Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine (dir. Bruno Bertherat)

Comment étudier le funéraire ? Comment dépasser l’émotion qui entoure ce sujet pour en écrire l’histoire ?

Bruno Bertherat (maître de conférences à l’Université d’Avignon) et Christian Chevandier (professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Havre),ont abordé ces questions grâce aux documents, monuments, témoignages (écrits et oraux) qui permettent de retracer l’histoire du funéraire.

Les deux historiens ont convié des chercheurs en sciences sociales et des professionnels du patrimoine à présenter les sources qui leur ont permis d’aborder l’étude du funéraire au cours de deux journées d’étude, organisées les 10 et 11 septembre 2013 à l’Université d’Avignon.

À la suite de cette rencontre intitulée Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine, les contributions de chacun ont donné lieu à des articles, rassemblés dans cet ouvrage, paru en 2015.

« Le funéraire est une porte d’entrée dans le monde des vivants et permet d’en comprendre le fonctionnement quelles que soient les époques. »

Bruno Bertherat

Grâce à l’étude du funéraire, il possible d’aborder l’histoire de la société. Pour emprunter cette « porte d’entrée dans le monde des vivants », les spécialistes de l’étude des sociétés sollicitent des sources de différentes natures et d’origines diverses. C’est la tâche de l’historien, des professionnels de la recherche en sciences humaines ou du patrimoine que d’identifier ces sources, de les questionner et de les valoriser.

Véritable « boîte à outils du chercheur » comme le décrit Diego Carnevale, ce recueil ne s’adresse pas qu’au public universitaire.

Accessibles, les articles s’adressent aussi à qui s’intéresse aux archives, au patrimoine, et aux différents prismes d’étude que peut offrir un tel sujet. Cet ouvrage ne se destine pas seulement à ceux qui étudient les sources, il convoque également ceux qui les conservent. Le sujet permet un rapprochement des disciplines. L’ouvrage rassemble à juste titre ces différents mondes, puisque valoriser et étudier les documents, monuments ou objets témoins de l’histoire du funéraire implique également de les conserver. La fragilité de ces sources et la nécessité de les préserver avant, pendant et après l’étude demeurent un leitmotiv des contributions de ces journées d’étude.

Cadres chronologique et géographique

Bien que l’ouvrage soit consacré à la période postrévolutionnaire (du décret du 23 prairial an XII (12 juin 1804) à aujourd’hui), quelques détours par les périodes antérieures rappellent que les pratiques contemporaines n’apparaissent pas ex nihilo.

De même, si la majorité des articles se concentrent que sur le cas français (avec des études de l’outre-mer et des anciennes colonies), l’ouverture sur les pratiques actuelles de recherche et de conservation dans les pays limitrophes de la France enrichit le propos.

Le cheminement de découverte des sources du funéraire se réalise en trois temps : les auteurs nous invitent d’abord à entrer dans les lieux du funéraire (Partie 1 Institutions, entreprises, associations) et à découvrir les acteurs qui produisent de nombreuses sources (Partie 2 La diversité des sources) dont il convient d’interroger la valorisation (Partie 3 Valorisation, perceptions, comparaisons). Au terme de ce voyage, les frontières de la France sont franchies. En cela, ce recueil constitue une première étape vers la présentation des sources à d’autres échelles géographiques et chronologiques.

Porter un regard d’historien sur le cimetière (Gwyrah, cc by)

« Institutions, entreprises, associations »

Cette première partie se propose de dresser un « Panorama » des acteurs et lieux liés au monde funéraire, avant de présenter des « Particularismes ».

Pompes funèbres et cimetière : deux institutions que l’on associe à la notion de funéraire. Quelles sources peuvent nous permettre de les étudier ? De la monographie à l’entretien, historiens et sociologues se penchent sur la question.

« Comme la ville, le cimetière est constitué par un ensemble de voies et d’espaces publics souvent bordé par des emprises et des constructions privatives. »

Régis Bertrand

Comment étudie-t-on aujourd’hui la marbrerie ? La crémation ? Quels sont les spécificités et les enjeux de l’inventaire de cimetières ? Au terme de la lecture de cette première partie, les questions s’éclaircissent et en amènent d’autres.

« La diversité des sources » 

Du cercueil aux archives, il n’y a qu’un pas, franchi par celui ou celle qui veut en faire l’histoire. Qui est mieux placé pour parler des sources que celui qui les interroge ? Chaque source implique un traitement différent, chaque auteur livre dans cette seconde partie une approche de celles qu’il a côtoyées.

