Pirandello 150 : un auteur en quête d’un personnage (dir. Valentina Garavaglia et Paola Ranzini)

Dans le cadre des manifestations franco-italiennes tenues en 2017 à Avignon et Marseille pour les 150 ans de la naissance de Luigi Pirandello, cet ouvrage, issu de l’initiative conjointe d’Avignon Université et de l’Université IULM de Milan, souhaite associer recherche universitaire et scène artistique. Pour le lancement du livre, Serge Barbuscia, ouvrant la partie “Créations” du volume et fondateur-directeur du Théâtre du Balcon, a accordé aux EUA un entretien exclusif, répondant aux questions de Rauma Nolhent.

R. Pirandello c’est un homme qui a écrit mais aussi un homme qu’on joue. Que vous inspire cette double interprétation de cet homme ?

S. Le projet qui a été réalisé l’a été à partir d’auteurs qui ont écrit dans l’esprit, dans l’histoire de Pirandello, qui est un très grand dramaturge. J’ai été très touché, très intéressé, par le travail, l’écriture de Alberto Bassetti, qui est un italien et qui a écrit entre-autre Un sogno a Stoccolma. Ce texte-là m’avait beaucoup intéressé parce qu’il revenait avec un certain humour, avec beaucoup de talent aussi, sur les Six personnages en quête d’auteur, qui est une des œuvres théâtrales majeures de Pirandello, en imaginant non seulement que ces personnages-là pourraient revenir dans son rêve à Stockholm lorsqu’il va recevoir le Prix Nobel mais aussi que les personnes qui ont accompagné sa vie (son père, sa mère) reviennent dans une espèce de rêve-cauchemar éveillé pour l’amener à s’interroger sur sa vie, sur ce qu’il était.

R. Il est une source d’inspiration pour d’autres auteurs finalement ?

S. En tout cas le projet extrêmement intéressant de l’Université, lorsqu’ils m’ont proposé ce travail-là, c’est plutôt que de lire des textes de Pirandello, ce qui aurait été formidable parce qu’après tout Pirandello c’est pour moi un des auteurs majeurs italiens – j’aurais eu beaucoup de plaisir à le faire -, travailler sur des auteurs d’aujourd’hui qui ont écrit sur Pirandello. Et je trouvais que ça donnait l’idée que le théâtre continue à s’écrire. Ce n’est pas uniquement quelque chose du passé, ou d’une époque, mais ce sont aussi des gens qui ont écrit aujourd’hui parce qu’ils ont un besoin d’écriture sur qui était Pirandello, ce qu’il a écrit, ce qu’était sa vie… Ce sont ces thèmes-là que nous avons pu aborder.

R. Y a-t-il un mythe Pirandello ?

S. Non, je crois que c’est un auteur de théâtre qui continue à nous interroger. Vous savez, le théâtre c’est un art vivant, ce qui fait que même si l’auteur est mort – et là on entre totalement dans l’esprit de Pirandello – les personnages et les œuvres restent vivants. Chaque fois que l’un de nos contemporains décide de reprendre un auteur, même du passé, l’œuvre qu’il est en train de toucher appartient au passé mais elle est dans les mains d’aujourd’hui. Elle est totalement vivante. Pirandello continue à exister puisqu’il continue à intéresser nos contemporains… et tellement bien ! Je parle des Six personnages, c’est sans doute l’œuvre dramatique qui me touche le plus chez Pirandello… dans les Six personnages il y a tellement de questionnements qui sont posés au dramaturge que je suis : la distanciation, de qu’est le comédien, le personnage ? À quel moment le comédien rentre dans le personnage ? À quel moment il s’en sépare ? Qu’est-ce qui appartient au comédien et au personnage dans l’interprétation ? Ces questions-là sont posées dans la pièce de Pirandello.

Je me suis retrouvé à Caltanissetta en Sicile, donc très près d’où habitait Pirandello, parlant tout à coup ma langue maternelle puisque moi aussi je parle sicilien, le dialecte, pas l’italien. Me retrouvant totalement baigné dans l’univers de départ de Pirandello.

R. Est-ce que quelque chose vous touche chez l’homme Pirandello, en dehors de ses écrits ?

S. Évidemment, évidemment. Déjà on a une proximité linguistique, puisque je suis d’origine sicilienne comme lui. Lorsqu’on m’a proposé de travailler sur ces deux textes, j’étais invité par le théâtre de Caltanissetta dont un ami venait de prendre la direction. Le hasard… mais il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous, et c’était un rendez-vous. Je me suis retrouvé à Caltanissetta en Sicile, donc très près d’où habitait Pirandello, parlant tout à coup ma langue maternelle puisque moi aussi je parle sicilien, le dialecte, pas l’italien. Me retrouvant totalement baigné dans l’univers de départ de Pirandello. C’était un grand plaisir pour moi de travailler Pirandello dans sa terre natale, dans son « nid ».

