine et systémique après un choc. L’analyse s’est construite à partir de trois indicateurs de résilience, urbaine, sociale et technique, une ville étant composée de populations, réseaux, environnement, infrastructures, bâtiments, etc.


L’autrice

Doctorante en géographie à l’université d’Avignon et en architecture à l’université de Mons, Charlotte Heinzlef est spécialiste sur la question du risque inondation et de la résilience. Jeune chercheuse, son actualité scientifique se partage entre des conférences internationales, des articles scientifiques, mais aussi des activités de vulgarisation. Finissant sa thèse, elle se destine à poursuivre ses travaux de recherche sur les îles du Pacifique et la Polynésie Française afin de développer des stratégies de résilience pour préparer ces territoires à l’augmentation des catastrophes.


Autour du livre

Inédit : Acqua alta à Venise, par Charlotte Heinzlef

Le XXe et le XXIe siècle voient les villes augmenter continuellement, s’installant de plus en plus près des côtes et des cours d’eau. Selon Bar Roeffen (de l’agence DeltaSync), « la moitié des villes de plus de 1 million d’habitants sont situées sur des deltas ou dans des estuaires ». Or, d’après le 4e rapport du GIEC, « le réchauffement du climat ne fait aucun doute et est désormais attesté par l’augmentation observée des températures moyennes de l’air et de l’océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace et l’augmentation du niveau moyen de la mer ». Quel avenir peut-on donc prévoir pour les villes côtières avec cette sur-urbanisation constante et cette montée des eaux croissante ?



Citer ce billet
Équipe des EUA (2019, 30 août). Charlotte Heinzlef – Recettes de résilience urbaine. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okzg

2 réflexions au sujet de « Charlotte Heinzlef – Recettes de résilience urbaine »

  1. Bonjour,

    Nous souhaiterions acheter le livre “recettes de résilience urbaine, faire face aux inondations” à 7€.
    Comment fait-on? Peut on l’acheter via le site ?
    Merci pour votre aide,
    Cordialement

    1. Bonjour,
      merci pour l’intérêt porté à ce titre. Pas de vente sur notre site, par contre un système classique de vente en librairie ou en ligne sur les plateformes, comme pour n’importe quel livre. Nos livres sont distribués par FMSH-Diffusion. N’hésitez pas à nous joindre de nouveau si besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search