« En fait, l’usage du cercueil ne se généralisa et ne devint même obligatoire qu’à partir du XIXsiècle. »

Stéphanie Sauget
Quelles sources pour une histoire du cercueil ?

Vous avez déjà visité un musée en ligne ? Qu’en est-il d’une visite virtuelle d’un cimetière ? Quels sont les outils et les enjeux de la numérisation des sources du funéraire ?

« Valorisation, perception, comparaisons »

Entre problématisation et patrimonialisation.

Étudier les sources du funéraire, implique de les préserver pour les futures générations.

La question de la patrimonialisation des sources du funéraire pose question. Le cimetière est-il un lieu culturel comme les autres ? « Oui » pourront penser les visiteurs du Père Lachaise, quand ceux des cimetières de province pourront être plus divisés… (Danielle Tartakowsky)

Valoriser le patrimoine funéraire (Colindla, cc by sa)

Quel est le rôle du commissaire d’exposition quand il s’agit de traiter du thème du funéraire ? Comment un conservateur de cimetière réalise-t-il un inventaire de celui-ci, avec quels outils ? Le patrimoine funéraire, entre domaine privé et public nécessite-t-il une gestion particulière ?

Les conservateurs et les chercheurs présentent leur expérience en France, qu’en est-il ailleurs ?

Regards croisés : « La délimitation des frontières invite à leur franchissement. Certaines contributions de ce volume s’inscrivent dans un temps très long, pluriséculaire ; d’autres se situent au-delà de la France. »

Bruno Bertherat

Au détour de la découverte de sources inattendues, des approches européennes sont présentées, qui permettent de remettre en perspective les pratiques françaises en matière de valorisation du patrimoine funéraire.

Cet ouvrage ne se présente pas comme un catalogue exhaustif des sources du funéraire.

Assorti d’une bibliographie et une sitographie riches il constitue une première approche des sources du funéraire. Cette première étape constitue le préalable nécessaire à l’approfondissement des études du monde funéraire.

En savoir plus

Auteurs : Yann Ardagna, Emmanuel Bellanger, Véronique Belle, Julien Bernard, Bruno Bertherat (dir.), Régis Bertrand, Tessa Boehm, Anne Carol, Christian Chevandier, Xavier Deflorenne, Fabienne Duteil-Ogata, Tony Fogacci, Bérengère Gleize, Guénola Groud, François Guyonnet, Emmanuelle Héran, Patricia Hidiroglou, Pierre-Yves Kirschleger, Jacqueline Lalouette, David Lavergne, Jean Marx, Sandra Menenteau, Serenella Nonnis-Vigilante, Didier Paya, Nicolas Picard, Isabelle Renaudet, Thomas Romon, Sylvie Robin, Stéphanie Sauget, Yann Scioldo-Zürcher, Verónica Sierra Blas, Marc Sylvain, Pascale Trompette, Gian Marco Vidor.
Édition : Éditions Universitaires d’Avignon
Collection : En-Jeux
Pages : 398
Format : 15,0 cm × 21,0 cm × 3,2 cm
Parution : 1 juin 2015
Prix public : 23 €
ISBN : 978-2-35768-047-0

Regards d’historiens sur l’ouvrage (en ligne)

Diego Carnevale, « Bruno BERTHERAT (dir.), Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine », Revue d’histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 07 novembre 2019, http://journals.openedition.org/rh19/5029

Anne Carol, «Parution : Les sources du funéraire », Necrolog [En ligne], mis en ligne le 17 mars 2015, consulté le 8 novembre 2019, https://necrolog.hypotheses.org/332

Mohamed Hirreche Baghdad, « Bruno Bertherat (dir.), Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine », Insaniyat [En ligne], 68 | 2015, mis en ligne le 28 février 2017, consulté le 07 novembre 2019, http://journals.openedition.org/insaniyat/15160

Danielle Tartakowsky, « Bruno Bertherat, dir., Les sources du funéraire en France à l’époque contemporaine. », Le carnet du Mouvement social [En ligne], mis en ligne le 7 août 2016, consulté le 8 novembre 2019, https://lms.hypotheses.org/4015

Citer cet article : Marilyn Dao-Garino, "Les Sources du funéraire en France à l’époque contemporaine (dir. Bruno Bertherat)," in Les Éditions Universitaires d'Avignon, 13 novembre 2019, https://eua.hypotheses.org/2630.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.