Ex nihilo, Stephan et Alexis Gruss

Pour la sortie du troisième opus de la Compagnie Gruss aux EUA, Gaëtan Rivière, jeune doctorant à l’université d’Avignon, expose dans ce billet les prolégomènes de sa propre recherche scientifique. Il permet ainsi de comprendre le grand intérêt à construire une histoire du cirque. S’intéressant particulièrement au domptage, il présente la diversité des sources, de la presse jusqu’au cinéma, et quelques déclinaisons de la relation animal-homme. À la suite de ce texte, un extrait du nouvel ouvrage est proposé.

Actuellement en troisième année de doctorat d’histoire à Avignon Université, je mène mes recherches sur l’histoire du cirque, et plus spécifiquement sur l’histoire du domptage et de la présentation des animaux sauvages et exotiques au cirque de 1870 à 1939. Réalisée sous la direction de Natalie Petiteau (Avignon Université) et de Philippe Goudard (Université Paul-Valéry-Montpellier 3), financée par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et conduite en collaboration avec la Compagnie Alexis Gruss, ma recherche est née du constat d’un manque d’études universitaires sur l’histoire du cirque.

Dès ses débuts, à la fin du XVIIIe siècle, l’histoire du cirque est affaire d’amateurs éclairés, de passionnés, de collectionneurs désirant écrire et entretenir la mémoire des artistes et entreprises circassiennes qui ont traversé l’histoire de la France, souhaitant immortaliser les spectacles dont la nature éphémère n’a su laisser que des traces éparpillées. Des hommes et des femmes ont recueilli informations et documents pour rassembler la mémoire du cirque dans des ouvrages ou dans des collections aujourd’hui conservés dans différentes institutions (Bibliothèque nationale de France, Centre National des Arts du Cirque, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Université Paul-Valéry-Montpellier 3, etc.). Certaines familles de cirque, comme la Compagnie Alexis Gruss, sont aussi actrices de la conservation des traces de leur histoire au travers de la sauvegarde de documents les concernant.

Affiche du Cirque Gruss, 1982

[Cirque Gruss à l’ancienne…Parc de la Villette…du 26 octobre 1982 au 20 mars 1983. Ecuyer sur cheval blanc : affiche / Jando] Gallica BNF

Alors que l’histoire économique, politique, sociale et culturelle des arts du spectacle, comme le théâtre ou la danse, est déjà riche de nombreuses publications, le cirque intéresse peu les historiens professionnels qui le relèguent au second plan de la recherche. Les œuvres majeures concernant l’histoire du cirque sont le fait d’amateurs éclairés, parfois même également acteurs, tels Henry Thétard[1] ou Pascal Jacob[2], ou encore Dominique Jandot[3]. Notons toutefois récemment le travail de Caroline Hodak, Du théâtre équestre au cirque. Le cheval au cœur des savoirs et des loisirs. 1760-1860[4] ou encore l’ouvrage écrit par Natalie Petiteau, Les bâtisseurs de l’éphémère. Histoire de la Compagnie Alexis Gruss, des origines à nos jours[5], suite à sa collaboration avec la Compagnie Alexis Gruss, qui inaugure un mouvement de réflexion sur l’histoire sociale du cirque, et plus particulièrement sur une dynastie circassienne.

Qui sont ces humains et ces animaux qui entrent et se font face dans la piste ?

La recherche doctorale présentée ici s’inscrit donc dans cette dynamique d’écriture universitaire d’une histoire du cirque. En nous penchant sur l’histoire du domptage des animaux sauvages et exotiques dans les cirques sous la Troisième République, nous tentons de répondre à un certain nombre de questionnements : comment cet art s’inscrit-il à la fois dans les arts du cirque, mais aussi dans la société ? Qui sont ces humains et ces animaux qui entrent et se font face dans la piste ? Quelles sont les pratiques du domptage, dans la piste notamment, mais aussi les représentations qui gravitent autour des artistes, et à quel degré ces deux ensembles se croisent et se compénètrent ?