R. Quand vous avez fait ce projet-là, il y avait cette importance de la mémoire des textes de l’auteur mais aussi de l’homme, l’idée de lui rendre hommage ?

S. J’avais l’impression de me rapprocher physiquement de lui. Tout à coup, le fait de me retrouver dans sa mère patrie, il y avait quelque chose d’incroyable. C’était étonnant. Toute la vie d’un artiste est faite de signes, il y a des signes qui ne trompent pas. On se retrouve sur un projet et puis il y a des petits signes qui arrivent, des petites nouvelles qui font qu’on se laisse porter. C’est très important aussi de garder une très grande liberté. Donc moi j’étais très heureux de travailler Pirandello, là-bas.

R. Merci beaucoup.



Les auteurs

BARBUSCIA Serge

Directeur du Théâtre du Balcon (Avignon) depuis 1983, Serge Barbuscia est aussi comédien et metteur en scène. Il aime créer des textes de poètes et auteurs engagés, qu’il interprète. Attentif aux écritures contemporaines, il n’hésite pas à monter des œuvres, souvent encore inédites, d’auteurs vivants.

BASSETTI Alberto

Né à Rome, il vit à présent à Paris. Après des études de Lettres et Philosophie, il s’est consacré à l’écriture, notamment pour le théâtre. En Italie, il a travaillé avec des comédiens et des metteurs en scène parmi les plus appréciés. Certaines de ses pièces ont été représentées dans des théâtres européens et également dans des théâtres off-Broadway à New York. Il a réalisé le film Sur le pont et sous le pont qui a été présenté au Festival du Cinéma du Monde de Montréal. L’une de ses pièces (Le ventre) a été publiée en traduction française dans le recueil Théâtre italien contemporain, des auteurs pour le nouveau millénaire (Paris, L’Amandier, 2014).

BOKOVA Lenka

Conservatrice responsable de l’antenne avignonnaise de la Bibliothèque nationale de France depuis 2011, elle s’emploie à faire connaître au plus large public les collections de la Maison Jean Vilar consacrée au Festival d’Avignon et plus largement aux arts du spectacle. Par ailleurs, elle est arabisante de formation, docteure en Histoire et titulaire d’un Master en littérature tchèque.

DARAKLITSA Elina

Elle enseigne l’histoire du théâtre à l’Open University of Cyprus et à l’Hellenic Open University ; elle dirige le Centre National d’Études sur Pirandello pour l’Europe du Sud-Est et Chypre, ainsi que l’Institut Kyveli. Ses recherches concernent le théâtre. Parmi ses dernières publications, on trouve La présence de la dramaturgie italienne contemporaine en Grèce (1900-1940) (2016), Parcours d’historiographie théâtrale néohellénique. Le théâtre national d’Athènes et la dramaturgie (1900-2000) (2017). Elle est également traductrice, notamment de pièces de théâtre. De Pirandello, elle a traduit en grec : L’umorismo (2004), La Sagra del Signore della nave (2008), All’uscita (2008), Cecé (2008), Il dovere del medico (2008).

DE ROSA Lavinia

Après une licence en Lettres Modernes et un master en Langue et Littérature Italienne à l’Université de Pise, elle obtient un diplôme de Master(Théâtre) àl’Universitéd’Avignon. Ses recherches concernent la dramaturgie italienne du xxe siècle et la scène théâtrale contemporaine, s’intéressant tout particulièrement à des manifestations culturelles internationales de renom telles que le Festival d’Avignon.

DUCA Ève

Docteur de l’Université d’Avignon et de l’Université de Milan,  sa thèse, intitulée Luigi Pirandello et Italo Svevo : la fortune de deux novateurs sur les scènes françaises, porte sur la nouveauté du répertoire, des traductions et des mises en scène françaises du théâtre des deux auteurs entre 1970 et 2012. Ses travaux de recherche interrogent principalement le théâtre italien, du point de vue de la traduction, de la représentation et de la réception. Elle est aussi traductrice, notamment de théâtre.

