Stephan et Alexis Gruss – Ex nihilo

Ex nihilo
Stephan et Alexis gruss

Collection : Entre-Vues
Parution : 16-01-2020
Thème : Cirque
80 pages

PRIX : 8 €
Disponible au format numérique sur OpenEdition Books.

ISBN imprimé : 978-2-35768-117-0
ISBN numérique : 978-2-35768-118-7

Combinant différentes disciplines artistiques et passion de la piste, Ex nihilo livre le processus de création des spectacles de la Compagnie Gruss. Créer la nouveauté à partir de l’ancien, faire vibrer le public par la mise en scène : un défi depuis un demi-siècle.

Entretien réalisé par Natalie Petiteau.

Extraits

La piste, lieu de création

Alors, en réfléchissant au meilleur moyen de présenter l’artiste que vous êtes tout en restant le très digne héritier de votre père, j’ai retrouvé cette phrase, que l’on prête à Saint François d’Assise et que je trouve très belle : « Celui qui travaille avec ses mains est un ouvrier [on sait combien cela est noble] ; celui qui travaille avec ses mains et sa tête est un artisan ; et celui qui travaille avec ses mains, sa tête et son cœur, est un artiste. » Je crois qu’il a là une définition qui colle merveilleusement à ce que vous êtes, tous, les uns et les autres. Mais j’aurais aimé, peut-être, si vous en êtes d’accord, que l’on commence en rebondissant sur cette citation : que vous inspire-t-elle ? De l’artiste qui travaille tout à la fois avec ses mains, sa tête et son cœur.

Je voulais commencer par rapidement présenter mon parcours, parce que c’est vrai qu’aujourd’hui encore, et je constate que c’est la même chose avec mes fils, dès que l’on fait une interview, la première question que l’on nous pose est : « Est-ce que vous n’avez jamais eu envie de faire autre chose ? » Comme si naître avec le nom de Gruss nous imposait le fait de devenir artiste. Et j’ai toujours cette même réponse : imaginez un enfant qui grandit dans cet univers, avec des parents artistes, des animaux, des musiciens, avec des gens qui vous apprennent la valeur du travail, le dépassement de soi, l’élaboration de numéros et, ensuite, comme présenter le fruit de tout cet effort devant le public et être récompensé. Je crois que quand on a goûté à cela très jeune, on n’a vraiment pas envie de faire autre chose et c’est comme ça que cette passion se développe très tôt dans notre famille. Il y a tellement de possibilités dans notre métier d’être accroché par toutes ses fibres artistiques ! C’est ça qui me plaît aussi dans mon métier, c’est que sur cette piste, on peut vraiment tout faire, que ce soit de la musique ou le travail avec les chevaux, dont on aura bien sûr l’occasion de parler, mais la musique tient une place très importante. La danse, la chorégraphie, la mise en scène, comment raconter une histoire… C’est vraiment tout cela qui me passionne et que j’essaie de mettre en avant à travers chacune de mes mises en scène.

[…]

Vous êtes des artistes capables de créer divers tableaux en piste et cela est aussi une dimension patrimoniale de votre art parce que même si, finalement, vous innovez en permanence, eh bien, un petit peu comme un musicien, vous avez vos gammes de départ et vous créez sans cesse à partir de ces bases et à l’infini. Alors j’ose à peine vous demander si vous avez déjà en tête la quarante-cinquième création.

Il y a plein d’idées qui se bousculent. Mais c’est vrai que, pour revenir sur le travail, cela vient aussi de ce savoir-faire que l’on se transmet dans la famille. que ce soit dans toutes les disciplines, le travail en liberté, la haute école, et surtout peut-être l’acrobatie, ce savoir-faire, c’est une école, c’est-à-dire que c’est une manière de faire. Et cette manière de faire, c’est quoi ? C’est rechercher la beauté du geste, rechercher pratiquement le geste parfait. Et on le retrouve dans cette discipline que j’affectionne particulièrement, l’acrobatie à cheval, dans laquelle on a une façon particulière de se tenir debout sur le cheval. Quand on voit un membre de la famille Gruss, cela n’a rien à voir avec n’importe qui d’autre parce qu’il y a une école qui s’est transmise, il y a une manière de faire. C’est ce que j’expliquais il y a quelque temps, quand on a fait une répétition publique où les gens, justement, pouvaient assister à ce travail de répétition. Donc, ils me posaient des questions et je leur ai dit : « Eh bien, voilà, n’importe qui debout sur un cheval, vous allez le voir amortir avec les genoux. Nous, on amortit avec les pointes de pied. » Quelqu’un me demande : « Mais pourquoi vous faite ça, vous, et pourquoi les autres ne le font pas ? » D’abord, nous on le fait parce que quand on est debout, jambes tendues, sur le cheval, on a l’impression de voler, et les autres ne le font pas parce que c’est peut-être cinq ou six ans de travail en plus pour arriver au même résultat.
Et dans chaque numéro que l’on va mettre au point, on va rechercher cette excellence, cette beauté du geste pour pouvoir faire rêver le public. C’est ce que dit souvent mon père : « le travail effacé par le travail », « sublimer le naturel de la nature », ça veut bien dire la même chose, c’est-à-dire que montrer des choses extraordinaires en donnant cette impression de facilité, c’est ce qui fait que le public reste vraiment sans voix.