Afin d’étudier pratiques et représentations des artistes du domptage, ainsi que des animaux sauvages et exotiques présentés dans la piste, l’élaboration d’un corpus de sources est nécessaire. Dans ce cadre, une diversité de sources peut, et doit, être mobilisée. Les acteurs de cette histoire, artistes ou établissements de cirque, ont produit diverses sources, notamment des documents de communication ciblant les possibles spectateurs. Les affiches de cirque, placardées dans les rues des villes et villages, font partie de la culture visuelle de cet univers, présentant aux passants des artistes ou des numéros célèbres, dans le but de les attirer sous le chapiteau. À côté de ces images qui se trouvent en dehors des monuments, les spectateurs peuvent se procurer les programmes des cirques, qui permettent de reconstituer un panorama des spectacles présentés dans les divers établissements en France sous la Troisième République. Enfin, dompteurs et dompteuses produisent aussi des archives, notamment lorsqu’ils font publier leurs mémoires, à l’instar de Vojtech Trubka, Jim Frey ou encore Alfred Court, ou bien encore en écrivant des ouvrages plus techniques, plus professionnels, sur l’art du domptage.

Les acteurs du domptage ne sont cependant pas les seuls à produire des documents les concernant. Les spectacles de cirque s’insèrent dans une société particulière, ce qui engendre un certain nombre de discours et de documents. Outre les écrits des amateurs éclairés, la presse a produit une grande variété de discours sur les dompteurs et les dompteuses : chroniques de spectacles, faits divers (accidents, morts, mariages, divorces, etc.), annonce de spectacles, présentation d’artistes (chroniques ou interviews), etc. L’abondance de cette source a conduit à faire des choix. Quatre titres ont été retenus, en raison de leur importance durant la période étudiée : Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Journal et Le Matin. Leurs discours textuels et leurs mises en page photographiques sont analysés.

Affiche Écuyer quadrumane 1864
L’écuyer quadrumane trained by Mr Olivier and presented by him before their majesties the Emperor & Empress of the French on 20th may 1864 : [affiche] / L. Clémans – Gallica BNF

L’image a une place importante dans l’étude des représentations des dompteurs et des dompteuses. Les sources iconographiques se multiplient à la fin du XIXe siècle, prenant, par exemple, la forme de cartes postales. Des fonds de cartes postales et de photographies (fonds Soury au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, fonds cirque de l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3, etc.) permettent d’étudier les représentations visuelles des dompteurs et des dompteuses de l’époque au travers de leur mise en scène, à la fois en tant qu’artiste, mais aussi dans leur rapport aux animaux, puisque ceux-ci sont bien évidemment présents dans ces images.

Enfin, les arts aussi se sont approprié les figures du domptage (hommes, femmes et animaux). La littérature (de jeunesse, d’aventure, policière, etc.) comme le cinéma ont créé tout un univers symbolique et de représentations autour de ces figures. Centraux ou secondaires, dompteurs, dompteuses et bêtes sauvages et exotiques évoluent au fil des pages et des années, ce qui amène à étudier l’évolution de ces figures littéraires et cinématographiques en les inscrivant dans leur contexte de production, à faire une histoire de ces personnages.

Une étude qualitative et croisée de ces documents est donc au cœur de cette thèse selon différents axes thématiques.

Tout d’abord, cette thèse tente de comprendre les pratiques artistiques des dompteurs et des dompteuses, de restituer ce qui pouvait être présenté dans la piste des cirques, selon une typologie découlant de l’analyse comparée des sources et mettant en avant les pratiques spectaculaires des artistes. Dans un rapport systémique avec les représentations, les pratiques sont à la fois vectrices d’imaginaires au travers d’une scénographie, d’accessoires ou bien de costumes, comme elles peuvent être l’incarnation d’un univers symbolique gravitant autour des figures du domptage. Dans les pratiques spectaculaires, faites d’interaction, la relation entre les deux sujets est un champ d’études dont on ne peut faire l’impasse dans un temps d’éclosion d’analyses des relations humain-animal : quel est le statut du dompteur ou de l’animal ? Leur relation est-elle symétrique ? L’animal est-il un acteur du spectacle ou un faire-valoir ?

Poser la question du statut de l’animal sur la piste, c’est aussi poser celle de l’identité des artistes de cirque, des dompteurs et des dompteuses, de ces hommes et de ces femmes aux destinées diverses, aux parcours uniques.