GARAVAGLIA Valentina

Maître de conférences en Études théâtrales à l’Université libre de Langues et Communication IULM de Milan, Faculté de Communication, relations publiques et publicité, elle associe à son activité universitaire l’organisation et la coordination artistique de festivals et d’autres projets pour d’importantes institutions nationales et internationales. Parmi ses publications : Paolo Grassi il coraggio della responsabilità, 2009 (avec C. Fontana) ; L’effimero e l’eterno : l’esperienza teatrale di Gibellina, 2012 ; Paolo Grassi e Jean Vilar. Due esperienze in Europa tra economia e conoscenza, 2013 ; Teatri di confine, 2014 ; Autori stranieri per la scena italiana, 2015 (avec M. Cambiaghi).

GIOVANNETTI Paolo

Professeur de Littérature italienne contemporaine auprès de l’Université libre de Langues et Communication IULM de Milan, il est spécialiste de poésie italienne (xixe-xxie siècles), notamment de versification et métrique. Ses recherches concernent également la narratologie, les rapports entre la littérature et les médias, la didactique de la littérature. Parmi ses derniers ouvrages, on trouve Il racconto (2012), Spettatori del romanzo (2015), La poesia italiana degli anni Duemila (2017).

IPPASO Katia

Journaliste et écrivaine, elle est l’auteure de différents textes pour le théâtre. Sa pièce Doll is mine, la première d’une trilogie sur le Japon contemporain, a obtenu l’aide à la création du Ministère de la Culture et a été créée à Paris (2017). Elle a réalisé une série de documentaires sur les grandes figures du cinéma italien pour Sky Cinéma.

MACÉ Nathalie

Professeur de littérature théâtrale à l’Université d’Avignon, elle a publié un ouvrage sur le théâtre de Paul Claudel (Honoré Champion, 2005) et des études sur le théâtre français du xixe siècle (drame romantique) et du xxe siècle (notamment Paul Claudel, Jean Giraudoux, Jean Anouilh, Eugène Ionesco et autres auteurs du Nouveau Théâtre).

NARDI Florinda

Maître de conférences de Littérature italienne et Littérature italienne pour le spectacle, elle enseigne à l’Université de Rome Tor Vergata. Ses recherches concernent les théories et les phénoménologies du comique dans les traités, la littérature et le théâtre, notamment aux xvie et xviie siècles, mais également au xxe siècle. Elle s’intéresse aux modalités d’intéraction des différents codes artistiques (littérature, théâtre, cinéma). Elle est vice-directrice de la revue Pirandelliana (dir. Rino Caputo). Parmi ses nombreuses études publiées, il y a Percorsi e strategie del comico. Comicità e umorismo sulla scena pirandelliana (2006) ; Carlo Goldoni e la « professione di scrittor di commedie » (2008), L’« emozione feconda ». Pirandello e la creazione artistica (2008).

PUPPA Paolo

Professeur émérite d’Études Théâtrales (Université de Venise), il a enseigné dans de nombreuses universités européennes et américaines. Historien du théâtre, il est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques, tout en étant également dramaturge et romancier. Parmi ses ouvrages, publiés, traduits et représentés, on trouve Parole di Giuda (prix de la critique 2006), Famiglie di notte, Venire, a Venezia, Cronache venete, Lettere impossibili, Le commedie del professore. Parmi ses essais sur le théâtre du xxe siècle, rappelons au moins Fantasmi contro giganti. Scena e immaginario in Pirandello (1978), Dalle parti di Pirandello (1987) ; Teatro e Spettacolo nel secondo Novecento (1990), La parola alta. Sul teatro di L. Pirandello e G. D’Annunzio (1993), La Serenissima in scena. Da Goldoni a Paolini (2014).

RANZINI Paola

Professeur d’Études théâtrales à l’Université d’Avignon, ses recherches portent sur le théâtre européen du xviiie siècle à nos jours. Les derniers programmes pluriannuels de recherche qu’elle a dirigés sont « La citation au théâtre », Parole rubate (2017) et « Il teatro e i sensi », Itinera (2017). Parmi ses dernières publications, on trouve Théâtre italien contemporain : des auteurs pour le nouveau millénaire (L’Amandier, 2014), Littératures de la Corne de l’Afrique : regards croisés (Karthala, 2016) où elle propose une étude des formes narratives du théâtre « migrant » postcolonial, Théâtres de masse et théâtres populaires. Les expériences italiennes face aux suggestions esthétiques européennes (Orizons, 2018), Carlo Goldoni (Unicopli, 2019).

Parution le 10 octobre

  • 380 pages
  • 22 €
  • ISBN : 978-2-35768-107-1
  • Collection En-Jeux
Citer cet article : Serge Barbuscia, Équipe des EUA, "Pirandello 150 : un auteur en quête d’un personnage (dir. Valentina Garavaglia et Paola Ranzini)," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 30 septembre 2019, https://eua.hypotheses.org/2400.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.