[…]

Peut-être que l’on peut rentrer encore plus dans le détail et rebondir justement sur la façon dont la mise en scène, parce que la piste est une scène, se fait. Stephan, voulez-vous revenir sur ce thème-là ?

Oui, au niveau de la mise en scène, c’est vrai que pour chercher l’inspiration, comme tous les créateurs, je sors beaucoup, je vais voir beaucoup de spectacles. Ça peut être des concerts, j’adore la musique, je l’ai déjà dit, ça peut être du théâtre, des comédies musicales, je vais beaucoup au cinéma aussi. Et je me rends compte que, d’année en année, avec la vidéo et toutes ces choses-là, plus on va voir des spectacles, plus on se rend compte que cette technique, qui est à notre disposition, vient un peu masque l’essentiel. Alors que moi, j’ai un peu le réflexe inverse, c’est-à-dire que j’ai la chance de pouvoir assister à la naissance du travail sur la piste. Les répétitions sont effectivement un moment passionnant pour nous parce que c’est là que tout se crée. Car il ne faut pas oublier l’essentiel : c’est ça, c’est le travail, c’est la beauté du geste. Avec les chevaux, c’est un travail quotidien, on l’a rappelé. Le cheval est un animal absolument extraordinaire, au niveau du contact et de la façon dont il ressent tout, la façon dont il ressent nos humeurs. C’est très important d’être conscient de cela, que le cheval est une véritable éponge au niveau du travail et qu’on ne peut pas les brusquer. On est capable de lui faire faire des choses vraiment incroyables, mais il faut aller à son rythme.
[…] Je me souviens de ma sœur qui répétait son numéro de fil avec une petite lumière, on voyait à peine le câble et je voyais la beauté de ses pas de danse, de ce qu’elle faisait. Donc, ça, c’est le diamant brut. Et la mise en scène, pour moi, c’est de trouver l’écrin, c’est-à-dire de trouver la musique qui va souligner son geste, l’éclairage qui va la mettre en valeur, raconter une petite histoire pour ne pas qu’elle arrive, monte simplement sur son fil et fasse son numéro. Donc je suis dans cette démarche-là de vraiment mettre en valeur, à mon tour, le travail de l’artiste.


Les auteurs

Attachés aux valeurs du Cirque à l’Ancienne et soucieux de pérenniser le patrimoine de l’âge d’or du cirque équestre, Alexis et Stephan Gruss renouvellent sans cesse les arts du cirque en nouant des partenariats créatifs dans le monde de la musique, de la danse, de l’opéra, du théâtre, du sport ou encore du cinéma. Mais les arts équestres font la marque de fabrique de leur famille et de leur cirque. De peur que ce patrimoine se perde, ils ont conçu leur Pôle d’Action Culturelle Équestre, dès 2014, autour de l’équitation de tradition française et possède un volet théorique et pratique autour des arts du cirque.

Des mêmes auteurs
Alexis Gruss,
Firmin Gruss

Se Ducere

Parution : 04-12-2018

Prix : 8 €
Disponible au format numérique

Alexis Gruss,
Firmin Gruss

Ex Ducere

Parution : 19-12-2017

Prix : 8 €
Disponible au format numérique


Autour du livre

Stephan et Alexis Gruss – Ex nihilo, une histoire du cirque, par Gaëtan Rivière

Pour la sortie du troisième opus de la Compagnie Gruss aux EUA, Gaëtan Rivière, jeune doctorant à l’université d’Avignon, expose dans ce billet les prolégomènes de sa propre recherche scientifique. Il permet ainsi de comprendre le grand intérêt à construire une histoire du cirque. S’intéressant particulièrement au domptage, il présente la diversité des sources, de la presse jusqu’au cinéma, et quelques déclinaisons de la relation animal-homme.



Citer ce billet
Gaëtan Rivière (2020, 6 janvier). Stephan et Alexis Gruss – Ex nihilo. Les Éditions Universitaires d'Avignon. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/okzj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search