Poser la question du statut de l’animal sur la piste, c’est aussi poser celle de l’identité des artistes de cirque, des dompteurs et des dompteuses, de ces hommes et de ces femmes aux destinées diverses, aux parcours uniques. La connaissance de leur identité civile ne répond pas à toutes les interrogations. Les mémoires publiés par les artistes du domptage, mais aussi les informations biographiques que l’on peut trouver, par exemple, dans la presse, permettent d’étudier les parcours d’artistes, de saisir ce qui pousse des hommes et des femmes à affronter, côtoyer, des bêtes sauvages. La période allant de 1870 à 1939 connaît d’importantes évolutions de l’art du domptage. Les artistes s’expriment alors publiquement afin de se positionner dans les débats de remise en cause de leur profession, se plaçant dans la rupture ou la continuité des pratiques antérieures. L’identité des dompteurs et dompteuses de cirque, c’est aussi l’identité du personnage publicisé, à la fois dans la piste et dans les documents de communication ou la presse. L’identité de l’artiste mise en scène dans les spectacles doit être analysée comme identité propre, qui existe comme telle. Enfin, si les identités humaines doivent être étudiées, il en va de même pour celles des animaux. La diversité de ces derniers est accentuée par des processus d’individualisation des êtres, rompant avec les schèmes essentialisant alors dominants. Les animaux sont présentés comme des sujets dotés d’une identité propre, mais ces dernières sont souvent le résultat du travail de l’Homme, qui dénature l’animal, qui le rend accessible aux spectateurs, le met en scène, le représente comme le public veut le voir.

Ce sont justement les représentations qui composent le dernier grand axe de cette recherche doctorale. Sous la Troisième République, l’image véhiculée par les dompteurs et dompteuses, comme celle des animaux sauvages et exotiques présentés, évolue. D’une stricte répartition de rôles à une confusion des genres, les caractéristiques que la société applique à ces figures mutent, transformant les archétypes et donnant aux artistes plus de liberté dans l’image qu’ils souhaitent véhiculer. Humains et animaux transmettent des représentations. Artistes, journalistes ou encore spectateurs mettent en scène, comme en récit, les deux caractéristiques principales des animaux impliqués dans le domptage : la sauvagerie et l’exotisme. Le but étant d’étudier comment ces caractéristiques, qui paraissent intrinsèques, essentielles à ces animaux, ont été affectées par les discours, les images, mais aussi les pratiques spectaculaires. Les relations entre les deux sujets dans ce travail de tandem entre les humains et les animaux doivent être prises en compte pour comprendre leur appropriation et figuration par différents auteurs ou réalisateurs. Comme cela a déjà été mentionné, la littérature et le cinéma ont utilisé les figures des dompteurs et des dompteuses dans diverses productions artistiques.

Au travers de l’analyse qualitative simultanée d’un grand nombre de sources, textes comme images, produites par les cirques ou les spectateurs, cette recherche doctorale tente de poser les premiers jalons d’une histoire du domptage en France, d’un art du cirque en particulier, mais aussi ceux d’une histoire culturelle du cirque. Cette recherche doit donc se faire à la fois en collaboration interdisciplinaire avec les universitaires qui ont déjà investi ce champ de recherche (arts du spectacle, sociologie, etc.), mais aussi en travaillant avec les acteurs de cette histoire, les artistes de cirque eux-mêmes. Pour ce faire, il nous appartient bien évidemment de nouer des contacts hors de la Compagnie Alexis Gruss puisqu’elle est uniquement organisée autour du travail avec les chevaux.

[1] Thétard, Henry. Les Dompteurs ou la Ménagerie des origines à nos jours. Paris : Gallimard, 1928 ; Coulisses et secrets du Cirque. Paris : Plon, 1934 ; La merveilleuse histoire du Cirque. Paris : Éditions Prisma, 1947.

[2] Peuvent être cités, entre autres : Jacob, Pascal. La fabuleuse histoire du cirque. Paris : Éd. du Chêne, 2002 ; Bêtes de cirque. Paris : Magellan & Cie, 2004 ; Une histoire du Cirque. Paris : Seuil-BnF Éditions, 2016. etc.

[3] Jandot, Dominique. Philip Astley and the Horsmen who invented the Circus. CreateSpace, 2018.

[4] Hodak, Caroline. Du théâtre équestre au cirque. Le cheval au cœur des savoirs et des loisirs. 1760-1860. Paris : Belin, 2018.

[5] Petiteau, Natalie. Les bâtisseurs de l’éphémère. Histoire de la Compagnie Alexis Gruss, des origines à nos jours. Nîmes : Print Team, 2018.

Citer cet article : Gaëtan Rivière, "Ex nihilo, Stephan et Alexis Gruss," in Les Éditions Universitaires d'Avignon : carnet de recherche, 6 janvier 2020, https://eua.hypotheses.org/3270.

Ex nihilo, extrait

Stephan Gruss : Je suis arrivé à la mise en scène par la musique. La musique, c’est ma deuxième passion, enfin, ma deuxième passion… J’en ai beaucoup. J’adore mon métier, la piste, les chevaux, ma famille, mais c’est vrai que la musique a toujours eu une place très importante dans notre famille. Mon grand-père était un grand mélomane, c’est lui qui m’a offert ma première trompette et qui m’a appris à souffler dedans. Mon père est également un grand mélomane, il a une collection de CD de jazz absolument incroyable et il est musicien lui-même. J’étais donc très entouré et très attiré par la musique très jeune, j’ai beaucoup fréquenté les musiciens de l’orchestre et j’ai eu la chance de connaître des gens qui ont pu me guider dans mon apprentissage de la musique. Je suis arrivé à la mise en scène en commençant par choisir les musiques de mes propres numéros, ensuite je les ai mis en scène, puis on a commencé à me demander, dans la famille : « Tiens, tu n’aurais pas des idées de musique ? » Parce que j’écoutais beaucoup de choses originales et cela s’est fait petit à petit. Encore aujourd’hui, la musique est une grande source d’inspiration pour moi, c’est-à-dire qu’en entendant des musiques, en entendant différents styles, en entendant des orchestrations, il me vient beaucoup d’images et d’idées pour mettre en scène les différents numéros.

Il y a aussi le processus inverse, quand on a monté un numéro sur la piste (on parle plus de tableaux, maintenant, que de numéros) et qu’il faut trouver la musique qui va parfaitement coller et qui va mettre en valeur ce travail, cela peut parfois être très long. Donc, je suis arrivé à la mise en scène par la musique et j’ai assisté mon père pendant des années jusqu’au spectacle Impression sur la sciure où il a décidé de me laisser complètement les rênes de la mise en scène. Pour cette première création, j’ai fait appel à une chorégraphe. Le thème de ce spectacle, Impression sur la sciure, était la comédie musicale, ce qui est aussi une de mes grandes passions, car j’ai grandi bercé par Gene Kelly, par Fred Astaire… J’étais vraiment toujours en admiration devant ces artistes, qui avaient cette particularité d’être polyvalents. Cela me fascinait de voir un artiste comme Gene Kelly savoir danser, chanter, jouer la comédie… Il était aussi metteur en scène, ce qui prouve qu’il est possible de faire beaucoup de choses et de tout faire bien, surtout. Alors bien sûr, cela demande beaucoup de travail mais ça montre que c’est possible.

Pour ce spectacle sur la comédie musicale, j’ai fait appel à une chorégraphe que je connaissais, Sandrine Diard, qui était l’épouse d’un des musiciens de notre orchestre. On avait déjà beaucoup discuté de comédie musicale, elle aussi était dans ce milieu-là, elle participait à des spectacles que j’avais vus et elle m’a donc aidé à mettre en scène ce spectacle. Tout de suite, on a eu l’idée, notamment avec les numéros équestres, de mêler des danseurs avec les chevaux, de faire des choses qui ne s’étaient jamais faites auparavant. Et depuis Impression sur la sciure, je continue chaque année à imaginer des thèmes, parce que c’est cela qui déclenche tout : quel thème on va choisir pour le spectacle ? Alors, depuis, on a fait une multitude de thèmes : on a créé Gipsy, qui était sur le thème des Tsiganes, pour lequel on a organisé en ouverture un énorme mariage tsigane où l’on a pu encore une fois mettre des chevaux, des jongleurs, plein de choses. On a aussi fait des spectacles sur l’Amérique du Sud, etc. Une autre chose est très importante aussi : j’adore, dans chacune de ces créations, créer des rencontres entre les arts, puisque dans le spectacle Ellipse, par exemple, j’ai fait appel à quatre danseurs. Cela ne nous était jamais arrivé auparavant de travailler avec des danseurs et ça a été une expérience formidable, ils se sont parfaitement intégrés à la troupe. Tout le monde m’avait dit, au début : « Surtout, ne travaille pas avec des danseurs, tu vas voir, ça va être une catastrophe, ils ne vont faire que se plaindre. En plus, la sciure n’est pas forcément adaptée à leur travail… » Et on a trouvé quatre artistes qui étaient vraiment passionnés comme nous et avec qui on a passé une saison formidable. Et de très bonne qualité, bien sûr. Encore une fois, j’ai été aidé par Sandrine pour choisir les bonnes personnes. Dans la formation de l’orchestre aussi, en fonction des thèmes de spectacle, on adapte.



Parution le 16 janvier 2020

Collection Entre-Vues, Série « Grandes conférences »
80 pages
7 €
ISBN 978-2-35768-117-0 (imprimé)
ISBN 978-2-35768-118-7 (électronique) Disponible sur


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.